Disclaimer

DISCLAIMER
Les contenus proposés sur ce site sont déconseillés aux personnes sensibles et aux mineurs de moins de 12 ans.
Nous encourageons largement les pratiques répréhensibles qui y sont décrites.
Consultez la page À propos pour plus de détails.

Script générateur de phrases

dimanche 17 mars 2013

Crépitement de la pluie sur les pavés. Les gouttières chantent à chaque goutte qui tombe. 
L’eau s’écoule sur le sol, rejoint les égouts en sinuant, chute des nuages en faisant chanter les fenêtres, les tuiles, toute la ville sur laquelle elle s’abat. C’est un orchestre symphonique que seules des oreilles attentives peuvent entendre : les autres ne trouveront à l’orage qu’un capharnaüm irritant. Mais en fermant les yeux, en se concentrant sur l’averse… Une nouvelle musique surgit, tout autour, riche et virtuose. Elle révèle les notes de chaque pierre, de chaque bout de fer, elle réveille le monde pour que son chœur se mette à chanter. C’est une musique sans pareille, une merveille auditive qui ravit les oreilles, emporte l’esprit dans une ronde onirique. L’eau qui tombe fait chuchoter les maisons. Elles racontent leurs histoires, dévoilent leurs secrets… Pendant l’orage, une personne attentive peut apprendre bien des choses.

J’ai entendu les murs qui murmuraient, dans mon berceau. Toute ma jeunesse, j’ai écouté. Ils racontaient des horreurs. 
Je sais maintenant que des créatures faites de brume vivent à nos côtés. Le soir, elles pénètrent notre corps, s’insinuent dans nos crânes… Et mélangent nos pensées. Elles piochent dans nos cerveaux, assemblent les éléments entre eux, emboitent des souvenirs. Elles forment les rêves et cauchemars. Mais ce n’est pas tout. Je sais que ce n’est pas leur seule mission… La Nuit les envoient nous ravir les moments heureux de notre existence. Et s’en nourrit. Les ténèbres engloutissent toutes nos joies pour subsister. Ainsi, plus nous sommes heureux, plus elles grandissent. Tout se brouille…
Depuis cet orage qui a fait chuchoter les murs, je répand le malheur autour de moi, pour qu’elles cessent de grandir.
Hier, j’ai tué ma sœur. Cela m’a fait beaucoup de peine. J’ai sincèrement pleuré, pendant que je l’étouffais. Maintenant… Ils vont sûrement croire qu’elle s’est enfuie, ou qu’elle s’est faite enlevée. J’ai caché son corps dans les murs de la maison. Avec celui du chien. Il fallait tuer le chien, aussi. J’ai beaucoup pleuré.
Aujourd’hui, je dois me rendre chez les voisins… Ils doivent tous être tristes. Si je réussis, la Nuit finira peut être par mourir, ou au moins, arrêtera de grandir. Je compte faire des études sur le nucléaire, de toute manière. Un jour, je nous tuerais tous. Comme ça, les ténèbres mourront… Je vais nous sauver.
Mais pour l’instant, mes missions sont de plus petites envergures. Je dois tuer une seule personne à la fois. Et aujourd’hui, ce sera chez les voisins…
Ils doivent tous souffrir.

Écouter la pluie peut s’avérer dangereux. C’est une musique qui peut vous rendre dément. La folie est issue de l’orage, quand l’esprit se perd dans la chanson du monde. La sauvagerie de plusieurs millénaires, de luttes acharnées, de meurtres et de bains de sang, a imprégnée la terre jusque dans ses boyaux. La pluie ne réveille pas des notes douces.
Quand un nouveau né se perd dans la chanson de l’orage, il peut entendre le mal qui lui susurre des fadaises… Souvenez-vous en, la folie est issue de l’orage.

7 commentaires:

  1. Très bon! J'ai cru voir une faute, par contre

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. J'ai cru voir un 'Rominet ...

      Supprimer
  2. Magnifique, c'est vraiment bien écrit

    RépondreSupprimer
  3. Elle est bien écrite, elle est agréable à lire.... et creepy

    RépondreSupprimer
  4. Elle est magnifique, celle-là...On dirait presque un conte, ou une fable, tellement elle est bien écrite...Et puis, j'ai un faible pour toutes les pastas que l'on trouve sous le libellé "folie"...Ce sont les préférées, avec "sommeil", et "Shock Ending"...Elle est dérangeante, glauque, sombre, elle nous fait gamberger...Tout ce que j'aime !! On en sort en se posant plein de questions, genre: "Et si c'était vrai? Et si la pluie pouvait rendre fou? Et si les murs chuchotaient?" C'est ça, la peur, pour moi: pas forcément celle qu'on ressent sur le coup, en lisant l'histoire (même si, pour le coup, c'est réussi...). La peur, c'est aussi ce qui reste après qu'on ait terminé de lire...Les questions que l'auteur parvient à immiscer dans notre esprit, et qui nous rendent parano...En un mot: génial ^_^

    RépondreSupprimer
  5. J'ai beaucoup aimé, grâce à son style unique et la qualité générale. Chapeau ! 🎩

    RépondreSupprimer