Disclaimer

DISCLAIMER
Les contenus proposés sur ce site sont déconseillés aux personnes sensibles et aux mineurs de moins de 12 ans.
Nous encourageons largement les pratiques répréhensibles qui y sont décrites.
Consultez la page À propos pour plus de détails.

Script générateur de phrases

samedi 17 septembre 2016

Remplacements

Bonjour. Je m’appelle Feng. J’ai 15 ans. J’ai décidé de raconter mon histoire avant d’en finir avec la vie. Personne ne me croit. Ni les docteurs, ni les psys, ni mon père. Ils disent que j’étais dans le vol d’avant. Ils disent que j'ai tout inventé. Ils disent que je suis fou. Je suis normal, tout à fait normal. Alors peut-être que les lecteurs de ce site consacré aux morts suspectes me croiront. Si vous voulez copier mon histoire sur d’autres sites, n’hésitez pas à le faire, vous avez mon accord. Euh, mettez juste que c’est l’histoire de Feng de Pékin. Et dites qu’elle est vraie. Surtout qu’elle est vraie et que je n’ai rien inventé. J’étais bien dans ce vol, et il s’est passé quelque chose pendant mais je ne m’en souviens plus. Alors ouais, dites tout ça aux autres et ne transformez rien.

Ma mère avait 43 ans quand les évènements se sont produits. J’avais treize ans en 2014. Ma mère et moi revenions d'un voyage en Malaisie. On avait pris ce fameux vol. Pas celui d’avant ni celui d’après, le fameux vol.

Dès qu'on a posé un pied à l'aéroport, j’ai trouvé ma mère différente, changée, sans vraiment comprendre pourquoi. Sa main était glaciale mais je me suis dit qu’elle avait peut-être pris froid pendant le vol. Pourtant, le soir même de notre retour, quand j’ai été me coucher et que je lui ai dit bonne nuit, son baiser sur mon front était aussi glacial que sa main. Et le bruit de son baiser, un long bruit de succion. Elle m’embrassait rarement sur le front (elle disait que c’était les vieillards qui embrassaient comme ça) et jamais aussi longtemps.

Les premiers soirs, j'ai trouvé ça vraiment étrange puis j’ai fini par m’y habituer. Même à la froideur de ses lèvres. Enfin non, pas vraiment, puisque dès qu’elle avait le dos tourné je m’essuyais le front en lui demandant de bien fermer ma porte. Ce n’est pas que j’avais peur de ma mère, mais je détestais ses baisers bruyants en pleine nuit. Oui, un autre truc qu’elle ne faisait jamais avant le vol : elle se levait en pleine nuit et sans allumer la lumière de ma chambre, elle venait m’embrasser. Ça me réveillait à chaque fois putain. Alors elle ricanait, s’excusait et repartait en chantonnant, heureuse de la trouille qu’elle me filait. Enfin si c’en était resté là, j’aurais pu grandir « normalement » et je n’aurais pas pété les plombs toutes les quatre minutes.

Mes parents étaient divorcés depuis cinq ans et j’étais fils unique. Chow, c’était ma voisine et ma nounou quand j’étais haut comme trois pommes. Un après-midi (une semaine après notre retour de Malaisie), Chow m’a demandé de m’asseoir et m’a questionné au sujet du comportement ma mère. Chow trouvait qu’elle était différente depuis notre retour. Elle la trouvait dans la lune et ses pertes de mémoire commençaient à sérieusement l’inquiéter. Elle disait aussi qu’elle prétendait avoir un garçon de mon âge en Malaisie et qu’elle lui avait promis de le retrouver bientôt. Enfin, Chow m’a demandé si j’avais remarqué que ma mère perdait ses cheveux ? Je lui ai répondu que je n’en savais rien. Elle m’a alors montré une grosse touffe de cheveux noirs aux reflets acajou, identiques à ceux de ma mère. Ça m’a un peu effrayé et c’est à ce moment précis que j’ai commencé à observer plus attentivement ma mère et à noter des détails dans un carnet secret. J’avais treize ans quand je l’ai écrit et j’ai corrigé les fautes d’orthographe mais excusez-moi s’il en reste.

Samedi 8 mars 2014

Maman est restée en pyjama jusqu’à midi. D'habitude, après le petit déj, elle se maquille et s’habille, même pour rester à l’appart. Puis elle m’a dit qu’elle allait chez le coiffeur. J’ai alors cru qu’elle allait se changer, mais à la place, elle a un pris une paire de ciseaux dans le tiroir de la cuisine. Puis elle est montée à l’étage et s’est enfermée dans la salle de bains. Je l’ai observée par le trou de la serrure. Devant la glace, toujours avec son pyjama sur le dos, elle a coupé de grandes mèches de ses longs cheveux noirs. Je pouvais voir sa nuque s’éclaircir. Le pire c’est qu’elle les a coupés de travers. Les cheveux tombaient sur les épaules de son pyjama, dans le lavabo, sur le meuble et le tapis de douche. Elle qui était si maniaque s’en fichait. Puis elle a posé la paire de ciseaux et a fait une chose tellement dégueulasse que j’en frissonne encore : elle a ramassé tous ses cheveux, en a fait un tas, puis a pioché dedans. Après avoir pris une bonne poignée, elle l’a portée à la bouche et commencé à les mâcher !!

 J’ai posé une main sur ma bouche pour ne pas crier. Elle s’est retournée vers la porte en mâchant toujours ses cheveux !! Elle a froncé les sourcils, ses yeux bleus m’ont semblé devenir noirs. Elle a marché doucement vers la porte, comme un chat vers sa proie. J’ai bondi jusqu’à ma chambre qui était fort heureusement à côté de la salle de bains et j’ai sauté sur mon lit. Mon cœur battait à tout rompre. J’ai entendu le grincement de la porte puis ses pas on fait craquer le plancher. Ensuite sa tête, juste sa tête, a dépassé de l’encadrement. Les yeux écarquillés, elle me regardait. Heureusement j’avais un livre sur mon lit et j’ai fait semblant de lire. Après une bonne minute d’observation elle m’a demandé si j’allais bien et je lui ai répondu que oui sans la regarder. Elle est repartie et s’est de nouveau enfermée dans la salle de bains.

Dimanche 9 mars 2014
Je n’ai pas bien dormi cette nuit. J’ai fait plein de cauchemars. Je voyais ma mère m’arracher les cheveux avec ses dents puis les manger en ricanant. Du sang me coulait sur le visage et ma mère le léchait. C’était horrible. Heureusement qu’elle s’est comportée normalement aujourd’hui, sinon je me serais enfui chez papa. J’ai voulu aller en parler à Chow, mais elle est partie en week-end. Hâte qu’elle revienne.

Lundi 10 mars 2014

J’ai encore mal dormi et fait le même cauchemar. Qu’est-ce qui se passe ? Ma mère était normale avant le voyage, et même dans l'avion. Enfin je crois, car j'ai dormi tout le long du vol. Je suis allé voir Chow et je lui ai expliqué pour les cheveux. Elle a été choquée et m’a dit qu’elle allait en parler à un ami qui est psycho quelque chose. Elle m’a dit aussi de ne pas m’en faire et de continuer à lui dire comment elle se comportait. Ah oui, elle doit encore me montrer un truc que ma mère a perdu sur son paillasson. Enfin, elle est pas sûre que ce soit à elle.

Mardi 11 mars 2014

Toujours le même cauchemar. En pire à cause du doigt. C'était le truc que Chow devait me montrer. Elle m’a demandé si c’était à moi et je lui ai dit que non. Et puis il était bien trop grand. Et puis bien trop long aussi. Ah oui, c’était un doigt en plastique, sans ongle, en silicone, pas en chair humaine comme je l’ai cru au début. Il n’appartenait pas à ma mère non plus puisque j’en ai compté douze. Euh dix. Ses cheveux ont repoussé. C'est comme si elle ne les avait jamais coupés. Je n’ai pas envie qu’elle les mange encore. Chouette demain c’est mercredi et Chow m’emmène au cinoche. Vivement que tout redevienne normal.

Mercredi 12 mars 2014

J’ai trouvé Chow très étrange. Elle a pas dit un mot de tout le film. Ni après. Quand on est arrivés à notre étage, elle m’a demandé si elle pouvait fouiller la chambre de maman. Je lui ai dit que je ne savais pas. Elle a insisté et m’a fait promettre de ne rien lui dire. C’était pour sa guérison qu’elle a dit mais d’abord il fallait comprendre. Chow a trouvé un ongle peint avec du vernis rouge. Le même que maman. Chow l’a essayé sur le doigt et ça rentrait dans l’empreinte de l’ongle. Quand maman est rentrée à la maison, j’ai discrètement vérifié ses mains et il ne manquait ni doigt ni ongle. J’ai juste trouvé sa peau un peu dure et toujours froide mais je m’y étais habitué.

Jeudi 13 mars 2014

Je crois que je ferai ce cauchemar toute ma vie. En plus de m’arracher les cheveux avec ses dents, ma mère me crevait aussi les yeux avec ses ongles rouges. Puis elle les croquait en riant. C’était horrible. J’ai pris l’habitude d’avoir une bouteille d’eau à côté de moi. Après un cauchemar j’en bois un peu, ça me calme. Cette nuit, la bouteille était vide. Je me suis levé pour la remplir et quand je suis passé devant la porte de la chambre à maman, j’ai entendu des cris étouffés. J’ai eu si peur que tout mon corps tremblait. Malgré ça, je voulais savoir ce qui se passait. J’ai alors regardé par le trou de la serrure. Je voyais le visage de ma mère et une partie de son corps allongé sur le lit. Elle dormait la bouche grande ouverte. Les petits cris étouffés semblaient venir de là. J’ai pensé qu’elle faisait un cauchemar. J’ai aussi remarqué près de sa table de nuit un verre avec deux billes blanches à l’intérieur. Ça brillait un peu. Je n'avais jamais vu ça avant, même quand plus jeune je dormais avec elle. Puis j’ai été remplir ma bouteille et je me suis recouché. J’ai réussi à me rendormir.

Vendredi 14 mars 2014

Chow est morte (des années plus tard j’ai su la cause de sa mort : asphyxie des poumons par écrasement des côtes). Je l’ai appris après être rentré du collège. Y’avait des flics qui allaient et venaient chez elle. Maman était déjà là. Elle avait pris son après-midi. C’est elle qui me l’a dit pour la mort de Chow. J’ai pas joué les durs, j’ai pleuré. Je lui ai même demandé de dormir avec elle en lui racontant pour les cris étouffés de la nuit derrière. Elle m’a ri au nez et m’a demandé de me mêler de mes affaires. Je ne sais pas pourquoi mais j’ai un mauvais pressentiment, je redoute la nuit qui arrive.



Je n’ai tenu mon journal que six jours. Car après la nuit du vendredi au samedi, je n’ai plus été capable d’écrire quoi que ce soit. Cette nuit-là a changé le cours de mon existence et a irrémédiablement modifié ma vision des choses sur un monde soi-disant normal.

Pour « oublier » la mort de Chow, ma mère a rapporté un Mc Do. Elle n’a pas versé la moindre larme pour une de ses meilleures amies. C’est à peine si elle s’en rendait compte. J’ai trouvé ça un peu choquant mais j’ai mis ça sur son comportement étrange. Je me disais qu’elle allait finir par réaliser que d’ici quelques jours, notre voisine était bel et bien morte.

Pendant le repas devant la télé, je ne cessais de regarder ses mains, ses yeux, ses cheveux. Je ne sais pas pourquoi, mais je ne les trouvais pas naturels. C’était juste une impression, pas une certitude. Sans doute avais-je en tête ce doigt en plastique que Chow m’avait montré et ce cauchemar qui laissait une saveur glauque à mes journées. Son bisou du soir sur mon front s’est aussi avéré plus court et moins bruyant que d’habitude. Et puis elle m’a serré fort dans ses bras. J’ai cru qu’elle allait m’étouffer. Puis elle m’a dit une phrase que je n’oublierai jamais : « même la mort ne nous séparera pas ». Je me suis dit alors que ma mère m’aimait beaucoup et j’ai rapidement trouvé le sommeil, toujours dans l’espoir d’un retour au calme…

En pleine nuit, mon inconscient m’a alerté de quelque chose et m’a doucement réveillé. J’ai aussitôt entendu des cris étouffés. J’ai eu peur pour ma mère et j’ai bondi du lit.

Allongée sur les couvertures, ma mère dormait la bouche grande ouverte. Elle n’avait pas fermé les volets et la lumière d’un réverbère donnait une atmosphère orange à sa chambre, un peu comme dans un parking mal éclairé.

En m’approchant, les cris étouffés se sont arrêtés. Puis j’ai entendu « aide-moi, pitié, aide-moi ». Ça venait de sa gorge. Sa glotte allait et venait sur la peau de son cou. Mais sa bouche restait fixe, toujours grande ouverte. Le verre sur la table de nuit a fait un bruit comme s’il se déplaçait. J’ai regardé et j’ai vu que les deux boules étaient en fait deux yeux en verre de couleur bleue (comme ceux de ma mère) me fixaient. De peur, j’ai failli pisser dans mon froc. J’ai à nouveau entendu « aide-moi, pitié, aide-moi » sortir de sa gorge.

Après un craquement sinistre, sa tête s’est tournée vers moi. Deux orbites vides me fixaient horriblement. Et au fond, tout au fond de cette bouche ouverte et de ces orbites vides, j’ai vu quelque chose d’impossible à croire et qui deux ans après me hante encore.

J’ai vu un œil injecté de sang tout au fond de chaque orbite, j’ai vu des lèvres éclatées dans la bouche grande ouverte et ce sont ces lèvres qui poussaient des cris étouffés et qui bougeaient en disant « aide-moi, pitié, aide-moi ». J’ai voulu m’enfuir, mais une main glaciale a attrapé mon poignet. Je me suis débattu comme un fou et j’ai réussi à lui échapper. Cette chose s’est précipitée derrière moi et m’a pourchassé dans le couloir. J’entendais rire, mais aussi « « aide-moi, aide-moi ».

Je me souviens que sur le plancher du premier étage son pas faisait un drôle de bruit, comme des coups de marteau sur du bois. On avait un duplex et j’ai dévalé les escaliers quatre à quatre puis j’ai commencé à déverrouiller la porte d’entrée. J’ai alors entendu un bruit sourd derrière moi, puis un cri aigu. La chose est tombée dans les escaliers puis s’est disloquée pièce par pièce. La tête a roulé jusqu’à mes pieds. Ses orbites étaient creuses et totalement vides. Plus rien à l'intérieur. J’ai alors levé la tête et j’ai vu une silhouette sombre plus petite, plus mince, de travers sur les marches de l’escalier. Son corps était cassé en deux, mais sa tête me fixait. C’est là que j’ai reconnu les grands yeux bleus de ma vraie mère. C’était effroyable et je me suis enfui en hurlant. Après, c’est le trou noir, mais je crois que sur le trottoir un éboueur m’a recueilli et m’a emmené à l’hôpital…

Je me suis réveillé dans une chambre verte et bleue. Mon père était assis près de moi et dormait une main dans la mienne. J’ai dû le réveiller en bougeant et il m’a aussitôt serré dans ses bras en pleurant comme une petite fille. Je n’ai compris pourquoi qu’au bout de longues et interminables minutes : il a cru que j’étais mort avec ma mère lors de l’accident d’avion du vol MH 370 de la Malaysia Airlines. C’est tout simplement impossible.


______________________

Note wikipédia : Le vol 370 Malaysia Airlines (code AITA : MH370) est un vol international régulier de la compagnie aérienne Malaysia Airlines reliant Kuala Lumpur à Pékin. L'appareil, un Boeing 777 qui transportait 239 personnes dont une majorité de ressortissants chinois, est porté disparu depuis le 8 mars 2014.

Complément d'information : parmi les nombreuses théories du complot lues sur internet, l'histoire du jeune suicidé voudra en retenir deux : L'avion n'a jamais décollé et les passagers auraient servi à certaines expériences secrètes ou, en concordance avec certains phénomènes lumineux observées cette nuit-là, l'avion aurait mystérieusement disparu en plein ciel...   


41 commentaires:

  1. J'ai bien aimé, mais il manque quelque chose.

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. "Elle m’a demandé si c’était à moi et je lui ai dit que non. Et puis il était bien trop grand. Et puis bien trop long aussi. Ah oui, c’était un doigt en plastique, sans ongle, en silicone, pas en chair humaine comme je l’ai cru au début."

      OH MY GODmichet !!

      Supprimer
  2. J'ai bien aimé cette pasta vu qu'elle se relie avec des faits réels

    RépondreSupprimer
  3. Pas mal la petite note wiki à la fin, j'aime bien la creepy ^^

    RépondreSupprimer
  4. Salut cete pour savoir si c'était finis ubloo ?

    RépondreSupprimer
  5. Non, il reste encore une partie à traduire !

    RépondreSupprimer
  6. J'adore cette creepy mon appetit de sensation lugubre a été rasasié mais a la note wiki je n'ai pas tres bien compris aide pls ?

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Ben en fait ca dit que l'avion il a vraiment disparu et des gens disent que c'est un complot et cette histoire serai une preuve de ce complot(dsl si y a des fautes je dois faire vite)

      Supprimer
  7. Boeing 777=777= chance + 3chiffre = 3 = triangle 3coter==== ILLUMINATI CONFIRMED

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. simple,clair,précis,tout ce qu'on aime mon ami aimant la pedopénétration

      Supprimer
    2. Je préfèrais ta photo d'avant.

      Supprimer
    3. Je préfèrais ta photo d'avant.

      Supprimer
  8. Mais pourquoi il est pas mort lors du vol ? Pourquoi est t-il rentré chez lui ? Expérience, paranormal, complot ? Expliquez moi tout !

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. C'est le but de tous mystères, laissez notre imagination gambader sur une montage de possibilités car nulle ne détient la vérité...

      Supprimer
    2. au début il dit que les gens pensent qu'il était dans le vol avant ou après celui du crash mais la vérité reste floue...

      Supprimer
  9. En effet, il y a certaines choses encore floues... La mère est morte, certes, mais pas le fils. Lors d'un crash d'avion...
    Ensuite, je me demande si Chow n'a pas été tuée par l'usurpatrice de la mère (car Chow est morte asphyxiée par compression sur les poumons, je crois).
    Elle fait bien douter, cette pasta, c'est cool! Cette pasta est cool!

    RépondreSupprimer
  10. Un croisement entre Paranormal Activity 4 (une personne démoniaque qui poursuit le protagoniste) et Destination Finale (le crash de l'avion) ♥ [mon avis]
    Mais pour la scène où l'ursupatrice mange les mèches de cheveux, je l'ai déjà lu ou vu quelque part... Mais où?

    RépondreSupprimer
  11. Hum... donc du coup, la mère de Feng était à l'intérieur du corps ?

    RépondreSupprimer
  12. Ce commentaire a été supprimé par l'auteur.

    RépondreSupprimer
  13. Eh, mais on a trouvé personne qui a survécu au crash, ni une personne, ni des débris. D'ou le "c'est tout simplement impossible" de Feng? Quelqu'un a une explication qui tiens la route :'D?

    RépondreSupprimer
  14. Bien glauque et très flou je trouve, j'adore.

    RépondreSupprimer
  15. J'ai pas compris, pourriez vous m'expliquer?

    RépondreSupprimer
  16. Alors je vais faire un résumé de ce que j'ai compris:
    Chang et sa mère auraient été dans le vol 370 Malaisya Airlines qui se serait crasher, la mère serait morte sur le coup, mais pas le garçon, et comme il dormait il ne se serait pas rendu compte de l'accident, aurait été plongé dans le coma et aurait fait un rêve très réaliste parce qu'il croyait être réveillé, puis il serait sortit de son comas et aurait écrit son rêve qu'il croyait réel

    Super pasta, j'ai vraiment adoré :)

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Ha ok merci pour la réponse ;)

      Supprimer
    2. Ou alors tout étais vrai et c'était des test du gouvernement pour peut être une sorte d'humanoïdes (la mère)

      Supprimer
    3. D'une part c'est Feng*, l'appeler Chang c'est...franchement de mauvais goût.

      D'autre part, l'avion a disparu et n'a à ce jour toujours pas été retrouvé, ni aucun de ses passagers (on a retrouvé quelques débris, mais pas la carcasse). Donc c'est pas une histoire de rêve durant un coma, puisqu'il ne s'agit pas d'un gosse retrouvé dans les décombres. Il s'agit d'un gosse qui était dans l'avion qui a disparu, et qui est retourné chez lui avec un monstre (et sa mère, techniquement) sans se souvenir de ce qui est arrivé à l'avion (un truc paranormal, visiblement).

      S'il est à l'hosto à la fin, c'est qu'un éboueur l'a ramassé sur le trottoir après qu'il ait fui de chez lui.

      Comme ce n'est pas possible qu'il soit là alors qu'il a pris un avion qui a disparu et n'a jamais été retrouvé (sans parler de l'histoire du monstre), tout le monde pense qu'en fait il n'était pas dans ce vol mais dans un autre. Bon, sauf que visiblement personne n'a pensé à vérifier les registres de la compagnie de vol pour savoir dans quel vol il était, et personne ne s'est dit que quelque chose clochait dans l'absence de sa mère.

      Supprimer
  17. Super creepy!J'ai vraiment adoré!

    RépondreSupprimer
  18. Ouah franchement elle était super bien écrite et tout, c'était génial

    RépondreSupprimer