Disclaimer

DISCLAIMER
Les contenus proposés sur ce site sont déconseillés aux personnes sensibles et aux mineurs de moins de 12 ans.
Nous encourageons largement les pratiques répréhensibles qui y sont décrites.
Consultez la page À propos pour plus de détails.

Script générateur de phrases

vendredi 15 novembre 2013

Zambarar le rôdeur

 Plusieurs témoignages depuis maintenant plus de 150 ans font état des apparitions, dans des lieux variés, d'un individu mystérieux. Son nom, connu dans des milieux restreints à travers certains documents, est Zambarar Klesrovy. On ne sait pour quelle raison ce nom n'est plus connu du public  que dans certaines petites villes de Moravie, ni pourquoi il ne peut être rattaché à aucune sonorité connue dans les langages humains.

Les premiers témoignages avérés ont été recueillis dans les années 1830 par le français Nicéphore Niepce, inventeur de la photographie. En effet, si ses précieux clichés, premiers de l'Histoire, sont pour la plupart conservés comme des reliques saintes par les musées  et les collectionneurs, un petit nombre a été mis de côté par des personnes compétentes pour les raisons que je vais tenter d'éclaircir.

Niepce, donc, aurait reçu des commandes suspectes peu après avoir obtenu les premiers résultats positifs. Il est à noter que son invention -datée de 1827- avait mis du temps à se faire connaître, voie dans laquelle son associé Daguerre se montra autrement plus habile (au point que ce dernier fut longtemps considéré comme le véritable inventeur de la photo, avant que la vérité éclate au cours du XXème siècle). Ces commandes apparaissent donc comme des exceptions.
L'inventeur, durant cette période, disparaissait fréquemment chez des "associés" afin de "surprendre et immortaliser une chose dont un simple récit ne garantirait pas l'authenticité". Il en résulta une petite dizaine de plaques photographiques mystérieuses, certaines d'entre elles étant annotées "Zambarar Klesrovy". C'est, à notre connaissance, la première mention de ce nom dans l'Histoire.

Rappelons que les films utilisés du temps de Niepce, à base de sels d'argent, avaient un temps d'exposition très long (approchant les 20 minutes dans certains cas). Ces photos, que je n'ai pas eu l'occasion d'observer (la politique de leurs propriétaires étant pour le moins opaque), laissent donc supposer que l'individu avait en quelque sorte "pris la pose" -ou bien Niepce était, d'une manière ou d'une autre, parvenu à l'immobiliser.



Une photo "connue" de Zambarar Klesrovy (je précise qu'elle est postérieure à Niepce). Non datée.


Voyons maintenant un exemple d'"attaque".
En juin 1967, non loin de Kladno  en Tchécoslovaquie, une famille en repos dans une datcha se plaint qu'un individu non identifié rôde autour de la maison. On le voit la plupart du temps immobile dans les fourrés entourant le jardin, fixant un des habitants de ses yeux vides, pour disparaître aussi soudainement qu'il est apparu. Chaque apparition laisse, après la surprise, un profond malaise à celui qui en est témoin.

Le manège dure bien dix jours, durant lesquels l'angoisse des membres de la famille ne cesse de grandir. Toutefois, ils ne songent à appeler les forces de l'ordre qu'après que le fils de seize ans ait mis mystérieusement fin à ses jours.

La police se poste alors à l'affût pour surprendre l'homme. On ignore encore dans quelles circonstances précises, mais le suspect est abattu quelques heures après à proximité du pavillon. Les policiers décrivent "un homme de grande taille, habillé d'un pardessus noir, coiffé d'un chapeau; la face arbore un large bec informe et deux profondes orbites dissimulant des yeux de verre jaune inexpressifs".

Le corps disparaît durant son transport à la morgue. Le père, cadre du Parti, s'appliquera à étouffer très vite l'affaire.




Les années ont passé, mais Zambarar Klesrovy continue d'apparaître de façon inopinée sur certaines photos. Quoiqu'il en soit, bien qu'ignorant totalement le danger qu'il représente pour nous, il est vivement recommandé d'observer la plus grande prudence s'il apparaît à vous ou à l'un de vos proches.






8 commentaires:

  1. Histoire sympa pour un monstre original avec un masque vénitien, on aurait aimé plus de détails et de photos flippantes !

    RépondreSupprimer
  2. La première photo est un mème creepy qui a déjà quelques années. Quant aux deux dernières, elles sont de moi, et j'ai découvert par hasard le rapprochement qui pouvait être fait entre les deux. Je dois avouer que ça m'a fait un drôle d'effet sur le coup, vu qu'elles sont elles aussi assez anciennes et que je les avais longuement contemplées par ailleurs sans jamais rien voir d'étrange. Bien sûr, si vous avez vu quelque chose de semblable sur d'autres photos, n'hésitez pas à m'en faire part pour grossir le dossier.

    RépondreSupprimer
  3. Le masque de la première photo est l' "ancêtre" du masque chirurgical,les médecins du moyen-âge le portaient en guise de masque chirurgical...

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Durant le cas de la peste noire, d'où leur surnom de " Plague Doctor " et d'ailleurs, le Hunstman en utilise un et son histoire/sa Creepypasta a été adapté en JV récemment. (Peut être de là que provient la première photo pour illustrer notre cher Hunstman)

      Supprimer
  4. Hey, la deuxième photo est franchement géniale ! Elle aurait pu être utilisée pour une autre pasta, mais en tout cas, graphiquement, ça claque. On peut y voir une infinité d'histoires.
    Du reste, je trouve la pasta en elle même plutôt moyenne, mais le monstre qu'on y trouve me plaît bien. Et le cadre est bon : les pays de l'est et du nord sont trop inutilisés à mon goût. Ils ont un potentiel creepypastique énorme à mon sens.....

    RépondreSupprimer
  5. Énorme pasta avec le masque de pestiférer , j’espère qu'il y aura un suite a cette histoire !

    RépondreSupprimer
  6. jai un masque et un chapeau pareil chez moi

    RépondreSupprimer
  7. L'ensemble de l'histoire est pas mal; mais rien de vraiment flippant...
    Sinon, certains reconnaîtront SCP-049

    RépondreSupprimer