Disclaimer

DISCLAIMER
Les contenus proposés sur ce site sont déconseillés aux personnes sensibles et aux mineurs de moins de 12 ans.
Nous encourageons largement les pratiques répréhensibles qui y sont décrites.
Consultez la page À propos pour plus de détails.

Script générateur de phrases

jeudi 29 novembre 2012

Don't play with your life

Il est déjà très tard dans la nuit, mais tu ne dors toujours pas. Tu t’en fiches, c’est les vacances. Tu n’as pas sommeil et tu n’arrives pas à lâcher ta console de jeu. Au bout d’un moment, un besoin pressant te pousse à descendre de ta mezzanine. Tu te diriges vers les toilettes tout en continuant ta partie. Pas besoin de regarder où tu vas, il fait noir et tu connais le chemin par cœur. Tu sais exactement à quel moment t’écarter pour ne pas trébucher sur la plante en pot qui traîne dans le long couloir.


Tu n’allumes pas la lumière et t’éclaires avec l’écran de ta console. Même lorsque tu as fini, tu restes assis pour finir ton niveau. Pendant ce temps, tu n’as pas conscience des dizaines de paires d’yeux qui t’observent dans la minuscule pièce. Tu finis par perdre et tu profites de cette pause pour sortir. Tout en te lavant les mains, tu gardes un œil sur l’écran de ta console posée à coté de toi pour voir ton score. Pas terrible. Tu recommences une partie. Tu retraverses le couloir, les yeux rivés sur l’écran. Pour rejoindre ta chambre, tu passes devant plusieurs pièces plongées dans le noir dont les portes sont restées ouvertes. Tu n’as pas conscience des bras qui en sortent pour essayer de t’attraper au passage.


  

Tu regagnes ta chambre et grimpes dans ton lit. Alors que ton pied quitte le dernier barreau de l’échelle, tu n’as pas remarqué la main noire et déchiquetée qui a faillit saisir ta cheville. Les écouteurs vissés dans les oreilles pour entendre la musique de ton jeu vidéo, tu n’entends pas les monstres sous ton lit qui grondent, menaçants. Tout ce qui occupe ton esprit, c’est ton jeu vidéo. Tu adores ce jeu. Il s’appelle « Don’t Play With Your Life ». Tu ne comprends pas le titre, mais c’est plutôt marrant. Le héros est un petit garçon qui doit essayer de sortir de chez lui sans se faire tuer par les monstres qui vivent dans sa maison. Il n’y a aucun moyen de se défendre, on peut juste fuir et se cacher dans les placards. A chaque niveau, il y a plus de monstres, moins d’endroits où se cacher, et plus de distance à parcourir.


Tu joues encore un moment, mais les yeux commencent à te piquer. Tu éteins alors ta console et tu tends le bras pour la poser sur l’étagère. La créature sous ton lit en profite pour t’attraper le poignet. Tu hurles. Mais c’est trop tard.


Tu te réveilles. Tu es dans ton lit, il fait encore nuit. Tu es soulagé. Tout ça n’était qu’un cauchemar. Tu regardes par la fenêtre. Le ciel est dégagé mais on ne voit pas la lune. Bizarre. Tu essayes de te rendormir, mais il y a des bruits dans la maison. Tu décides de te lever pour aller voir, quand tu remarques quelque chose. Ta console de jeu. Par terre, cassée. Comme si on l’avait faite tomber. Comment est ce arrivé ? Tu l’as pourtant bien posée sur l’étagère… Et puis tu te rappelles ton rêve. Quand la main t’as saisi le poignet, tu as lâché ta console sur le coup de la surprise.

Tout à coup tu te sens mal. Et si tu n’avais pas rêvé ? Tu regardes autour de toi mais tu ne vois aucun monstre dans ta chambre. En tremblant, tu te diriges vers le couloir pour vérifier la source des bruits. Tu passes la tête par l’encadrement de la porte, puis tu sors. Tu remarques soudain que le couloir n’est pas celui dont tu as l’habitude. Puis tu entends un grognement sourd. Par réflexe, tu te caches dans le premier placard que tu vois. Pourtant il n’y a pas de placard chez toi à cet endroit. Pas le temps de te poser des questions, les grognements se rapprochent.


Tu entrouvres la porte pour voir ce qui se passe. Une silhouette inhumaine passe près te toi sans te voir et s’éloigne. Tu es pétrifié. Tu n’oses pas sortir, mais ton corps ne t’obéit plus et tu sors contre ta volonté. Tu t’enfonces dans la maison. Cette fois c’est sur, ce n’est pas la tienne. Mais comment es-tu arrivé là ? Tu tentes de reprendre la contrôle de toi même, mais c’est comme si tu étais télécommandé, tu ne décides rien. Tu marches au hasard dans cette maison inconnue quand un cri retentit dans ton dos. Tu te retournes vivement et te retrouves face à face avec une créature hideuse. La peur te tord le ventre. Tu essayes de crier, mais à la place, tu prends la fuite. Tu entends la chose derrière toi qui te poursuit.


Pendant que tu cours, un coin de ton cerveau comprend ce qui ce passe, mais tu refuses de l’admettre. Tu trébuches et tu t’étales de tout ton long. La créature se penche sur toi. Elle a des mains noires, sinistres, déchiquetées. Alors qu’elle se penche sur toi, le titre de ton jeu vidéo prend alors tout son sens. « Don’t Play With Your Life » : ne joue pas avec ta vie…

15 commentaires:

  1. Ce commentaire a été supprimé par l'auteur.

    RépondreSupprimer
  2. Don't play wi- Too much Amnesia?
    Une bonne pasta sinon :B

    RépondreSupprimer
  3. elle est super cool c'te creepypasta

    RépondreSupprimer
  4. Eheh, vraiment bien on sent l'inspiration d'Amnesia :)

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Bonjour, je suis l'auteur (oui je sais ton commentaire date mais je repassais par là \o/)
      En fait je ne connaissais pas le jeu à l'époque où j'ai écris cette pasta, donc je n'ai pas pu m'en inspirer ;)
      Maintenant que je la relis c'est vrai qu'on peut voir une ressemblance, mais le monstre que j'avais en tête ne ressemblait pas du tout à celui du jeu, je me suis juste inspirée de ma maison et de mes propres angoisses ^^

      Supprimer
  5. Le grunt a encore sévi ! :p
    Sinon on voit en effet l'inspiration d'amnesia (même si ce n'est pas l'unique jeu du genre, il est néanmoins le plus représentatif de ce style à notre époque ;))

    RépondreSupprimer
  6. Ah ah! Je me suis toujours demandé ce que ça ferait d'être à la place de son personnage...
    La réponse est...morbide. ^^

    RépondreSupprimer
  7. J'adore cette pasta! Elle est trop bien ! :)

    RépondreSupprimer
  8. Il y a un film aussi, "stay alive" tu joue a un jeu, et dans la réalité, et bien tu meurt la même manière que ton personnage, sachant que la maison ou tu vas dans le jeu, existe vraiment. :D

    RépondreSupprimer
  9. Bien moyen tout ça... La seule chose que j'ai appréciée est le moment où l'enfant monte dans son lit et qu'une main manque de l'attraper. Pourquoi? Parce que parfois, sans raison, je suis prise de cette crainte que quelques chose tente de m'attraper le pied quand je monte dans mon lit... Bref.
    Bon, exposons maintenant les problèmes m'ayant le plus gênée. Quel âge a cet enfant? Car dès la sixième (et sans doute CM2 pour certains) j'étais capable de comprendre "don't play with your life", ce n'est pas de l'anglais difficile. Même sans comprendre la totalité des mots, on peut comprendre le sens de l'ensemble. Même si l'on ne comprend pas "with" et "your", par exemple, on peut tout de même deviner grâce aux autres mots. "Don't" étant une négation, "play" voulant dire "jouer" et "life" voulant dire "vie", on peut facilement reconstituer le puzzle. Et ensuite, la fin quoi... Rassurez-moi, on n'était pas censé ne pas comprendre qu'il était dans le jeu? Parce que c'était terriblement visible...
    Tout cela n'est que mon avis, no rage please.

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. En fait quand le personnage comprend le titre du jeu ce n'est pas une question de traduction, c’est simplement qu'il comprend le sens de ce titre. Il comprend qu'en jouant à ce jeu, il joue avec sa propre vie parce qu'il est rentré dans le jeu.
      Ensuite, le personnage ne rentre dans le jeu qu'à la fin de l'histoire, quand il se réveille, parce qu'il a perdu sa partie, donc il prend la place du personnage du jeu. J'espère que ces explications t'ont éclairée. :)

      Supprimer
    2. Je suis d'accord avec Anonyme, ce qui aurait été vraiment "too much", c'est de le dire vraiment, genre "j'étais pris au piège dans le jeu, OMG O.O " mais l'auteur ne l'a pas dit, et selon moi, ça rajoute de la subtilité à l'histoire :)

      Supprimer
  10. BAH OUAI MAIS MON GARS J'AI UN MEZZANINE JE POSTE AVEC MA 3DS ET DERRIÈRE MOI YA UNE ARMOIRE POUR POSSER MA CONSOLE ET J'AI LES MÊMES ANGOISSES QUE TOI J'AI LU ÇA J'AI FAIT "Oh non non non non, il a osé..."

    RépondreSupprimer