Disclaimer

DISCLAIMER
Les contenus proposés sur ce site sont déconseillés aux personnes sensibles et aux mineurs de moins de 12 ans.
Nous encourageons largement les pratiques répréhensibles qui y sont décrites.
Consultez la page À propos pour plus de détails.

Script générateur de phrases

lundi 17 février 2020

La saison perdue de “Bonne nuit les petits"


[Ce qui suit est le fragment d’un enregistrement retrouvé sur un dictaphone appartenant à mon père. Il me l’a confié sans trop se souvenir d’où il le tenait.]

En janvier 1997, la première diffusion des quatre saisons de « Bonne nuit les petits » s’est terminée, même si la série a continué à être rediffusée jusqu’en 2006. Mais en 2010, Alain Ladur, qui était l’un de nos producteurs, nous commande une 5ème saison, en faisant varier l’animation avec un nouveau système pour animer les pantins : un décor à l’ancienne en balsa et carton dur, derrière lequel devaient évoluer les acteurs, qui animeraient les marionnettes avec de longues perches. Avec ce système, ils étaient invisibles à la caméra, et gardaient une meilleure prise sur les pantins. Pour moi, ça relevait plus du choix artistique que du choix pratique, et d’ailleurs ça en a agacé plus d’un qu’on change nos méthodes déjà bien rodées… Mais bon, on est encore loin du cœur du problème.

Bref, comme dit au-dessus, on a embauché les teneurs de bâtons, ou du moins on s’apprêtait à le faire, quand on a reçu une « décision de la production » (donc d'Alain) concernant le recrutement : pour Pimprenelle et Nicolas, on travaillerait avec deux de ses neveux, des gamins. On n'a pas été trop surpris, sur le coup. L’audiovisuel, comme tous les milieux, fonctionne au pistonnage. J'étais ceci dit un peu perplexe par rapport aux conditions de travail spécifiques des gosses, mais personne n'était très regardant sur le tournage. On avait surtout envie de toucher notre cachet et mettre les bouts. Quand j’y repense, on aurait vraiment dû se méfier un peu plus.

On a trouvé en peu de temps un marionnettiste pour Nounours, un type du nom de Grégory Goudo. De là, les choses se sont enchaînées plutôt vite, et en tant qu'opérateur, j’ai commencé le tournage du premier épisode avec les gamins et ce Nounours. Bien sûr, c’était loin d’être parfait, essentiellement parce que les séquences traînaient en longueur avec l’inexpérience des gosses, qui manipulaient leurs marionnettes avec une maladresse atroce. Ce qu’il faut aussi se dire, c’est que nous, l'équipe de tournage, on ne voyait pas les marionnettistes pendant les prises. Les décors les cachaient à nos yeux, et surtout à l’objectif. C’est en enchaînant les épisodes que j’ai pu remarquer que pendant les pauses, les enfants devenaient de plus en plus pâles et nerveux. Ouais, c’est ça : à bout de nerfs, littéralement. Comme dégoûtés.

C’est une des stagiaires en audiovisuel, qu’on avait mise à la prise de son, qui la première m’a mis sur la voie de ce qui se tramait. En faisant des raccords son derrière les décors pour vérifier si elle ne pouvait pas mieux recueillir l’audio en se plaçant derrière, elle avait fini par remarquer quelque chose. Entre les prises, les gamins lâchaient des bruits étranges, tout bas. Le Goudo, lui, n’était pas en reste de grognements lubriques, à ce qu’il parait. Enfin bref, vous voyez le truc. Cette stagiaire en a parlé à Alain et moi, au cas où il lui arriverait quelque chose. Et effectivement, Alain l’a virée. Moi, je n’ai rien dit. Comprenez-moi. Je n'avais que ce travail, pas d’autre source de revenus, un fils à nourrir. Je vous dégoûte, hein ? Je me dégoûte aussi. Parfois, je me dis que j’ai tenu ma langue pour mon fils. Mais d’autres fois, je l’imagine à la place de ces gosses, et je m'en veux encore plus.

Les épisodes ont suivi leur cours, et j’ai commencé à noter les trucs malsains qui avaient lieux sous nos yeux sans que tout le monde les remarque. Par exemple, les enfants disparaissaient systématiquement entre les scènes pour se rendre dans l'une de nos rares loges, réservée au stock des accessoires. Dans le même temps, Grégory s’éclipsait lui aussi, et le costume de Nounours avec. Au début, je pense que personne n’y faisait attention. Grégory justifiait ça par une pseudo pause clope, et les gosses… La plupart des travailleurs sur le plateau couraient tout le temps dans tous les sens alors...
Vers la fin, on s’est retrouvés moins nombreux, beaucoup de licenciements ayant été effectués. Avec du recul, je pense que beaucoup avaient flairé l’embrouille, parce que Grégory ne sentait jamais la cigarette, et plus le temps passait, plus les neveux du patron faisaient peine à voir. Ceux qui savaient et sont restés, comme moi, ont préféré se taire. Quand on est arrivés à deux épisodes de boucler ce tournage nauséabond, les choses se sont corsées. On a trouvé le corps d'Alain, pendu dans son bureau de producteur. Il avait dû faire ça dans la nuit, en y restant après le départ de l’équipe.

A partir de là, on n'a plus revu les gosses. En faisant mes recherches, j’ai appris que Grégory avait demandé un internement en hôpital psychiatrique. Et j’en viens à ce qui m’a fait demander cet enregistrement. Plus que la confidence d’avoir surpris des attouchements pédophiles et de n’avoir rien fait de concret, j’aimerais parler du lendemain de la mort d'Alain. Tout ça, c’est vraiment lourd à porter, et avec le temps c'est de pire en pire. J’ai cherché à protéger mes intérêts personnels, à faire vivre ma famille. Aujourd’hui, elle m’a tourné le dos. A l’époque les clauses de nos contrats étaient strictes, et la non-divulgation ça plaisantait pas. Plus que risquer un procès et se faire virer, on ne se ferait jamais rembaucher parce que dans notre milieu, ça tourne vite.

J’ai brûlé les bobines de nos tournages. C’était moi. J’ai aussi fait disparaître les derniers effets d'Alain. Je le confesse aussi. Mais si j’ai brûlé tout ça, c’est pour ce que j’y ai trouvé. Son téléphone contenait plusieurs messages à l’attention de Grégory, du genre « Loge accessoire, 18h comme d’habitude », ou encore « Filme-les mieux que vendredi dernier, la qualité était naze ». En fouillant ce même téléphone, et je me souviens encore de l’horreur que j’ai ressentie, j’ai compris pourquoi Alain s’était pendu, pourquoi Grégory ne se supportait plus. Le fait qu’il se soit ensuite fait interner n’était qu’une sorte de suite logique. Parmi ce que j'ai détruit, y avait aussi plusieurs lettres de co-producteurs anonymes. Enfin, c'est du moins comme ça que les expéditeurs se présentaient. Apparemment, Alain devait de grosses sommes d’argent à des types vraiment louches, qui lui réclamaient toujours plus de « contenu ». En lisant des morceaux de brouillon du scénario, j’ai compris qu'Alain ne croyait pas un seul instant à une pseudo nouvelle saison. C’était juste un plan fantôme, une couverture pour produire ce « contenu ».

Grégory, lui, était loin d’être marionnettiste. En fait, il était caméraman. La preuve : c’est lui qui a filmé le véritable pédophile attoucher les enfants dans la fameuse loge, avec le téléphone d'Alain. Et en parlant d'Alain, ce tonton si tendre et si affectueux envers ses neveux... Je n’aurais jamais cru le voir jouer un aussi bon Nounours que dans cette même loge. Mais ces épisodes-là, j’espère qu’ils ne lui auront pas rapporté un sou.

[Fin de l'enregistrement.]

11 commentaires:

  1. Oh god c'était terrible, j'ai adoré ça fait longtemps que j'ai pas lu de truc aussi creepy

    RépondreSupprimer
  2. Pinaise comment on met un pouce bleu...effrayant comme on n'aime c'est bizarre j'en ai encore la chair de poule ;_;

    RépondreSupprimer
  3. Et une creepy pédophile sans aucun intérêt de plus, une.

    RépondreSupprimer
  4. Pas vraiment convaincu par celle-là, qui ne se détourne des clichés que par le fait de mettre la "saison de l'horreur" après la fin de la série et pas en plein milieu.

    En plus c'est pas ultra-respectueux pour Claude Laydu, qui déjà n'est pas mort pendu ni suicidé mais en plus n'a, que je sache, fait l'objet de strictement aucune accusation de pédophilie. Rajoutons qu'en 2010 il avait 83 ans, si il avait bien 2 frères, ses fameux neveux ne devraient plus être des gamins vu son âge...

    RépondreSupprimer
  5. Sympa, dommage pour Claude mais sinon c’était tenant, une bonne creepy

    RépondreSupprimer
  6. Bonjour à vous chers lecteurs et lectrices,

    Au nom de toute l'équipe de CFTC, je présente nos excuses pour cette atteinte à la personne de Claude Laylu. Nous ne nous sommes pas suffisamment renseignés avant publication et c'est une erreur qui ne se reproduira plus.

    Le nom est bien évidemment modifié désormais.

    Cordialement, Wasite.

    RépondreSupprimer
  7. A tous les raleurs venait aider l'equipe comme sa si vous voulez régler les défauts ya pas de probleme :} a condition de l'accord de l'equipe je suis po lchef x)

    RépondreSupprimer
  8. J'ai bien aimé... ��

    RépondreSupprimer