Disclaimer

DISCLAIMER
Les contenus proposés sur ce site sont déconseillés aux personnes sensibles et aux mineurs de moins de 12 ans.
Nous encourageons largement les pratiques répréhensibles qui y sont décrites.
Consultez la page À propos pour plus de détails.

Script générateur de phrases

lundi 17 février 2014

Ted the caver - Partie 7: 7/04/2001

Ted the caver dispute à BEN le titre de plus longue creepypasta de l'histoire, et possède comme elle son propre site internet. Magnosa et Jiszero planchent ensemble sur la traduction de cette œuvre majeure qui vous sera publiée en feuilleton au rythme où les articles originaux seront traduits. 

Partie 1
Partie 2
Partie 3
Partie 4  
Partie 5
Partie 6
Partie 8
Partie 9

L'article ci-dessous a été traduit par Magnosa. Bonne lecture...


7 Avril 2001


Avant de retourner à la Grotte Mystérieuse, nous avons passé beaucoup de temps à nous préparer. Nous avons fabriqué une étroiture en boîte, c’est une grande boîte en bois dont on peut régler la hauteur de l’ouverture. Nous avons ainsi pu ramper à travers et mesurer l’étroitesse maximale dans laquelle nous pouvions nous faufiler. Grâce à cela, nous avons pu déterminer que j’avais besoin d’à peu près 8 pouces de haut pour passer par la partie la plus petite de la Tombe de Floyd. Cela voulait dire qu’il nous faudrait creuser environ un pouce dans le sol du passage. Nous avons aussi appris que la meilleure position que je pouvais prendre pour passer à travers était sur le ventre, avec les deux bras sur les côtés. Et bien sûr, la tête tournée dans un sens ou dans l’autre. Cette position permettait à mes épaules d’atteindre leur point le plus bas. Afin de bouger, il me faudrait appuyer en avant ou en arrière avec mes orteils. Ça avait l’air difficile, mais suffisant. Nous avons pu constater plus tard que ça marchait.

La deuxième chose que nous avions à préparer était la construction des outils que nous avions inventés pour travailler dans la grotte. J’ai réussi à trouver un moyen futé de creuser dans le passage sans avoir à grimper dedans. J’ai demandé à mon voisin de souder ensemble plusieurs longueurs de tubes d’acier  de manière à pouvoir les démonter lorsqu’on descendrait dans la grotte, mais à rester suffisamment robustes pour résister à un coup de marteau une fois assemblés. Nous avons fait nos propres extrémités que nous pouvions visser dans nos tuyaux pour atteindre la zone sur laquelle nous devions travailler. B a eu l’idée géniale de concevoir un grattoir en utilisant une cornière. Il l’a fait souder par son voisin. Ça a très vite fait ses preuves en tant qu’outil irremplaçable pour gratter et retirer la pierre. Nous étions tous les deux fiers de nos inventions ! J’ai aussi fait un appareil pour tenir ma perceuse attachée à notre tuyau. Mais finalement, nous ne nous en sommes pas servi, vu l’efficacité du grattoir de B.


  Voici une photo de B, éditée pour protéger son identité, avec le tuyau qu’il a construit. J’ai pris l’image dos à la Tombe. Il est assis sur le sac de cordes qu’on utilise comme lit. Derrière lui à gauche se trouve le passage qui mène à l’eau dormante. À l’opposé se trouve la dernière descente avant le passage. On peut distinguer une des sangles orange que nous utilisons pour monter ou descendre.

Je me suis juré quelque chose. J’en ai fait le serment. Je ne quitterai pas la grotte tant que je n’aurai pas réussi à traverser le passage, à conquérir la Tombe de Floyd. Aujourd’hui, ça DEVAIT être la bonne. Cela faisait un moment que nous n’étions pas revenus à la Grotte Mystérieuse. On avait été occupé, cela dit. On a fabriqué les outils dont on a parlé. C’était amusant d’essayer de les imaginer. On a par exemple fait une étroiture en boîte pour déterminer la meilleure technique pour passer les endroits les plus serrés. En plus de cela, on a su combien de pierre il fallait enlever avant de pouvoir passer.

Nous étions surexcités d’enfin revenir à la grotte pour terminer notre projet. Notre descente jusqu’au passage a pris un peu plus de temps que d’habitude vu qu’on était un peu plus chargé que d’habitude. Une fois arrivés, on a tout de suite commencé à travailler avec le grattoir de B et le tuyau que j’avais confectionné. Ça marchait à merveille ! On donnait un coup de marteau sur un bout et le grattoir de l’autre côté creusait dans la pierre. Ensuite on pouvait pousser les débris du passage et hors de notre chemin. Quand on voulait mesurer les progrès, on tournait le grattoir sur le côté pour observer le déblaiement.

On a travaillé environ deux heures avant que je ne veuille essayer la Tombe. Je voulais juste être sûr de réussir à traverser du premier coup. B a fait glisser son outil sur le sol du passage pour enlever tous les cailloux restants, et pousser le mur que nous avions fait jusqu’à l’arrière de l’étroiture. Je me suis préparé en fabriquant des « bretelles » avec du ruban adhésif pour éviter à ma chemise de bouger de droite et de gauche pendant que je me glisserais à travers la roche. J’y suis allé avec une lampe dans ma main, même si elle se trouverait sur le côté. Je savais que j’en aurais besoin une fois que je serais passé. Comme pour prouver ma foi dans ma réussite, je n’ai pas accroché de corde à mes pieds. J’étais certain que ça allait marcher. Finalement, j’ai commencé mon essai.

Bien que je ne l’aie pas mentionné dans mon journal, nous avons remarqué que le souffle était de nouveau là, et le grondement présent.

Comme nous n’avions pas davantage travaillé sur l’entrée, j’ai du reproduire la même danse que la dernière fois pour pouvoir entrer. Une fois le haut de mon corps à l’intérieur, j’ai allumé la lampe devant moi pour préparer mon plan d’attaque. Le passage n’avait pas l’air plus grand que lors de mon dernier passage, mais la plupart de nos efforts avaient été concentrés plus loin. J’ai fait une pause de quelques minutes, puis j’ai tordu mes hanches pour entrer complètement. J’ai lentement avancé tandis que mon corps remplissait le passage. Avant d’être complètement dedans, je me suis mis en position pour pousser. J’ai fait passer mes bras sur le côté et j’ai tourné la tête à droite. Ensuite j’ai commencé à grignoter du terrain. Quand mes orteils ont été à l’intérieur, je les ai utilisés pour pousser. Pour éviter de m’écorcher, j’ai « marché » en me servant de mes épaules, de mes genoux et de mes orteils. La progression était lente mais sûre. Ça ne me posait pas de problème. Un pied ou deux avant le resserrement, je pouvais déjà voir qu’il y avait un peu plus de place. Même comme ça j’ai commencé à toucher le plafond de l’étroiture avec mon dos. Cette fois, par contre, j’ai réussi à continuer mon avancée. J’ai atteint le point le plus bas du passage et j’ai vu que ça allait quand même être délicat. Même avec les efforts que nous avions fournis pour déblayer le passage, je pouvais sentir de petits cailloux tranchants rouler sous mon buste tandis que je me glissais toujours plus loin.

Lorsque j’ai pu sentir mon arrière-train brosser le haut du passage en plusieurs endroits, j’ai repris ma technique de l’expiration. Avant de commencer, j’ai toutefois pris quelques minutes pour me reposer dans le passage. Je pouvais deviner la lueur de la lampe de B, comme les rayons arrivaient à se glisser sur le côté de mon corps. Je pouvais sentir une centaines de pierres pointues qui creusaient la surface de ma peau. J’ai senti une pointe d’excitation en réalisant que le but que nous nous étions fixé quelques semaines plus tôt était sur le point d’être atteint. Cette seule pensée m’a donné envie de continuer à avancer, peu importe à quel point l’étroiture pouvait se resserrer. J’ai respiré rapidement pendant quelques instants, et ai enfin commencé.

Expirer.

Glisser.

Arrêter pour reprendre mon souffle.

Recommencer.

Après à peine quelques pouces, j’ai pu décoller la tête du sol et voir que l’étroiture commençait à s’élargir ! J’ai fait passer ces informations à B et nous avons tous les deux pris quelques secondes pour fêter ça ! Pendant le reste de mon rampement, B n’a pas arrêté de m’acclamer. « Passage vierge ! » et « Territoire Neil Armstrong ! » étaient les phrases qu’il ne cessait de répéter. Mon sourire s’étendait jusqu’à mes oreilles.

Même si le passage commençait à s’élargir, j’allais toujours lentement. Je devais continuer à ramper pendant un pied et demi avant de pouvoir glisser mes bras sous moi pour pouvoir m’en servir. À ce moment, j’ai senti que mon voyage touchait à sa fin. J’arrivais à peu près à m’asseoir et à bouger le « mur » que nous avions érigé il y a un certain temps. Ces pierres servaient de piqûre de rappel quant au fait qu’un peu de vigilance n’était pas de trop.

J’ai crié à B que j’étais de l’autre côté ! Nous avons tous les deux pris un moment pour nous féliciter de notre succès. B n’arriverait probablement jamais à se glisser dans l’étroiture et voir ce que je voyais, je lui ai donc donné une description de ce à quoi la grotte ressemblait. À ce moment, je n’avais que ma lampe mini-mag, donc je ne pouvais pas voir très loin. J’étais incapable de faire autre chose que de rester assis, à cause de la taille du passage. Toutes les pierres que nous avions poussées de la Tombe de Floyd étaient autour de moi. Il n’y avait aucun signe de passage humain. Je devais attendre que B me passe ma lampe frontale pour obtenir un meilleur aperçu de la caverne.

B a utilisé le tuyau que nous avions fabriqué pour me passer le bout d’une corde. J’ai alors pu tirer tout mon équipement à travers l’étroiture. La première chose qu’il m’a envoyée était mon casque avec sa lumière. Après l’avoir allumée, j’ai enfin pu admirer la nouvelle section de la grotte. LA NÔTRE ! C’était une expérience excitante que de voir le résultat d’heures de travail acharné au cours de nombreuses semaines. À ce moment nous ne savions toujours pas ce que la grotte avait à offrir. La seule chose que je pouvais voir était le passage suivant immédiatement l’étroiture. Il était assez étroit, avec un plafond bas. Je pourrais facilement passer à travers, mais je devrais ramper. J’ai commencé à prendre des photos pour montrer à B.


 La première section du nouveau passage. J’étais presque étendu par terre, à cause de la taille de l’étroiture. Mes pieds sont étendus devant moi, comme vous pouvez le voir. Remarquez la pierre brisée sur le sol de la grotte. Le passage a l’air d’être un cul-de-sac, mais il tourne doucement vers la droite au bout.

J’ai demandé à B jusqu’où il pensait que je devais m’aventurer dans la nouvelle caverne, suite aux étranges évènements dont nous avions été témoins. Pour la première fois, son enthousiasme aussi a chuté, comme il s’est remémoré les étranges bruits. Il a glissé le tuyau à travers la Tombe avec une pointe desserrée au bout. Il a dit que je pourrais m’en servir comme d’une arme si je tombais sur un animal ou… ? Il m’a aussi dit de m’assurer que l’on pouvait s’entendre pendant ma progression.

Même si nous pensions aux possibilités d’avoir des problèmes, nous n’avons jamais pris en compte le fait que s’il m’arrivait quelque chose, B serait incapable de me secourir, et en fait personne ne pourrait me rejoindre avant de nombreuses heures. Si j’avais de graves problèmes, si j’étais blessé par exemple, il était impossible que quelqu’un puisse me sortir de là à temps. Mais, comme toujours depuis le début de notre expérience, nous étions focalisés sur notre but, et pas sur les dangers potentiels auxquels nous faisions face. Nous avions si longtemps contourné la question. Si longtemps…

J’ai sanglé mes gants et mes genouillères, attrapé mon appareil et commencé mon aventure. J’ai rampé dans le passage de l’image précédente qui faisait environ 20 pieds de long. Tout au bout, la grotte tourne doucement vers la droite. J’ai du escalader une légère pente, mais ensuite j’ai enfin pu me redresser vers l’extrémité de cette section de la grotte. La suivante faisait environ 40 pieds de long. En plus d’avoir un plafond plus haut, les murs étaient un peu plus espacés qu’auparavant. Les deux sections étaient relativement droites. Le sol était couvert de pierres qui craquaient quand je rampais, et ensuite marchais dessus. Les murs étaient globalement les mêmes que dans la quasi-totalité de la Grotte Mystérieuse, sauf qu’ils étaient intacts. Il était évident que personne n’avait jamais mis les pieds ici avant moi. Avec des examens plus minutieux sur les murs, j’ai découvert deux types délicats de formations. Le premier ressemblait à deux nombreux morceaux de formage râpé attachés ensemble à un bout, avec le reste du « fromage » qui tombait mollement. La seconde formation était composée de fils très fins de pierre, plus fins encore que des cheveux humains. C’était assez sympa à regarder. J’ai trouvé beaucoup d’occurrences des deux types de formation.

Je n’étais pas au bout de la deuxième section que je peinais déjà à entendre B. Les passages des grottes ne sont pas ce qu’il y a de mieux pour l’acoustique. Je lui ai crié que j’allais continuer pendant une demi-heure et qu’ensuite je reviendrais. Il a donné son accord, en me disant juste d’être prudent. Ensuite j’ai continué mon exploration. Je pouvais quasiment marcher debout à cet endroit. J’étais dans la troisième section droite de la caverne lorsque j’ai découvert une formation de cristal sur le mur de droite. Il y en avait plusieurs couches sur le mur, semblables à des bougies de cire claire qui pouvaient fondre et couler sur le mur. Il y avait plusieurs petites formations des ces cristaux ressemblant à des stalactites. Le plus long mesurait environ quatre pouces. Il y en avait eu un plus gros, à en juger par la taille de la base, mais il s’était brisé. J’ai cherché l’endroit où il avait pu atterrir, mais je n’ai rien trouvé.


Les formations de cristaux sont à droite derrière la pierre, dans le coin supérieur droit de la photo. Je pouvais marcher debout, mais parfois je devais me baisser, comme par exemple sous ce rocher.

Le passage continue pendant à peu près 100 pieds avant que la caverne ne s’élargisse un petit peu. À la fin, ça ressemblait à un petit segment de grotte parfaitement droit. Tout au bout, le passage faisait un angle vers la gauche et s’ouvrait dans une pièce. À l’endroit précis où cette salle commence, il y avait une pierre ronde qui semblait appuyée contre le mur. Ça avait l’air bizarre, mais des formations un peu atypiques sont monnaies courantes dans les grottes, donc ça ne pouvait pas être quelque chose d’unique. J’avais rampé et escaladé de nombreux morceaux de roche qui étaient tombées du plafond, mais celle-là était bien plus ronde que les autres. Passé la pierre, la pièce s’ouvre à une hauteur d’environ 15 pieds. Elle faisait environ 15 pieds de large et 30 de long. Tout au bout de la salle, il y avait un nouveau passage menant tout droit.

Lorsque je suis entré dans la pièce, j’ai eu une sensation étrange. Un peu comme cette vieille phrase typique qui dit qu’on a la sensation d’être observé. Une fois de plus l’excitation de la découverte est retombée, et les souvenirs des côtés mystérieux de la grotte me sont revenus à l’esprit. Je me suis soudain senti TRÈS seul. Heureusement pour mon ego, je n’avais presque plus de temps, et je devais retourner jusqu’à B avant que ma demi-heure ne soit écoulée. J’ai pris plusieurs photos de la pièce. J’étais sur le point d’aller jeter un œil à la longueur du passage suivant quand quelque chose a attiré mon attention. Sur le côté gauche de la salle, à peu près au niveau des yeux sur le mur, j’ai découvert ce qui s’est avéré être des hiéroglyphes ! C’était un seul dessin qui avait presque l’air de faire partie de la coloration de la roche. Ça ressemblait à des représentations très rudimentaires de personnes se tenant en-dessous d’un symbole. J’avais le souffle coupé ! Ça voulait dire qu’il y avait une autre entrée à cette grotte. Même si elle était fermée ou bloquée, cela voulait dire qu’il y avait une possibilité de l’ouvrir et de faire entrer B dans la grotte. J’ai de nouveau regardé le symbole pour être sûr de pouvoir le décrire à B. J’ai ensuite pris quelques photos de plus et je suis revenu sur mes pas.

Lorsque j’ai été de retour à l’étroiture, je pouvais à peine parler assez vite pour raconter à B tout ce que j’avais découvert. Il était tout autant excité d’entendre les trésors que nous venions de découvrir. Tandis que nous débattions de ce que serait notre prochaine action, j’ai commencé à renvoyer mon équipement à travers la Tombe à B. Je lui ai dit que ce serait mieux si quelqu’un d’autre venait avec nous, au cas où quelque chose arriverait. Il était d’accord. Une fois que j’ai fais passer tout mon équipement, il me restait encore cette merveilleuse tâche qui était de repasser moi-même par la Tombe de Floyd.

Théoriquement, une personne devrait être capable de sortir d’un passage à travers lequel il vient juste de ramper en inversant le processus. S’il contorsionne son corps d’une certaine manière pour entrer, il devrait être capable d’arriver à la même position pour sortir. En pratique rien ne prouve que ce soit possible ou faisable. C’était le cas de la Tombe.

J’ai déterminé par avance que je devrais retraverser l’étroiture tête la première. Je savais que je pouvais le faire en mettant les pieds en premier, mais ça aurait voulu dire aller en marche arrière pendant toute la Tombe. Ça prendrait très longtemps et ce serait très fatiguant. Ma seule préoccupation était qu’y aller tête la première rendrait la sortie un peu difficile. Je devrais passer à travers le trou que nous avions fait sans pouvoir tordre mon corps comme je le souhaite. Oh, et puis tant pis. J’ai choisi d’y aller tête la première et de me débrouiller avec la sortie quand j’y serais arrivé.

Je suis entré dans l’étroiture en étant très près du resserrement, donc au moins je l’aurais bientôt passé. Il s’est avéré que ça a été assez ardu de le traverser. Je devais décaler mes hanches vers la droite pour pouvoir passer. Mais j’ai continué à faire des efforts. Mes mains étaient de nouveau sur mes côtés. Ma tête était tournée vers la droite et je glissais avec mes orteils. Et une fois encore j’utilisais ma tête comme une jauge pour déterminer quand j’étais au resserrement, et quand est-ce que je l’avais passé. Je me suis vraisemblablement fatigué plus vite sur le chemin de la sortie. Probablement à cause de tout le travail que nous avions accompli pour passer à travers.

J’étais à un peu plus de la moitié du chemin lorsque quelque chose de bizarre est arrivé. J’étais étendu, en train de faire une petite pause, lorsque j’ai entendu un son plus profondément dans la grotte. C’était le son faible mais distinct de la pierre qui glissait contre la pierre. Mon sang s’est glacé dans mes veines. Je ne pouvais pas bouger. J’étais juste là, étendu, en train de m’efforcer d’entendre de nouveau le son. Rien. J’ai vite recommencé à ramper vers la sortie. Je n’ai pas mentionné le son à B, mais je me suis rappelé un de nos voyages précédents où B avait dit avoir entendu la même chose.

Sortir du trou s’est avéré être aussi douloureux que je le pensais. J’ai du mettre mes bras devant ma tête et forcer sur mes épaules. Je sais que j’y ai laissé de la peau lorsque j’ai réussi à passer. B m’a aidé lorsque j’ai commencé à tortiller le haut de mon corps pour me sortir du passage. J’ai ensuite pu me rattraper et sortir facilement le reste de mon corps de la Tombe. J’étais dehors !! B et moi nous sommes serrés la main et avons commencé à charger notre matériel. J’essayais d’entendre n’importe quel autre son provenant du trou, mais nous faisions trop de bruit en rassemblant nos affaires. Autant que je souhaitais entrer dans le passage, c’était une délivrance d’en sortir. C’est ce que je ressens pour la grande majorité des grottes. J’adore y entrer, mais je me sens bien lorsque j’en sors.

Quelque chose d’étrange est arrivé avec les images que j’ai prises dans la nouvelle partie de la grotte. Les photos que j’ai prises dans le passage menant à la grande pièce ont pu être développées normalement. Mais curieusement, aucune des photos que j’ai prises à l’intérieur de la pièce n’a pu être développée ! Les images de la pierre ronde, et le plus important, les images des hiéroglyphes que j’ai vus. Les photos prises avant et après n’avaient aucun problème, mais les négatifs des photos prises dans la pièce ne montraient rien ! Rien du tout. Je me rappelle de quoi avaient l’air les hiéroglyphes, donc j’ai dessiné pour vous donner une idée de ce que j’ai vu.


C’est un dessin rudimentaire de ce que j’ai vu, mais c’est assez précis. La première chose à laquelle j’ai pensé lorsque je l’ai vu, c’était « Blair Witch Project ». Ça le rappelle un peu, en quelque sorte. Ce symbole était au centre et de nombreuses figures qui ressemblaient à des gens levaient leurs mains en-dessous .



Partie 8 prochainement

4 commentaires:

  1. Alalalala. c'est trop bien. Merci encore aux traducteurs :) SWEET :) #R

    RépondreSupprimer
  2. Ça commence à devenir très intéressant là... 8D Vivement la suite, GG aux traducteurs !

    RépondreSupprimer