Disclaimer

DISCLAIMER
Les contenus proposés sur ce site sont déconseillés aux personnes sensibles et aux mineurs de moins de 12 ans.
Nous encourageons largement les pratiques répréhensibles qui y sont décrites.
Consultez la page À propos pour plus de détails.

Script générateur de phrases

lundi 2 septembre 2019

Le cas Émilie Sagée

Le Doppelgänger est notamment présent dans la mythologie Germanique et la mythologie Nordique, et est représenté comme une sorte de "copie" d’un individu. Il est souvent considéré comme une version alternative maléfique d’une personne. Selon d’autres légendes, lorsqu’un Doppelgänger apparaît, c’est un mauvais présage. Il est aussi raconté par certaines légendes, que si l’on voit le Doppelgänger d’une personne que l’on connaît, cela prédit en réalité notre mort.

En 1845, Émilie Sagée, une Française née à Dijon, a été engagée comme préceptrice par le directeur d’un pensionnat pour jeunes filles nobles à Riga, en Lettonie. Elle a très vite été appréciée du directeur et des élèves, mais seulement quelques semaines après son arrivée, les élèves du pensionnat ont commencé à raconter des histoires à son sujet.

Au tout début, lorsque les collègues d’Émilie ont pris connaissance des rumeurs, ils n’y ont pas prêté attention, pensant que c'étaient des histoires inventées par les élèves. Mais un soir, le chef des jardiniers du domaine a vu la jeune femme se promener dans le parc alors que tous les professeurs et élèves étaient au réfectoire. Intrigué, il a décidé d’aller voir dans le bâtiment, mais a trouvé Émilie en train de manger à la table des professeurs. Il est immédiatement retourné dans le parc pour croiser de nouveau le "double" de la jeune femme qui marchait, un livre à la main.
Plusieurs jours plus tard, alors qu’elle était en train d’écrire une fable au tableau devant ses élèves, plusieurs des pensionnaires se sont retournées et ont vu le "double’’ de Mlle Sagée, assis à la dernière rangée de pupitres, alors même qu’elle était en train d’écrire au tableau.
Les domestiques de l’institut ont également laissé des témoignages dans lesquels ils ont affirmé que le "double’’ s’était manifesté de nombreuses fois durant les mois suivants cet événement. Certains ont même précisé que son comportement devenait de plus en plus inquiétant.

Un jour, pendant que les pensionnaires étaient dans une salle du rez-de-chaussée pour travailler sur des broderies sous la garde d’un professeur, elles pouvaient voir à travers la fenêtre leur préceptrice de Français faire des allées et venues à travers le parc. Mais lorsque le professeur qui était avec elles a dû s'absenter, il a immédiatement été remplacé dans sa surveillance par Mlle Sagée, qui s’est alors assise parfaitement immobile et silencieuse dans la salle. Dans le même temps, les élèves pouvaient continuer de voir la vraie Mlle Sagée continuant ses allées et venues dans le parc.
Par curiosité, quelques pensionnaires ont quitté leurs places pour se mettre autour du "double’" et le toucher. Il n’a opposé aucune résistance. Les élèves ont par la suite affirmé que son corps était comme "vide", car en le touchant, elles ont eu l’impression que leurs doigts pouvaient en quelque sorte s’enfoncer dans sa peau. L’étrange "double" a alors disparu sous leurs yeux de manière inexplicable. 

Au départ, les élèves n'ont pas osé le raconter, mais elles ont fini par en parler à leurs gouvernantes et à leurs parents. Suite à ça, la direction de l’établissement a préféré nier les faits. À l’arrivée des vacances d’été, le pensionnat ne comptait plus qu’une dizaine d'adolescentes (contre une quarantaine en début d’année) car la plupart des familles n’avaient pas souhaité laisser leurs filles dans l'établissement.
Le directeur, qui n’avait jamais vu les phénomènes de ses yeux et qui ne croyait pourtant pas à ces choses, a tout de même décidé de renvoyer Émilie Sagée. Avant de faire cela, il a toutefois décidé d’avoir une discussion avec elle dans son bureau, discussion au cours de laquelle elle aurait avoué avoir déjà dû changer d’employeur à cause de faits similaires, mais a juré n’y être strictement pour rien.

En 1890, l'une de ses anciennes élèves a contacté le parapsychologue Russe Alexandre Aksakof et lui a raconté l’affaire. À compter de ce jour, Aksakof a souvent rendu visite à Émilie, et est allé jusqu’à la recommander comme préceptrice à une riche famille Russe. Il est resté en contact avec elle pendant quelques années, jusqu'à ce que sa trace soit perdue définitivement, suite à un événement tragique.

Émilie est devenue la dame de compagnie d’une riche douairière Russe, mais la femme a été retrouvée morte dans son palais en l’absence d’Émilie. Des témoins ont pourtant assuré l’avoir vue sortir du palais de sa maîtresse la nuit même du décès alors qu’elle avait affirmé être à la résidence d’été de la comtesse à Saint-Pétersbourg toute la nuit durant. De plus, l'intendant et le régisseur de la résidence d’été ont confirmé qu’elle ne les avaient pas quittés de la nuit.

Certains ont rapporté qu’Émilie est par la suite partie vivre chez des membres de sa famille. Ses neveux, qui voyaient régulièrement son double, ont raconté qu’ils avaient deux Tantes Émilie.

Ce texte est un "résumé" du cas Émilie Sagée, les événements relatés se sont supposément vraiment passés. Aujourd’hui, certains disent qu’il s’agit simplement d’un cas d’hallucinations collectives, voire de folie, alors que d’autres pensent qu’il pourrait s’agir d’une preuve de la véritable existence des Doppelgänger. Quoi qu’il en soit, l’affaire Émilie Sagée reste assez mystérieuse. 



16 commentaires:

  1. Affaire assez mystérieuse en effet. Des parapsychologues de 18 ans, on n'en rencontre pas tous les jours.

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Je suis le seul à m'intéresser aux références et aux personnages historiques mentionnés dans les textes?

      Supprimer
    2. Aksakof étant né en 1832, il avait 58 ans en 1890 lorsque l'ancienne élève vient le rencontrer.

      Supprimer
    3. Le "1890" vient d'être ajouté, mais bon tant mieux.

      Supprimer
    4. Effectivement l'erreur chronologique a été éditer. Désolée pour la faute que j'avais faite

      Supprimer
    5. C'est pas grave, c'était malgré tout un bon texte.

      Supprimer
  2. Serait-ce un cas de jumeaux? Ou est-ce qu'une personne identique réside dans un monde parallèle? Cette dernière possibilité pourrait expliquer la nature non corporelle du "visiteur". Pour les lecteurs qui aiment ce genre d'événements, je pourrais recommander des sites d'horreur de fiction, tels que www.creepypasta.com et l'application Android appelée Captivating.

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. C'est une théorie possible. Ou alors peut-être que la personne réussit à voir son corps astral, ça expliquerait aussi la nature éthérée des Doppelgänger

      Supprimer
  3. En 1845 Atsakov avait 13 ans....

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. L'histoire ne parle de lui qu'a partir de 1890, il avait donc 58 ans, je vois pas où est le problème.

      Supprimer
    2. Quand j'ai écrit le commentaire, il n'était pas écrit "en 1890" mais "quelques jours plus tard".

      Supprimer
    3. L'erreur chronologique a été modifiée. Désolée pour la faute que j'avais faite. (par contre avant modification je me souviens avoir écrit "quelques mois plus tard") ^^

      Supprimer
    4. Effectivement, c'est une erreur de ma part désolé

      Supprimer
  4. Ha j'aime ce genre d'histoire j'imagine tout dans ma tête c'est super. Encore encore !

    RépondreSupprimer
  5. Ça fait plaisir qu'on parle de ce cas la

    RépondreSupprimer