Disclaimer

DISCLAIMER
Les contenus proposés sur ce site sont déconseillés aux personnes sensibles et aux mineurs de moins de 12 ans.
Nous encourageons largement les pratiques répréhensibles qui y sont décrites.
Consultez la page À propos pour plus de détails.

Script générateur de phrases

jeudi 18 mai 2017

SAR (partie 3)

Bon, une fois encore vous m’avez époustouflée avec toutes vos réponses à mes histoires ! J’arriverai jamais à tous vous répondre, donc je vais juste parler des sujets qui reviennent souvent, et j’enchainerai avec les histoires. Je vais en écrire autant que possible, en plus de celles de mes amis, et puis je ne posterai probablement plus avant d’avoir eu une chance d’obtenir les réponses à certaines questions que j’ai pour mes supérieurs.


Très bien, alors les questions que vous semblez tous avoir :



  • Malheureusement je préfère ne pas vous dire précisément où je travaille. Honnêtement, certaines des choses dont j’ai parlé ici pourraient m’attirer beaucoup d’ennuis, je pourrais même être virée, donc il vaut mieux que je ne donne pas trop de précisions. Disons juste que je suis aux Etats-Unis, dans une région assez sauvage. On a des centaines de kilomètres carrés de forêts épaisses, avec une chaîne de montagnes et quelques lacs.



  • Il y a toujours beaucoup d’intérêt pour les escaliers, et vous avez de la chance, un de mes amis a justement une histoire à ce sujet qui pourrait beaucoup vous plaire. J’en parlerai plus à la fin de ce post. Pour ce qui est de savoir si j’ai déjà pensé à en parler à mes supérieurs, oui ça m’est déjà arrivé, mais c’est la même chose que tout à l’heure, j’ai pas envie de perdre mon boulot. Toutefois, un de mes anciens chefs ne travaille plus en tant qu’agent SAR, et c’est possible qu’il veuille bien me donner des infos sur le sujet. J’irai lui parler à la fin de la semaine, et je vous tiendrai au courant.



  • Et pour ceux qui veulent des conseils pour devenir agent SAR, le mieux reste de contacter votre Service des Forêts local, et de voir s’ils proposent des stages, ou quelles sont les qualifications requises. Ça fait des années que je fais ce job, et j’ai commencé comme volontaire sur des opérations de recherches. C’est un super métier, à part les quelques moments tragiques, et je n’en changerais pour rien au monde.



Allez, passons aux histoires :


  • La première m’est arrivée lors d’une de mes toutes premières affaires, et je découvrais encore un peu tout. Avant de faire ce job, j’étais une volontaire, donc je savais un peu à quoi m’attendre, mais en tant que telle je me contentais de retrouver les personnes disparues une fois qu’un vétéran avait trouvé leur trace. En tant qu’agent SAR, les affaires sont bien plus variées, des morsures d’animaux aux crises cardiaques. On nous a appelés sur celle-ci tôt dans la matinée, un jeune couple qui était sur un des chemins près du lac. Le mari était complètement hystérique, et on avait du mal à comprendre ce qui se passait. On entendait la femme crier un peu plus loin, et elle nous suppliait de la rejoindre au plus vite. Lorsqu’on arrive, on le voit qui la tient dans ses bras, et elle qui tient quelque chose dans les siens. Elle pousse ces hurlements horribles, presque comme un animal, en pleurnichant. Le mari nous aperçoit, et nous crie de les aider, de faire venir une ambulance. Sauf qu’évidemment une ambulance ne peut pas rouler sur ce sentier, donc on lui demande si sa femme a besoin d’aide, ou si elle peut marcher toute seule. Il est toujours hystérique, mais parvient à nous dire que ce n’est pas sa femme qui a besoin d’aide. Je vais la voir pendant qu’un vétéran essaie de le calmer, et je lui demande ce qui se passe. Elle se balance, en tenant quelque chose, et en criant encore et encore. Je m’accroupis, et je constate que ce qu’elle tient est couvert de sang. Puis je remarque le porte-bébé, et mon cœur se noue. Je lui demande de m’expliquer ce qu’il se passe, et j’essaie de lui ouvrir les bras en douceur pour voir ce qu’elle tient. C’est son bébé, mort à l’évidence. Sa tête était défoncée sur un côté, et il était couvert d’égratignures. Alors, j’avais déjà vu des cadavres auparavant, mais quelque chose dans cette scène me choque profondément. Il m’a fallu un instant pour reprendre mon sang-froid et aller chercher un des vétérans qui attendait. Je lui dis qu’il s’agit d’un gosse mort, et il me prend gentiment l’épaule, en me disant qu’il va s’en occuper. Ça nous a pris plus d’une heure pour que cette femme nous laisse voir son enfant. A chaque fois qu’on essaie de lui prendre, elle panique et nous dit qu’on ne peut pas l’avoir, qu’il ira bien si on la laisse s’en occuper seule. Mais finalement, un de nos vétérans parvient à la calmer, et elle nous donne le corps. On le ramène à l’infirmerie, mais lorsque les médecins sont arrivés, ils nous ont dit qu’il n’y avait jamais eu la moindre chance de le sauver. Il est mort sur le coup du traumatisme crânien. J’étais amie avec une des infirmières qui les a accueillis à l’hôpital, et elle m’a expliqué ce qui s’est passé. Apparemment, le couple avait l’enfant dans le porte-bébé, et ils se sont arrêtés parce qu’il s’agitait. Le père l’a prit dans ses bras, pendant qu’il observe cette petite ravine près du chemin. La mère vient à ses côtés, mais elle marche sur une parcelle de sol friable, et elle dérape. Elle rentre dans le père, qui lâche l’enfant, et ce dernier fait une chute de six mètres sur les rochers au fond de la ravine. Le père est descendu le chercher, mais il était tombé pile sur la tête, et il était déjà mort. Il n’avait que 15 mois. Ce n’était qu’un accident ridicule, une série d’évènements qui ont conduit au pire scénario possible. C’est probablement une des pires affaires sur lesquelles j’ai été appelée.



  • Je n’ai pas vu beaucoup de morsures d’animaux durant mes années de service, probablement parce qu’il n’y en a pas beaucoup qui s’aventurent dans la région. Bien qu’il y ait des ours dans le coin, ils ont tendance à éviter les hommes, et il est très rare d’en voir. Ce sont surtout de petites bêtes qu’on peut croiser, comme des coyotes, des ratons-laveurs ou des mouffettes. Ce qu’on voit souvent, en revanche, ce sont les élans. Et croyez-moi, les élans sont de vrais enfoirés. Ils chargent n’importe quoi sans raison, et que Dieu vous aide si vous vous retrouvez entre une femelle et son petit. Un des appels les plus amusants qu’on ait reçu était celui d’un gars qui avait été poursuivi par un énorme élan mâle, et qui s’était retrouvé coincé dans un arbre. Ça nous a pris facilement une heure pour le faire descendre, et quand il s’est retrouvé à terre il m’a regardé, et m’a dit : « Bordel, cet enfoiré est pas passé loin. » C’est pas vraiment une histoire effrayante, mais elle nous fait toujours rire.



  • Honnêtement je sais pas comme j’ai pu oublier cette histoire, mais c’est de loin la chose la plus effrayante qui me soit arrivée. Je suppose que j’ai essayé de l’oublier pendant tellement longtemps qu’elle ne m’est pas venue à l’esprit tout de suite. Quand tu passes littéralement tout ton temps dans les bois, la première chose à éviter c’est de laisser l’idée de se retrouver seul t’effrayer, ou celle d’être au milieu de nulle part. C’est pourquoi, quand ça nous arrive, on a tendance à l’oublier et on passe à autre chose. A ce jour, c’est le seul évènement qui m’a poussé à sérieusement me demander si j’étais faite pour ce boulot. Je n’aime pas trop en parler, mais je vais faire de mon mieux pour m’en souvenir. Autant que je m’en souvienne, ça s’est passé à la fin du printemps. C’était un cas de disparition d’enfant typique, une fille de quatre ans qui s’est aventurée au-delà du campement familial, et qui n’étais pas revenue depuis deux heures. Les parents étaient totalement abattus, et nous ont dit ce que la plupart disent : mon enfant n’irait jamais se perdre, elle est si sage, elle n’a jamais rien fait de semblable auparavant. On promet aux parents de faire tout ce qu’on peut pour la retrouver, et on se déploie en formation de recherche classique. J’étais en duo avec un bon ami, et on discutait de tout et de rien en cherchant. Je sais que ça a l’air désinvolte, mais on devient un peu blasé à force de faire ce job. Ça devient habituel, et je pense qu’il vaut mieux savoir se désensibiliser pour bien faire le boulot. On cherche pendant facilement deux heures, bien au-delà de sa position présumée, et on arrive à une petite vallée lorsque quelque chose nous fait tous les deux nous arrêter au même moment. Immobiles, on s’échange un regard, et c’est presque comme si un avion se dépressurisait. Mes oreilles se sont bouchées, et j’ai eu l’étrange impression de tomber de trois mètres. Je m’apprête à demander à mon pote s’il a ressenti la même chose, mais je n’ai pas le temps d’articuler un son qu’on entend le bruit le plus fort que j’ai jamais entendu. C’est presque comme un train de marchandises qui nous passerait dessus, mais ça vient de partout à la fois, y compris d’au-dessus et d’en-dessous. Mon ami me crie quelque chose, mais je n’ai rien compris avec ce rugissement assourdissant. Un peu effrayés, vous vous en doutez, on regarde autour de nous, pour trouver la source du bruit, mais aucun de nous ne voit quoi que ce soit. Bien entendu, j’ai d’abord pensé à un glissement de terrain, mais nous ne sommes proches d’aucune falaise, et même dans ce cas nous aurions déjà été ensevelis. Le bruit continue, et on essaie de se crier l’un à l’autre, mais même en étant côte à côte, on n’entend rien d’autre que ce bruit. Et d’un coup, aussi soudainement qu’il est apparu, il s’arrête, comme si quelqu’un avait appuyé sur marche/arrêt. On reste là un instant, parfaitement immobiles, et progressivement les bruits normaux de la forêt reviennent. Il me demande ce que c’était ce bordel, mais je me contente d’hausser les épaules, et on se regarde pendant une minute. Je prends ma radio, et je demande si quelqu’un d’autre vient d’entendre la putain de fin du monde, mais apparemment nous sommes les seuls, alors qu’on est tous à portée de voix. On choisit de l’ignorer avec mon pote, et de continuer à avancer. Environ une heure plus tard, on vérifie par radio, et personne n’a trouvé la petite fille. La plupart du temps, on ne cherche pas quand la nuit tombe, mais là comme on n’a aucune trace d’elle, quelques-uns d’entre nous décident de poursuivre, y compris mon pote et moi. On reste groupés, et on l’appelle toutes les deux minutes. A ce moment, j’espère vraiment qu’on va la trouver, parce que bien que je n’aime pas les enfants, l’idée qu’ils soient tout seuls dehors dans la nuit est horrible. Si les bois peuvent être impressionnants pour les enfants de jour, la nuit c’est bien pire encore. Mais on ne trouve aucun signe d’elle, et toujours pas de réponse à nos appels, donc autour de minuit on décide de rentrer au point de rencontre. On est à mi-chemin quand mon pote s’arrête et éclaire de sa lampe un groupe d’arbres morts, très dense, à notre droite. Je lui demande s’il a entendu une réponse, mais il me dit juste d’être silencieuse un instant et d’écouter. Je m’exécute, et je perçois au loin ce qui ressemble aux pleurs d’un enfant. On appelle tous les deux le nom de la fille et on tend l’oreille pour sa réponse, mais n’y a que ces pleurs très faibles. Nous nous dirigeons vers ces arbres morts et on les contourne en appelant son nom. A mesure que l’on se rapproche des pleurs, je commence à avoir cette étrange sensation, et je dis à mon pote que quelque chose ne va pas. Il me dit qu’il ressent la même chose, mais qu’il ne parvient pas à savoir pourquoi. On s’arrête sur place, et on appelle le nom de la fille une fois encore. Et au même moment, on comprend tous les deux. Les pleurs sont en boucle. C’est un petit pleurnichement, puis un gémissement, puis un hoquet silencieux, et ça se répète sans cesse. Ce sont exactement les mêmes à chaque fois, et sans dire un mot de plus, on prend tous les deux nos jambes à notre cou. C’est la seule fois où j’ai perdu mon sang-froid comme ça, mais il y avait quelque chose là-dedans de terriblement faux, et aucun de nous deux ne voulait rester dehors. Quand on est arrivé au point de rencontre, on a demandé aux autres s’ils avaient entendu quoi que ce soit d’étrange, mais personne d’autre ne voyait de quoi on parlait. Je sais que ça fait un peu décevant, mais cet appel m’a troublé pendant longtemps. Et pour ce qui est de la petite fille, on n’a jamais trouvé la moindre trace d’elle. On reste toujours à l’affut de signes, comme pour toutes les personnes qu’on n’a jamais retrouvées, mais franchement je doute qu’on ait des résultats.



De toutes les affaires de personnes disparues sur lesquelles j’ai bossé, seulement quelques-unes n’ont donné aucun résultat, c’est-à-dire aucune trace de la personne, et aucun corps retrouvé. Mais parfois, le fait de trouver quelque chose peut mener à plus de questions que de réponses. Voilà quelques-uns des corps qu'on a retrouvés et qui sont devenus célèbres dans notre équipe :


  • Un adolescent dont les restes ont été retrouvés presque un an après qu’il ait disparu. On a trouvé le haut de son crâne, deux os de doigts, et sa caméra à presque soixante kilomètres de l’endroit où il avait été vu pour la dernière fois. La caméra était malheureusement détruite.



  • Le pelvis d’un vieil homme qui avait disparu un mois plus tôt. C’est tout ce qu’on en a retrouvé.



  • La partie inférieure de la mâchoire d’un garçon de deux ans, ainsi que son pied droit, au sommet du plus haut pic d’une crête au sud du parc.



  • Le corps d’une fille de dix ans avec le syndrome de Down, presque trente kilomètres de là où elle avait disparu. Elle était morte de froid trois semaines après sa disparition, et tous ses vêtements étaient en parfait état à l’exception de ses chaussures et de sa veste. Lors de l’autopsie, ils ont trouvé des baies et de la viande cuite dans son estomac. Le médecin a dit que c’était comme si quelqu’un s’était occupé d’elle. Il n’y a jamais eu de suspect identifié.



  • Le corps gelé d’un bébé d’un an, trouvé une semaine après qu’il ait disparu dans le tronc creux d’un arbre, à quinze kilomètres de l’endroit où il avait été vu pour la dernière fois. Il y avait du lait frais dans son estomac, mais sa langue avait disparu.



  • Une simple vertèbre et le genou droit d’une fille de trois ans, trouvée dans la neige à presque trente kilomètres du terrain de camping où elle s’était rendue avec sa famille l’été précédent.



Passons maintenant à deux histoires que m’a racontées mon ami. Comme je l’ai déjà dit, vous semblez tous intéressés par les escaliers, et vous avez de la chance, il a eu une aventure particulière avec eux. Bien qu’il n’ait aucune explication à leur donner, il a un peu plus d’expérience avec eux que moi.


  • Mon pote est un agent SAR depuis environ sept ans, il a commencé pendant son année de licence, et il lui est arrivé la même chose qu’à moi la première fois qu’il a rencontré les escaliers. Son tuteur lui a tenu à peu près le même discours que le mien, c’est-à-dire de ne jamais s’en approcher, ni de les toucher ou de les monter. Pendant sa première année, c’est ce qu’il a fait, mais apparemment sa curiosité a fini par l’emporter, et lors d’un appel il s’est éloigné du groupe pour aller en voir un. Il m’a dit qu’ils étaient à environ une quinzaine de kilomètres du chemin d’où une jeune fille avait disparu, et que les chiens suivaient une piste. Il était seul, à la traine derrière le groupe, lorsqu’il a aperçu un escalier à sa gauche. Il avait l’air de venir d’une maison neuve, parce que la moquette était blanche et immaculée. Il m’a dit qu’à mesure qu’il s’en approchait, il ne se sentait pas différent, et n’entendait pas de bruits bizarres. Il s’attendait à quelque chose, comme saigner de ses oreilles ou s’évanouir, mais il parvient juste à côté sans rien ressentir. La seule chose étrange, m’a-t-il dit, était qu’il n’y avait absolument aucun débris dessus. Pas de terre, de feuilles, ou de poussière, rien. Et il ne semblait pas y avoir le moindre signe d’animaux ou d’insectes présents aux alentours, ce qu’il a trouvé anormal. Ce n’était pas comme si la faune évitait l’endroit, mais plutôt comme si l’escalier se trouvait dans un coin désert de la forêt. Il l’a touché, et n’a rien ressenti, à part cette sensation particulière de la moquette neuve. En s’assurant que sa radio fonctionnait, il a doucement commencé à monter les marches ; il m’a dit que c’était terrifiant, à cause de tout ce qu’on nous avait raconté dessus, il ne savait pas vraiment à quoi s’attendre. En blaguant, il m’a dit qu’il s’attendait soit à être téléporté dans une autre dimension, soit à ce qu’un OVNI apparaisse. Mais il est arrivé au sommet sans que rien de tout cela ne se passe, et il est resté là, à regarder autour de lui. Cependant, il m’a dit que plus il y restait, plus il avait cette sensation de faire quelque chose de vraiment, vraiment mal. Il m’a décrit ce sentiment comme celui qu’on aurait en étant dans un bâtiment du gouvernement sans en avoir le droit. Comme si quelqu’un allait venir pour l’arrêter, ou lui tirer dans la nuque, à tout moment. Il a essayé de ne pas y penser, mais la sensation ne cessait de devenir plus forte, et c’est alors qu’il a réalisé qu’il ne pouvait plus rien entendre. Les bruits de la forêt avaient disparu, et il ne pouvait même plus entendre sa propre respiration. C’était comme une espèce d’acouphène bizarre et horrible, mais plus oppressant encore. Il en est descendu et est parti rejoindre le groupe, sans en parler à personne. Mais le plus étrange restait à venir, m’a-t-il dit. A la fin de la journée, après la recherche, une fois de retour au centre d’accueil, son tuteur l’attendait, et l’a accosté avant que mon pote ne puisse s’éclipser. Son tuteur avait l’air très en colère, alors il lui a demandé ce qui n’allait pas. « Tu les as monté, n’est-ce pas. » Mon pote m’a dit que ce n’était pas formulé comme une question. Il a demandé à son tuteur comment il le savait. Ce dernier s’est contenté de secouer la tête. « Parce qu’on ne l’a pas retrouvée, les chiens ont perdu sa trace. » Mon pote lui a demandé où était le rapport. Le tuteur lui a demandé combien de temps il était resté sur l’escalier, et mon pote lui a répondu que ça n’avait pas dépassé une minute. Le tuteur lui a lancé un regard noir, presque méchant, et lui a dit que s’il remontait un jour sur des escaliers il serait viré. Immédiatement. Le tuteur s’éloigna, et je suppose qu’il n’a jamais répondu à aucune des questions que mon pote a pu lui poser sur le sujet depuis.



Mon pote a participé à beaucoup d’affaires de disparitions où il n’y avait aucune trace des victimes. J’ai déjà fait allusion à David Paulides, et mon pote a dit qu’il peut confirmer que ces histoires sont, pour la plupart, exactes. Il a dit que le plus souvent, si la personne n’est pas retrouvée sur-le-champ, soit elle n’est jamais retrouvée, soit elle l’est des semaines, voire des mois plus tard, dans des endroits qu’elle n’aurait pas pu atteindre seule. Une des histoires qu’il m’a racontées est sortie du lot, au sujet d’un garçon de cinq ans avec un sérieux handicap mental.


  • Le petit garçon a disparu d’une aire de piquenique vers la fin de l’automne. En plus de ses troubles mentaux, il était également handicapé physiquement, et ses parents n’ont pas arrêté de nous expliquer qu’il était tout simplement impossible qu’il ait pu disparaître comme ça. Impossible. Il avait dû être enlevé. Mon pote a dit qu’ils ont fouillé les bois pendant des semaines pour le retrouver, bien au-delà de la zone de recherche standard, mais c’était comme s’il n’avait jamais été là. Les chiens n’ont jamais eu la moindre piste, pas même dans l’aire de piquenique d’où il s’était apparemment évaporé. On a suspecté les parents, mais il était assez évident qu’ils étaient ravagés, et qu’ils n’avaient rien fait de mal à leur enfant. Les recherches ont pris fin environ un mois plus tard, et mon pote m’a dit que tout le monde avait oublié cette histoire à la fin de l’hiver. Il était de sortie pour une opération d’entrainement dans la neige, sur l’un des plus hauts pics, lorsqu’il est tombé sur quelque chose dans la neige. Il a dit qu’il l’avait d’abord aperçu de loin, et qu’il a réalisé en s’approchant qu’il s’agissait d’une chemise, congelée et à moitié enfouie dans la poudreuse. Il a compris qu’elle appartenait à l’enfant grâce à ses motifs particuliers. Il a trouvé le corps de l’enfant vingt mètres plus loin, partiellement enterré dans la neige. Mon pote m’a dit que la mort ne pouvait pas remonter à plus de quelques jours, bien qu’il ait disparu depuis presque trois mois. L’enfant était lové autour de quelque chose, et lorsque mon pote a essuyé la neige pour voir ce que c’était, il n’a presque pas pu en croire ses yeux. C’était un gros morceau de glace qui avait été sculpté de manière à ressembler à une personne. L’enfant le tenait si fort qu’il en avait des engelures sur la poitrine et les mains, visibles malgré le début de décomposition. Il a appelé par radio le reste de l’équipe, et ils ont descendu le corps de la montagne. Il m’a expliqué en bref que cet enfant ne pouvait pas avoir survécu pendant trois mois tout seul, et qu’il n’avait pas pu atterrir sur ce pic. C’était physiquement impossible qu’il ait pu marcher sur soixante-quinze kilomètres et s’être retrouvé au sommet de cette fichue montagne. Pour couronner le tout, il n’y avait rien dans son estomac, ni dans son colon. Rien, pas même de l’eau. D’après mon pote, c’était comme si on l’avait enlevé de la surface du globe, laissé en suspend, puis qu’on l’avait lâché sur cette montagne trois mois plus tard, condamné à mourir de froid. Mon pote ne s’en est jamais vraiment remis.



La dernière de ses histoires que je vais vous partager a eu lieu assez récemment, il y a quelques mois.


  • Ils étaient de sortie à la recherche de pumas, parce qu’ils avaient reçu de nombreux signalements. Une de nos tâches est de sillonner les zones où ces animaux ont été vus pour vérifier s’ils y sont effectivement, et le cas échéant prévenir les gens et fermer l’accès à ces chemins. Il était seul dans une partie du parc à la végétation particulièrement dense, au crépuscule, lorsqu’il a entendu ce qui ressemblait à un cri de femme, au loin. Alors, comme vous le savez sûrement, le cri du puma ressemble exactement à celui d’une femme en train d’être assassinée. C’est déroutant, mais ça n’a rien d’anormal. Mon pote a prévenu les autres par radio qu’il en avait entendu un, et qu’il allait continuer de progresser pour voir où commençait son territoire. Il a entendu le puma deux fois de plus, toujours depuis le même endroit, et en a déduit l’étendue approximative du territoire. Il s’apprêtait à rentrer lorsqu’il a entendu un autre cri, cette fois à seulement quelques mètres de lui. Il panique bien sûr, et presse le pas, parce qu’il n’a aucune envie de se retrouver face à un fichu puma et d’être mis en pièces. Tandis qu’il revient sur le chemin, il entend que le cri le suit, alors il se met à courir. Lorsqu’il était à environ un kilomètre de la base, le cri s’est arrêté, et mon pote s’est retourné pour voir ce qui le suivait. Il faisait presque nuit à ce moment, mais il m’a dit qu’au loin, juste avant que le chemin ne bifurque, il pouvait apercevoir ce qui ressemblait à une silhouette masculine. Il l’a appelé, pour l’avertir que les sentiers étaient fermés, et qu’il fallait qu’il revienne au centre d’accueil. La silhouette n’a pas bougé, et mon pote a commencé à s’en approcher. Lorsqu’il n’était plus qu’à une dizaine de mètres, la silhouette a fait, tel qu’il me l’a décrit, un « pas d’une longueur impossible » vers lui, et a poussé le même cri qu’il avait entendu jusque-là. Mon pote n’a rien dit, il a juste fait volte-face et a foncé vers la base, sans regarder en arrière. Lorsqu’il y est arrivé, le cri était retourné dans les bois. Il n’en a parlé à personne d’autre, il s’est contenté de dire qu’il y avait un puma dans les environs, et qu’il faudrait fermer les chemins jusqu’à ce que l’animal soit retrouvé et déplacé.



Je vais m’arrêter là, puisque c’est déjà un gros pavé. Demain matin, je vais me rendre à un entrainement annuel, donc je serai partie jusqu’au début de la semaine prochaine. Je vais voir beaucoup d’ex-tuteurs, et d’amis qui travaillent dans d’autres zones du parc, et je vais leur demander s’ils n’ont pas des anecdotes qu’ils aimeraient partager. Ça me fait vraiment plaisir que mes histoires vous intéressent autant, et je continuerai à vous en partager à mon retour du stage !

Traduction : The Dude

Source
Partie 1
Partie 2

12 commentaires:

  1. Ces textes viennent de Reddit.

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Et ils ont été traduits par the dude, et ça a été posté par Magnosa à 20: 17 et c'est la 3e partie d'un texte qui s'appelle SAR...

      Supprimer
  2. Effectivement, ça ressemble à des enlevements aliens, de plus le bruit que les 2 agents ont entendus peut certainement être un ovni. Par contre pour cette phrase: " mais il était assez évident qu’ils étaient ravagés, et qu’ils n’avaient rien fait de mal à leur enfant."; si on innocentais tous les gens qui ne semblent pas coupable, on aurait jamais arrété la moitié des meurtriers sur cette planète.

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Nous sommes tous coupables de quelque chose, il paraît...

      Supprimer
    2. En effet c'est vrai , un nombre incalculable de fois les coupables dans les affaires criminels avaient "l'air ravager" chaque être humain sais mentir ou joué la commédie , s'attarder seulement sur le comportement des gens ne suffit pas et vice versa pour les gens innocent ils peuvent avoir un comportement étrange sur le coup du choc

      Supprimer
  3. Ça peut paraître bizarre mais je pense que monter les escaliers déclenchent le bruit bizarre.. Ét je pense qu'il y a 1 monstre/pedophile dans la forêt..
    Mais l'idée d'enlèvement extraterrestre est pas mal mais je comprend pas pourquoi les enfant sont nourris si c'est des extraterrestre ?

    RépondreSupprimer
  4. Il n'y a que moi qui pense à cette créature hummanoïde pouvant imiter les bruits entendus ? J'ai oublié son nom, mais je me souviens avoir déjà lu une creepy sur elle...

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Il y a la seconde partie qui parle de mec qui miaule

      Supprimer
  5. Franchement la série des S.A.R. ça reste un must sur CPFC, un grand merci au traducteur qui rend si bien l'aspect réaliste du récit, c'est un plaisir à lire. :) :)

    RépondreSupprimer