Disclaimer

DISCLAIMER
Les contenus proposés sur ce site sont déconseillés aux personnes sensibles et aux mineurs de moins de 12 ans.
Nous encourageons largement les pratiques répréhensibles qui y sont décrites.
Consultez la page À propos pour plus de détails.

Script générateur de phrases

dimanche 16 octobre 2011

C'était un Mercredi après midi...

C'était un mercredi après midi.
Le truc c'est que j'ai 5 heures de trou entre deux cours.
Et je fais mes études dans un bac pro qui se trouvait uniquement dans une petite ville à une demi-heure de train de chez moi.
Concrètement, pendant 5 heures moi et mes amis tuons le temps comme on peut dans une petite ville.
D'habitude on est à 5, mais là, entre une fille qui part chez son mec, un pote dans l'autre groupe qui a cours exceptionnellement, une qui doit allez chercher je ne sais plus quoi ...
Bref, on s'est retrouvé à deux.

Moi et une fille, notre coutume le mercredi après midi, c'est de bédave durant ce trou.
Pendant qu'on fumait, même si on se marrait bien, et je peux vous promettre que c'était bien le cas, j'ai eu ce qu'on appelle dans le métier un moment d'inexistence.
C'est quand on s'encre dans ses pensées à tel point d'oublier la réalité.
Ca peut arriver sans rien prendre et ca le fait souvent, vous n’existez plus dans ce monde ou bien l’inverse ce monde n’existe plus, qu’importe, plus rien ne semble réel et vous n’êtes plus que le spectateur impuissant d’une absurde comédie grotesque.

Je pense que si j'avais rien fumé ca aurait était peut-être un signe, mais sur le coup c'était normal vu le joint.

Une heure plus tard, le ciel était bien gris, mais la fille devait surtout aller voir son mec.
Donc je l'accompagne sur un bout de chemin pour au final me retrouver seul, seul non, une averse m'accompagnait.

Bon pas de panique je me dis, je vais à la gare m'habiter en écoutant de la musique.
Mais au lieu que le temps passe vite ou que je me sente tout simplement "bien".
Il y avait quelque chose de très lourd dans l'air, même s'il pleuvait l'air était irrespirable j'avais l'impression.
Je me disais "T'es défoncé, laisse" mais dès que la pluie s'arrêta, je décidai tout de même d'aller me caller dans le parc.
Je dois reconnaitre que le parc, c'est plus ou moins un grand rond avec des arbres.
J'ai réussi à faire deux tours avant de m'y perdre.
Je tiens à dire qu'au milieu il y avait un groupe de fille debout et immobile.
Mais c'était vraiment particulier.
Le parc prenait une allure de caricature grotesque de galerie d'art.

Le ciel gris n'était plus tout à fait ce qu'on peut appeler "le ciel du nord"
Les nuages formaient un étrange balais, j'aurais voir juré du van gogh.



Les arbres quant à eux mimaient plus où moins leurs fonctions d'arbre avec une allure surréaliste de tableau de dali.


Au début je me disais "pour un étudiant en art dans un tel état, c'est normal".
Ouais enfin jusqu'à ce que je découvre une allée tranquille cerclée d'arbre où j'ai pu uriner tranquillement.
En en sortant, la réalité semblait plus réelle, j'entamais un troisième tour du parc quand tout à coup.
Jetant par hasard un coup d'œil au milieu du parc, étant assez proche du groupe de fille debout, j'ai pu voir plus ou moins ...

Et ce groupe de fille, je pu constater qu'elles formaient un cercle parfait, bien au milieu du parc.
Elles ne bougeaient que leur bras pour faire des signes étranges.
Je continuais mon tour prudent, petite allée couverte d'arbre, Super j'étais à l’abri de leur ronde démoniaque.
Il y avait un trou dans la verdure, jetant un œil, encore plus près d'elle, je puis constater qu'elles étaient toutes en noir.

Damned ! Des sorcières !
Comment ai-je pu être défoncé au point de ne pas voir ça, j’étais terrifié, comment ai-je pu être aussi prêt de tel monstre sans m’en rendre compte. …
Je suis tout bonnement parti en courant.

Quand tout d'un coup, je me suis réveillé sur in banc à coté du parc, plus ou moins 5 minutes plus tard d'après ma montre … ou peut-être avais-je rêvé.
Avec le vague souvenir d'être venu sur le banc mais plus rien.
Surement un moment de non existence après l'effort ... j'espère

Ensuite j'ai sortis une canette d'ice tea, je bois une petite gorgée, je la pose, je souffle un coup.
Une guêpe vient se poser sur la canette, pour au final y rentrer.
... Ciel, les sorcières m'envoient leurs sbires !
Je me lève donc pour retourner à la gare en courant.
Une fois posé, plus de poids étrange ou d'impression malsaine.
Ayant échappé du terrible rituel des sorcières, ma vie reprenait son cours normal.

Auteur : South

13 commentaires:

  1. La première image est sur mon site français x)

    RépondreSupprimer
  2. c'est pas mon site c'est mon livre.x)

    RépondreSupprimer
  3. Cette Creepypasta est... Ma foi assez nulle.

    RépondreSupprimer
  4. Il a falu 2 ans pour trouver une faute pareil? In banc

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Les gens s'en foutaient à l'époque. De toutes façons c'est rien d'autre qu'une faute de frappe, le "j'ai sortis" est dix mille fois plus punissable.

      Supprimer
  5. T'en as trop pris grooooooooooos

    RépondreSupprimer
  6. Au début j'étais vraiment dedans car j'ai souvent des moments d'inexistence, alors je comprenait ce qu'il voulait dire, et puis... La fin était bizarre et nulle... J'ai été déçue.

    RépondreSupprimer
  7. C'est tellement mal écrit qu'on ne peut pas se mettre dans la peau du personnage... à moins que ce soit un pur choix artistique et que le personnage soit complétement défoncé ?!

    RépondreSupprimer
  8. "Une guêpe vient se poser sur la canette, pour au final y rentrer.
    ... Ciel, les sorcières m'envoient leurs sbires !" le mec un peu trop parano...

    RépondreSupprimer