Disclaimer

DISCLAIMER
Les contenus proposés sur ce site sont déconseillés aux personnes sensibles et aux mineurs de moins de 12 ans.
Nous encourageons largement les pratiques répréhensibles qui y sont décrites.
Consultez la page À propos pour plus de détails.

Script générateur de phrases

mercredi 23 septembre 2015

Câblage défectueux

Il n’y a pas si longtemps, j’ai remarqué un bruit étrange provenant du climatiseur dans le mur du salon. Au début, c’était presque imperceptible comparé aux bruits typiques d’un appareil. Ça a commencé par un léger cliquetis qu’on ne pouvait entendre que quand la machine était allumée. Je l’ai d’abord attribué à l’âge de l’appartement et à celui de son électroménager. Dans l’ensemble, les appareils n’étaient pas si vieux, mais sans un entretien régulier, les choses s’usent et se cassent très rapidement. Tout dans cette habitation faisait du bruit. La machine à laver tremblait, le lave-vaisselle faisait penser à un jet en train de décoller, et le frigidaire claquait toutes les minutes et produisait un bourdonnement si puissant que je devais augmenter le volume de la télévision pour pouvoir écouter mes émissions. Vous vous doutez donc que ça ne me paraissait pas bien grave si l’air conditionné cliquetait un peu de temps en temps. J'avais fini par me convaincre que ce n'était dû qu'à l'âge de l'appareil.

C’était avant qu’il se mette à faire ce bruit de plus en plus souvent. Je l'ai remarqué pour la première fois le jour où je l'ai allumé et que le bruit ne s'est pas arrêté après quelques secondes comme il en avait l’habitude.

Je me suis dit qu’il valait mieux prévenir le propriétaire pour que la maintenance vienne résoudre le problème. Après environ une minute, le bruit ne s’est plus fait entendre et cette pensée a sombré dans mon esprit.

Une semaine était passée quand j’ai remarqué d’autre événements étranges. Des grattements dans les murs, l’électricité qui s’éteignait et se rallumait, parfois un claquement sourd pendant la nuit. Encore une fois, des choses qui pouvaient arriver à cause de l’âge des installations, peut-être une souris qui était rentrée dans le mur, ou bien un voisin bruyant qui venait d’emménager.
Je me disais qu’on pouvait trouver une explication à tout. À côté de ça, je travaillais beaucoup et n’avais pas énormément de temps libre à dépenser, donc ça ne me perturbait pas. Mais quand des objets se sont mis à disparaitre dans mon petit appartement d’une chambre, j’ai commencé à m’inquiéter sérieusement.

Je n’avais pas passé de temps chez moi pendant ce qui m'a semblé être quelques semaines. Entre le travail et les amis, je ne rentrais que pour me laver et dormir. Il m’est venu l’idée que je devrais essayer de faire une inspection approfondie des lieux et trouver où mes affaires avaient atterri. J’ai remarqué que plusieurs objets avaient été déplacés : la télécommande de la télévision, une calculatrice, plusieurs paires de chaussettes et une chaussure. Je me suis alors mis au travail, pièce par pièce (il n’y en avait que 4 à dire vrai). J’ai fouillé de fond en comble pour retrouver mes affaires et j’ai remarqué de plus en plus d’objets manquants.

Tout en me demandant où tous ces objets avaient pu atterrir, j’ai allumé la TV, je me suis assis dans ce qui avait autrefois été mon canapé, à présent un étranger dans ma propre demeure, et j’ai remarqué quelque chose. La télévision n’était pas allumée. J’ai essayé d'allumer ma lampe, mais rien ne s’est passé. En proie à l’irritation, j’ai lâché un juron.
Je me suis levé et ai tourné la molette de ma stéréo : rien. J’ai testé tous les appareils pour voir si l’un d’entre eux fonctionnait. En vain car aucun n’était en état de marche, à part, étrangement, l’air conditionné qui faisait de plus en plus de bruit. Un puissant cliquetis s’est fait entendre pendant quelques minutes avant de s’atténuer. J’ai entendu un claquement sec et l’appareil s’est arrêté de fonctionner à son tour.
J’ai pensé, sans être totalement convaincu, qu’il y avait eu une coupure de courant et que l’électricité reviendrait le lendemain. J’ai eu du mal à m’endormir cette nuit-là. Les voisins faisaient un boucan exceptionnel et la coupure de courant m’avait rendu nerveux. Je me suis réveillé pour me rendre compte que le courant n’était toujours pas revenu.

J’ai pris une douche, me suis habillé et me suis rendu à la porte de mes voisins pour leur demander si ils avaient eu des problèmes similaires. J’ai frappé plusieurs fois, sans obtenir de réponse. J’ai décidé que c’en été assez, j’ai été au bureau de maintenance pour me plaindre de tous ces problèmes et, avec un peu de chance, les résoudre. Quand j’ai ouvert la porte, l’odeur viciée de renfermé m’a sauté aux narines. L’endroit était en  désordre, le bureau était couvert de paperasse et de cendres de cigarette, la peinture des murs était écaillée, il y avait des taches dégoulinantes sur les vitres et la télévision fixée au mur ne diffusait que de la neige. Derrière le bureau était assis un homme, mince et grisonnant, qui avait l’air de ne pas s’être lavé depuis une semaine. Je lui ai expliqué que tous mes appareils avaient soudainement arrêté de fonctionner. Il m’a jeté un regard sarcastique avant d’attraper brusquement sa boite à outils et de me suivre jusqu’à mon appartement.

Je lui ai dit que je l’aurais appelé si le téléphone avait fonctionné. Je l’ai aussi prévenu que je ne pensais pas que ce soit dû à une panne de courant car la climatisation avait fonctionné un peu avant de s’éteindre.
Il m’a proposé d’aller y jeter un coup d’œil, avant de se rendre devant l’unité. Il a dévissé la coque et a regardé dedans. Il a allumé sa lampe torche et s’est mis à fouiller les entrailles et à dévisser différents composants avant de s’interrompre soudainement et de sortir de l’appareil un petit objet accroché à un fil qui ne semblait pas provenir de la machine. Il m’a regardé avec un sourcil froncé.


Il m’a demandé si ça m’appartenait, mais je ne pouvais pas identifier la chose. Il m’a expliqué que c’était une de ces caméras espionnes. Avec un regard sournois, il m’a demandé si j’avais amené des femmes chez moi pour les filmer en secret.
Je lui ai demandé ce que cette chose faisait chez moi, je commençais à être effrayé et un peu irrité.
Il a haussé les épaules et a dit qu’il allait voir où le fil mènerait. Il l’a suivi de ses mains puis a arrêté pour regarder à l’intérieur de la cavité.
Il avait trouvé un petit trou dans le mur. Il a sorti son marteau et s’est mis au travail en enlevant des morceaux du mur et en suivant le câble. J’étais terrifié.


’Qui a mis ça là ?’, ‘Ce vieux type crade me regardait ?’, ‘Est-ce qu'il y a d'autres machins comme ça chez moi ?’. Toutes ces questions me torturaient l’esprit tandis que je le regardais travailler.
Il a marmonné quelque chose entre ses dents. Impatient, je lui ai demandé ce qu’il avait trouvé.


Quelqu’un avait apparemment raccordé tous mes branchements. Il s’est reculé pour me laisser voir ce dont il parlait.
Je lui ai demandé pourquoi quelqu’un aurait voulu faire ça et il m’a répondu qu’il supposait que c’était pour voler mon électricité. Il m’a demandé si j’avais remarqué quelque chose. Son ton calme me poussait à bout. 


J’ai repensé aux bruits étranges que j’entendais dans mes murs, les grattements, les lumières qui s’éteignaient sans prévenir. Ce qui me semblait autrefois anodin me faisait maintenant battre le cœur à toute allure.
Je lui ai dit que j’avais remarqué quelques petites choses çà et là mais que je n’avais pas été très présent ces deniers temps.


Il m’a regardé comme si je débarquais de la planète Mars, puis s’est remis à suivre les fils dont le réseau ne cessait de s’étendre. Certains fils nous menaient à d’autres caméras miniatures, cachées derrière des conduits d’aération et dans les coins d’ombre. L'une d'entre elles avait même son objectif dissimulé dans l’œil d'un portrait.
Je me demandais comment il se faisait que je ne les avais pas remarquées avant. Mon cœur battait de plus en plus vite à mesure qu’il trouvait de nouvelles caméras. Il a continué à les débusquer, une par une. Il est apparu que tous mes appareils électroménagers avaient été reliés à un câble commun qui menait à ma chambre. Mon cœur s’est arrêté de battre.

Je lui ai demandé depuis quand c’était là, et il m’a répondu que ça ne devait pas faire très longtemps, car ils vérifiaient toute l’installation d’un appartement avant de le louer.
Il a continué à creuser le mur avec son marteau en suivant les câbles qui m’emplissaient d’appréhension, jusqu’à s’arrêter devant le dernier trou qu’il avait ouvert pour regarder dedans avec  sa lampe. D'après lui, les deux murs étaient séparés par un espace assez large, et il y avait quelque chose qui brillait à l’intérieur.Il a creusé une ouverture assez grosse pour pouvoir rentrer, et a disparu dans le mur de ma chambre. 


Il en est ressorti quelques secondes plus tard avec une expression sinistre sur le visage. Son teint était devenue pâle : il ne ressemblait plus à l’homme calme et sans peur qu’il était avant de pénétrer dans le mur.

Il m’a prévenu que ce qu’il allait m’annoncer n’allait pas me plaire. C'était une pièce cachée, pleine d’écrans et d’autres appareils. Il semblait que quelqu’un vivait dedans mais il n’avait vu aucune trace de lui. Il a dégluti et m’a conseillé de déménager.





Le jour même, j’ai fait mes bagages et je suis parti m’installer chez ma mère. Je n’avais pas envie de passer une seconde de plus dans cet appartement. Pendant les jours qui ont suivi, la police a inspecté les lieux. Ils ont trouvé vingt écrans, tous reliés à des magnétoscopes installés dans ce petit habitacle creusé entre les murs. Étrangement, aucune cassette n'avait été trouvée. Aucune trace non plus de cette chose qui m’avait regardé pendant toutes ces nuits.


Quelques semaines s’étaient écoulées quand une petite boite est arrivée sur le perron de la maison de ma mère. Rien n’était indiqué dessus, mais il contenait toutes les affaires qui avaient disparu de mon appartement. J'y ai aussi trouvé un morceau de papier déchiré et sale avec un message à peine lisible griffonné dessus :







CETTE NOUVELLE MAISON ME PLAIT BEAUCOUP PLUS




Traduction : Ruthveun

Creepypasta originale ici

25 commentaires:

  1. Réponses
    1. ceci est simple enfin je croit avoir compris , la personne qui a envoier la boite est celle qui a fait les bruits enfin je croit.

      Supprimer
    2. Le voyeur a découvert où vivait à présent la "victime"(?), la suivi et va sûrement réitéré ses actes de voyeurisme.

      Supprimer
    3. Bon, c'est pas un peu lourd à la fin de ne jamais rien comprendre ? C'est tellement systématique que je me demande si y a pas troll sous roche à la longue. Surtout quand c'est limpide comme ici.

      Supprimer
    4. Exact, avant c'était "first !", maintenant c'est "j'ai pas compris !"

      Supprimer
    5. Ou alors c'est des gens un peu con, ou un peu buguer

      Supprimer
    6. Moi la plupart du temps j'y comprends rien, je troll vraiment pas je dois sûrement m'induire en erreur tout seul en essayant de trouver des significations plus tordues qu'à la base

      Supprimer
  2. C est simple le voyeur à suivi le personnage dans sa nouvelle maison

    RépondreSupprimer
  3. J ai bien aimer je ne m attendais pas a ça ;-)

    RépondreSupprimer
  4. J'ai beaucoup aimé, le seul défaut c'est la fin qui vient un peu trop rapidement, mais y avait pas grand chose de plus à faire.

    RépondreSupprimer
  5. Sa fait longtemps que je n'ai pas lu une creepypasta qui me fait battre le coeur. Elle est vraiment bonne

    RépondreSupprimer
  6. Pas mal du tout. Le coup du gars qui regarde le narrateur, et la salle caché avec tout ces écrans... Pas mal du tout.

    RépondreSupprimer
  7. Moi j'dis : Plus on est plus on rit. J'ai trouvé cette creepypasta très distrayante :3 en conséquence je l'ai donc bien aimée.

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Bjr voulez-vous m'épouser ?

      Supprimer
    2. Mdrrrr trouve toi une meuf avant de demander à n'importe qui de t'épouser, conseil d'ami

      Supprimer
    3. ou un mec, non-anonyme.

      anonyme de 10:29:00 est peut-être une fille ou un mec homo.
      bonne journée

      Supprimer
    4. -un lapin random jeune et dynamique-18 oct. 2015 à 21:42:00

      Moi je veux ma mie!

      Supprimer
  8. Elle et bien moi je l'ai aprecier

    RépondreSupprimer
  9. A quoi ça sert d'espionner un mec jamais chez lui ?

    RépondreSupprimer
  10. Ah mais en fait, à la fin le narrateur se fait toujours espionné mais chez sa mère, et celui qui l'espionne préfère la maison de la mère du narrateur.

    RépondreSupprimer
  11. CETTE NOUVELLE PASTA ME PLAIT BEAUCOUP PLUS.

    RépondreSupprimer
  12. Héhéhéhé, quelle glorieuse série de pasta, j'ai trouvé celle-ci très réussie elle aussi !

    RépondreSupprimer