Disclaimer

DISCLAIMER
Les contenus proposés sur ce site sont déconseillés aux personnes sensibles et aux mineurs de moins de 12 ans.
Nous encourageons largement les pratiques répréhensibles qui y sont décrites.
Consultez la page À propos pour plus de détails.

Script générateur de phrases

mercredi 11 mai 2016

Hello Kitty


Qui ne connaît pas Hello Kitty, cette adorable chatte, dépourvue de bouche, et toujours coiffée d'un petit ruban rose ? Depuis les années 1970, la petite mascotte kawaï de la société Sanrio accompagne les enfants du monde entier au travers d'une gamme impressionnante de produits dérivés : figurines, peluches, vêtements, cartables, stylos, portes-clés, etc. Certains voient dans son visage muet une amie idéale, qui écoute plutôt qu'elle ne bavarde, et s'adapte aux émotions de son interlocuteur, triste ou joyeux. Plus rares sont ceux que cette anatomie particulière dérangent réellement, avec son regard vide et son absence totale d'expression, qui ne révèle rien de ce qu'elle peut réellement avoir derrière la tête. Cette question a reçu, à Hong Kong, en 1999, la réponse la plus concrète et la plus macabre que l'on pouvait imaginer.

En mai 1999, une jeune fille de quatorze ans, Ah Fong, se rend au commissariat du district de Tsim Sha Tsui, à Hong Kong. Elle affirme devant des policiers incrédules être la victime d'un fantôme vengeur, celui d'une femme du nom de Fan Man-yee, au supplice de laquelle elle aurait assisté. Le spectre hanterait ses cauchemars, la suivrait à chaque instant de sa vie, et serait même apparue chez elle, sous la forme d'un cadavre suspendu par des fils au plafond de son appartement. Inutile de dire que la police est extrêmement sceptique face à cette histoire de revenant et de vengeance d'outre-monde. Pourtant, devant l'insistance et la détresse de l'adolescente, une poignée d'agents acceptent de la suivre jusqu'au 31 Granville Road, un immeuble situé dans l'une des avenues les plus chics du quartier.
Ils découvrent un appartement désert, en très mauvais état, sentant l'humidité, la rouille, et d'autres odeurs difficilement identifiables. Une première découverte leur fait immédiatement comprendre qu'ils sont sur une piste sérieuse : une dent, une simple dent, et de nombreuses traces sombres qui apparaissent, dans la pénombre, de plus en plus clairement, comme du sang séché. Dans le frigo, ils font une trouvaille bien plus macabre encore : un sac dans lequel ont été entassés intestins et entrailles, bouillis. Mais le pire reste à venir. Intrigués par une odeur persistante de décomposition autour d'une énorme peluche sirène Hello Kitty, ils décident de l'ouvrir, et découvrent, sous la tête imposante du personnage phare de Sanrio, une autre tête, écorchée et bouillie elle aussi, celle de Fan Man-yee.

Ah Fong révèle alors toute l'histoire à la police, qui a depuis longtemps laissé de côté son scepticisme des débuts de l'affaire. Fan Man-yee était une prostituée et danseuse de bar de la Romance Villa, une zone de bordels du district de Tsim Sha Tsui. Âgée de 23 ans, orpheline, toxicomane et mère d'un très jeune fils, né d'un précédent mariage s'étant mal terminé, ses seuls soutiens reposaient sur quelques clients réguliers qui l'avaient prise en affection. Parmi eux, Chan Man-lok, 34 ans, commerçant, usurier, tout aussi toxico que Fan, et membre des Triades. 

Fan Man-yee entretient de bonnes relations avec son client, jusqu'au jour où elle a la triste idée de lui dérober son portefeuille, et les 4 000 dollars qui s'y trouvaient. Chan s'en rend compte et demande le remboursement de la somme volée. Fan rembourse. Chan veut plus, il demande 10 000 dollars d’intérêts. Fan saigne ses économies, mais réussit à réunir la somme et à rembourser sa dette. Mais Chan ne s'arrête pas là, il demande encore 16 000 dollars. Fan, complètement ruinée, ne peut plus suivre.
Le 17 mars 1999, Chan Man-lok et deux de ses collègues gangsters, Leung Shing-cho et Leung Wai-lun, enlèvent Fan Man-yee à son domicile et l'emmènent au 31 Granville Road. Leur plan est de la garder séquestrée tout en l'exploitant jusqu'à ce qu'elle ait épongé sa dette. Mais tout ne se passe pas comme prévu. En effet, les trois compagnons sont complètement défoncés au chlorhydrate de méthamphétamine, ce qui les rend particulièrement impulsifs, irréfléchis et violents. Le petit groupe reste cloîtré un mois dans l'appartement exigu. Dès qu'ils s'ennuient ou qu'il n'y a rien à la télé, les kidnappeurs se changent en tortionnaires, battant leur prisonnière à coups de poings et de barre de fer, et l'obligeant, alors qu'elle est martelée de coups, à sourire, à paraître heureuse et à en redemander. Ils la suspendent à un crochet au plafond de l'appartement et continuent de la battre. Ils lui fond couler des gouttes de plastique fondu sur la plante des pieds, et Chan Man-lok a l'idée de faire durer encore leur petit jeu en versant de l'huile pimentée sur les plaies béantes, puis en brûlant complètement les pieds à la flamme d'une bougie. Régulièrement, la petite amie de Chan passe, sur l'invitation de ce dernier, et participe aux jeux de ses camarades. Elle a quatorze ans, et s'appelle Ah Fong. Elle est à la fois complice et victime des tortionnaires, forcée par exemple de déféquer dans la bouche de Fan Man-yee. Surtout, elle ne dira rien malgré sa liberté apparente, en tout cas jusqu'à ce qu'un certain fantôme ne vienne la hanter.
Un matin, Ah Fong, réveillée plus tôt que Chan et sa bande, découvre le cadavre encore chaud de Fan Man-yee dans la salle de bain. Réveillé, Chan Man-lok, après avoir, selon sa petite amie, plongé sa tête dans un grand bol de glaçons afin de se réveiller et d’apaiser les effets de la drogue, décide de se débarrasser du cadavre. Il allonge le corps dans la baignoire et le démembre minutieusement à la scie. Mais bien vite, ce qui aurait pu être un travail efficace bien que macabre, devient un nouveau jeu sadique. Les trois gangsters extraient les intestins du corps de Fan et les fonts bouillir, s'amusant même à faire peur à Ah Fong avec le sac rempli d'entrailles. Ils jettent la tête dans une marmite d'eau bouillante et, l'heure du déjeuner venue, font cuire, dans une autre marmite, un grand plat de nouilles, utilisant la même cuillère pour touiller l'une et l'autre. Une fois la tête à point, Chan, sûrement à nouveau sous l'emprise de la méthamphétamine, la fourre à l’intérieur de la peluche Hello Kitty qui traînait dans un coin et qui avait, depuis plusieurs semaines, assisté, muette, aux supplices de Fan Man-yee. Enfin, le trio jette les jambes et les bras à des chiens errants, qui s'empresseront de les faire disparaître.

Les trois tortionnaires seront condamnés pour homicide involontaire. Les restes étant trop partiels et abîmés pour permettre aux légistes de déterminer précisément la cause de la mort de Man-yee, et celle-ci ayant été reconnue en tant que toxicomane avérée, l'avocat des accusés plaidera le doute quant à une mort potentiellement causée par une overdose plutôt que par les mauvais traitements infligés par Chan et les deux Leung. Ceci n'empêchera pas ces derniers d'être condamnés à vingt ans de réclusion criminelle, non plus que Ah Fong d'être pour toujours hantée par l'ombre vengeresse de Fan Man-yee - peut-être cachée derrière son dernier masque, le visage vide et muet de la chatte Hello Kitty.



22 commentaires:

  1. J'adore comme le ton est posé, décrivant les étapes su supplice, bref, une super creepy !

    RépondreSupprimer
  2. Réponses
    1. Ce commentaire a été supprimé par l'auteur.

      Supprimer
  3. Réponses
    1. Ça devient vraiment soûlant les messages postés 2 fois ... C'est à se demander s'ils font pas exprès.

      Supprimer
  4. Je trouve que Hello Kitty n'a pas vraiment rapport dans la creepypasta, elle n'ajoute rien à l'histoire. Je m'attendais, en voyant le titre, à une pasta qui tournait autour de Hello Kitty en question, de choses étranges à propos de ce personnage connu, mais ce n'est pas le cas, ça aurait pu être une peluche bien basique. Du coup, je n'ai pas autant apprécié la pasta, car je m'attendais à autre chose en ayant vu le titre et l'image, et j'ai été perplexe pendant quasiment toute ma lecture.
    Mais sinon, cette pasta est bien détaillée et avait un très bon potentiel, quoique j'ai pas compris pourquoi les tortionnaires ont été condamnés pour homicide "involontaire".

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. J'ai pensé la même chose que toi ! J'ai trouvé dommage qu'Hello Kitty ne soit pas plus présente dans l'histoire (l'auteur n'en parle qu'au début et à la toute fin) donc pour moi cette creepy ne correspondait pas à son titre. Mais elle reste efficace,elle nous mets directement dans l'ambiance, jusqu'à la fin. Top !

      Supprimer
    2. Personnellement, je l'ai bien aimé mais c'est vrai qu'Hello Kitty n'est pas assez exploitée dans cette creepypasta et qu'il y a en effet quelques erreurs. Sinon, elle est franchement bien! Mais c'est dommage qu'on ne retrouve pas assez Kitty.
      Beau travail à l'auteur sinon!

      Supprimer
    3. Le problème est qu'après quelques recherches, il s'avère qu'il s'agit d'une vraie affaire (d'où le Tag "Réalité"). Evidemment, le texte est un peu romancé mais il semblerais que au moins 60% du texte soit véridique. L'affaire s'appelle "L'affaire Hello-Kitty" et voici un article le prouvant: http://abcnews.go.com/International/story?id=81992

      Supprimer
    4. Ouais, je suis d'accord. Elle se termine un peu sur un vide, mais elle est bien décrite et ça ajoute du réalisme.

      Supprimer
    5. involontaire car sous l'emprise de la drogue

      Supprimer
  5. C'est pour moi bizarre qu'un commerçant-gangster qui a un peu d'aisance financière soit toxicomane. Les gens qui ont une certaine aisance financière ne se drogueront jamais que par pur loisir, à moins que leur vie soit par ailleurs complètement en miettes. Ils ne toucheront jamais qu'à des drogues douces. Après, je ne connais le monde de la toxicomanie que par les romans, mais pour moi ça casse un peu la vraisemblance. Pourtant la précision constante des noms crée justement un sentiment à la fois d'une espèce d'étrangeté et de réalisme que j'aime beaucoup.
    Et oui, la condamnation pour "homicide involontaire" est étrange, ça aurait put être un peu plus développé. C'est intéressant, un procès, surtout si les tortionnaires sont relaxés par manque de preuves, ça en devient d'autant plus sadique.

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. "Je ne connais le monde de la toxicomanie que par les romans" : il est là le problème, coco. La réalité dépasse tout ce que tu peux imaginer en termes d'étrangeté et d'incongru. La "cohérence" scénaristique est somme toute quelque chose de très artificiel, le réel étant rempli de chaos et de coïncidences étranges.

      Supprimer
    2. J'ai connu la dépendance à l'héroïne je suis encore sous traitement et pourtant je suis aisée financièrement

      Supprimer
    3. Je te le dis, moi, il existe des toxicomanes dans toutes les couches sociales...
      Surtout le "Crystal Meth" (Métamphétamine), qui est malheureusement à la portée de tous (c'est cette drogue que les pauvres consomment en masse aux USA...). C'est comme dire que la cocaïne est réservée aux riches et aux stars. Tripoda a raison. Ce sont des clichés, tout ça...Tu n'imagines pas: on peut tout se procurer, aujourd'hui, partout, ou presque, et à bas prix (en ayant les bons réseaux...). Mais ne le prends pas mal, hein, on discute ^_^
      @mllemousseline: On a un point commun, alors ;)

      Supprimer
    4. J'ai pas dit que les gens qui ont de l'argent ne peuvent pas se droguer, j'ai dit que la consommation des drogues dures, celles qui risquent réellement de mener à la mort ou à de graves séquelles en quelques années, est très souvent liée à des conditions particulières, de grande détresse sociale, et ça c'est vrai que personne n'y échappe. Je me base pour ça surtout sur ma lecture de "Moi, Christiane F., 13 ans, droguée, prostituée..." qui est un vrai témoignage d'une jeune berlinoise (et que je conseille vraiment au passage). Mon erreur tient au fait que j'ai lu les personnages des tortionnaires comme à peu près "ok", en fait ils ne sont pas développés. Je ne sais pas ce que j'avais dans la tête...
      Si j'ai pu heurter au passage ceux qui en ont fait l'expérience personnelle, je suis désolé.
      Et je ne suis pas une coco, je suis un ananas.

      Supprimer
  6. J'ai beaucoup aimé, mais je me mefierai des peluches Hello Kitty à l'avenir xD

    RépondreSupprimer
  7. je tien à dire que la police à déjà trouvé une tête décapité dans une peluche géante de hello kitty

    RépondreSupprimer
  8. Je connaissais cette histoire, ça s'est passé pas très loin de là où j'habite maintenant. Mais oui, la vérité est moins horrible mais tout aussi désolante: Par exemple Man-Yee n'a pas été torturée aussi violemment, surtout maltraitée (et pas de "jeux" scato), et ils se sont débarrassés de ses organes en les jetant dans une benne en contrebas de leur fenêtre. Un voisin avait vu Man-Lok découper quelque chose à la hache quelques nuits auparavant (sans discerner ce que c'était), et il a pu témoigner.

    VB

    RépondreSupprimer
  9. Qui s'est empressée de cliquer sur cette CreepyPasta juste parce qu'il y avais écris "Hello Kitty"?

    RépondreSupprimer
  10. Ça rappelle trop le meurtre de Furuta Junko (qui est une histoire vrai) ._.

    RépondreSupprimer
  11. Je ne l'ai pas encore lut mais je suis sur que sa vas gacher l'enfance de certain(e)

    RépondreSupprimer