Disclaimer

DISCLAIMER
Les contenus proposés sur ce site sont déconseillés aux personnes sensibles et aux mineurs de moins de 12 ans.
Nous encourageons largement les pratiques répréhensibles qui y sont décrites.
Consultez la page À propos pour plus de détails.

Script générateur de phrases

jeudi 12 avril 2012

Harold



Il y avait un vieux fermier en Arizona qui possédait la meilleure ferme du domaine. Tout le monde y disait que ses cultures étaient les meilleures et ils venaient de toute part afin de lui acheter ses denrées. A chaque fois qu'on lui demandait comment il pouvait cultiver d'aussi bonnes cultures, le vieux fermier répondait que le mérite revenait à son épouvantail.

« Ce vieil épouvantail est le seul que je doive remercier, » répondait-il. « Il fait en sorte que ni les corneilles, ni les bestioles ou les rongeurs ne s'approchent de mes cultures ».

Le vieux fermier avait façonné l'épouvantail de ses propres mains et quelle effroyable apparence ! Il avait passé des mois à travailler dessus afin de le rendre aussi effrayant que possible. Il savait à quel point il était important d'éloigner de ses cultures les rongeurs. Alors il lui bâtit des énormes bras en paille qui s'étendaient sur deux mètres ainsi que des jambes tellement longues que le vieil épouvantail était aussi grand qu'un arbre.

Mais la chose la plus effrayante à propos de cet épouvantail était sa tête. Le fermier l'avait sculpté lui-même d'une immense citrouille. Il avait passé des jours et des nuits innombrables à perfectionner son modèle jusqu'à ce qu'elle soit parfaite.Le visage de l'épouvantail ainsi que sa tête furent si grotesques et laids que le fermier même était parfois effrayé de les regarder. Toutefois, c'était vraiment efficace, effrayant tout rongeur ou oiseau qui s'aventuraient de trop près.

La ferme voisine appartenait à de jeunes hommes qui étaient frères et qui se nommaient Josh et Harold. Ils étaient fainéants et n'avaient jamais travaillé leur terre si bien que leur récolte était mauvaise. Aussi ils étaient jaloux du succès qu'avait leur voisin, le vieux fermier et complotèrent alors contre ce dernier. S'ils pouvaient le conduire à la faillite, ils pourraient alors reprendre en main sa ferme et produire plus d'argent !

Alors, une nuit, les deux frères décidèrent de se rendre furtivement sur la terre du vieux fermier. Ils volèrent son précieux épouvantail et le ramenèrent dans leur propre maison, où ils le cachèrent dans un vieux placard ainsi personne ne le trouverait jamais.

Le jour suivant, le fermier se réveilla pour trouver que son hideux épouvantail n'était plus à sa place et que toutes ses cultures étaient en train d'être mangées par les rats et les corneilles. Il tomba à genoux et pleura, sachant que sa ferme serait bientôt en faillite. Pendant ce temps, les frères Josh et Harold qui regardaient la scène de leur propre propriété ne pouvaient s'empêcher de rire quand ils virent les larmes de douleur du vieil homme.

Entendant les rires, le vieux fermier vint les voir et leur demanda s'ils savaient ce qui était arrivé à son épouvantail. Les frères le regardèrent droit dans les yeux et lui répondirent qu'ils n'avaient pas la moindre idée de l'endroit où son précieux épouvantail pouvait être.

« Mais vous savez, je vais être en faillite et être obligé de vendre ma ferme si je ne peux retrouver mon épouvantail » disait-il.

Josh rit simplement devant le vieil homme, et répondit : « C'est pas de bol, n'est ce pas ? »
« Ça craint d'être à votre place. » gloussa Harold.

Le vieux fermier marcha doucement vers sa maison, sa tête baissée dans la défaite et la dépression.

Cette nuit, Josh et Harold eurent le sommeil agité. Non pas qu'ils ne sentaient quelque remords, mais parce qu'ils ne pouvaient ôter de leur esprit l'image du visage tordu de l'épouvantail. Ils décidèrent alors qu'ils ne seraient plus en mesure de retrouver le sommeil aussi longtemps que cette effrayante tête de citrouille était dans leur maison. Alors, ils se levèrent et trainèrent l'épouvantail en dehors du vieux placard. Harold prit une batte de baseball et brisa la tête de l'épouvantail si bien qu'il ne restait plus que quelques bouts de citrouille éparpillés sur le sol. Les frères balayèrent les morceaux de citrouilles et les jetèrent à la poubelle. Par la suite, ils retournèrent au lit et trouvèrent le sommeil bien vite ayant mis de côté toute pensée de l'affreux visage de l'épouvantail.

Quelques temps après minuit, Josh et Harold furent réveillés par le sons de rayures et de griffures sur la porte de leur chambre.

« T'as oublié de mettre le chien dehors ? » demanda Harold endormi.
« On-on-on-on a pas de chien » balbutia Josh.

Soudain, la porte de la chambre s'ouvrit et un long bras de paille solitaire serpentait à travers l'ouverture. Puis un autre bras battit le sol, suivi par de longues jambes de bois. Les deux frères avaient le sang glacé par la peur et purent seulement observer avec horreur comment le corps décapite de l'épouvantail se dressait sur ses longues jambes de bois et comment ses longs bras de paille se tendaient vers eux dans les ténèbres.

Harold sentit un froid nerveux, la griffe de paille se refermant autour de sa cheville et cria aussi fort qu'il pouvait. Il supplia son frère de l'aider. Mais Josh courait déjà vers la sortie de la chambre. Fuyant dans la terreur, il courait vers le couloir, percuta la porte d'entrée et continuait vers la route éclairée par la lune.

Il courait aussi vite que ses jambes pouvaient le porter, reprenant son souffle et criait de sa voix la plus intense. Comme il passait devant la maison voisine, il vit le vieux fermier se tenant à sa porte. Au clair de lune, il pouvait voir le vieux fermier le fixer avec un étrange sourire aux lèvres.

Josh continuait de courir, pieds-nu contre le rugueux gravier. Il jeta un regard derrière son épaule et vit quelque chose qui l'effraya au plus profond de son âme. Il vit l'épouvantail longeait la route derrière lui. Il gagnait de plus en plus de distance, se rapprochant encore et encore. Et ce ne fut pas tout ce qu'il vit. Il remarqua que l'épouvantail avait une toute nouvelle tête. Une tête tout à fait semblable à celle de Harold.


Traduction : Onizuka-san

13 commentaires:

  1. Ah bah quand même, enfin une bonne creepypasta originale ! Et puis pour une fois, elle est bien écrite !
    J'espère qu'il y en aura d'autres de la sorte ! :)

    RépondreSupprimer
  2. Ah bah ça, c'est une bonne Pasta !
    Dit Rob Nukem, tu as vu le message que j'ai posté ici sur la Creepypasta de Luigi Mansion (le dernier message) ?

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Yep, je l'ai vu et si le dit lien en question n'est pas celui de Creepypasta Wikia ou de Creepypasta.com, j'accepte que tu le files. ;)

      Supprimer
  3. Moi je dis que c'est bien fait pour leurs gueules, et que cette creepypasta est geniale

    RépondreSupprimer
  4. Les creepypastas effrayantes et malsaines sont de retour après tout ce temps ! :D

    RépondreSupprimer
  5. Rob Nukem : Désolé de ne pas avoir pu répondre avant, problème d'Internet !
    Bref, oui, c'est Creepypasta Wikia, tu prends les Creepypastas sur ce site ?

    Aussi, y'a de trés bonnes Creepypastas françaises hein !

    RépondreSupprimer
  6. Jeepers Creepers ou bien ?

    RépondreSupprimer
  7. Une bonne creepypastas mais bizarrement l'épouvantail me semblait bien sympathique, pour une fois la creepy nous met "du côté du méchant".
    J'aime l'idée de l'épouvantail vivant ^^

    RépondreSupprimer
  8. J'ai lue la première foi cette histoire en anglais dans un livre nommer " Scary Stories " Je suis pas le plus doué en anglais alors vue que je suis un peu fan des creepypasta je me suis rapeller que l'histoire étais écrit ici. Alors sa ma pousser à la lire. :3 Merci :)

    RépondreSupprimer
  9. Malgré que l'histoire est un peux différente dans les deux langues.. Rooh lala.

    - Le même posteur Anonyme du message aven.

    RépondreSupprimer
  10. ahaha j'adore cette pasta d'ailleurs pour ceux qui aiment les histoires d'horreurs il y'a le site "Histoire macabre et insolite" qui est génial et justement cette histoire d'épouvantail y est mais écrit d'un façon un peu différente

    RépondreSupprimer
  11. Un peu trop répétitive et bourrée de fautes d'orthographes... Mails l'idée est pas mal pour le genre d'histoire d'horreur qu'on raconte à un feu de camp

    RépondreSupprimer
  12. J'aime bien mais ... "Harold sentit un froid nerveux"?
    Je pense que ça se traduirait plutôt par : "Harold ressenti un froid glacial quand la griffe de paille se referma autour de sa cheville"

    RépondreSupprimer