Disclaimer

DISCLAIMER
Les contenus proposés sur ce site sont déconseillés aux personnes sensibles et aux mineurs de moins de 12 ans.
Nous encourageons largement les pratiques répréhensibles qui y sont décrites.
Consultez la page À propos pour plus de détails.

Script générateur de phrases

dimanche 17 novembre 2013

Leçons des ombres d'Hiroshima (Lessons from the shadows of Hiroshima)

« Papa ? Pourquoi est-ce qu'ils nous détestent ? »

« Oh chérie, on dirait qu'ils nous détestent mais c'est plutôt comme s'ils nous avaient choisis. »

« Mais papa, je ne voulais pas être prise! »

« Moi non plus ma belle, mais malheureusement c'est la volonté de l'homme plus puissant et du Dieu plus grand. Ce sera la dernière guerre nucléaire que le monde verra. Il y a un vieux proverbe qui dit qu'on doit détruire avant de pouvoir créer. C'est comme quand tu joues avec tes Legos. Une fois que tu as construit quelque chose ne dois-tu pas le casser pour refaire autre chose plus grand et mieux ? C'est la même chose avec les hommes et les villes. »

« Ils ne pouvaient pas choisir d'autres villes ? »

« Ils l'ont fait, ma petite, plein d'autres. Mais nous avons été choisis parce qu'on consommait trop. Il n'y a plus assez de nourriture et de matériaux pour tout le monde. Et c'est pour ça qu'il y a trop de méchanceté dans le monde maintenant. Tu sais à quel point ça peut faire peur quand toi et ton frère viennent au marché avec nous, non ? »

« Oui papa. »

« Maintenant, ça fait neuf minutes que les sirènes se sont arrêtées, je veux que tu sois brave mon ange. Nous allons devenir immortels à partir d'aujourd'hui. Ça veut dire qu'on va vivre pour toujours. Plus de douleur, plus de faim, plus de blessures. Ça ne sonne pas trop mal non ? Il est temps pour nous de se dire au revoir, je t'aime tellement mon bébé. Je suis si fier de toi. Maintenant allons dehors avec nos panneaux. »

Les membres de la famille Smith accrochent leurs panneaux dessinés au pochoir sur le dos et au-dessus de la tête. Pendant qu'ils se positionnent devant une dalle de marbre large, immobile, ils se mettent en rang, serrent les poings et ferment les yeux. Les larmes coulant le long de leurs joues s'évaporent immédiatement, tout comme leurs corps, une fois que le souffle atomique les atteint. Leurs ombres permanentes brûlent contre le marbre, laissant un message pour les survivants de la Grande Réduction, « Nous vous pardonnons, ne soyons pas vains. »



Traduction: Epinedesapin

Creepypasta originale ici.

6 commentaires:

  1. Très belle creepy, réveille des émotions, pas celle commune à ce qu'on a l'habitude de ressentir ici mais c'est vraiment touchant, le regard du père quant à la bombe et qui l'explique à sa fille est vraiment beau :)

    RépondreSupprimer
  2. Je crois que c'est vrai que des ombres étaient imprimés lors de l'explosion, très belle creepy
    Merci au trad, tu as fais un bon choix avec cette pasta :)
    #R

    RépondreSupprimer
  3. Et dire que les américain critiquais le 3 Reichs et nous ont aider à nous en débarrassée juste parce qu'il avais peur de la bombe atomique. Voila que après il ne font pas mieux avec Hiroshima, encore une belle leçon des donneurs de leçon sur la liberté et la démocratie :)

    RépondreSupprimer
  4. Très bonne creepypasta en effet, juste une question, pour la famille Smith ? Autant que je le sache, durant la seconde guerre mondiale, tout les étrangers occidentaux présents au Japon sans exceptions été soit exportés, soit dans des camps de travail.

    RépondreSupprimer
  5. Cela ne ressemble pas à une pasta, mais c'est un texte court et émouvant à la prose agréable. Je suis au moins heureux d'avoir pu le lire, même s'il n'a pas l'air d'avoir sa place ici.

    RépondreSupprimer
  6. très belle histoire, émouvante bien qu'on ne peut pas non plus l'appeler "creepypasta" , a moins que la pancarte contenant le message aie quelque chose d'assez fantomatique... je ne sais pas comment l'expliquer mais en gros... si cette pancarte a survécu a l'explosion (même si j'en doute) elle représenterais la force de l'esprit de cette famille.

    RépondreSupprimer