Disclaimer

DISCLAIMER
Les contenus proposés sur ce site sont déconseillés aux personnes sensibles et aux mineurs de moins de 12 ans.
Nous encourageons largement les pratiques répréhensibles qui y sont décrites.
Consultez la page À propos pour plus de détails.

Script générateur de phrases

samedi 10 janvier 2015

Pilote automatique

Avez-vous déjà oublié votre téléphone ?
Quand avez-vous réalisé que vous l'aviez oublié? J'imagine que vous vous êtes juste tapé le front et avez dit "bordel" sans aucune raison. Vous n'en avez sûrement pas pris conscience de façon spontanée. Plus exactement, vous essayez de prendre votre téléphone, fouillant dans votre poche ou votre sac, et êtes momentanément confus parce qu'il n'est pas là. Et ensuite vous refaites mentalement le cours des événements de la matinée.

"Merde."

Dans mon cas, l'alarme de mon téléphone m'a réveillé comme d'habitude mais je me suis rendu compte que la batterie était plus basse que je le pensais. C'était un nouveau téléphone et il avait cette habitude ennuyeuse de laisser des applications tourner et pomper la batterie durant la nuit.
Donc, je l'ai mis en charge pendant que je me douchais au lieu de le mettre dans mon sac comme d'habitude. J'échappais momentanément à la routine, mais c'était tout. Une fois sous la douche, mon cerveau est revenu à la "routine" qu'il suit tous les matins, et tout allait bien.

Oublié.

Ce n'était pas juste moi qui devenais maladroit, comme je me le suis demandé plus tard. C'est comme ça que le cerveau fonctionne. Votre cerveau ne marche pas seulement sur un seul niveau, il fonctionne sur plusieurs plans. Comme quand on marche pour aller quelque part, on pense à notre destination et à éviter les obstacles, mais on n'a pas besoin de penser à ce que nos jambes continuent de bien marcher.
Je ne pense pas à maîtriser mon souffle, je me demande plutôt si je vais prendre un café pour aller au boulot (je l'ai fait). Je ne pensais pas à mon petit déjeuner qui se baladait dans mes intestins, je me demandais si j'arriverais à finir à l'heure pour pouvoir aller chercher ma fille Emily à la garderie après le boulot ou si j'allais rester coincé au boulot et avoir à payer encore une pénalité de retard.

C'est ça le truc ; il y a un niveau de votre cerveau qui marche avec la routine, comme ça le reste du cerveau peut penser à d'autres choses. Pensez-y. Pensez à votre dernier trajet. De quoi vous rappelez-vous vraiment ? Peu, s'il en reste quelque chose, n'est ce pas.
La plupart des journées banales se troublent en une seule, et se rappeler d'une journée quelconque en particulier est scientifiquement prouvé comme difficile.
Faites quelque chose assez souvent et ça devient la routine. Continuez de le faire et ça arrête d'être filtré par la partie pensante du cerveau, c'est recalé à celle dédiée à la routine. Votre cerveau continue de le faire, sans que vous y pensiez. Bientôt, vous ne penserez pas plus à votre trajet jusqu'au boulot qu'à s'occuper de ce que vos jambes continuent de bouger quand vous marchez.

La plupart des gens appellent ça le pilotage automatique. Mais il y a un danger par rapport à ça. Si vous mettez fin à la routine, votre capacité à vous rappeler et à expliquer la rupture sera aussi bonne que votre capacité à faire en sorte que votre cerveau ne passe plus en mode routine.
Ma capacité à me rappeler que mon téléphone était sur le comptoir est aussi fiable que ma capacité à faire en sorte que mon cerveau ne rentre pas en mode "routine du matin" qui impose que mon téléphone soit dans mon sac. Mais je n'ai pas fait en sorte que mon cerveau n'entre pas dans son mode routine. J'ai pris une douche, comme d'habitude. La routine a commencé. Sauf que je l'ai oublié.

-Pilotage automatique enclenché.

Mon cerveau était de retour à la routine. Je me suis douché, rasé, la météo annonçait un temps super, j'ai donné à Emily son déjeuner et je l'ai mise dans la voiture (elle était tellement adorable ce matin, elle se plaignait du "méchant soleil" qui l'aveuglait, et l'empêchait de faire une petite sieste sur la route de la garderie) et je suis parti. C'était la routine. Ça n'avait pas d'importance que mon téléphone soit sur le comptoir, en train de charger silencieusement. Mon cerveau était en mode routine, et dans la routine, mon téléphone était dans mon sac. C'est pour ça que j'ai oublié mon téléphone. Pas par maladresse. Pas par négligence. Rien de plus que mon cerveau qui entrait en mode routine et passait outre les exceptions.

-Pilotage automatique enclenché.

Je suis parti au travail. C'était déjà une journée chaude et étouffante. Le méchant soleil me brûlait depuis que ce traître de téléphone absent m'avait réveillé. Le volant était brûlant à toucher lorsque je me suis assis. J'ai eu l'impression d'avoir entendu Emily décaler son fauteuil derrière le siège conducteur pour échapper à la lumière aveuglante. Mais je devais travailler. Envoyer le rapport. Assister à la réunion du matin. Ce n'est qu'au moment de ma pause café que j'ai essayé d'attraper mon portable, et que l'illusion a pris fin.
J'ai refait ma matinée mentalement. Je me suis rappelé la batterie faible. Je me suis rappelé l'avoir mis en charge. Je me suis rappelé l'avoir laissé là.
Mon téléphone était sur le comptoir.

-Fin du pilotage automatique.

À nouveau, c'est là qu'est le danger. Avant que vous n'ayez ce moment, le moment où vous cherchez votre téléphone et que l'illusion se dissipe, cette partie du cerveau est toujours en mode routine. Il n'a aucune raison de questionner ces faits de routine ; c'est pour ça que c'est la routine. Ce n'est pas comme si quelqu'un pouvait dire "Pourquoi tu ne t'es pas rappelé de ton téléphone? Ça ne t'a pas traversé l'esprit ? Comment as tu pu oublier? Tu dois être négligent"; mais c'est pas ça l'important. Mon cerveau me disait que tout était normal, malgré le fait que ça ne l'était pas. C'était pas parce que j'avais oublié mon téléphone. D'après mon cerveau, d'après la routine, mon téléphone était dans mon sac. Pourquoi je penserais à questionner ça ? Pourquoi je vérifierais ? Pourquoi je me rappellerais tout à coup, comme ça, que mon téléphone est sur le comptoir? Mon cerveau était en mode routine et la routine était que mon téléphone soit dans mon sac.
La journée s'est poursuivie. La brume du matin a laissé place à la chaleur persistante de l'après-midi. Le macadam faisait des bulles. La chaleur menaçait même de fissurer le sol. Les gens avaient remplacé leurs cafés pour des smoothies glacés. Les vestes étaient jetées, les manches retroussées, les cravates desserrées, les sourcils en sueur. Le parc se remplissait doucement de promeneurs et de barbecues. Les cadres des fenêtres menaçaient de se déformer. Le mercure continuait de monter. Heureusement que le bureau avait l'air conditionné...
Mais, comme toujours, la fournaise de l'après-midi a laissé place à la fraîcheur de la soirée. Une journée banale de plus. Je me maudissais toujours pour avoir oublié mon téléphone. Je conduisais pour rentrer. La chaleur de la journée avait aussi chauffé l'intérieur de la voiture, relâchant une horrible odeur venue de nulle part. Lorsque je suis arrivé dans l'allée, les graviers ont craqué confortablement sous mes pneus, ma femme m'a salué à la porte.

"Où est Emily ?"



Merde.


Comme si le téléphone n'était pas suffisant. Avec ça, j'avais laissé Emily à cette putain de garderie. Je me suis directement dirigé vers celle-ci. Je suis allé à la porte et j'ai commencé à m’inventer des excuses, me demandant vainement si je pourrais séduire les gérants pour éviter les pénalités de retard. Et puis j'ai vu un morceau de papier collé à la porte.
"En raison du vandalisme de la nuit dernière, veuillez utiliser l'autre accès. Aujourd'hui seulement."

Cette nuit ? Quoi ? La porte était bien ce mati-.

Je ne bougeais plus. Mes jambes tremblaient.
Des voyous. Un changement dans la routine.
Mon téléphone était sur le comptoir.
Je ne suis pas venu ici ce matin.
Mon téléphone était sur le comptoir.
Je suis revenu parce que je buvais mon café. Je n'ai pas déposé Emily.
Mon téléphone était sur le comptoir.
Elle a bougé son siège. Je ne l'ai pas vue dans le miroir.
Mon téléphone était sur le comptoir.
Elle a dû s'endormir à cause du méchant soleil. Elle n'a rien dit quand je suis passé devant la garderie.
Mon téléphone était sur le comptoir.
Elle a changé la routine.
Mon téléphone était sur le comptoir.
Elle a changé la routine et j'ai oublié de l'en sortir.
Mon téléphone était sur le comptoir.

Neuf heures. Cette voiture. Ce soleil brûlant. Pas d'air. Pas d'eau. Pas de pouvoir. Pas d'aide. Cette chaleur. Un volant trop chaud pour le toucher.


Cette odeur.


J'ai ouvert la porte de la voiture.



-Fin du pilotage automatique.




Traduction: Meowski


28 commentaires:

  1. Excellente Creepypasta avec un twist de fin admirable, en quoi n'en est-elle pas une au juste ?
    Bravo au traducteur, j'ai lu l'originale et elle ne semble pas trop différer.

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Un peu de ce que l'anonyme de 23h14 a dit, beaucoup surtout du fait que ce n'est que la retranscription d'un fait divers et qu'on a plus pitié du narrateur qu'autre chose. Jusqu'à preuve du contraire, la pitié, c'est pas ce qu'on cherche dans une creepypasta.

      Supprimer
    2. Perso quand je lis une creepypasta, je cherche un sentiment de peur et de paranoïa qui me fait presque croire à l'histoire. Sur cette pasta, je veux bien croire à l'histoire, mais j'ai rien ressenti D:

      Supprimer
  2. Perso', je trouve également qu'elle ne face pas trop creepypasta. Cette histoire fais plutôt office de " récit " pour raconter qu'au final, on est un peu tous des " robots ". Et nous le faire réaliser. Enfin, ce n'est que mon point de vue !

    RépondreSupprimer
  3. Oh non, c'est horrible.. Ca me rappelle un fait divers, d'ailleurs. Foutue routine!

    RépondreSupprimer
  4. Bon je vais passer pour une idiote, et c'est rare...Mais là, j'ai pas compris. Enfin, il me semble...
    De l'aide, siouplaît?

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Le monsieur a oublié sa fille dans la voiture une journée d'été visiblement (puisque très chaude) et ça a tué la miss

      Supprimer
  5. Catherine VAZ -> en fait le narrateur pensait avoir déposé sa fille à la garderie "comme d'habitude" (mode routine donc pilote automatique). Sauf qu'il a été perturbé par le téléphone oublié + le fait que la petite en décalant son siège pour dormir (donc s'allonge etc donc il ne l'a pas vu par la suite) et par ce fait, il l'a laissé dans la voiture, 9h d'affilées, par une chaude journée.
    En rentrant le soir, toujours pensant à son téléphone et croyant encore "par habitude" l'avoir cherché, il ne se rend compte qu'à la maison qu'en réalité il n'a pas pu la déposer à la garderie et se remémore toute la journée.
    C'est là qu'il se rend compte que la pauvre enfant est certainement morte de déshydratation, insolation etc ... dans la voiture, comme malheureusement c'est déjà arrivé.

    RépondreSupprimer
  6. Wow ça change des creepy de d'habitude ! J'adore , l'auteur a du être grandement inspiré pour trouver une idée comme ça .

    RépondreSupprimer
  7. Oh la vache!! Celle la c'est un chef d'œuvre ! Bravo!!! Vraiment on s'immerge tout de suite dedans la preuve: j'étais juste venue faire un tour sur le site histoire s il y avait de nouvelle pastas mais dés que j'ai commencé a lire celle ci j'ai pas pût décrocher !!!
    Franchement bravo!

    RépondreSupprimer
  8. J'avoue que au début, rien que le titre, ne me donnais pas envie. Mais j'ai lu, et franchement... WOW ! L'histoire ne fait pas peur, car le déroulement en lui même n'ai pas effrayant, mais la chute est vraiment abominable, je me suis sentie tellement mal pour "nous", le père. J'ai beaucoup aimé, sa change, je ne voudrais pas que toutes les creepypastas soient comme cela, mais une de temps en temps dans ce style sa serait cool !

    RépondreSupprimer
  9. debut un peu repetitif mais la fin est angoissante bonne pasta

    RépondreSupprimer
  10. Je me doutais de la fin mais excellente pasta très bien écrite ^^

    RépondreSupprimer
  11. Elle est horrible... ;_; pauvre Emily... Remarque, c'est vrai qu'il est arrivé qu'un gamin meurt dans une voiture au soleil, oublié... Mais raconté comme ça c'est encore plus horrible! Une bonne creepypasta!

    RépondreSupprimer
  12. Dios mio!! C'est horrible! Tout simplement horrible! ;-;

    RépondreSupprimer
  13. Sans commentaire (lol)
    putain enorme.... Pauvre miss... Sa change des autre creepy. Woua... Jen suis toute retourner dit donc! Vilain mechant pas beau soleil! Hum... Jai comme une odeur la... Ouai mon chat. CONNARD! Il a pisser sur mes fairy tail et mon black butler... Jaurai sa peau!

    RépondreSupprimer
  14. Bonne creepypasta mais jr le demande quand même pourquoi quand sa femme dit "où est Emily, ils ne l'ont pas vue dans la voiture... Je crois que c'est carrément impossible, un type normal aurait regardé sur les sièges à ce moment... C'est dommage je trouve car c'est la seule incohérence mais je la trouve un peu grosse (si quelqu'un a une explication, j'en aimerais bien une)

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Il y a une explication très simple et rationnelle à tout cela :

      Emily a fondu.

      ~AlexZan

      Supprimer
  15. Mein got, c'est un chef d'oeuvre *^*

    RépondreSupprimer
  16. J'ai pas compris ^^'

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Le mec pense au téléphone pendant tout le trajet, il oublie donc de déposer sa fille à la garderie et sans s'en apercevoir la laisse dans la voiture. 9h dedans, avec un soleil brûlant et pas d'eau, tu devines la suite...

      Supprimer
  17. Heum... Je suis la seule à penser que la petite aurait pu se réveiller et simplement... Sortir de la voiture ? Je pense pas qu'elle soit assez débile pour déverrouiller sa porte et au pire chercher de l'aide dehors. Et même attachée sur son siège. Elle a quoi ? 4 - 5 ans ? Elle est capable de se détacher toute seule et de chercher comment sortir ?
    Je suis peut-être de mauvaise foi, mais quelqu'un peut me dire s'il pense comme moi ?

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Je pense que le père a vérouillé la porte,et qu'elle était donc impossible à ouvrir sans la clé,ou alors l'auteur dit qu'elle s'est endormie,peut être qu'elle ne s'est pas réveillée du tout . voilà ce que j'en pense

      Supprimer
    2. Il a simplement verouillé les portes, et on peut supposer qu'elle ne puissent être ouvertes de l'intérieur.

      De plus, elle s'est endormie. Peut-être qu'elle ne s'est pas reveillée car elle a le sommeil lourd et la chaleur a fini par provoquer un malaise.. Qui a eu raison d'elle

      Supprimer
  18. Ouh elle ne fait pas peur elle fait mal au coeur
    c est un fait divers qui c est produit a plusieurs reprises

    RépondreSupprimer
  19. Désolée d'en niquer la logique de la creepy, mais on peut ouvrir les portière de l'interieur dans la voiture. Et ne me dites pas qu'elle n'a pas pu se détacher, car le père à dit: " Le volant, trop chaud pour qu'elle Le touche". Or si le père dit qu'elle aurait pu le toucher si il n'y avait pas trop de chaleur, alors qu'elle était attaché à l'arrière, c'est qu'elle savait se détacher....

    RépondreSupprimer