Disclaimer

DISCLAIMER
Les contenus proposés sur ce site sont déconseillés aux personnes sensibles et aux mineurs de moins de 12 ans.
Nous encourageons largement les pratiques répréhensibles qui y sont décrites.
Consultez la page À propos pour plus de détails.

Script générateur de phrases

mercredi 16 août 2017

Hong Kong


Bride’s Pool – La mariée laissée devant l’autel
 

Nichée au cœur du Plover Cove Country Park repose une cascade idyllique s’écoulant dans un bassin peu profond parsemé de rochers. Il s’agit de la Bride’s Pool, ou du Bassin de la Mariée. On raconte que ce nom lui a été donné après qu’une future mariée a été transportée sur un palanquin vers un village voisin où son fiancé l’attendait lorsqu’un des porteurs a glissé, la projetant dans les rapides. Son corps n’a jamais été retrouvé. Aujourd’hui, des gens disent avoir vu une femme vêtue d’une cheongsam rouge en train de se brosser les cheveux auprès des eaux majestueuses


Nam Koo Terrace – Les répercussions de la Seconde Guerre Mondiale
 

Cette bâtisse historique de Wan Chai est l’une des maisons hantées les plus connues de Hong Kong. Il s’agit d’un manoir de deux étages ayant appartenu initialement à un riche marchand de la première moitié du XXème siècle qui a été contraint l’abandonner pendant l’occupation de Hong Kong. Des soldats japonais s’en servaient comme d’une maison close et d’un lieu de torture. On dit que les esprits des femmes qui y furent décapitées y errent encore la nuit, sans tête, et que l’on peut entendre des hurlements ainsi que des voix sinistres provenant de derrière les portes condamnées de la maison. A travers les fenêtres brisées, on pourrait parfois voir des feux se déplacer de pièce en pièce. De nombreux suicides auraient eu lieu par la suite et autour de la propriété et des corps y auraient été enfouis massivement, faisant de ce lieu un véritable charnier. Bien que nombre de ces observations et faits rapportés soit des rumeurs, en 2003, après y avoir passé une nuit, un groupe de jeunes a dû recevoir un traitement psychiatrique.






he Single Braid Road – La rapatriée
 
Près de l’Université Chinoise, plusieurs étudiants ont raconté avoir aperçu une fille avec une natte marchant seule la nuit. Cette rue fut nommée Single Braid Road d’après cette fille. L’histoire raconte qu’elle vient de Chine et a traversé la frontière illégalement en compagnie de son petit ami par une nuit froide. Dans le train en direction de Kowloon, une patrouille de police a embarqué pour procéder à un contrôle de passeports. Face à cet imprévu, paniquant à l’idée d’être démasquée, elle a sauté par la fenêtre du train en marche. Hélas, sa natte s’est prise dans le cadre de la fenêtre, la scalpant sur le coup et arrachant dans le même temps la peau de son visage. Son corps a roulé jusqu’à la rue qui deviendra Single Braid Road où elle s’est écroulée, sans vie, dans une mare de sang. La police a emporté le corps et clos l’incident. Son petit ami est parvenu quant à lui à destination, a trouvé un travail et n’a jamais tenté de retrouver sa copine. Cependant, une nuit, un étudiant a vu une fille qui se tenait debout non loin de l’université. Il l’a appelée mais elle n’a pas répondu. En s’approchant, il a remarqué qu’elle avait une longue natte. Elle s’est retournée brusquement lorsqu’il lui a tapoté l’épaule, révélant un visage inexistant. A sa place se trouvait une natte similaire à celle qu’elle portait à l’arrière. Le fantôme ne se montrerait qu’aux étudiants de sexe masculin.


Tuen Mun Road – Le virage mortel
 

Tuen Mun Road est une route expresse très fréquentée. Depuis sa construction en 1977, elle a été témoin d’un nombre impressionnant d’accidents qui lui ont valu une réputation macabre. Le pire accident qui s’y est déroulé a eu lieu le 10 juillet 2003 lorsqu’un poids lourd a percuté un bus à deux étages, envoyant celui-ci faire des tonneaux par-dessus la rambarde de sécurité et le long de la falaise. Vingt-et-un occupants du bus ont péri et vingt ont été blessés. Quatre accidents similaires impliquant des bus sont survenus avant 2003. Le folklore hongkongais suppose que les accidents sont dus aux fantômes d’anciennes victimes qui apparaissent sur la route, forçant les conducteurs à braquer pour les éviter. Certains conducteurs impliqués dans des accidents affirment avoir perdu le contrôle de leur véhicule sans aucune raison. D’autres disent avoir vu des yeux luisants à travers les buissons qui longent la route. Un fait intéressant, l’endroit en question était déjà réputé hanté avant que la route soit construite. Comme on peut le voir sur la photo ci-dessous, la voie est étroite et potentiellement dangereuse et beaucoup d’automobilistes y roulent sûrement trop vite. Néanmoins, on dénombre plusieurs centaines d’accidents sur cette portion de route en moins de quarante ans, une statistique qui fait froid dans le dos.





Sai Ying Pun Community Centre – Tout dans la tête
 

Construit en 1892, ce bâtiment qui est aujourd’hui un centre communautaire était autrefois un hôpital psychiatrique, puis a été utilisé comme salle d’exécution pendant l’occupation japonaise. Les rumeurs autour de cet endroit parlent de pleurs de femmes, de bruits de pas sans provenance, d’hommes prenant feu spontanément et de fantômes décapités.






Mang Gui Kiu – Le pont mystérieux
 
A proximité de ce pont à Tai Po, des enfants au visage blême ont été aperçus faisant des signes aux véhicules qui passaient. Des chauffeurs de minibus ont rapporté que certains de leurs passagers ont subitement disparu après avoir mis pied à terre. Nombreux sont ceux qui pensent que les enfants sont les fantômes des vingt-huit élèves qui sont morts tragiquement au cours d’un pique-nique le 30 août 1955 lorsqu’une forte pluie s’est abattue et que la majorité d’entre eux, ayant eu l’idée de s’abriter sous le pont, a été emportée par un glissement de terrain et à la mémoire desquels un monument a été érigé non loin.


Selon la tradition chinoise, il n’y a aucune raison de craindre le surnaturel si l’on est droit et que l’on n’offense pas les esprits. Un chauffeur de bus est un jour passé devant le Mang Gui Kiu alors que son bus était vide. Une femme aux longs cheveux et au teint pâle y est montée. Le chauffeur, ne voyant dans la caisse que des billets funéraires (comprendre : de faux billets que l’on incinère avec le défunt), a crié : « Madame, veuillez payer votre ticket ! » mais n’a reçu aucune réponse. Le bus était toujours vide. Il a estimé que la femme était un fantôme mais est resté calme et a continué de conduire. A la station suivante, le signal d’arrêt était allumé. Il s’est arrêté, a ouvert la porte et entendu une voix : « Merci ».

Le Mang Gui Kiu était auparavant nommé Hung Shui Kiu, ce qui signifie « Le Pont de l’Eau Rouge » en raison du fait qu’il était souvent submergé par la pluie. Le Dan Kwai Village situé près du pont est dit avoir été un terrain d’exécution pendant la guerre sino-japonaise entre 1937 et 1945. Le sang des victimes se serait déversé dans l’eau, la colorant en rouge. La vérité au sujet de ce village ayant servi ou non de lieu d’exécution reste floue.


Hysan Place – Le magasin Mitsukoshi
 
Entre 1981 et sa fermeture en 2006, le magasin japonais Mitsukoshi Department Store a reçu une multitude de témoignages de la part d’agents de sécurité à propos de voix d’enfants se faisant entendre durant la nuit. De temps à autre, le personnel constatait que des jouets avaient changé d’endroit aux alentours de la section destinée aux enfants. Plus tard, on a découvert que le magasin avait été construit sur un ancien cimetière où reposaient des victimes d’exécutions. Cet endroit est désormais celui sur lequel se dresse l’immeuble Hysan Place.


Le réseau ferroviaire de Honk Kong – Un fantôme sur les voies
 
Au début des années 1980, une jeune femme est tombée sur les voies de la station Yau Ma Tei au moment où le train approchait. Les témoins racontent avoir entendu des cris à glacer le sang et le conducteur du train se souvient avoir ressenti un choc brutal au moment de la collision. Toutefois, lorsque l’équipe médicale est arrivée sur place, elle n’a trouvé aucun corps, pas même une goutte de sang. L’enquête n’est parvenue à établir aucune piste et l’incident a été consigné en tant qu’hallucination collective.
 
Wan Chai Tung Shing Cinema – La salle de spectacle hantée
 
Au cours de sa période de gloire dans les années 1960, le cinéma Tung Shing paraissait toujours plein à craquer. Aussi étrange que cela puisse sembler, il est possible que ça n’ait pas été tout à fait le cas. Nombre de personnes a dit voir un cinéma rempli de monde dans l’obscurité, mais dès lors que la lumière revenait dans la salle, il n’y avait que peu voire pas d’autre spectateur. Des femmes qui sont allées aux toilettes ont expliqué avoir vu un fantôme sans visage dans le miroir, celui d’une femme qui lissait ses cheveux en fredonnant pendant la projection du film. Les toilettes du cinéma s’avèrent être situées à l’emplacement d’un ancien funérarium.
La direction et le personnel du cinéma affirment que celui-ci était toujours rempli la nuit. Pourtant, peu de tickets étaient en réalité vendus. Dans ce cas, qui étaient les spectateurs présents sans ticket dans la salle pendant les films ? Il revient à chacun de se poser la question.




commentaire

30 commentaires:

  1. Je trouve cette pasta chiante à lire moi :/
    Mais bon c est aussi surtout que je n'aime pas du tout ce style là

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Retourne donc lire chaire de poule, l'ami.

      Supprimer
    2. Et allez, il aime pas cette pasta, évidemment que c'est une raison pour le prendre de haut en lui lâchant un "retourn lir chair de poul mdeir" --'

      Supprimer
  2. Voilà comment faire aimer la seconde guerre mondial, par contre il n'y a pas marqué les problemes entre la France et l'Allemagne. Sérieusement j'ai bien aimé cette pasta, bien que pour la plupart de la pasta semblait être un cours d'histoire, ce que je déteste le plus pour moi la pasta commence que entre le millieu et la fin, même si à la fin ça me fait penser à la pasta " les morts aussi aiment le disco" ou un truc dans le genre, bonne pasta.

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Ouais moi aussi ça m'a plus fait penser à une découverte culturelle de Hong-Kong, y'a un gros côté touristique qui anesthésie toutes les références au paranormal. Bon je peux rien dire, Hong-Kong ça a l'air sympathique, "Sleeping Dogs" m'a presque donné envie d'y aller^^

      Supprimer
    2. J'y suis déjà aller ça coute cher le votage il faut l'avouer, mais franchement je regrette pas au contraire c'est mieux que New York ou Hollywood, même si c'est moins connus une fois qu'on met les pieds la bas on veut plus partir lol, bin ça fait une dizaine d'année que j'y suis plus aller donc ça doit être beaucoup mieux ^^. Sleeping Dogs ce genre de jeu me plait pas du tout, j'y ai joué une fois je n'y retoucherai plus lol.

      Supprimer
    3. "Voyage" et non votage mdr je suis celui ayant écrit à 00h54

      Supprimer
    4. D'accord ben c'est bien tentant, par contre je crois que je me risquerais pas à aller dans un pays dont je maitrise pas la langue (seule une petite partie des Hong-Kongais parle bien anglais apparemment)...

      T'as joué à Sleeping Dogs même ou bien à un "jeu du genre" @Anonyme ? Car justement dans le jeu tu peux prier devant des autels, apprendre des mouvements de kung fu, acheter du thé, visiter le marché et bien sûr visiter la ville reconstituée, bref c'est assez immersif, c'est comme un GTA en Asie sans toutefois plagier le genre. :-)

      Supprimer
    5. Haha oui c'est sûr que c'est pas facile de se faire comprendre la bas par tout le monde, et oui j'ai joué à sleeping dog en lui même, déjà que GTA j'aime pas et sleeping dog encore moins X)

      Supprimer
    6. L'anonyme de 14h18, c'est toi Pac ? 🤔

      Supprimer
    7. "Voilà comment faire aimer la seconde guerre mondial" bizarre comme phrase...

      Supprimer
  3. Trois sur neuf mon plu je suis un pej déçu de celle la... En attente de la prochaine "SAR"

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Ce commentaire a été supprimé par un administrateur du blog.

      Supprimer
    2. Ce commentaire a été supprimé par un administrateur du blog.

      Supprimer
    3. Ce commentaire a été supprimé par un administrateur du blog.

      Supprimer
    4. Ce commentaire a été supprimé par un administrateur du blog.

      Supprimer
    5. Ce commentaire a été supprimé par un administrateur du blog.

      Supprimer
  4. Ce commentaire a été supprimé par l'auteur.

    RépondreSupprimer
  5. Depuis quelques temps le site a un second souffle , les pastas sont géniales et la publication est ponctuelle , sa fais extrémement plaisir a voir , mais surtout a lire :) Bravo a l'auteur et merci a admin de founir un travaille de qualité

    RépondreSupprimer
  6. Le procédé est original ! On ne peut pas parler de pasta en soit, car c'est un ensemble de petites histoires... J'aime beaucoup les petites anecdotes comme ça, sa change les habitudes! En plus, elles sont intéressantes à lire.

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Tu as lu quelque part qu'un ensemble de petites histoires ne pouvait pas être une pasta ?

      Supprimer
    2. Appelle-ça un ensemble de petites pastas parlant d'un même endroit alors :)

      Supprimer
  7. J'ai a-do-ré, bravo et merci.

    RépondreSupprimer
  8. C'est une pasta très intéressante

    RépondreSupprimer
  9. J'ai beaucoup aimé, le fait que l'on associe le paranormal à des lieux attribue un côté original, et donne un renouveau à des histoires que l'on pourrait déjà avoir croisées (la femme dans le bus, le fantôme dans la rue...). Encore une fois du bon boulot :).

    RépondreSupprimer
  10. Je trouve cette pasta un peu ennuyeuse et longue à lire, et j'ai vu des oublis de mots sauf si cela été fait exprès.

    RépondreSupprimer
  11. Très intéressant! On a besoin de plus de pastas qui ne sont pas culturellement encrées aux USA/en Europe du nord sans pour autant être cliché.

    RépondreSupprimer
  12. Merci pour tout autre excellent article. Où peut-on simplement obtenir ce type d'information dans une méthode idéale d'écriture? J'ai une présentation la semaine suivante, et je suis à la recherche de ces informations

    La Bataille des sexes en Français

    La Bataille des sexes en Français

    La Bataille des sexes en Français

    La Bataille des sexes en Français

    La Bataille des sexes en Français

    La Bataille des sexes en Français

    La Bataille des sexes en Français

    La Bataille des sexes en Français

    RépondreSupprimer