Disclaimer

DISCLAIMER
Les contenus proposés sur ce site sont déconseillés aux personnes sensibles et aux mineurs de moins de 12 ans.
Nous encourageons largement les pratiques répréhensibles qui y sont décrites.
Consultez la page À propos pour plus de détails.

Script générateur de phrases

samedi 25 février 2017

Huggydoll

Bonjour à tous.

J'ai beaucoup hésité avant de publier sur ce site.
 
Tout d'abord, sachez que je prends de gros risques en décidant de rendre public le témoignage qui va suivre. Non pas que je redoute les représailles contre ma propre personne, mais j'ai une famille. J'ai donc longuement pesé le pour et le contre.
 
Ensuite, je suis conscient qu'il y a de fortes chances pour que vous ne me preniez pas au sérieux. Après tout, qu'est-ce qu'une "creepypasta" sinon 95 % de fiction et 5 % de réalité ? Beaucoup crieront au fake et je ne peux pas leur en vouloir. Quand on est confronté de loin à l'horreur, on cherche inconsciemment à se persuader qu'elle n'existe que dans l'esprit des autres. C'est plus réconfortant.
 
Cela dit, j'ai fini par me convaincre que le choix de ce site était le plus pertinent. Pourquoi ? Tout simplement parce qu'ailleurs, mes publications auraient été trop exposées aux regards malveillants. On me surveille.
 
Ici en revanche, je pense être à l'abri car mes relations de travail ne fréquentent pas ce genre de sites et de toute façon, je pourrais toujours prétendre en cas de difficulté que mon témoignage est une creepypasta et que par conséquent, il est fictif.
 
Maintenant, qu'est-ce qui me motive à prendre autant de risques ? A vrai dire, mon objectif est de dénoncer des activités criminelles qui sont l’œuvre d'un groupement organisé et hautement sophistiqué.
 
A l'heure qu'il est, les auteurs de cette organisation sont toujours en liberté et continuent à se livrer à leur commerce contre nature. Et cette idée m'est insupportable. Du coup, et même si je sais que bon nombre d'entre vous me liront avec scepticisme, je m'adresse à la minorité que je ferai douter : toute aide sera la bienvenue. Si vous détenez ou pensez détenir des informations qui permettraient d'identifier les personnes du récit qui va suivre, je vous prie de bien vouloir me contacter en MP. Je veillerai également à lire tous vos commentaires et à y répondre si besoin.

Maintenant, permettez-moi de me présenter brièvement :
Jusqu'à une période très récente, j'étais commissaire de police dans un petit commissariat de province, dont je tairai le nom pour d'évidentes raisons de confidentialité.
 
Je bossais à la Brigade de protection de la famille (plus communément appelée "brigade des mineurs"), mais j’ai longtemps été affecté à la Brigade criminelle (la fameuse "Crim"). J'étais alors un abonné aux découvertes macabres et autres dossiers qui vous empêchent de dormir la nuit.  Je ne pourrai évidemment pas dire qu'on s'y habitue mais bon. On apprend à vivre avec et à construire sa propre coquille professionnelle, celle qui vous empêche de trop vous impliquer émotionnellement dans vos enquêtes. Des cellules psychologiques sont mises en place et nous permettent de tout déballer. Ça fait du bien, mais sans plus.
 
Bref, tout ça pour vous dire que l'horreur, on finit par vivre avec.
 
Seulement voilà, sept années de bons et loyaux services à la Crim m'ont permis de catégoriser les dossiers morbides selon leur degré d'immoralité. Je précise qu'il s'agit d'un classement fictif issu de mon seul ressenti, et non d'une statistique officielle :

En bas de l'échelon, on trouve la criminalité ordinaire. Meurtre, empoisonnement, viol. C'est insupportable bien sûr, mais très courant et assez classique.
Au niveau intermédiaire, viennent les aggravations. les crimes précités sont alors commis sur des mineurs, des handicapés ou des personnes âgées, parfois dans des conditions sordides.
Enfin au niveau ultime, on assiste à des aberrations. Démembrements à la tronçonneuse, étranglements de la victime avec ses propres viscères, ou encore auto-cannibalisme.
 
Ce dernier niveau regroupe les cas les plus atroces et heureusement les plus rares.
Toute ma carrière s'est ainsi construite autour de ces trois catégories de ressentis.
Pourtant, lorsque l'affaire "Huggydoll" est survenue, j'ai dû me rendre à l'évidence : il existait une catégorie supplémentaire, la plus élevée dans l'échelle de l'insupportable.

Je l'ai nommée l’innommable" (le jeu de mots est involontaire). Cette catégorie est si invraisemblable qu'elle ne contient que l'affaire précitée, celle dont je vais vous parler maintenant.

Il n'y a pas si longtemps, j'étais de permanence de nuit. Mon équipe et moi avons été contacté par le CIC (Centre d'Informations et de Commandements) , le fameux "17" , "police-secours". Ils avaient reçu un appel inquiétant d'une fillette en pleurs, qui expliquait que son papa l'avait puni avant de quitter la maison familiale en la laissant toute seule. Sa mère était décédée et elle vivait sous la garde exclusive du père. La petite affirmait que l’intéressé n'était pas revenu depuis plusieurs heures, et qu'il ne lui avait donné aucune information sur son éventuel retour. Il n'avait pas non plus pris la peine d'emmener son smartphone avec lui.

Craignant un abandon d'enfant, une équipe a été dépêchée sur place afin de vérifier le sérieux des déclarations de la fillette (les canulars sont très fréquents parmi les appels au 17). Au passage, elle disait s'appeler Sara.
 
Une fois arrivés sur les lieux, les collègues ont frappé à la porte du domicile, à l'adresse indiquée lors de l'entretien téléphonique. La jeune Sara n'a pas tardé à ouvrir la porte, mais elle affichait, selon le 17, un air fragile et très craintif. Et surtout, elle présentait des ecchymoses au niveau du visage, sous les yeux. Suspectant la présence de blessures plus graves sur d’autres parties du corps de la victime, ceux du 17 ont fini par contacter mon équipe afin de passer le relais. Nous nous sommes empressés de nous rendre sur les lieux.
 
Dès que mon regard s'est posé sur Sara, j'ai tout de suite eu des bouffées de rage. Voir cette gamine de huit ans, blondinette aux yeux bleus, marquée par des traces certaines de coups, apeurée et angoissée à l'idée de ne plus revoir son paternel qui la battait me révoltait. Si je retrouvais ce fumier, je n'aurais aucun mal à commettre ce que nos bons journalistes appellent communément une "bavure".

Toujours est-il que les traces de violence étaient là, et j'ai donc décidé d'agir en flagrance. Cela signifie que j'avais suffisamment d'indices apparents en ma possession pour perquisitionner le domicile du père de Sara, toujours absent. N'ayant pu joindre téléphoniquement ni le propriétaire des lieux ni son entourage, j'ai fait appel à deux voisins pour assister à la fouille de la maison, conformément à la loi.
 
Pendant que mon équipe débutait son inspection dans le hall d'entrée de la demeure, je me suis employé à rassurer la petite Sara sur nos intentions. Je lui ai déclaré que son papa allait revenir, que nous étions justement là pour le retrouver et qu'elle n'avait pas à s'inquiéter.

Ce pauvre petit être grelottait de terreur à l'idée d'être corrigé par son géniteur, car elle avait appelé la police et "papa n'aime pas quand je parle avec les étrangers". Je lui ai répondu que c'était une bonne chose que de se méfier des étrangers, qu'on pouvait y remédier et faire connaissance. Je lui ai dit mon nom et lui ai montré une photo de mon fils de neuf ans, glissée dans mon portefeuille.
"Tu vois, je ne suis plus un inconnu maintenant. Tu sais comment je m'appelle, que je suis papa d'un enfant qui a presque ton âge et que je travaille dans la police pour protéger les personnes comme toi".
Je pense que ça l'a un peu rassurée. Elle m'a adressé un sourire timide et s'est essuyée les larmes qui coulaient sur ses joues.

Je lui ai alors demandé si elle savait pourquoi son père avait quitté la maison subitement.
Et c'est là qu'elle a commencé à me parler d'Huggydoll.
 
Ce terme n'est pas sorti de sa bouche, je l'ai découvert peu après. Sara m'a raconté que son anniversaire approchait. La veille, elle avait vu son père descendre dans la cave avec un gros paquet dans les mains. Ça l'avait remplie de joie, elle savait que c'était son cadeau.

Bien sûr, elle savait aussi que papa n'accepterait jamais qu'elle ouvre sa surprise avant la date d'anniversaire. En plus, la cave lui était interdite, car elle contenait un certain nombre d'objets tranchants qui pourraient la blesser. De toute façon, s'était-elle dite jusqu'à présent, cela lui convenait parfaitement, puisqu'elle avait peur des caves, ces endroits sombres et qui sentaient mauvais.

Oui mais voilà. L'envie était trop forte et ce matin-là, elle avait fini par échapper à la vigilance du père, alors captivé par une retransmission d'un match de foot. Elle descendit donc les escaliers qui menaient à la fameuse cave.

L'obscurité lui faisait peur, mais elle pensait très fort à son cadeau et ça lui redonnait du courage. Elle courut jusqu'en bas des marches en un temps record et fut pleinement contentée : le gros paquet se tenait là, sur le sol, au milieu de la pièce. Il était gros, si gros ! C'était sûr, il pouvait contenir une énorme peluche ou une locomotive avec ses rails et sa gare de départ.

Bon, elle serait peut-être punie pour avoir déballé sa surprise en cachette, mais ça en valait la peine. Elle avait donc déchiré précipitamment le carton et s'était aperçue que l'objet à l'intérieur était emballé dans un plastique avec des bulles.

[Note : Je n'ai appris que bien plus tard, lors de la garde à vue du père (qu'on a fini par retrouver), que Sara s'était mise à hurler depuis la cave. Le père, au courant de ce que sa fille venait de faire, l'avait finalement remontée et "punie", et pour finir était parti en trombe de chez lui en n'emmenant que ses clés de voiture].

A ce stade du récit, j'ai demandé à Sara ce que contenait le paquet, mais elle se recroquevillait devant moi, on aurait dit qu'elle faisait une crise de tétanie. Elle a été incapable de m'en dire plus et j'ai ordonné à une collègue de venir la rassurer à ma place, afin que je puisse inspecter l'habitation. Sara, toujours muette, s'était mise à tendre son bras chétif et à désigner une porte qui faisait le coin, au fond du couloir d'entrée.

Elle serrait les dents et se raidissait.  J'étais habitué à ce genre de réaction et j'ai vite compris que quelque chose l'avait terrorisée dans cette cave. J'ai donc pris un collègue avec moi et ai ouvert la fameuse porte qui menait aux escaliers descendants. La pièce sentait bien évidemment l'humidité, l'éclairage au néon était tamisé et la lampe clignotait incessamment. La représentation classique d'une cave, en somme. Après avoir effectué quelques pas, j'ai effectivement découvert un paquet en carton au milieu de la pièce, déballé et assez grand pour contenir un grand vase. Détail particulier : chaque côté du carton était percé de plusieurs petits trous.

Mais le paquet était vide.

Au fond du lieu, il y avait une petite table sur laquelle était posé un ordinateur portable, caché par la noirceur de l'endroit. Le PC était en veille et j'eus facilement accès à la session du père, un certain "Mich" (peut-être pour Michel ?). Ce dernier n'avait visiblement pas pris soin de verrouiller sa machine avec un mot de passe. Pratique pour nous, nous n'aurions peut-être pas besoin de réquisitionner un technicien informatique.

Une seule page était ouverte, en poche sur le bureau. Quand j'ai cliqué dessus, je me suis aperçu qu'il s'agissait de sa messagerie Outlook. Son dernier mail reçu d'un expéditeur inconnu indiquait en anglais que sa transaction avait été validée et qu'il recevrait sa commande "Huggydoll" prochainement.

La note était signée "RRC" sans autre précision.

Pas terrible comme piste.

Je voulais effectuer une recherche internet, mais le réseau manquait. Il a fallu que je remonte au rez-de-chaussée avec mon collègue pour vérifier si je pouvais obtenir quoi que ce soit d'intéressant à propos de "RRC".
 
Avant d'entamer une quelconque recherche, mon collègue prénommé Franck m'a interpellé.

Il a fait un rapprochement entre le mot "doll" (poupée, en anglais) et l'acronyme RRC.
 
"Je pense savoir de quoi il s'agit, m'a-t-il dit, c'est clairement une cyberescroquerie bien tordue".
 
Franck a une bonne expérience en matière de cybercriminalité et a passé un temps fou sur le web profond il y a quelques années.

Quand je lui ai demandé ce qu'il voulait dire par là, il m'a expliqué qu'il était fort probable que l'expéditeur du mail, le fameux "RRC" soit un escroc qui s'inspirait d'une creepypasta pour plumer des acheteurs à la sexualité dérangée.
 
Il a commencé à me raconter une histoire abominable, une sorte de légende urbaine selon laquelle un forum du web profond, surnommé RRC (pour "real rape community", ou "communauté du vrai viol...") regroupait des membres dérangés qui promouvaient les viols et tortures sur mineurs.
 
Selon cette légende, l'un des membres de ce forum avait publié un post où il racontait être un chirurgien yougoslave qui était en mesure de fabriquer des sextoys humains avec de vrais enfants vivants. Selon ses dires, il kidnappait des orphelins, leur enlevait bras et jambes, arrachait leurs dents et leurs cordes vocales et les rendait aveugles pour, en bref, en faire de véritables petits esclaves sexuels.
 
Évidemment, il s'agissait d'une "creepypasta", et donc très certainement d'une fiction. Franck n'a jamais pu trouver un tel forum sur le deepweb, malgré le fait qu’il existe une mention du RRC sur l'hidden wiki (le wikipédia du web profond).
 
Franck en arrivait donc à la conclusion que l'expéditeur du mail était un escroc qui se servait de la creepypasta du chirurgien yougoslave pour arnaquer des malades mentaux comme Mich, le père de la petite Sara.
 
S'il avait raison, l'affaire allait s'avérer plus grave qu'un simple abandon d'enfants. On serait sûrement amenés à contacter une cyberpatrouille.
 
Je n'ai pas eu le temps d'approfondir mes réflexions ni d'entamer des recherches sur le père de Sara, car des hurlements ont soudain jailli de la cave. J'ai instantanément reconnu les voix des deux voisins que j'avais amenés ici comme témoins.
 
Franck et moi, on s'est bien sûr précipités dans le sous-sol, l'arme de service au poing, prêts à se défendre contre toute menace.
 
Quand je me suis retrouvé à nouveau dans la pièce humide, devant le paquet vide, je n'ai d'abord rien vu. Le faible éclairage n'aidait pas, et je n'arrivais à percevoir que les pas précipités des voisins, qui se sont empressés de quitter la cave en me bousculant violemment au passage.
 
J'ai tout de suite demandé à Franck s'il comprenait ce qu'il se passait, et c'est à ce moment qu'il m'a désigné du doigt le fond la pièce, plongé dans les ténèbres. La terre avait été remuée depuis notre première visite, et quelque chose qui y était jusqu'à présent enfoui remontait à la surface. Je me suis agenouillé pour y regarder de plus près. Il s'agissait d'une... couche pour enfant usagée.
 
 Je restais perplexe : c'était sans aucun doute dégoûtant, mais de là à pousser des cris et à fuir comme l'ont fait nos témoins...
 
J'allais demander poliment aux voisins de redescendre pour poursuivre la visite des lieux, quand la terre s'est soudainement mise à vibrer près de la couche usagée. Du peu que j'en discernais au premier abord, on aurait pu penser à un petit chien enterré sous la terre et qui cherchait à en sortir.

Mais non.
 
On était face au contenu du paquet. Face à ce que Sara avait découvert en ouvrant ce qu'elle croyait être son cadeau.
 
Face à Huggydoll.
 

Je vais essayer tant bien que mal de vous décrire la scène qui s'en est suivie, mais c'est très dur pour moi de revivre mentalement cet instant. Je le fais uniquement pour retrouver les monstres qui ont fait ça, et les mettre hors d'état de nuire...
 
Cette chose meurtrie qui sortait du sol de la cave sous nos yeux exorbités avait été ensevelie à la va-vite par Mich, avant son départ précipité. Quand il avait réalisé que Sara était tombée sur son paquet, il avait essayé d'enterrer la chose qui s'y trouvait.
 
Je ne devrais pas la désigner comme une "chose", car il s'agissait bien d'un être humain. Mais c'est comme ça que je l'ai qualifiée intérieurement, la première fois que je l'ai vu. Une chose surgissant du sol et rampant comme un serpent en grésillant. Huggydoll.
 
En fait, on avait devant nous un buste humain vivant, simplement relié à une tête défigurée. Ni bras, ni jambe, mais des moignons mouillés de pus en guise de membres.
 
Le corps agité était brulé à 60 % de sa surface, et des lambeaux de chair pendaient encore par ci par là. Du vagin lacéré pendait un cordon ombilical couvert de poussière, rattaché aux restes d'un fœtus de cinq mois en état de décomposition.
 
Mais je crois que le pire, c'était la tête de la malheureuse victime.
 
Elle n'avait plus ni cheveux ni oreilles ni nez. La peau du visage avait été intégralement retirée et les muscles rougeoyant étaient clairement apparents. La victime avait eu les yeux arrachés, et on avait placé dans ses orbites creuses des yeux de verre grossièrement peints. Comme ceux d'une poupée au regard exorbité.
 
Quant à ses dents, elle n'en avait plus, mais ses mâchoires inférieures et supérieures étaient reliées par plusieurs fines tiges de métal qui se dressaient à la verticale. Pensez aux fanons d'une baleine et vous aurez une idée du résultat.

Le corps dans son ensemble réussissait à se déplacer lentement à la surface de la cave, la victime parvenant à avancer en prenant appui sur son menton. Par des mouvements de têtes répétitifs, elle arrivait tant bien que mal à transporter son tronc, duquel pendait le fœtus.
 
J'étais peut-être flic, mais rien ne m'avait formé à cet épouvantable spectacle. J'ai été incapable de bouger ou de réagir. Incapable de penser.
 
Je ne pouvais qu'assister, impuissant, aux tentatives de la poupée humaine de gravir la première marche de l'escalier de la cave avec son menton. Elle grésillait de douleur, mais ne parvenait jamais à monter plus d'une marche. Dans une dernière lamentation lugubre, le petit buste s'est finalement laissé retomber au sol.  La chose venait de mourir.
 
Franck a été le premier à retrouver la maîtrise de ses mouvements et a immédiatement décidé d'appeler les secours.
 
Après avoir consigné l'ensemble de mes observations en procès-verbal, je fus mis d'office en arrêt maladie, avec l'obligation de consulter régulièrement un psychiatre. Mais cela n'a rien changé.
 
 Toute les nuits, je me réveille en sueurs avec l'image parasite de ce tronc meurtri, rampant à l'aide de son menton.
 
Au début, le souvenir de la victime m'effrayait. Son aspect d'épouvante faisait naître de la peur en moi. Mais avec le temps, la peur a laissé place au déchirement et à la peine.
 
Je n'osais même pas m'imaginer ce qu'avait enduré cet être défiguré, amputé et torturé, transporté dans un carton avec des trous pour qu'elle respire et une couche pour qu'elle se soulage. Elle avait dû accoucher pendant le transport en container, et n'avait d'autre choix que de rester liée jusqu'à sa mort à sa progéniture moisie.
 
Malgré toute sa souffrance, elle avait essayé jusqu'au bout d'avancer, de fuir, de monter ces marches. Du mieux qu'elle pouvait, elle luttait. Et moi je regardais bêtement, incapable d'agir.
 
Cette idée m'est insupportable. J'ai très vite fait une dépression et les traitements sont devenus inutiles.
 
Je ne cesse de pleurer. Je m'en veux.
 
J'ai appris que des tests biologiques avaient été effectués sur la victime. Elle avait onze ans quant elle a rendu l'âme dans cette cave, sous mes yeux. A ce jour, on n'en sait pas plus sur son identité.
 
Le père de Sara, Michel Dors, a été retrouvé à la frontière suisse. Il a consenti à s'expliquer sur les circonstances de son départ de chez lui, mais n'en a pas dit plus. Il s'est réfugié derrière son droit au silence jusqu'au bout.
 
Pire encore, le procureur a décidé de classer cette affaire sans suite. De toute ma carrière je n'avais jamais vu ça. On avait le corps d'une jeune fille de onze ans, qui avait été torturée et vendue au suspect. C'était plus que suffisant pour ouvrir une instruction, mais le procureur n'a rien voulu entendre. Ceux de mes collègues qui ont poussé une gueulante ont été sévèrement rappelés à l'ordre.
 
L'affaire n'a jamais été ébruitée. Pas de fuite dans les médias, pas de communiqué de presse du parquet. Le silence absolu.
 
 Ma hiérarchie m'a fait promettre de passer à autre chose, mais j'ai préféré démissionner de la police.
 
J'ai le sentiment d'être sur écoutes. On me surveille.
 
 Jamais je ne pourrai m'enlever ces images de la tête. Le calvaire de cette enfant... Qui a été réduite à l'état d'objet, et surnommée "Huggydoll"...
 
Le père de Sara a été simplement reconnu coupable de violences sur mineurs et n'a écopé que de sursis, assorti d'une interdiction de prendre contact avec sa fille. Il a quand même été déchu de son autorité parentale.
 
Sara, quant à elle, a été placée dans une famille d’accueil qui apparemment la traite correctement.
 
Je n'en sais pas plus.
 
Si, une dernière chose, et pas des moindres. Après ma démission, Franck a continué à me tenir informé des  avancées de l'affaire "Huggydoll", avant qu'elle ne soit classée sans suite. Et la dernière découverte qui avait été faite m'a achevé :
 
Voici un nouvel échange de mails retrouvé sur l'ordinateur de Mich, et adressé à "RRC" un an avant l'envoi de la "commande" (le message a été traduit) :
 

 
 "De : Mich **********@******.com
 
 A : Unknown
 
Sujet: Sans
 
 Message : Comme convenu, j'ai déposé le colis auprès de votre contact. J'espère que vous le recevrez prochainement.
 
Pour répondre à votre précédente question, je vous confirme que je n'ai plus aucune attache avec ledit colis. Les quelques mois passés en sa compagnie ont finis par me lasser. C'est donc sans aucun regret que je consens à m'en séparer, afin que vous me l'optimisiez. Je suis conscient des risques de fabrication et suis prêt à passer outre.
 
De toute façon, je n'avais obtenu cette marchandise sur le marché noir que pour mieux vous la confier. Personne n'est au courant. Ma femme est morte et ma fille Sara ne sait rien.
 
J'ai hâte de jouer avec la poupée améliorée que vous vous apprêtez à confectionner à partir de ce que je vous ai envoyé.
 
Mes sens en palpitent d'avance.

Dans l'attente de votre retour,

Bien cordialement.
 
Mich".   


71 commentaires:

  1. Patch anti-first, on sait jamais...

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Au final dire pas de first ou anti first sa revien au meme
      Il sufit juste de laisser un commentaire

      Supprimer
    2. Le tout c'est que ça devienne pas une habitude. Il suffit de le faire quelques fois pour casser la volonté des flooders et c'est bon.

      Supprimer
  2. Très bonne pasta, mais j'ai quelque chose à demander. Pourquoi la police a-t-elle étouffée l'affaire ? Encore une question sans réponse pour le monde des creepypastas.
    P.S Merci pour le patch anti first ! Cette sale maladie se répand de plus en plus...

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Peut etre parce que le procureur a qquchose a voir dans ce traffic

      Supprimer
    2. P'tête que c'était une affaire trop horrible et qu'ils ne voulaient pas qu'on sache que de telles choses arrivent dans notre monde. Maintenir la population dans une "paix" en mode "oui mais il se passe rien tout est normal, vous inquiétez pas, les malades mentaux c'est que dans les films"

      Supprimer
    3. Un "non-lieu" se passe lorsqu'une affaire est jugée trop complexe à résoudre. On vit vraiment dans une époque de merde où même les personnes censées faire respecter la justice peuvent dire " nan mais j'ai pas envie...". Flemme, quand tu nous tiens !

      Supprimer
    4. Ce n'est pas qu'ils n'ont pas envie, c'est que les pouvoirs publics et les collectivités sont financées par les puissances de l'argent, et souvent les réseaux (pédophiles et autres) sont impliqués dans ces puissances. Parfois, les magistrats font eux-même partie de ces réseaux, et là, c'est pire.

      Supprimer
  3. Une des meilleures creepypastas que j'ai lu dernierement, c'est excellement ecrit et mon imagination un peu trop efficace a finie de me terroriser en imaginant l'huggydoll

    RépondreSupprimer
  4. Franchement j'ai adoré ! Au début j'étais choqué et dégoûté de "Huggydoll" mais au fur et à mesure j'ai commencé à être triste pour cette pauvre petite. Sinon, question pour l'auteur, comment t'as fait pour t'imaginer un truc pareil ? x) C'est vachement dérangeant quand même mais bravo :p

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. (Pas l'auteur) il y a réellement une creepypasta sur ces "objets" humain, il y en a une qui parle du deepweb (et du cchirurgien) sur le site d'ailleurs,
      Autrement je vois pas comment la fille aurait pu être encore en vie, ou certains petits détail dérangeant mais, dans l'ensemble je crois à cette creepy, pour moi ces pratiques immondes ont lieu quelque part, et s'il y a un Dieu ou quoi que ce soit, qu'il ai pitié de ces pauvres âmes.

      Supprimer
    2. C'est quoi le nom de la pasta ?

      Supprimer
  5. Oh mon Dieu, mais... C'est horrible...

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Moi Je pensais que c'était bien de démembrer des gens pour ensuite les violer....

      Supprimer
  6. Juste magnifique, bon c'est bien dégoutant de s'imaginer huggydoll mais bon, c'est une très bonne pasta. Bravo à l'auteur et merci de continuer à poster de telles pépites ^^

    RépondreSupprimer
  7. La CreepyPasta est génial, l'histoire je la trouve horrible. En imaginant l'Huggydoll m'a soulever le cœur, je trouvais ça flippant au debut ; mais au fur et à mesure de la lecture, j'ai eu de la peine. J'espère que ce n'est pas une histoire inspirée de faits réels

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Les pastas ne sont pas forcément fausses, les gens ont tendance à l'oublier. Je ne sais pas ce qu'il en est de celle-là, mais comme dit plus haut, vu les horreurs dont certains êtres humains sont capables, ça ne m'étonnerait même pas.

      Supprimer
  8. Une creepypasta bien écrite, on se dit que le juge est peu être dans ce réseau. Au-debut l'image de l'Huggydoll m'a soulever le cœur, mais au fur et à mesure de la lecture, j'ai eu de la peine. 20/20

    RépondreSupprimer
  9. Comment le buste avec les ptits moignons mange si sa bouche est attachée avec des fils comme les baleines ?

    RépondreSupprimer
  10. le mail de michel a la fin... ma choqué (vu que j'ai 12 ans et que "huggydoll" a 11 ans... je fait gaffe a mon cul) bref en fait, j'ai tout compris (recap) Michel avait "adopté" une gamine de 11 ans et la violait la mettant enceint par la même occasion (tout en le cachant a sa fille Sara) puis , un jour il prend contacte avec RRC et il leur offre la gosse de 11 ans pour "l'améliorer" parce-qu'il s'est "lassé" d'elle... 1 an plus tard... RRC lui répond Michel la reprend et la cache dans sa cave mais Michel ne savait pas que quelques jours plus tard c'était l'anniversaire de Sara, donc Sara cru que c'était son cadeau d'anniversaire et alla l'ouvrir plus tot... et c'est la que la CreepyPasta commence... vous en dites quoi répondez moi si vous êtes d'accord (et désolé pour les fautes d'orthographes)

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. tu es plus petitque moi mais tu as mieux compris le texte lol

      Supprimer
  11. Maxime Guedon : Les lèvres ne sont pas cousues. Seules les machoires sont reliées entre elles par des tiges de métal. Mais entre ces tiges, il y a de l'espace pour mettre de la soupe, par exemple (lol).

    RépondreSupprimer
  12. La creepypasta est géniale. Franchement, je suis encore totalement tremblante rien qu'à immaginer ce Huggydoll par terre.
    Encore bravo.

    RépondreSupprimer
  13. Cette creepypasta est absolument géniale ! De plus, ça fait vraiment douter le lecteur car des personnes seraient certainement capables de faire ça. Après l'effroi et le dégoût, on ressent très vite de la pitié pour la pauvre victime; on en veut un peu à ce gars qui était trop tétanisé pour réagir, même s'il culpabilise déjà assez et que la petite était certainement condamnée. Bref, bravo à l'auteur (même si c'était réel, le mec écrit bien) !

    RépondreSupprimer
  14. Par contre UNE seule critique à faire, quand vous faites des CP, évitez tous les "j'ai hésité avant d'écrire ceci" ou "je ne savais pas ou ecrire mon histoire" ça devient redondant, ça devient le "il était une fois" des creepypasta. Je clos mon HS ^^

    RépondreSupprimer
  15. Je suis la seule à trouver ça beaucoup plus triste que glauque xD ?

    RépondreSupprimer
  16. Oh mon dieu... Ça fait plusieurs années que je lis des creepypastas... Mais celle ci est tout bonnement la plus horrible que j'ai jamais lut... Moi qui d'habitude prend un certain plaisir à lire les histoires de tortures, j'ai faillit vomir, faillit pleurer, et je me sens... sale d'avoir lut ça...
    Le pire est qu'il y a une grande probabilité que ce genre de chose arrive réellement. Imaginer cette pauvre petite fille ramper sur le sol après avoir subit toutes ces horreurs... Même les abattoirs sont plus humains que ça...

    RépondreSupprimer
  17. Une des histoires les plus tristes présentées ici. Bravo pourl'effort de l'auteur pour donner une crédibilité au témoignage avec les nombreuses références au monde policier

    RépondreSupprimer
  18. Horrible, malsaine, bouleversante, mais magistrale ! Cette creepy est l'une des meilleures que j'ai lu, et comme dit dans les précédents commentaires le fait que l'on sache qu'il existe des gens dérangés au point de commettre ce genre d'atrocités ajoute une dimension très réaliste à l'histoire. Je rejoins elv pour la seule critique, l'hésitation à raconter son histoire du narrateur est compréhensible, mais vue et revue ça devient lassant...
    Sinon 20/20 pour ma part, vraiment très bien écrite !

    RépondreSupprimer
  19. Wow. Je me demandais : quelqu'un serait motivé pour dessiner le Huggydoll ? Je pense que ça pourrait être vraiment morbide et faire entrer ce nouveau monstre dans la légende o_O

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Arrête ça va pas xD Enfin moi ça me dérange pas du moment que la personne dessine comme un pied

      Supprimer
    2. Oh, moi je suis d'accord pour le faire ! J'ai un petit talent en dessin et je voudrais bien :D

      Supprimer
    3. Je t'encourage à le faire, alors !!

      Supprimer
    4. J'vais essayer tiens :)

      Supprimer
    5. Tentative en cours , veuillez patienter :3

      Supprimer
  20. la manière dont est décrit(e) l'huggydoll m'a fait penser au film "audition" de miike :) excellent texte cela dit !

    RépondreSupprimer
  21. Bien creepy.. et le pire cest que bizarrement elle est pas si improbable que ca, tapez "Affaire zandvoort" vous verrez quon est pas si eloignés que ca dans l'horreur et le fait que l'etat et la justice font rien pour punir les responsables :/

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Le pire c'est surtout qu'une bonne partie de 'la justice' est corrompue malheureusement et que beaucoup de gens hauts placés commettent eux mêmes ce genre d'horreurs..

      Supprimer
    2. Ouep.. ça me rend malade que des enfants doivent trinquer quand on protège ce genre d'ordures...

      Supprimer
  22. Cette creepypasta est vraiment excellente ! Le récit est bien construit, l'épouvante émerge au fil des lignes. Je verrais très bien cette histoire mise en scène au cinéma. Un film d'une telle horreur aurait un très bon succès, à mon avis ! Belle pépite, j'espère que vous en avez d'autres sous la main. ^^ Sinon, ce serait vraiment cool que quelqu'un dessine "Huggydoll". Cela fait longtemps qu'on n'a pas eu un "monstre" aussi bien pensé ! :)

    RépondreSupprimer
  23. Magnifique, vraiment, connaissant l'autre creepypasta, la retrouver dans celle-ci m'a fait énormément plaisir, bravo à l'auteur, elle est fantastique, j'ai rarement lu une creepypasta aussi bien faite. Vraiment!

    RépondreSupprimer
  24. La plupart des commentaires disent qu'ils ont trouvé cette creepypasta horrible et triste, certains ont été sincèrement choqués...
    Est-ce normal, dans ce cas, si je n'ai rien ressenti après avoir fini le texte ?

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Bah c'est juste que t'as sûrement du mal à imaginer la scène en détail et puis c'est fictif (du moins j'ose l'espérer, les gens deviennent dingues) ;)

      Supprimer
    2. Bof, une sociopathie par ci par là, ça se perd :^)

      Supprimer
    3. Non, d'ailleurs je venais juste de penser ça et je croyais être la seule. Merci en tout cas je suis rassurée. xD

      Supprimer
  25. Petit H-S: Mais les apparitions du Conteur ne se font plus?

    RépondreSupprimer
  26. Très bonne creepypasta!
    J'ai accroché des que on a parlé de la petite sara!
    Un peu gore mais voilà dès histoire comme je les aime!

    RépondreSupprimer
  27. Merci, j'ai réussi à imaginer cette chose et....... J'aurais pas dû....

    RépondreSupprimer
  28. Les offres de prêt entre particuliers existent réellement... qui que vous soyez ou quel que soit vos problèmes, vous êtes un homme d'affaires ou une femme. Vous avez besoin de fonds pour démarrer votre propre entreprise ou autres, vous avez un projet pour lequel vous recherchiez des financements; Vous êtes malheureusement vue refusé des crédits auprès des banques pour causes diverses. Vous êtes particulier, honnête et de bonne moralité. Vous disposez d'un revenu pouvant vous permettre de survenir à vos mensualités; Plus de soucis je suis un particulier religieux disposant d'un capital, je désire mettre à votre disposition sous forme de prêt remboursable sur une durée maximale de 40 ans à un taux allant de 2% selon la somme demandée et la durée de remboursement. N'hésiter plus un seul instant car vous ne serai pas déçu. Si vous êtes vraiment dans le besoin, veuillez m'écrire par mail ,par whatsapp, ou appeler moi directement pour faire votre demande.

    Contacte
    whatsapp: +33 6 44 68 96 12
    Appelle téléphonique : +33 7 55 23 65 70
    E-mail : rolandgidarini@gmail.com

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Hum ça sent la tentative d'escroquerie à plein nez

      Supprimer
  29. Très bon récit , extrêmement bien écrit. J'ai également accroché avec le contenu , dès les premières lignes . Bravo !

    RépondreSupprimer
  30. Alors là c'est... Bien gore, bien malsain et bien dérangeant, je suis pas un sensible du tout mais ça m'a donné des frissons, on est limite dans le snuff. Et le pire, le plus dérangeant dans cette histoire c'est qu'il y a de grandes probabilités pour que ce genre de "transactions" existent réellement...

    RépondreSupprimer
  31. ce genre de pasta de merde passe alors que j'en ai déjà vu des rejetées qui était infiniment mieux que cette daube. C'est bien triste

    RépondreSupprimer
  32. Pour avoir été sur le deep web je confirme que ce chirurgien existe réellement. Il ne démembre pas les victimes mais coupe les nerfs pour les paralyser.. Et les revends. Les prix d'une vie sont aux alentours de 10 a 50 000 $ ... Je n'ai jamais vu les vidéos qu'ils postent (Dieu merci...) Mais je confirme que de tels sites existent. On ne peux y accéder que par des accès a demander directement sur de DW (Et je ne dirais absolument aucune adresse ni comment y accéder). Ceci est une creepy mais sachez que le "chirurgien" existe et qu'il vend bel et bien des gosses dans un trafic de pédophile. Comme vous j'ai cru naïvement que cela n'existait pas, et a 17 ans j'ai été voir par curiosité si c'était du vrai. Je n'y croyais pas.. Jusqu'à ce que je tombe sur ce lien officiel du DW qui m'a fait accéder a ces horreurs... Je n'ai rien vu des images les "tarifs" m'ont suffit. Désormais même par curiosité je n'y retournerais jamais ..

    RépondreSupprimer
  33. Encore une fois, je ne mettrais pas de liens. Si vous voulez vérifier vous irez par vous même, les souvenirs que je garde de ses horreurs me suffisent amplement...

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Salut ! Je me nomme Josiane et j'aurais quelques questions à te poser si possible, je ne te demanderai pas les liens ne t'inqui`tes pas je sais respecter cela, je sais pas trop comment te contacter, mais je te file mon courriel : josiane.gauthier2@hotmail.com, merci beaucoup de prendre le temps de m'envoyer un courriel si ça ne te gêne pas trop ! :)

      Supprimer
  34. Très bonne pasta.
    Dommage que le début soit trop long (j'ai carrément sauté des paragraphes) et trop... Déjà-vu. J'ai eu du mal à me plonger dans l'atmosphère, du coup, et je n'ai réussi que vers le moment où l'on parle de la "RRC".
    Mais bon, c'est une bonne creepypasta pour qui sait apprécier.
    (au passage : C'est horriblement creepy, ce qui a été fait à la jeune fille de 11 ans, j'ai tout de suite eu énormément de peine, même si c'est fictif (ou pas, qui sait))

    RépondreSupprimer
  35. Hum... j'vois tout le monde dans les coms, mais juste... c'est normal si je trouve juste la pasta très triste mais pas horrifiante ? x')

    RépondreSupprimer
  36. Je suis triste et dégouté par ces connards

    RépondreSupprimer
  37. Mdrr alors ça c vraiment un site à la con si la ont veux bien nous prendre pour des pigeons c claire qui y'aura plein de petits gogole qui y croiront c tes la stricte histoire des moutons que nous sommes mais en tout cas c super prennant vos histoires à la cons moi qui et scénariste je trouve ça très en richissant pour encore avoir une plus grande imagination des plus débordante xD 😍😘😂

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Reste bien dans ton monde de bisounours. :)

      Supprimer
  38. Horrible... C'est une creepypasta agréable à lire dans le sens où c'est bien écrit mais l'histoire est vraiment atroce... J'en ai envie de vomir, je ne sais pas si je suis seule dans ce cas là.
    Je pense que je vais avoir du mal à m'endormir maintenant.

    RépondreSupprimer
  39. Personne pour dessiner l'Huggydoll ? :D

    RépondreSupprimer
  40. On pourrait croire à une bestiole qui vit dans une région paumée... beurk D:

    RépondreSupprimer
  41. Je sais tres bien que la plupart d'entre vous vont dire que ce que je vais dire est faux et que c'est du fake mais j'espere tout de meme que la plupart d'entres vous me croierons...Cette poupée faites pour assouvir les "fantasmes sexuels" des mecs cheloux,c'est exactement la meme que celle que j'ai vue avec des amis alors qu'on visités des lieux abandonnés....Elle etait dans la cave d'un appart abandonnés...C'est horrible,maintenant..Je stress à mort. Notre chaine YT à moi et ma best se nomme "Kamille Flora" et les 3 premieres videos sont justement sur cet appart abandonnés,mais je ne suis pas sure que l'on voit la poupée sur la 3eme videos,vu qu'on etait dans le noir :/

    RépondreSupprimer