Disclaimer

DISCLAIMER
Les contenus proposés sur ce site sont déconseillés aux personnes sensibles et aux mineurs de moins de 12 ans.
Nous encourageons largement les pratiques répréhensibles qui y sont décrites.
Consultez la page À propos pour plus de détails.

Script générateur de phrases

vendredi 22 mars 2019

Epileptic Seizure Comparison

Paul Sharits est un cinéaste expérimental américain qui s'est intéressé très tôt à l'impact de l'image, du rythme et du son sur le spectateur. Ses films s'appuient sur des données scientifiques relatives, et notamment sur le pouvoir des images subliminales, des infra-basses ou des scintillements sur l'oeil, ainsi que sur l'oreille humaine. De nombreuses rumeurs ont circulé sur ses accointances avec les services secrets américains. Dans les années 1960-1970, la Guerre Froide faisait rage. Les recherches médicales quant à la manipulation psychologique et physiologique du sujet devenaient une priorité (en témoigne le célèbre projet MK-Ultra), et il ne serait pas surprenant que Sharits ait eu accès à certaines archives top secrètes, s'il n'a toutefois pas lui-même participé à certaines expériences.


Au milieu des années 1970, il se penche sur le mystère de l'épilepsie. Son objectif est de reproduire artificiellement une crise, de créer un film capable de foudroyer un épileptique en quelques minutes. Il s'appuie encore une fois sur des expériences en cours dans le milieu médical. Il commence par filmer deux crises produites en laboratoire, qui serviront de support visuel à son œuvre. Il superpose ensuite le dispositif à chacune des deux vidéos : un simple scintillement de photogrammes transparents légèrement colorés, défilant selon un rythme extrêmement étudié. En ce qui concerne le son, il se contente de déformer des enregistrements de cris des patients, de manière à atteindre les fréquences et les rythmes souhaités.


Les deux films ainsi conçus sont projetés selon deux dispositifs particuliers : ou bien l'un à la suite de l'autre, ou bien en même temps, chacun sur un écran séparé, l'un placé verticalement au-dessus de l'autre. Quant à la pièce dans laquelle se déroule l'expérience, elle est insonorisée, plongée dans l'obscurité totale, et tapissée de matériaux réfléchissant (de manière à diffracter les clignotements).


Il est difficile aujourd'hui de constater les effets dévastateurs du film de Sharits. D'une part, le film à été conçu pour être projeté en argentique au sein d'un dispositif très particulier (autant dire que la version que je vous propose, numérisée et de piètre qualité, ne risque pas de provoquer les mêmes effets), et d'autre part, depuis les années 1970, notre œil s'est largement habitué à des rythmes et des scintillement très très rapides, ce qui n'était pas le cas pour les spectateurs de l'époque.


Quoi qu'il en soit, les effets rapportés à l'époque sur le public de ce film sont spectaculaires. Sharits refusait de faire la moindre projection publique sans la présence d'un médecin dans la salle. Chaque projection voyait son lot de crises d'épilepsie, de migraines, de spectateurs déboussolés, de cécités temporaires et d'hallucinations, sans compter les angoisses, le stress et les pics de tension. L’œuvre n'a été que peu visionnée depuis ce temps, et n'a jamais fait l'objet d'une restauration convenable. Nous pouvons imaginer que les recherches ayant abouties à sa création se sont depuis poursuivies à l'abri des regards, avec des résultats difficiles à estimer.



ATTENTION : VIDÉOS EXTRÊMEMENT DÉCONSEILLÉES AUX ÉPILEPTIQUES.



La version en un seul film :





La version en écrans superposés :


http://vimeo.com/128654812

13 commentaires:

  1. Réponses
    1. Est-ce qu'au moins tu es épileptique? Parce que sinon c'est sûr qu'il n'y aura aucunes conséquences sur toi ou ta santé...

      Supprimer
    2. Personnellement j'ai juste regardé 2-3 minutes. Épileptique ou non il faut vraiment être masochiste pour s'infliger ça pendant une demi-heure...

      Supprimer
    3. Ce commentaire a été supprimé par l'auteur.

      Supprimer
  2. Je crois que l'épisode Pokémon sur Porygon a déjà fait plus de victimes :p

    RépondreSupprimer
  3. pourquoi il faisait ça en fait ?
    Je ne comprends juste pas pourquoi l'on veut faire du mal aux gens comme ça...

    RépondreSupprimer
  4. Je suis épileptique sévère . C'est quoi la vidéo ?

    RépondreSupprimer
  5. Bah en gros y a deux parties : pendant une vingtaine de minutes t'as des flashs plus ou moins rapides, avec la même bande son en boucle d'un cri (je crois) déformé.
    Ensuite ça change, a l'image y a toujours les flashs, mais les sons ça devient des espèces de gémissements (dégueulasses pour l'oreille d'ailleurs)
    Et la deuxième partie : A environ 22 ou 23 min on voit l'image d'un type qui fait une crise d'épilepsie. Et sa crise est ensuite passée en boucle de plus en plus rapidement jusqu'à la fin de la vidéo.

    Et pour ceux qui se demandent, oui je me suis vraiment tapé la vidéo en entier.

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Merci . Par chance je ne l'ai pas regardé et encore moins seule. Moi qui ne peut même pas regarder un film sans l'approbation d'un proche...

      Supprimer
  6. Alors je suis pas épileptique mais ce truc ça nique les yeux..

    RépondreSupprimer
  7. la vidéo me met mal a l'aise et de plus, elle m'angoisse. en plus des image des mec qui sont en train de faire une crise et le son bizarre. j'ai regarder 2-3 minute et j'ai tout de suite arrêter par-ce que sa m'angoisse.

    RépondreSupprimer