Disclaimer

DISCLAIMER
Les contenus proposés sur ce site sont déconseillés aux personnes sensibles et aux mineurs de moins de 12 ans.
Nous encourageons largement les pratiques répréhensibles qui y sont décrites.
Consultez la page À propos pour plus de détails.

Script générateur de phrases

lundi 2 avril 2018

De l'argent facile

Voilà la deuxième histoire. Elle se déroule vers les années 60. Un imbécile avait quitté Yakoutsk pour se rendre dans l'oulous d'Amginsky (un Russe, pas un Yakoute [NdT : en Russie, il y a plus d'une centaine d'ethnies différentes qui ont toutes sur leur passeport la nationalité russe, ici, comme souvent d'ailleurs, il s'agit donc un Russe ethnique]). De nos jours, on pourrait le désigner en tant que chômeur [NdT : rappel, sous le communisme, le chômage n'existait pas, il n'y avait par conséquent aucun mot pour ce concept !]. Il était allé à Amga chez un pote qui lui avait promis de lui trouver une place dans son kolkhoz, car il n'avait pu se faire employer en ville et avait perdu tout son argent dans des jeux de hasard. Quelqu'un l'avait transporté sur son chemin jusqu'à un certain point, puis il avait continué à pieds tout droit sur une route étroite. L'été n'était pas encore arrivé, il n'y avait pas de moustiques, il faisait bon et la lumière n'avait pas encore disparu, notre homme avait dans son sac de quoi manger et boire : en gros, tout allait bien. Il marchait tranquillement quand il a aperçu près d'une clairière un grand arbre noueux recouvert de petits papiers de différentes couleurs. Bien évidemment, il ne comprenait pas de quoi il s'agissait [NdT : car c'est un Russe et non un Yakoute]. L'arbre l'a amusé au début, puis, en regardant mieux, il s'est aperçu que sous l'arbre ainsi que dans ses branches se trouvaient des tas de pièces de monnaie et même des billets. Ni une, ni deux, il s'est emparé de la totalité (devenant ainsi propriétaire d'une coquette somme), l'a fourrée dans ses poches et a poursuivi son chemin d'humeur joyeuse. Alors que le soir approchait, il s'est installé dans une clairière dans laquelle se trouvait une maison de vacances inhabitée. Il a mis sa veste en guise de drap sur le châlit, bu sa vodka et est parti se coucher.

Il n'a cependant pas réussi à s'endormir, sentant que quelqu'un lui tirait la jambe. Il a d'abord essayé de continuer à essayer de dormir, mais on lui tirait la jambe de plus en plus fort. Il s'est alors brusquement levé et a regardé autour de lui. Pourtant, rien : seule la nuit d'été emplissait la maison ainsi que la clairière. L'homme s'est donc de nouveau allongé, et alors qu'il commençait à s'assoupir, on lui a de nouveau tiré la jambe. Cette fois, il s'est levé en jurant et est sorti de la maison en trombe pour inspecter le cercle, mais toujours personne. Notre homme était trop endormi pour ressentir la peur. Il est de nouveau retourné se coucher, changeant de position. Pendant longtemps, il n'a pas réussi à fermer l'oeil, mais au bout d'un moment, il a fini par trouver le sommeil. On lui a alors tiré la jambe si fort qu'il est tombé du châlit et a été traîné un peu plus loin sur le sol. Mais une fois de plus, lorsqu'il a ouvert les yeux, il n'y avait personne.

Toute la nuit s'est poursuivie ainsi : l'homme essayait de s'endormir, mais quelqu'un l'en empêchait. Enfin, vers le matin, après une énième fois, il a ouvert les yeux par habitude et s'est relevé, et c'est là, dans la pénombre, qu'il a vu la silhouette noire d'un homme gigantesque à la stature imposante penché sur lui et le tenant par la jambe. Ses nerfs ne l'ont pas supporté : il s'est levé d'un bond en hurlant, est sorti de la maison en courant et s'est précipité là où ses jambes le menaient. Il s'est aperçu seulement après qu'il avait oublié son sac dans le bâtiment, mais il n'a pas réussi à trouver assez de courage pour y retourner. Sa course folle s'est poursuivie toute la matinée, jusqu'à ce qu'il atteigne un village où il a frappé à la première porte et a raconté sa mésaventure. On lui a conseillé de repartir dans l'autre sens et de remettre l'argent là où il l'avait trouvé, sur l'arbre. Il s'est alors souvenu qu'il l'avait mis dans ses poches, y a fourré ses mains, mais n'y a trouvé qu'un trou : tout était tombé à travers alors qu'il s'enfuyait. Il était donc bien évidemment hors de question de revenir sur ses pas, et il a poursuivi sa route vers Amga avec quelqu'un du village.


Traduction : Magnosa



15 commentaires:

  1. M'ouais je suis assez déçu de la fin! Je m'attendais a autre chose vraiment!

    RépondreSupprimer
  2. Un peu déçu de la fin effectivement, mais j'ai trouver ça super traduit, on y étais !!
    Et le clicher russe qui va boire ça vodka puis dormir et un peu facile, mais elle est très bien placer, donc j'approuve haha

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Ne dis pas de conneries, c'était déjà dans la creepypasta car elle est traduite, arrête de voir du racisme partout.

      Supprimer
  3. La fin n'est pas à la hauteur de la terreur offerte par cette pasta

    RépondreSupprimer
  4. "Là ou ses jambes le menait"
    Il y a que moi qui ai buggé ?

    RépondreSupprimer
  5. Contrairement aux autres je n’ai pas été décu par la fin. Je trouve qu’elle correspondait bien à l’ambiance un peu « documentaire » de la pasta, et du coup ça ne m’a pas choqué.

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Pareil,les pasta de la sersé t'ajoute me font cette effet.

      Supprimer
  6. Finalement il y a encore des pies en Russie.

    RépondreSupprimer
  7. Ce commentaire a été supprimé par l'auteur.

    RépondreSupprimer
  8. C'est...d'une...nullité...affligeante!

    Déjà un : "il s'est aperçu que sous l'arbre ainsi que dans se branches se trouvaient (...)" Il n'y a que moi qui vois une coquille ici?

    Deux : Les NDT redondantes qui nuit la lecture (surtout c'est pour redire la même chose)

    Trois : Le mec n'a absolument pas peur de se balader avec beaucoup de fric dans les poches en plein URSS

    Quatre : Bordel que le déroulement est lent (dans la maison) et surtout redondant

    Cinq : "pour inspecter le cercle" ou plutôt les environs non?

    Six : (et le meilleur) : Début pas terrible et fin inexistante

    Et pour finir, je ne trouve pas cette pasta crédible une seconde, trop d'illogisme!

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Pour les coquilles, il arrive à tous de les rater, surtout quand le texte fait 3 beaux paragraphes.
      Pour le reste, c'est une traduction, issu d'un site.. Russe. Donc ce que tu peux estimer comme cliché d'une culture que tu ne connais pas toi même est surement encré dans les moeurs (Notamment la question de l'argent). Ce n'est d'ailleurs pas la faute du traducteur si "Le début est pas terrible et la fin inexistante" de ton point de vue.

      Ensuite, cette creepypasta a été traduite pour montrer la culture d'autres pays (ici la Russie) au travers de textes parlent de légendes ou de traits que nous, en bons francophones, ne connaissont pas forcément. Que tu la trouve différente est une chose, mais la qualifier de mauvaise pour autant est irrespecteux pour l'auteur et pour le traducteur.

      Enfin, ce texte a été soumis au vote du forum, et à la relecture attentive de Magnosa. Si tu veux critiquer les textes à venir et donner ton avis avec plus d'impact, je t'invite à passer sur notre forum, où tu pourras critiquer les propositions en attente. Bien à toi !

      Supprimer
    2. Déjà, j'ai jamais dis que c'était la faute du traducteur, mais sa sélection parmis - surement - tant d'autres est étonnante.

      "Que tu la trouve différente est une chose, mais la qualifier de mauvaise pour autant est irrespecteux pour l'auteur et pour le traducteur."

      Donc, si je suis ton raisonnement à la lettre, on n'a plus le droit de trouver un - livre, film, histoire, dessin, autre... - médiocre, mauvais ou que sais-je encore mais seulement finir comme des béni oui-oui?

      Je n'ai clairement pas dis que mon avis était objectif (car c'est clairement subjectif). Donc oui, je le redis haut et fort, je trouve cette creepypasta très médiocre (peut être même la pire depuis un long moment)

      Supprimer
    3. La coquille a été corrigée, il s'agissait soit d'un oubli, soit d'une faute de frappe. Personne n'est parfait.

      Pour "inspecter le cercle", non non, pas les environs, le texte original parle précisément du cercle que forme la clairière.

      Pour ce qui est des détails qui peuvent te paraître illogiques ici ou ailleurs, encore une fois, on traduit directement depuis un site dont les rédacteurs sont tous Russes, et en plus avec l'aide d'une personne venant également de là-bas qui nous détaille au besoin tant les points grammaticaux que culturels, et je pense que tout ce beau monde est suffisamment bien placé pour savoir ce qui se passe/s'est passé dans leur pays.

      Pour la sélection, je rappelle pour ceux qui ne font pas l'effort de lire les messages qu'on met en fin de pasta qu'il s'agit d'une série, donc oui certains textes sont plus mauvais que d'autres, mais on n'y peut pas grand-chose à partir du moment où la décision de publication est prise. Si ça avait été un texte orphelin, là on aurait pu en discuter.

      Enfin, pour les NdT, tu devrais peut-être réfléchir au fait que ce qui te paraît évident ne l'est pas pour tout le monde. Certes, pour une personne qui connaît la culture russe, la troisième fait doublon avec la première. Cependant, le fait est que tout le monde ne comprend pas d'emblée pourquoi "bien évidemment, il ne comprenait pas de quoi il s'agissait".

      Supprimer
  9. Mouais , bof. Sur ce coup là , je trouve la fin un peu plate . Après , c'est peu être parce que je manque de culture sur le folklore russe ! :]

    RépondreSupprimer