Disclaimer

DISCLAIMER
Les contenus proposés sur ce site sont déconseillés aux personnes sensibles et aux mineurs de moins de 12 ans.
Nous encourageons largement les pratiques répréhensibles qui y sont décrites.
Consultez la page À propos pour plus de détails.

Script générateur de phrases

dimanche 30 décembre 2012

Music Box

Les gens parlent de boîtes à musique maudites. D'autres l'assimilent à la boîte de Pandore, laquelle aurait été transformée en boîte à musique par un artisan ayant perdu sa femme. D'autres encore disent qu'il s'agit d'un mythe, certains affirment que leur fille unique a été retrouvée morte dans sa chambre les pupilles arrachées, une boîte à musique ouverte à coté d'elle de laquelle s'échappait une musique horrible...

Cette légende parle justement d'une boîte à musique et d'une petite fille. Un vieille légende qui fut oubliée, puis transformée. LA légende de la boite à musique.

" Oh maman ! Dis maman, tu m'achètes cette boite à musique, oh dis ! Elle est si belle, je l'aime tant ! Achète-la moi, maman ! "

Voilà comment commence celle-ci. Il y a longtemps, dans une province oubliée du sud des États-Unis, une fille tout à fait ordinaire, orpheline de père, issue de milieux aisés et n'ayant pas plus de 7 ans, demanda à sa mère de lui acheter une boîte à musique dans un petit commerce de revente. La mère finit par céder aux demandes de sa fille, et elles repartirent avec ledit jouet dans leur demeure à environ 10 km du village.

" Oh maman, tu as vu ma boîte à musique ? Elle est si belle maman, regarde, comme elle est belle ! "

La petite fille ne cessait d'admirer sa boîte à musique. À l'intérieur, une princesse en robe rose tournait sur elle-même, un pied en l'air. Sa musique était si douce. Chaque soir en revenant de l'école, la petite fille ouvrait sa boîte à musique, la couvrait de compliments, et lui racontait tout ses secrets. Elle était sa confidente.

" Mais tu ne le diras à personne, d'accord ? Oh comme tu es belle ma jolie boite à musique. Tu ne pourrais jamais faire ça. "

La petite fille ne la quittait plus. Elle l'emmenait partout où elle allait, même à l'école. Pour la sieste, elle ouvrait sa boîte à musique pour se bercer, lui disait quelques compliments, et s'endormait. Elle était la fille la plus heureuse de la terre. Elle la montrait à ses amies, qui étaient incroyablement jalouses de la beauté de la boîte à musique et de l'attention que lui portait la petite fille. Si bien qu'un jour, une amie la subtilisa pendant la sieste, l'ouvrit et y mit le feu.

" Non ! Ma belle boîte à musique ! Non ! Méchante, ma boîte ! "

Quand la petite fille se réveilla, elle sentit l'odeur de brûlé, et alla voir. Elle trouva la boîte à musique brûlée, toute cassée, et son amie riant et chantant en dansant autour. Elle la frappa sauvagement, l'insulta. Elle éteignit le feu et récupéra ce qu'elle put de sa belle boîte a musique, qui était à présent moche et cassée. En rentrant chez elle, la fille pleura dans les bras de sa mère, et monta se cloîtrer dans sa chambre, sans lâcher les cendres de son jouet.

" Ma boîte à musique... ma si belle boîte à musique... "

Une semaine durant, elle pleura sans interruption. Elle caressait le visage carbonisé de la princesse à l'intérieur de la boîte, qui ne faisait plus comme musique qu'un horrible bruit détraqué. Mais elle s'en contentait, repensant à ses souvenirs de sa belle boîte à musique. Sa mère, voyant sa détresse, décida d'aller acheter une nouvelle boîte à musique presque identique à la jeune fille pour la consoler.

" Non ! Je ne veux pas d'une autre, je veux ma boîte à musique ! »

La fille ne pouvait pas se résoudre à abandonner sa confidente. Sa seule amie à présent. L'autre boîte n'était pourtant pas si différente, elle faisait la même musique et la princesse à l'intérieur était belle elle aussi. La seule différence, c'était les motifs sur la boîte et la jambe de la ballerine qui était baissée. Deux mois s'écoulèrent dans la tristesse pour la petite fille. Elle n'était pas retournée à l'école et sa mère lui apportait à manger dans sa chambre.

" Ma boîte à musique... maman... regarde ma... jolie boîte à musique... Tu la trouves belle, maman ? "

Elle tendait la boîte à sa mère pour qu'elle la regarde. Celle-ci était bouleversée par l'attitude de sa fille. Elle répondait à chaque fois qu'elle la trouvait ravissante, mais celle-ci n'était pas consolée pour autant. Elle se rasseyait sur son lit, et regardait dans le vide à nouveau.

Un jour, sa mère la vit courir dans la maison avec précipitation. Elle choisit de ne rien lui demander. Elle chuchotait :

" Ma belle boîte... comme ça, tu seras belle... "

Elle trouva dans les affaires de sa mère une vieille caméra, et décida de faire un film.

" Lala...lalalalala...lalala... "

Puis, sa mère n'entendit plus rien. A l'heure du dîner, elle se rendit dans sa chambre pour lui apporter son repas, et découvrit sa petite fille innocente, pendue en robe au milieux de la chambre, les yeux arrachés, défigurée, brûlée, et tournant sur elle-même au bout de la corde. À ses pieds, se trouvait sa boîte à musique, entièrement réparée, resplendissante, et jouant sa musique. L’autre boîte, elle, était carbonisée et détruite. Elle en conclut que la fille devait avoir réparée l'ancienne avec les pièces de la nouvelle, ne sachant pas pourquoi elle était morte. En état de choc, elle décida de regarder la cassette.

" Maman... regarde ma boîte a musique... tu la trouves belle ? " 




Ce fut la seule à regarder la cassette dans son intégralité. La police du comté les retrouva une semaine plus tard, répondant à l'appel du livreur de lait qui entendait des bruits bizarres quand il passait. Ils retrouvèrent deux cadavres : une mère et une fille, toutes les deux pendues, déchiquetées et carbonisées, se balançant au bout d'une corde, la boîte à musique à leur pieds. Selon les enquêteurs, la mère, prise de folie, aurait tué sa fille avant de se suicider. La maison fut déclarée hantée par la rumeur générale, et vendue à des amateurs d'histoires glauques, qui mystérieusement pour eux, moururent de vieillesse tranquillement 40 ans plus tard, sans la moindre surprise.

La vidéo, sérieusement endommagée par un petit incendie lors de sa lecture, a été récupérée en très petite partie : seul le début avait été épargné, et la bande son était en majorité illisible. Après une petite restauration de la part d'amateurs, on peut aujourd'hui imaginer à quoi ressemblait le début de la vidéo de la petite fille qui a causé son suicide et celui de sa mère. Espérons que celui-ci ne soit pas fatal.

" Maman, tu es venue me rejoindre ? Regarde, ici on a plein de boîtes à musique pour nous deux... "


13 commentaires:

  1. C'est bien ce que je disais, il y a vraiment des gens qui ne sont pas nets pour faire ce genre de dessin quand on sait le temps que ça prend, sans parler du souci du détail.

    Que l'auteur le prenne comme un compliment s'il passe par-ici un jour, ce dont je doute étant donné que les pastas n'ont pas d'origine avérée, peut-être est-il mort depuis des années.

    En tout cas, tout ça est bien dérangeant et met bien dans l'ambiance, la musique reste en tête !

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Moi, je dessine beaucoup de mangas et des trucs comme ça encore plus... Et pourtant ma santé mentale se porte à merveille... Enfin je crois

      Supprimer
  2. C'est clair que le dessin...enfin voilà quoi o_O

    RépondreSupprimer
  3. Pas mal comme histoire! Enfin, je dis bien "histoire", car il y a quelques invraisemblances qui font qu'on n'y croit pas une seconde.
    Ainsi, les nouveaux locataires sont morts dans leur lit tranquillement 80 ANS APRES LES FAITS? Des amateurs d'histoires glauques très précoces ou bien extrêmement longévifs (peut-être un fait étrange à relier à l'affaire de la boîte à musique).
    Encore un problème avec cette phrase. S'ils sont morts si tard, ça veut dire que les faits se sont produits au plus tard en 1933 (année funeste!); or faire une vidéo chez soi, c'est presque impossible avant l'invention du caméscope...
    J'ai vraiment du mal à prendre cette histoire au sérieux, et croyez bien que je fais des efforts. Les fautes d'orthographe n'aident pas: en général, ce n'est pas gênant, mais quand je lis "police du conté", j'oublie que je suis en train de lire une histoire atroce et je ris à gorge déployée: le conté, c'est le fromage!
    Bref, ça pourrait être très bien si vous preniez le temps de vous relire avant de publier. Ecrire, même sur Internet, est une activité minutieuse...
    Voilà! Le vieux con a fini son sermon. J'espère que vous ne m'en voudrez pas.

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Vous êtes verni, vous! Voilà, je viens juste de m'apercevoir que conté s'écrivait comté, aux USA comme pour le fromage... Moi qui dis qu'il faut bien se relire, ça la fout mal... Enfin, la faute est toujours là, l'honneur est sauf: ce n'est plus la police du fromage, c'est la police des crayons.
      J'en profite pour vous dire que ce site est très bien quand même, et qu'il fera désormais partie de mes lectures régulières; faut juste faire gaffe à ce qu'on écrit.

      Supprimer
    2. J'avais repéré la même incohérence, en poursuivant ma lecture je me questionnais alors sur celle-ci au lieu de replonger dans l'histoire, c'est dommage, ça bloque l'immersion. ^^

      Supprimer
    3. en fait je crois que il voulait dire comté mais c'est pas mieux c'est là que commence la hobbit et le seigneur des anaux

      Supprimer
  4. Ce n'est pas une incohérence, les histoires d'horreur ne sont pas toutes censées se terminer à la date précise de leur publication, et j'ose espérer qu'il y aura encore des humains vivants dans quatre-vingt ans !

    Concernant l'âge, si l'on sait que beaucoup d'amateurs d'histoires glauques sont adolescents, il est raisonnable de penser qu'ils aient pu vivre autour de 95 ans sans que cela constitue une incohérence. D'ailleurs, l'espérance de vie s'allonge, bonne nouvelle pour ceux qui ne sont pas trop dans le monde noir ni ne tentent le Diable ! On peut se demander comment on a pu laisser la boîte à musique si dangereuse finir entre les mains de jeunes, mais c'est là que la légende urbaine fait son oeuvre, les protagonistes eux-mêmes ne savaient pas si la mort de la fille et de sa mère étaient vraies ou pas.

    Je suis toujours à l'affût des incohérences mais je n'en vois aucune dans celles que vous avez relevées. Cependant, lorsque vous dites qu'on a du mal à y croire, j'ai un doute sur ce que vous voulez dire ; vous dites qu'on a simplement du mal à accrocher à l'histoire, ou que l'on doute qu'elle soit vrai ? La frontière entre pasta et nouvelle d'horreur est confondue depuis quelques mois. Merci de vos avis, ceci dit, en espérant vous voir sur le forum !

    RépondreSupprimer
  5. Faut être taré pour laisser sa jeune fille écouter cette musique H24. :p
    Ambiance bien dérangeante, un dessin vraiiiiment creepy, une musique assez macabre, du bon quoi !

    RépondreSupprimer
  6. Le dessin ne serait pas tiré d'un manga? :)

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Ah parce que si c'était le cas j'irai le regarder de ce pas mais c'est juste le style de dessin qui est "Manga"

      Supprimer
  7. bonjour je mapelle daniel et voila je suis entrin de ecrire un livre eque par votre otorisation a la personne qui la desiner je peux la prandre comme couverture ?merci et bonne journee .

    RépondreSupprimer