Disclaimer

DISCLAIMER
Les contenus proposés sur ce site sont déconseillés aux personnes sensibles et aux mineurs de moins de 12 ans.
Nous encourageons largement les pratiques répréhensibles qui y sont décrites.
Consultez la page À propos pour plus de détails.

Script générateur de phrases

dimanche 9 juin 2013

Zelda Ocarina of Time, la cartouche maudite

Bonjour, j'ai besoin d'aide, c'est pourquoi je recherche quelqu'un dans le même cas que moi, ça devient grave, je rêve de lui toutes les nuits...


En fait, dans mon enfance, il y avait bien un jeu que j'affectionnais particulièrement : certains parlent de leur première version de Pokémon, souvent rouge ou bleue, d'autres d'un Mario, Sonic, etc. Mais moi, c'était un jeu pour N64 : Zelda Ocarnia Of Time. Ce jeu avait juste de superbes graphismes 3D pour l'époque, un bon scénario durable, et tous les éléments pour réunir un bon jeu. C'est pourquoi j'ai naturellement eu envie d'y rejouer, cependant, il y avait un détail...


J'avais déménagé vers mes onze ans, et avais perdu la cartouche dans les cartons. Donc, je décidai d'en racheter une. Un ami m'avait conseillé : "Tu vois la rue des Oliviers, dans le quartier est ? Y'a une boutique retro, je pense que tu pourrais y trouver ton bonheur !". N'ayant nulle part d'autre où aller, je partis, confiant. Après plusieurs minutes de marche, j'étais devant ladite boutique, une certaine "Au paradis du gamer" dont l'enseigne était écrite en pixels. Le vendeur m'accueillit à bras ouverts, la boutique n'était pas louche ou quoi. D'ailleurs, elle était fréquentée de nombreux clients de ma tranche d'âge. Je farfouinais entre les rayons, quand tout à coup, entre deux cartouches de game boy advance, se tenait... Une belle cartouche d'Ocarnia Of Time 64 avec une écriture vulgaire au feutre noir : Jeu Japonais. Le jeu en japonais ? J'avais fait cinq ans de japonais dans une école spécialisée, donc je me dis pourquoi pas ? Je demandai le prix au vendeur, qui me répondit d'une voix chantante :
"Cinq euros !
-Je prends !"


je rentrai chez moi, branchai ma console et démarrai le jeu. Pas de mauvaise surprise, le jeu était bien en japonais. Le jeu commença normalement : va chercher l'épée, va voir l'arbre Mojo, va au château, etc... A un moment, je vis que mon personnage n'avait plus qu'un seul coeur. Une plante carnivore de la plaine d'Hyrule m'attaqua et l'écran de Game Over s'afficha. Mais cet écran...


...
Link était comme mort. J'aperçus au ralenti la graine toucher la tête de Link et Link s'effondrer. Sur son visage, une expression affreusement glauque était présente. Ben, c'est rien à côté : un gentil petit garçon avec un adorable sourire. Là, c'était digne du pire screamer que la terre ait porté. Puis défila lentement un texte (toujours en japonais) que j'ai retranscrit le lendemain, selon mes souvenirs :
"Vous êtes mort. Hyrule a été prise par les ténèbres et Ganon. Vous errez dans son monde. Votre âme ne trouvera jamais la paix, vous, être qui avez condamné un peuple. Mourez dans d'atroces souffrances si vous le voulez, mais votre âme continuera à errer.". Mais un détail m'interloqua. 
Ils parlent de Link ou bien.... 
...De moi ? 


Oui, je ne suis pas mort, donc c'est de Link qu'ils parlent. Mais ensuite ? "Mourez dans d'atroces souffrances si vous le voulez, mais votre âme continuera à errer.". Si Link était déjà mort, pourquoi lui reparler d'une mort ? ... Ce doit être un moyen de plonger le joueur dans le jeu, pensai-je, troublé. Alors, je continuai, choisis l'équivalent de "Continue" et repartis dans la plaine d'Hyrule. Cependant, il me manquait un coeur. Je finis par en retrouver un en coupant les herbes, mais ça restait étrange... Bref, quelques instants après, j'eus de subites nausées. Le japonais devait me donner du mal de crâne ! pensai-je encore. Quelques instants après, je vomis. J'éteignis donc la console et allai me coucher. Le soir, je me sentais mieux et attrapai mon ordinateur qui était posé sur la table de chevet. Je lançai Skype et observai les personnes en ligne. Mes parents, mon frère, ma tante, mon meilleur pote... Ma tante ! Elle travaille à la traduction des jeux Nintendo, elle sait peut-être des trucs sur ce jeu ? dans le doute, je lançai une conversation.


Moi : salut Katerine ! Cha va ?
Kat : Coucou Jonathan, ça va et toi ? Enfin, tu viens pas me parler souvent, y'a un problème ?
Moi : Bof, un peu. C'est vachement glauque la version japonaise de Zelda OOT ! o.o
Kat : Ben non, c'est comme l'Européenne je crois, non ?
Moi : Heu, non, je l'ai trouvée ce matin dans une boutique et heu...Le game over est putain de glauque ! 
Kat : Ah je viens de voir que c'est OOT, je croyais la version sur 3DS. OOT je sais pas, je bossais pas encore à Nintendo à sa sortie.
Moi : Ah, merci quand même, j'aurais voulu des infos mais bon...
Kat : Atta, j'ai un collègue en ligne, je vais lui demander !


[...]


Kat : Bon, finalement, j'ai eu des infos ! Il travaillait déjà à la sortie du jeu et m'a dit tout ce qu'il savait : apparemment, un testeur serait mort d'une crise d'épilepsie en testant le jeu. Pourtant, c'était pas une personne à risque ou quoi ! C'est super bizarre.
Kat : Bref, donc comme ils pouvaient pas recommencer le jeu entièrement, ils ont trouvé que c'était le game over qui enchaînait les images qui déclenchait les crises, donc il l'ont changé. Cependant, la cartouche qui avait été éditée (celle sur laquelle le testeur avait joué) ne put pas être changée, logique. Mais il reste un détail.
Moi : ?
Kat : Ladite cartouche ne fut pas détruite, mais Nintendo récupéra ses composants afin de les réutiliser pour en faire une nouvelle cartouche de test avec le nouveau Game Over. Mais la nouvelle cartouche subit pas mal de bugs : le game over planta, les personnages disparaissaient et réapparaissaient, etc. D'ailleurs le collègue vient de me dire qu'il existait 259 game over différents selon la situation (genre Link empalé sur des broches quand il tombait dans le vide, son corps dévoré par des loups quand il se faisait tuer, et plein d'autres)
Moi : Ah ok... Ben oui c'est glauque o/ mais je comprends pas comment j'ai pu me retrouver avec cette cartouche.
Kat : Atta, j'ai une idée ! montre moi le jeu avec la webcam, je filmerai et je montrerai aux autre demain comme ça je pourrai peut-être te renseigner ?
Moi : Bonne idée.


* Vous avez accepté de démarrer la webcam."


J'ai lancé le jeu, l'ordinateur en face avec mon casque pour entendre les instructions de ma tante. Je branchai la manette et lançai le jeu en demandant à ma tante un "Tu filmes ?" fébrile. Elle acquiesça et j'appuyai sur Start. Le jeu se lança, toujours avec une vie en moins. Je la récupérai, et partis vers le village Goron récupérer le second cristal. Mais il y avait une ambiance étrange...
Je ne sais pas quoi. Mais en tout cas, c'était bizarre. Je continuai donc vers la montagne de la mort et mourus. Comment ? Je ne sais pas. J'étais sur la route où les gorons roulent en pente, le jeu s'est figé quelques instants et l'écran game over s'afficha. Mais à la place d'un quelconque Link écrasé par un Goron ou je ne sais quoi, il y avait, sur l'écran...
...Un sourire...
...Un grand sourire avec des dents éclatantes. Je criai un "OH PUTAIN" . Le sourire semblait sortir de l'écran, et  peu à peu apparurent deux points rouges, comme des yeux qui grossirent jusqu'à devenir gros comme des boules de pétanque. Puis l'écran avec le texte défila, mais le texte avait changé et défilait deux fois plus vite, c'était impossible de lire. Finalement, j'ai demandé à ma tante la vidéo et j'ai pu traduire :
"Tu te confies, mais sache que tu joues au jeu du destin qui a pris une âme."


Je ne savais pas ce que ça signifiait, mais ça m'inquiétait. J'éteignis la télé, troublé. Bordel, de quoi Link était-il mort ?! Je retournai sur Skype et vis sur l'écran que ma tante était comme figée, bouche bée. Je l'appelai via le micro.
"Heeey ! Kat' ! Heu, ça va ?
-Hein ? Heu, oui... dit-elle en reprenant ses esprits.  Je me sens bizarre, je vais y aller. A un de ces jours...
-Bye!".  


Je me dis qu'il fallait enquêter sur ce jeu. Donc le lendemain, à 11H pile, je sortis et partis vers Au Paradis du Gamer. Je suis arrivé sur le comptoir et ai claqué la cartouche d'un coup sec contre la caisse et j'ai hurlé. Hurlé, oui. Peu importe comment les gens me regardaient, c'est leur problème. Donc j'ai hurlé :
"QUI VOUS A VENDU CETTE FOUTUE CARTOUCHE ?". 
Un vendeur est sorti de la réserve et m'a demandé de me calmer. Il a pris la cartouche, a regardé la facture et l'étiquette du jeu et a entré ça sur un ordinateur. Après quelques recherches, il m'a dit :
"Ce jeu nous a été vendu par un monsieur chinois. 
-SON NOM ?
-Calmez-vous, monsieur. Déjà, je n'ai pas le droit de le divulguer selon nos principes. Et puis, je sais pas lire le chinois, je vous l'écris si vous voulez."
Je fis le tour et regardai l'écran d'ordinateur. A ma non-surprise, c'était du japonais et non pas du chinois. Juste à côté, il y avait une adresse mail.
"Je vais noter son nom, merci bien monsieur."


Je sortis un stylo et un papier, écrivis le nom et plus discrètement l'adresse mail, puis rentrai chez moi. Epuisé, je m'affalai sur mon lit en m'endormis.


"Hey, John'...Regarde-moi.... Regarde-moi, moi, Zelda..."
J'entendis cette phrase et levai les yeux. Je ne savais pas si je rêvais, mais... Zelda était là, adulte, revêtue d'une longue robe de mage. Elle me fixait.
"On a...Besoin de toi...."
Elle me souriait tendrement. Soudain, mon rythme cardiaque s’accéléra sans raison. Je sentis mes pieds se décoller du sol. Je montai vers la princesse, posai ma main vers son épaule. Et soudain, ses yeux bleus se rougirent et son sourire s'allongea, digne du chat d'Alice aux pays des merveilles. Le corps de cette dernière se rétrécit et ses yeux se bridèrent, ses cheveux se raccourcirent et devinrent noirs, et... Et... Elle avait une tête du parfait stéréotype asiatique. Elle m'attrapa à la gorge et la serra. Je ne pouvais plus bouger, j'étais pétrifié ! La peur monta en moi, quand soudain une voix familière retentit.


"Jonathan ! JONATHAN TU DORS ?"
Je fus réveillé en sueur par mon coloc', Arnaud, qui revenait d'un voyage en Amérique. 
"Hey, bro.... ça va ? lui demandai-je essoufflé.
-Mieux que toi on dirait ! me répondit-il en riant. Allez, dis-moi ce qu'il se passe ! T'as fait un vilain cauchemar ? T'as cru qu'un méchant loup voulais te dévorer ? Ahah, non je déconne ! Non sérieux dis, il se passe quoi ?
-... C'est trop long à t'expliquer."


Je me levai, allumai la Nintendo 64 et me débrouillai pour finir game over à cause d'un Goron qui me roule dessus. L'écran de Game Over s'afficha avec un Goron qui roule sur Link et lui fait gicler le sang. Arnaud me susurra :
"Oh la vache, ce jeu hacké !... Tu l'as eu où ?
-Hacké, je sais pas. Où ? A la rue des Oliviers, dans une boutique rétro."
Je lui racontai l'histoire et remarquai le papier avec le mail du japonais posé sur la table. J'envoyai le mail suivant : (copié-collé de ma boîte d'envoi)


"Monsieur,


J'ai acheté le jeu que vous avez vendu dans le magasin "Au paradis du Gamer" de *******, en France (donc j'en conclus que vous parlez français), et j'aimerais savoir où vous l'avez obtenu, et ce qu'il a de particulier, c'est très important pour moi.


                                                                                    Merci,
                                                                                               Jonathan *******"


Quelques heures après, je reçus une réponse, toujours copié-collée :


"Bonjour, je suppose que vous voulez parler du jeu Zelda Ocarnia of Time ? Si oui, pouvez-vous me rejoindre sur Skype ? C'est trop compliqué à expliquer comme ça. ( Mon pseudo : *****)


Cordialement."


Curieux, je me connectai sur Skype et cherchai le pseudo. J'invitai à démarrer la caméra et le japonais accepta. Et là...


Là... Sous mes yeux... un homme, avec des yeux rouge sang. Et un grand sourire. Il m'a fait bonjour de la main et j'ai coupé la webcam, effrayé. J'eus un mauvais pressentiment. Je fonçai sur Google image et tapai le nom du vendeur. Je cliquai sur la première image, regardai la page. 
"Les actualités : Plus d'un bêta testeur est mort d'une crise d'épilepsie, les jeux-vidéos sont-ils dangereux ?"


10 commentaires:

  1. C'est vraiment dommage.. Aucune originalité. Maintenant on se met a comparer d'autre pastas dans les pastas ? :x Ca aurait pu être bien, mais... Voilà. C'est dommage. :/

    RépondreSupprimer
  2. Au début je me disais que même si c'était pas original y'avait un coté réaliste dans les dialogues etc mais la fin est trop irréaliste...

    RépondreSupprimer
  3. Dommage, il y a du potentiel, mais la fin est trop abrupte (à moins qu'il y ait une suite?).

    RépondreSupprimer
  4. J'ai vu zelda, cartouche maudire, j'ai meme pas voulu lire la premiere phrase

    RépondreSupprimer
  5. L'irréalisme de la pasta c'est de trouver OOT à 5€ dans une boutique de rétrogaming xD

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Irréaliste ? J'ai déniché Mortal Kombat Deception pour 16€ en état neuf (54€ en grande surface) en 2006 - 2007 dans ce genre de boutique qui vendait des perles comme Goldeneye 007 à 10€ et malheureusement, elle a disparue en laissant place à une boutique dédiée aux jeux récents et autres goodies Naruto, etc...

      Supprimer
  6. Hey, pas mal, cette histoire. En revanche, elle fait un peu "travail inachevé"... :( C'est dommage.
    Mais elle m'a beaucoup rappelé la vidéo de mon Youtuber préféré, nommée "HACKED ZELDA NIGHTMARES". Dans cette vidéo, il nous montrait comment il pouvait, en quelques sortes modifier Link, lui donner des postures assez déroutantes, et une expression rappelant énormément celle du Link de ton histoire...

    RépondreSupprimer
  7. Bof , elle est un peu rapide et pui sa fais pas trop flipper... Et pour cette creepy pasta tu t'est inspirer de la creepy pasta de Ben : la cartouche pa normal, un mec qui est mort et qui a eu contacte avec le jeu et les rêve chelou .... Et pui la fin je trouve qu'elle est faite un peu à la waleguen

    RépondreSupprimer