Disclaimer

DISCLAIMER
Les contenus proposés sur ce site sont déconseillés aux personnes sensibles et aux mineurs de moins de 12 ans.
Nous encourageons largement les pratiques répréhensibles qui y sont décrites.
Consultez la page À propos pour plus de détails.

Script générateur de phrases

lundi 21 septembre 2020

Fiche M - Un portail vers l'Enfer ?

Connaissez-vous la légende du portail vers l'Enfer ?

Situé non loin de Prague en République Tchèque, se trouve l’imposant château Houska, qui fut construit entre 1253 et 1278 sous le règne du roi d’Ottokar II de Bohême selon un style d’architecture Gothique, et il est d’ailleurs l’un des seuls châteaux de l’époque étant aussi bien conservé. Installé sur le bord d’une falaise de calcaire entourée de montagnes et de forêts, sa construction fut réalisée juste au-dessus d’un large trou connu comme étant une sorte de puits sans fond, la légende raconte même que ce fameux "puits sans fond" serait en réalité un portail menant tout droit vers l'Enfer.


Photographie du château - Miroslav Šálek

D'années en années, de nombreux chercheurs de tous les horizons ont tenté de trouver le fond de ce puits, mais ils auraient vraisemblablement tous échoué. De nombreux facteurs ont renforcé la légende disant que le château renferme en réalité un portail en direction de l’Enfer, comme par exemple le fait que la plupart de ses défenses soient tournées vers l’intérieur au lieu de s’orienter sur l’extérieur ou encore le fait que la cour ne possède aucun escalier. Elle est surplombée par un chemin de ronde, et sa façade possède de nombreuses fausses fenêtres cachées au milieu des vraies.
Le puits se trouve au centre de la chapelle qui fut consacrée à l’archange Saint-Michel. Les murs de l’édifice sont ornés de diverses fresques datant approximativement du début du XIVe siècle, et mettent en scène de nombreux récits Bibliques comme la crucifixion du Christ ou encore l’archange Saint-Michel terrassant le dragon symbolisant le mal. Cependant, l’une de ces fresques représente une créature mi-cheval mi-femme, une centaure armée d’un arc tenu dans sa main droite tirant une flèche sur une seconde figure ayant l’air humaine. Les centaures étant des créatures venant de la mythologie païenne, il est assez rare d’en trouver des représentations sur les murs de chapelles catholiques. En plus de cela, le centaure de la fresque est un archer gaucher, ce qui ferait que cette fresque serait vraisemblablement la seule et unique représentation de cette époque mettant en scène un archer de ce type, car au Moyen-Âge les gauchers étaient associés à Satan. Les historiens pensent que cette fresque fait écho à l’un des mythes entourant le « portail vers l’Enfer » dans lequel il est question de créatures démoniaques, mi-humaines mi-animales, qui sortiraient prétendument des profondeurs du portail dans le seul but de s’en prendre aux humains des villages alentours. Selon le mythe, on pourrait même les entendre en sortir la nuit et certains disent que les cris résonnent dans l'intégralité du château.


Fresque du centaure se trouvant dans la chapelle


Illustration de Rostone Hermann représentant les prétendues créatures sortant du puits

Certaines légendes vont jusqu’à raconter que les personnes se baladant autour du portail vers l'Enfer étaient elles-mêmes changées en ces créatures infernales pour aller à leur tour s’en prendre aux humains en commettant bon nombre d'atrocités. Beaucoup ont voulu essayer de reboucher le trou que forme le puits en y jetant des pierres jusqu’à ce qu’il soit inaccessible ou en tentant de le condamner tant bien que mal, mais leurs efforts n’ont jamais apporté de résultats concluants car tout ce qui a pu être jeté à l’intérieur au fil des ans a fini par disparaître, comme absorbé dans les profondeurs du néant.

Un jour, un Duc décida de faire amener un prisonnier dans le château (qui selon certaines versions était consentant et devait même se voir offrir sa liberté par la suite) pour y mener une expérience. Il demanda à ses hommes d’attacher le prisonnier à une corde solide pour le descendre lentement dans le puits afin qu’il puisse l’explorer de l’intérieur et à son retour, décrire à quoi cela pouvait bien ressembler. L’expérience se passait parfaitement bien, jusqu’à ce que le prisonnier commence à pousser d’horribles hurlements. Alors, à ce moment-là, les hommes du Duc prirent la décision de le remonter aussi rapidement que possible, mais il fut rapporté que lorsque le prisonnier remonta enfin à la surface, il avait l’air d’avoir vieilli de 30 ans d’un seul coup. Il ressemblait à un vieil homme plein de rides et de cheveux blancs alors qu’à son arrivée sur les lieux, il était encore jeune et vigoureux. Il n’était même pas en état de décrire ce qu’il avait vu là-bas puisqu’il avait malheureusement perdu la tête. Il mourut finalement 2 jours plus tard, sans jamais avoir pu décrire l’horreur qu’il avait vue et qui l’avait tant effrayé lorsqu’il était en bas. L’expérience fut réitérée à plusieurs reprises avec d’autres cobayes, mais il est dit qu'à chaque fois, le résultat futle même.

Dès le XVIe siècle, le château fut laissé entre les mains de l’aristocratie. À partir de 1584 et cela jusqu’en 1590, il reçut donc plusieurs modifications pour coller à un style plus Renaissance, mais les caractéristiques Gothiques qu’il avait ne furent pas perdues. Pendant la guerre de 30 ans, au cours du XVIIIe siècle, le château fut délaissé et abandonné, alors un chef de brigands, Oronto, pris la décision de s’y installer avec ses hommes et de s’autoproclamer Comte d’Houska. Certaines rumeurs disaient qu’Oronto était un alchimiste et également un mage noir qui avait installé un laboratoire secret dans le château pour travailler sur une formule lui donnant la vie éternelle et qu’il y aurait pratiqué des expériences plus terribles les unes que les autres.

Les hommes d’Oronto, qui étaient laissés livrés à eux-mêmes, avaient décidé de passer leur temps en tourmentant les habitants des villages voisins. C’est à cause de leurs actions peu scrupuleuses qu’une nuit, deux chasseurs décidèrent d’entrer par effraction dans le château, pensant que tuer l’autoproclamé Comte pourrait mettre fin aux tourments des villageois. Une fois dans le château, l’un d’eux tira sur Oronto à travers une fenêtre, et ce dernier mourut sur le coup.

Plus les années passaient, plus le château avait mauvaise réputation. Ferdinand III alla jusqu’à le faire nommer « le château maudit ».


Gravure représentant le château Houska, František Alexandr, 1845

En 1836, le poète d’origine Tchèque Karel Hynek Mácha y passa une nuit pour se reposer alors qu’il visitait la région. Il écrit dans une lettre adressée à Edward Hindle qu’il y aurait vécu une expérience traumatisante pendant cette fameuse nuit. D’après lui, il serait descendu dans la cour avant de remarquer un drôle de creux dans le sol. Il aurait alors pris la décision d’aller voir s’il y avait quelque chose dedans et y aurait vu l'avenir, atroce, où l’horreur régnait. Il dit y avoir vu une femme ressemblant à un ange dans un futur semblable à l’Enfer. Il lui aurait demandé où ils étaient et elle lui aurait répondu « nous sommes à Prague. »

Alors, il lui aurait demandé en quelle année et elle lui aurait répondu « en l’an 2006 ». D’après lui, à ce moment-là, elle lui aurait montré des images en mouvement à l’intérieur de ce qu’il décrit comme un « petit cercueil » pour lui montrer qu’elle disait la vérité. La majorité des gens pensent qu’il a simplement cauchemardé tandis que d’autres disent qu’il aurait véritablement eu des visions du futur. Quoi qu’il en soit, Karel Hynek Mácha est mort en novembre 1836, quelques mois après sa nuit au château, à seulement 25 ans.

Entre 1938 et 1944, les SS Allemands occupèrent le château alors qu’il n’avait pourtant jamais été situé sur un emplacement stratégique. Lorsque les forces Allemandes se retirèrent de la Bohême, l’intégralité des dossiers concernant le château furent définitivement détruits pour des raisons inconnues.

Aujourd’hui le château est ouvert au grand public, mais malgré tout, quelque chose d’étrange semble toujours régner dans cet endroit. Des cadavres d’oiseaux sont régulièrement ramassés dans la cour intérieure, et plusieurs visiteurs ont rapporté avoir été les témoins de phénomènes étranges. Certains disent même que l’activité spirituelle de ce lieu est très élevée. Des dalles de pierre ont été posées sur le puits pour éviter de laisser ce trou ouvert et personne n’ose y toucher de nouveau.

Beaucoup de personnes affirment voir des fantômes là-bas, certains guides touristiques s’occupant des visites disent avoir aperçu dans la cour l’esprit d’une personne décapitée avec de grandes quantités de sang dégoulinant de son corps spectral, et se trouverait également l’esprit d’un moine qui hanterait la chapelle en donnant des coups aux visiteurs avec une hache fantomatique. Il y aurait aussi des apparitions de créatures infernales dans la salle voûtée. Au premier étage, une silhouette masculine pourrait être vue dans les pièces où les nazis menaient des expériences. Au troisième étage, le fantôme d’une femme blonde en robe blanche pourrait être aperçu en train de regarder par les fenêtres et de déambuler dans les couloirs. La cave du château est appelée le « bureau du diable » ou « bureau de Satan » à cause d’un imposant trône possédant des cornes et un trident à côté duquel un prêtre sans visage aurait pu être observé. Et ce ne sont pas les seules apparitions répertoriées au fil du temps…


Le trône se trouvant dans le "bureau du diable" ou "bureau de Satan"

Des grattements, des hurlements, des gémissements, des chuchotements résonneraient de sous ce qui recouvre aujourd’hui le puits. Des bruits de pas, des coups et des voix peuvent être entendus par les visiteurs dans les différentes pièces du château.

À travers les siècles cet endroit a gagné la réputation d’être un lieu maudit et est devenu l'origine de nombreuses légendes et théories, mais il reste pourtant entouré de mystères. Peut-être qu’un jour quelqu’un soulèvera les dalles recouvrant le puits, peut-être qu’un jour quelqu’un retournera l’explorer et lèvera les mystères qui l’entourent. Mais ce jour n’est pas encore arrivé.


Sources :


Petite parenthèse : Une rom hack reprenant la toute première creepypasta postée sur CFTC ("Pokémon Black") a été achevée assez récemment par des anglophones, avec une unique version dans leur langue. Le lien pour la télécharger est disponible ici pour Windows, allez y jeter un œil si vous voulez la tester !

4 commentaires:

  1. Woah ! Ça, dis donc, c'est de la creepy pasta ! Ça donne envie de visiter XDXD
    Petit cercueil... Télévision ? (Et qu'est-ce qu'on a foutu en 2006 ?...)

    RépondreSupprimer
  2. Salut l'ange du futur
    Refait tes calculs
    Le monde vas périr en 2020 !

    RépondreSupprimer
  3. Cool cette creepypasta sur un lieu que je ne connaissais pas

    RépondreSupprimer

  4. Ouaip il est bien flippant ce château, ce sont d'ailleurs des histoires comme ça (entre autres) qui m'ont convaincu de la réalité des phénomènes paranormaux. Continuez les petites fiches historiques, elles sont géniales !

    RépondreSupprimer