Disclaimer

DISCLAIMER
Les contenus proposés sur ce site sont déconseillés aux personnes sensibles et aux mineurs de moins de 12 ans.
Nous encourageons largement les pratiques répréhensibles qui y sont décrites.
Consultez la page À propos pour plus de détails.

Script générateur de phrases

lundi 28 octobre 2013

L'autre monde

Nous étions arrivés en début de journée à la plage, située en France au bord de la mer Méditerranée. Tout ce que je peux savoir sur les hommes ayant participé à cette intervention a été classé comme étant confidentiel. Il m’est entièrement interdit de révéler leur véritable identité. Il est donc préférable que je leur donne de faux prénoms durant mon témoignage.       

  
     

  
     


 

  
     

  
     

Le photographe faisait lui aussi partie de ces commandos. L’objectif de cette opération devait être, soi-disant, une recherche de désinformation. Le dispositif qui avait été mis en place fut relativement simple, nous devions surveiller la mer. Moi et Thierry, avions été désignés pour être les deux seuls plongeurs. Je me souviens que notre responsable nous était inconnu, mais il avait pourtant bien pris connaissance de ce que nous devions réellement rechercher à cet emplacement exact.   
     

L’intention de cette mission consistait à appréhender un homme qui rôdait dernièrement aux alentours de la plage. Nous ne savions rien de plus sur cet individu. Aucune question n’avait le droit d’être posée sur la personne que nous devions rechercher. Seul le responsable pouvait prendre la parole et donner des ordres. C’était la première fois que je participais à une intervention dans laquelle nous ne savions pas dans quel genre de danger nous nous mettions. Deux de mes collègues, Paul et Michael, étaient chargés de préparer les bateaux qui avaient été mis en place avant notre arrivée. Deux autres s’occupaient d’analyser la mer comme le responsable leur avait ordonné. Tandis que moi et Thierry devions enfiler notre combinaison.  
     

Quelques minutes plus tard, nous étions tous prêts. Chacun de nous commençait à s’installer dans l’un des deux bateaux mis à disposition, quand nous avons aperçu l’homme pour la première fois. Il était en train de nager à environ 300m de la plage. La première question que je me suis posé, c’était: d’où sortait-il ? Mes deux collègues qui avaient été désignés pour s’assurer que personne se trouvait à la mer pendant les préparations l’auraient sans aucun doute remarqué, vous ne croyez pas ? Il ne nous quittait pas des yeux et n’avait pas du tout l’air anxieux à l’idée, je pense, qu’il savait très bien qu’on allait venir le chercher. Non, au lieu de ça, il nous dévisageait, nous narguait. C’est à ce moment précis que j’ai compris qu’on nous cachait quelque chose que n’importe qui aurait le droit de savoir. L’homme plongea au moment où nous avions démarré les bateaux afin de rejoindre sa position.        
 




 


 
     

  
     

       

  
Nous avons environ pris une minute pour atteindre sa dernière position, mais l’homme n’était toujours pas remonté à la surface. Nous avons tout de même éteint les moteurs. Tout était calme, nous étions tous concentrés sur cet homme qui savait très bien ce qu’il faisait. Les minutes passèrent mais il n’y avait toujours aucun signe du nageur. C’est alors que notre responsable ordonna à Thierry de plonger afin de commencer les recherches. Je trouvais cela étrange qu’il doive y aller seul. Le responsable savait-il exactement à quoi s’attendre ?       
        
Nous commencions à nous inquiéter car cela faisait une dizaine de minutes et Thierry n’était toujours pas remonté à la surface. Je pris mon courage à deux mains et je demandai au responsable de plonger à mon tour, mais il refusa sans trop réfléchir. Je m’obstinais pourtant à tenter de voir quelque chose au fond de la mer. Il n’y avait aucune trace de lui ou de l’homme que nous recherchions. Par la suite, moi et l’équipage avons été surpris par un bruit strident accompagné d’ultrasons, ce qui donnait une espèce de hurlement qui nous était inconnu. Ce son ne s’arrêtait plus. C’est alors que Thierry remonta à la surface pour regagner le bateau. Il était affolé, paniqué, terrifié. Nous l’avons donc aidé à remonter à bord. Il voulait absolument retourner sur la plage. Thierry n’osa rien révéler sur ce qu’il avait vu dans l’eau. Mais nous avions quand même compris que ce qui l’avait terrifié n’avait rien d’ordinaire.       

  
     

  
     


 

  
     

  
     

       
     

  
En revanche, il n’y avait toujours aucun signe de l’homme qui était sans doute à l’origine de l’incident qui avait complètement paralysé Thierry de frayeur. Les hurlements, quant à eux, avaient cessé. Le responsable me regarda puis m’ordonna à mon tour de plonger. La peur de découvrir ce qui avait sinistrement tétanisé Thierry m’envahissait. Pourtant je n’avais pas le choix et je devais exécuter les ordres d’un inconnu.       
        
Avant de m’aventurer un peu plus au fond de la mer, je regardai attentivement autour de moi. Il n’y avait personne. Pourtant j’entendais de nouveau ces hurlements qui semblaient être très loin. Puis ces cris se rapprochèrent de plus en plus à une vitesse incroyable, comme si on augmentait le volume. J’ai donc compris que ça venait de derrière moi, et je me suis retourné. Je voyais cet homme nager à une allure hallucinante. C’était inhumain de le voir se déplacer avec une telle facilité. Il tournait autour de moi comme un prédateur prêt à chasser sa proie. Il m’était impossible d’attraper cet homme tout seul. Je savais très bien que je ne ferais pas le poids. Il s’approcha d’un seul coup en ma direction. Me sentant littéralement en danger, je suis remonté à la surface sans plus attendre. J’avais bien du mal à remonter dans le bateau sûrement dû à la panique, mais pourtant personne ne m’aidait. Ils se contentaient de me regarder. L’homme surgit derrière moi et me projeta à nouveau dans la mer. J’essayais de me débattre mais sa force était bien supérieure à la mienne. Il m’enfonça de plus en plus au fond de l’eau.        
        
Je me souviens, lorsqu’il m’emmenait au plus loin avec lui. Un flash m’avait radicalement aveuglé pendant de nombreuses minutes. Puis je distinguais des couleurs inimaginables dont personne ne connaît l’existence. Des couleurs qui nous sont totalement inconnues. Je ne pourrais même pas vous les décrire. J’entendais quelque chose d’incompréhensible qui me rendait malade à en devenir fou. L’homme avait disparu mais pourtant il y avait autre chose qui me transportait et qui m’empêchait de m’en aller. Je n’arrivais plus à distinguer les fonds marins à cause de ces étranges couleurs. J’ai, par la suite, sans doute perdu connaissance puisque je ne me rappelle de rien. À mon réveil, j’étais couché dans un camion de l’armée et l’un de mes collègues m’a précisé par l’intermédiaire d’un message que cela faisait cinq jours qu’il me recherchait depuis que l’homme m’avait remis à la mer. Depuis ce jour, je ne peux plus marcher, ni entendre quoi que ce soit. Je ne sais pas et je ne saurai jamais ce qu’il s’est vraiment passé ce jour-là.        
        
Je vous raconte cette histoire, qui certes, date de plusieurs années, alors que je ne le devrais pas, parce qu’un nombre important de disparition ont été signalées depuis ces vingt derniers mois aux alentours de la plage où avait eu lieu la recherche. Toutes concorderaient par l’agissement de cet homme. Des bateaux ont aussi été retrouvés vides en plein milieu de la mer.  Certaines personnes ont été victimes des mêmes handicaps que moi. Les membres de l’équipage qui avaient participé à cette opération n’en savent pas plus que moi sur l’identité de l’homme qui avait également attaqué Thierry. Tout ce qu’on sait maintenant, c’est que cette chose est particulièrement dangereuse.       




 

10 commentaires:

  1. Superbe pasta! C'est rare de voir une pasta sans avoir à lire une scène particulièrement gore! Et les images nous plonge dans l'histoire on pourrait carrement y croire.

    RépondreSupprimer
  2. Je suis tout à fait d'accord elle m'a bien fait flippé celle-là, bravo à toi!

    RépondreSupprimer
  3. Les commentaires ont tout dit bravo tripoda :)

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. ... ce n'est PAS Tripoda, c'est juste l'admin qui poste les pastas. Quelques pastas sont de Tripoda comme "les besogneux ", mais la non. Ici cette pasta a etait ecrite par hainy wan qui a ecrit aussi. Le fort de crystal.

      Supprimer
    2. Exact. Si vous tenez à mentionner le nom de l'auteur, allez faire un tour dans cette section du forum où se trouvent toutes les pastas publiées: http://www.creepypastafromthecrypt.com/f11-Creepypastas-acceptees.htm
      Vous n'aurez qu'à lire juste à côté du titre le pseudo de celui qui a créé le sujet.

      Cela dit, merci de me permettre de récolter toute la gloire à la place des auteurs!

      Supprimer
  4. Enorme j'aime beaucoup ! La rien a dire d'autre !

    RépondreSupprimer
  5. J'ai vu la vidèo sur YouTube :D si sa vous intéresse je vous met le lien :)

    RépondreSupprimer
  6. http://www.youtube.com/watch?v=4vKLzl9hIaU c'est tiré de cette vidéo, une série de fictions qui mettait en valeur le pouvoir de l'image !

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Les documents interdit, bien expliqué mais limite plagia, les video valent mieux le coup... :(

      Supprimer
  7. Oui c'est le résumé de la première histoire de ce documentaire.un peu facile..

    RépondreSupprimer