Disclaimer

DISCLAIMER
Les contenus proposés sur ce site sont déconseillés aux personnes sensibles et aux mineurs de moins de 12 ans.
Nous encourageons largement les pratiques répréhensibles qui y sont décrites.
Consultez la page À propos pour plus de détails.

Script générateur de phrases

mardi 19 novembre 2013

Réalité augmentée

« Regardez il se réveille! »

J'ouvris les yeux, une lumière blafarde m'aveuglait. J'étais où putain ?

« Patient numéro 13 sauvé docteur »

...Docteur ? J'suis à l'hosto'... Merde. Qu'est-ce que j'ai pu faire comme connerie encore... Je ne me souviens absolument de rien...
Mes yeux me piquent, mais j'arrive plus à les fermer, ça fait un mal de chien. J'essaye de parler, d'ouvrir la bouche, mais impossible... 'Tain.. C'est quoi ce truc froid et métallique qu'ils m'ont mis?

« Les cordes vocales ont été touchées docteur »

Quoi ? Mes cordes vocales ?! Pas étonnant que j'puisse plus parler nom d'un chien... Reste calme Jack, tout ira bien, ils vont te soigner ça hein....
J'suis tellement désespéré que j'en viens à me parler à moi-même... Tss... Tiens donc, une autre infirmière, elle amène quoi là ? Une putain de seringue. Je crois qu'ils vont m'endormir.

« Ne vous en faites pas monsieur, nous allons vous soigner ça. »



À nouveau cette lumière blafarde, ma vue est trouble... C'est quoi cette pièce blanche... ? J'aurai déjà atteint le septième ciel ? Pas possible. J'essaye de parler mais toujours rien, cette fois-ci j'ai comme un scotch sur la bouche. J'arrive pas à bouger non plus, une camisole ?! Hey, j'suis pas un fou !

« Éteignez les lumières »

Tiens, l'docteur est là derrière la vitrine, c't'enculé. Et il fout quoi là ? … Pourquoi ils ont tout éteint ? … Des lignes... Un quadrillage... Ils me font quoi là ? Ils étaient pas sensés me soigner ?

« Préparez le test de réalité augmentée »

… Le test de quoi ? … Tiens, j'peux bouger maintenant ? … La pièce a changé, c'est tellement sombre, mais j'arrive à distinguer des trucs... Des poupées, un lit... une chambre ? De gamine peut être..

Je commençai à avancer dans la pièce avant de m'arrêter devant un meuble.

Une photo ? … On dirait une famille, une mère et... Un enfant je crois, je ne vois pas bien, la photo est plus que floue... j'ai tout d'même l'impression de voir quelque chose d'étrange en arrière plan...

Je reposai la photo et continuai de regarder dans la chambre, la lumière ne fonctionnait visiblement pas... J'ouvris les rideaux.

Un jardin plus que commun... Attendez...

Je plissai les yeux en voyant quelque chose bouger.

Y'a un machin noir qui se déplace là-bas dehors, j'vois pas bien mais ça doit pas être important.

Je sursautais en entendant un rire de poupée et me retournai immédiatement, le cœur battant. Une lumière rouge clignotait. Un portable avec clapet. Je l'ouvris, il avait pour fond d'écran un ours en peluche en forme de loup, la véritable peluche était d'ailleurs placée à côté du meuble avec la photo. Je retournai mon regard vers la lumière, celle du portable, et remarquai qu'un nouveau message avait été envoyé.

« Cours. »

Mon cœur semblait se décrocher en lisant ce simple mot. Je posai le portable et me dirigeai vers la porte pour sortir, la peluche se trouvait devant la porte.

'Tain c'est quoi c'bordel... J'ai plus l'impression d'avoir tous mes esprits...

Je me dirigeai vers la fenêtre mais celle-ci était bloquée. Je reculai et revins vers la porte, attrapai la peluche et tournai la poignée métallique pour ouvrir et sortir.

Fait encore plus sombre que dans la chambre... C'est quoi cette chose gluante sous mes doigts ? Ça schlingue ! J'arrive même pas à déterminer ce que c'est...

Quelque chose était sous mes pieds également mais j'savais pas ce que c'était... Je ravalais ma salive et fermais fort les yeux avant de continuer, le rire de poupée recommençait derrière moi avant que j'entende le plancher craquer . Je soufflai et décida de courir aussi vite que possible, je dévalai les escaliers avant d'arriver dans ce qui ressemblait fortement à un salon. Une grande table conviviale était au milieu...

Attendez..C'est moi ou j'entends ..Des rires ? Non, mon esprit me joue un tour c'est pas possible...

Apparemment non, j'entendis une des chaises se reculer, puis une autre. Mon cœur s'emballait. Où j'étais bordel ? Je reculai avant d'apercevoir une ombre furtive au coin de mon œil, je basculai en arrière en lâchant la peluche. Je claquais des dents et mes jambes étaient comme paralysées...

Des pas couraient au dessus de ma tête, quelque chose arrivait... Quelque chose descendait. Je regardais de tous les côtés, cherchant quelque chose pour me défendre, mais ne trouvai que le portable qui se remit à avoir un rire étrange. À nouveau je regardai le message.

« Ding-Dong. »

Ding-Dong... L'heure avait sonné ?! Faut que je me dépêche.

Je me relevai d'un coup et courus à nouveau. Je ressentis une vague de froid, comme si j'avais traversé quelque chose, le plancher craquait, les pas augmentaient. Une voix... Une voix de gamine résonnait derrière moi.

« Papa, est-ce que c'est toi mon papa ? »

Je me retournai, rien.

Un frisson d'effroi me parcourut le corps. Je continuai jusqu'à sortir dans le jardin, cette voix résonnant toujours derrière moi.

« Papa, c'est vraiment toi ? »

Je secouais la tête, c'était pas possible.

Je courus jusqu'à arriver au portail, je l'ouvris avec difficulté à cause du tremblement de mes mains.

« Papa, pourquoi m'as-tu abandonnée ? »

Je sortis et me retrouvai dans la rue, les lampadaires clignotaient. Je respirai profondément pour tenter de me calmer...

Des pas... Ils résonnent dans ma tête comme des parasites.

« Papa ? »

« Papa c'est toi ? »

« Papa, est-ce que tu reviens bientôt ? »

Je sentis un frisson, mon visage se tordant dans un rictus douloureux.

Cette chose, elle était là, devant moi, difforme, horrible... J'arrive pas à définir son visage. Faut qu'je coure ! Vite ! Putain ! Mes jambes, allez, bougez !

Je regardai de nouveau en face de moi et pour la première fois de ma vie, je sentis la vraie terreur m'envahir lorsqu'elle asséna son dernier coup. 

« Papa, est-ce que c'est toi mon papa ? »







« Test échoué, le patient 13 est perdu. »
 
 

13 commentaires:

  1. Ca me rappel Doctor Who ^^ Un épisode avec un ptit n'enfant avec un masque a gaz qui est toujours après sa mère "Maman c'est toi ma maman ?"

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Putain j'ai aussi pensé à ça

      Supprimer
    2. Mummy? Are you my mummy? j'y ai pensé aussi!

      Supprimer
    3. mamaaaan c est toi ma maman maman c est toi *
      ps commentaire de toy springtrap

      Supprimer
  2. moi sa me fait penser au mange lumière d'une autre pasta

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Ouais ils en ont fait un jeu "MAERE" (surement de MAnge-lumiERE), que kiki a testé dans un kiki horror show

      Supprimer
  3. Moi ça me fait surtout penser que le mec qui a écrit ça devrait prendre quelques cours de conjugaison. Nan parce que pour moi, je trouve que c'est plutôt dur de bien apprécier un texte où on change de temps de conjugaison à tout bout de champ, sans la moindre raison apparente (au début je me suis dit qu'il alternait le fait qu'il pense dans l'instant présent avant de passer sur le temps de narration, comme si ses pensées étaient en fait comme inclus dans les dialogue, mais étant donné qu'avec cette phrase : "Cette chose, elle était là, devant moi, difforme, horrible... J'arrive pas à définir son visage. Faut qu'je coure ! Vite ! Putain ! Mes jambes, allez, bougez !", les deux temps sont mélangés, ça le fait pas vraiment je trouve. ._.

    RépondreSupprimer
  4. Bon sang, soyez indulgent un peu .__.
    La personne qui a écrit cette creepypasta s'est donné du mal! Puis pour la conjugaison, le texte a été corrigé, donc, débrouillez vous avec le correcteur.
    Elle s'est un peu inspirée de Doctor Who mais sans plus et elle n'a même pas pensée à ma pasta "Le mange Lumière" lors de l'écriture, je suis d'accord qu'on met ce que l'on veut en commentaire mais, il n'y'a rien qui puisse aider l'auteur à s'améliorer avec des commentaires pareil!

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Hé bien vois-tu, je ne faisais qu'exprimer ma manière de penser. Si de nos jours, on ne peut plus dire que l'on aime ou non telle ou telle histoire tout en précisant pourquoi, sous le prétexte que ça n'aide pas l'auteur, j'ai envie de te dire vive la liberté d'expression !
      De plus, j'ai précisé ce qui selon moi n'allait pas dans cette pasta. Je n'ai fait que mettre l'auteur en face de ses erreurs, ce qui, en soit, peut aider ce dernier à s'améliorer. Je conclus par le fait qu'il ne faut pas confondre indulgence avec cirage de pompe. l'indulgence pardonne quelques erreurs, cirage de pompe veut dire (selon moi) mettre en avant une personne alors qu'elle n'a pas encore vraiment ce qu'il faut pour.
      Bon après, peut-être effectivement que j'ai été un peu trop direct dans mon commentaire précédent, mais bon, j'aime pas vraiment tourner autour du pot non plus.

      À bon entendeur, cordialement.

      Supprimer
    2. Lorsque je disais "Les commentaires n'aident pas l'auteur" je parlait bien entendu des fameux "Oh tient, ça me fait penser à ci, à ça" ce genre de truc n'aide Franchement pas et je pense avoir bien mit ce qui n'aidaient pas, m'enfin.
      Donc, mon commentaire ne s'adresse pas spécialement à toi, aucune raison de te sentir visé cher Anonyme.

      Supprimer
  5. Je n'ai absolument pas compris cette pasta conduite par une narration peu efficace à mon sens, notamment l'histoire "du rire de peluche". Comment peut-on définir le rire d'une peluche ?

    RépondreSupprimer
  6. patient 13 coïncidence ? On sauras jamais

    RépondreSupprimer
  7. Honnêtement... C'est mieux si on évite de donner des noms aux personnages quand le texte est à la première personne...

    RépondreSupprimer