Disclaimer

DISCLAIMER
Les contenus proposés sur ce site sont déconseillés aux personnes sensibles et aux mineurs de moins de 12 ans.
Nous encourageons largement les pratiques répréhensibles qui y sont décrites.
Consultez la page À propos pour plus de détails.

Script générateur de phrases

samedi 20 juillet 2013

The PAINting

Je suis certain que vous la connaissez, que vous l'avez déjà expérimentée, que vous vous êtes rendus compte de son existence. Elle vous a peut-être fait peur, ou bien... vous a amusé. Vous vous posiez des questions à son sujet mais pourtant son effet durait, s'éternisait. Vous la connaissez, oui.



De quoi je parle ? D'une impression, d'une illusion... Ne vous êtes vous jamais senti épié par un tableau, suivi du regard par un portrait ? Que vous vous déplaciez dans une direction ou une autre, le regard fixe du visage peint ne vaquait pas, il vous suivait, quelle qu'était votre position par rapport à lui.
Bien sûr, de nombreuses raisons ont fait surface par rapport à ce phénomène mais depuis un certain jour, je n'avale plus ces statistiques et solutions scientifiques, car je sais que quelque chose de bien plus sombre se cache derrière ce fait.



Ce jour, c'était le 21 décembre 2009, un lundi si mes souvenirs ne me font pas défaut. Vous connaissez la date, mais qu'en est-il du lieu à présent ? Je pense que cela n'importe que peu et puis ça pourrait conduire un certain nombre de curieux à se rendre à cet endroit. Je vais donc tenir l'emplacement de l'événement flou, pour votre bien. Ce que je peux dire, par contre, c'est que ça s'est passé dans une maison de campagne plutôt isolée, un endroit qui servait de résidence de vacances à une famille ordinaire, cette maison était le fruit d'un héritage.



Quels sont les faits, à présent ? Ce sont des faits bien sombres qui se sont affaissés sur une personne, cette personne portait le nom de Jim. Portait.
C'était un adolescent âgé de 16 ans, simple, banal, rien ne sortait de l'ordinaire chez lui, au contraire sa vie était bien plate, peut-être même un peu trop, si l'on juge les disputes de famille ordinaires.



Jim rêvait d'aventures, de vacances. Les disputes incessantes au sein de son foyer l'ont contraint à entamer une fugue. Cette fugue le conduit jusqu'à la maison qui appartenait à sa grand-mère maternelle. Une grand-mère qu'il n'avait jamais eu l'occasion de voir, décédée peu de temps après sa naissance.



Cette maison ne se tenait pas très loin de son lieu de résidence primaire, mais pas trop près non plus, ce ne serait pas le premier endroit où on le chercherait et il le savait, voilà la raison qui l'avait poussé à arrêter son choix ici.



La première chose que Jim a fait en arrivant à destination, c'était bien entendu de vérifier qu'il était bien seul. Personne ne répondait à ses appels, ses recherches n'aboutirent sur personne : il était bel et bien seul. Il défaisait son sac et s'installait dans ce qui était une chambre. Les murs étaient gris poussière, les meubles étaient usés et peu de lumière filtrait, la faute à une fenêtre trop petite et à l'absence d'autres fenêtres.



Jim se souciait peu de cette luminosité, ça lui convenait même plutôt bien, il cherchait simplement le calme. Mais s'il ne se souciait pas de ça, autre chose attisait sa curiosité : un tableau. Un portrait était accroché sur le mur, à l'opposé du lit, un portait entouré d'un cadre en bois, qui paraissait solide.



La peinture représentait la tête d'une femme, celle-ci avait un côté... spécial, original. La particularité du tableau était que les yeux, bien que présents, semblaient vides. Encore un truc de peintre qu'il ne pouvait pas saisir, pensait Jim. Il ne savait pas qui était la femme en question – et encore moins si elle existait – mais ce qu'il savait est que ce n'était pas sa défunte grand-mère, qu'il avait déjà vu à plusieurs reprises sur diverses photos.



Ce n'est pas ce que représentait le portait qui dérangeait Jim, c'était le fait qu'il le fixait. Oui, les « yeux » le pointaient directement. Pire, quand Jim se déplaçait, le regard le suivait. Agacé et décidé à tirer ça au clair, il s'était approché du tableau, les yeux le fixaient toujours. Il patienta devant cette peinture pendant une dizaine de secondes puis, brutalement, la direction des yeux vacilla. Les deux yeux peints regardaient dans une direction précise : le coin inférieur droit du tableau.



Il y avait une petite inscription dessus. Jim se pencha pour pouvoir la lire : « Ne te retourne pas ».
Effrayé, Jim ne respecta pas la consigne et se retourna. Derrière lui, il n'y avait rien, tout était normal. Il s'apprêtait à se retourner à nouveau vers le tableau quand il sentit une lame froide pénétrer son dos et lui transpercer le ventre.







Il ne faut jamais tourner le dos à un portrait, jamais.

Voici une reconstitution de ce à quoi ressemblait le portrait :
 



11 commentaires:

  1. J'aime bien ! Juste dommage.... Un tableau pareil c'est très peu probable...Surtout dans une chambre... Même s'il avait été mis là pour cette raison...
    Et très cliché aussi je trouve, les yeux noirs avec deux points blancs... Mais le contexte est plutôt original :)

    Ceci dit si j'arrive dans une chambre et qu'un tel tableau s'y trouve, j'y reste pas! Je m'amuse même pas a le fixé x)

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. D'où tu me traite de tarlouze ducon ? -_-

      Supprimer
    2. tg trou duc PUTAIN DE /MRD

      #bite

      Supprimer
  2. En même temps si sa grand-mère ressemblait à sa faudrait se poser des questions...

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Bah surtout si ce desastre physique se transmet en s'amplifiant a chaque generation... nyuuuh je veux pas connaitre sa gueule a lui! :p

      Supprimer
    2. Et imagine la tète de ses propres petits enfant (s'il avait eu le temps d'en avoir ^^) qui découvre son portrait

      Supprimer
  3. L'histoire, mouais ... Par contre, le lien avec l'image qui te surgit en pleine face, wouaah ! Genre, la grand mère qui a un tableau comme ça chez elle ... Elle avait des goûts spéciaux hein xD

    RépondreSupprimer
  4. #screamerdetonperelechameau

    RépondreSupprimer
  5. Histoire un peu flippante, bien écrite, bref, z'adore *^*

    RépondreSupprimer
  6. Je sais pas pourquoi mais j'ai flippé en voyant la photo alors que je suis plutôt habituée aux images horrifiques. La fatigue sûrement..

    RépondreSupprimer