Disclaimer

DISCLAIMER
Les contenus proposés sur ce site sont déconseillés aux personnes sensibles et aux mineurs de moins de 12 ans.
Nous encourageons largement les pratiques répréhensibles qui y sont décrites.
Consultez la page À propos pour plus de détails.

Script générateur de phrases

mardi 18 février 2014

La clé du concierge (The janitor's key)




Un jour, un garçon eut ce qu’il pensa être une idée de génie. Il avait trouvé le moyen de passer la nuit dans son école. Rien que l’idée de comment cela pouvait se passer le faisait frémir. Il n’avait aucune idée de combien il avait raison.


Le problème principal était d’avoir la clé. Il ne pouvait pas juste se cacher dans les coins toute la nuit, il voulait explorer. Il voulait également localiser les meilleurs endroits dans l’école pour des activités comprenant n’importe quelle fille intéressée. Il se voyait déjà comme le roi du château de briques où il passait la majeure partie de son temps. Mais il lui fallait cette clé.
Les seules personnes qu’il soupçonnait de posséder une clé dans l’école toute entière étaient les concierges. Ils gardaient les clés sur eux, et avaient un jeu de secours dans la salle de repos. Il y alla durant  l’heure du midi, quand les concierges étaient à la cafétéria. Il entra dans la petite pièce et prit les clés, il aviserait de leur utilité plus tard. Pendant qu’il marchait vers la sortie de la pièce, étonné que son plan ait marché, il se cogna droit dans un des concierges.


« Que fais-tu ici ? » interrogea le balayeur. Le garçon cogita pendant quelques secondes et décida en dernier recours de dire la vérité. Le concierge inspirait la confiance, et après son récit, il rigola et dit : « Tu sais, je voulais faire la même chose quand j’étais jeune. Le fait d’avoir toute la place pour moi, c'était une envie enivrante. J'ai fait l'erreur d'aller chercher en haut comme toi, pensant que je pourrais obtenir les clés ici. Je me suis fait prendre, et le vieil homme m'a expulsé, à défaut d’un meilleur mot. » Ensuite, il retira une clé de l’anneau et la tendit au garçon. C’était une clé étrange: on ne pouvait pas exactement dire sa couleur, elle semblait changer sans cesse, même quand on la tenait fermement. « Elle ouvrira n’importe quelle porte de l’école pour toi. Profite bien, mon garçon. »


L’enfant ne pouvait pas croire ce qui lui arrivait. Il courut dès que le concierge eut fini de parler. Il se dit que quelque chose de bizarre émanait du concierge, mais rien de bien étonnant. Ce type avait passé sa vie à nettoyer après des ados, après tout.


Cette nuit, notre garçon sortit du coin où il était caché. Il avait dit à ses parents qu’il dormait chez un ami, et avait pris soin de promettre à l’un d’entre eux un tour dans l’école s’il le couvrait. Il courut dans l’école, regarda ce que les profs gardaient dans leurs casiers, joua avec les produits chimiques du labo de physique, s’amusa en gros. Il n’eut aucun problème à ouvrir toutes les portes, casiers, et même pupitres. Il devait utiliser une lampe de poche à la place d’allumer les lumières, mais cela rendait la chose plus amusante.
Lorsqu’il était autour de trois heures du matin, il décida de dormir dans la salle du concierge. Il régla son réveil afin d’échapper parfaitement à toute personne et se promit de ne plus jamais recommencer si quelqu’un l’attrapait. Il choisit cet endroit car si le concierge l’attrapait, il aurait moins de problèmes qu’avec une autre personne.


Il se réveilla tôt. Il entendit soudain des pas, sans pouvoir dire d’où ils venaient. Une odeur émanait du couloir, mais le garçon n’arrivait pas à l’identifier malgré le fait qu’elle lui semblait familière. Il alluma sa lampe de poche, la pointa autour de lui et vit une silhouette sombre. Il cria et fit tomber sa lampe de poche, qui se cassa. Il la ramassa et se prépara pour aller affronter l’inconnu, mais se rendit compte que c’était simplement son manteau qu’il avait accroché dans un coin.


« Imbécile », se dit-il à lui-même. Maintenant que la lampe était cassée, il se rendit compte qu’il faisait plus clair. Déjà le matin ? Un coup d’œil à la pendule lui fit voir qu’il restait une heure avant le lever du soleil. Qu’est-ce qui brillait alors ? Il sortit du bureau jusqu'à ce qu'il soit en terrain connu. Il mit ses mains contre les murs, marchant maintenant avec assez de confiance. Il faisait de plus en plus clair.


Soudain ça lui revint. Si la silhouette dans le coin était son manteau, d’où venaient les pas ? Il se stoppa et se retourna. Il vit une ombre derrière lui. Elle portait son manteau. Même s’il ne voyait pas son visage, il vit qu’elle souriait. Il courut comme jamais, tourna et descendit les escaliers. Curieux d’ailleurs, il croyait être au premier étage et ne se souvenait pas qu’il y avait des escaliers ici. C’était trop tard pour reculer. Lors de sa descente, il faisait plus clair et la faible odeur devenait plus forte. Quand il  remarqua la lumière vacillante comme un feu, il reconnut l'odeur. Du soufre. Il regarda autour de lui et vit les murs. Ils ressemblaient aux parois d'une grotte, des runes bizarres les recouvrant. Il vit la fin des escaliers, et une silhouette en bas qui l’attendait.
Le concierge le regarda, souria et rigola.


Traduction: Teru-Sama

Creepypasta (?) originale ici.

12 commentaires:

  1. C'est spécial et bizarre mais pas plus mal pour autant.

    RépondreSupprimer
  2. Pas mal ! On peut imaginer les 1000 fins les plus attroces pour le gamin ^^

    RépondreSupprimer
  3. j'ai commencé à me douter du fait que le concierge était louche depuis qu,il a donné la clé au garçon mais bon ça reste une bonne pasta , J'aime bien la fin qui laisse penser au lecteur ce qui arriver à cet enfant

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Pauvre enfant en effet... If you know what i mean...

      Supprimer
  4. "une clé dans l’école tout entière étaient les concierges"
    C'est toute pas tout je pense, sinon bon boulot :)

    RépondreSupprimer
  5. Un gosse qui retourne à l'école de lui même ? J'y crois pas. En pleine nuit en plus.

    RépondreSupprimer
  6. "Il commença à penser de lui-même" il manque un bout de traduction autrement ça ne veut pas dire grand chose.
    " Ils ressemblaient à des parois de la grotte" de même ici il me semble qu'il y a un problème.
    "Quand il a remarqué la lumière vacillante comme un feu, il a reconnu l'odeur" enfin ici, je pense que du passé simple serait sympa

    A part ces broutilles qui m'ont un peu dérangées, pasta intéressante, une fin agréable merci pour la traduction.

    RépondreSupprimer
  7. ça fait penser à mob of the dead la map de COD BO2 xd

    RépondreSupprimer
  8. "Le concierge le regarda, souria et rigola" ==> nein.
    "Le concierge le regarda, souriT et rigola" ==> Grammaticalement correct.

    RépondreSupprimer