Disclaimer

DISCLAIMER
Les contenus proposés sur ce site sont déconseillés aux personnes sensibles et aux mineurs de moins de 12 ans.
Nous encourageons largement les pratiques répréhensibles qui y sont décrites.
Consultez la page À propos pour plus de détails.

Script générateur de phrases

dimanche 3 août 2014

Un autre type d'abattoir

         L'aube pointe à peine dans le ciel. Pourtant, tu es déjà levé, habillé, prêt à partir au travail. Une tasse de café à la main, tu lis ton journal préféré. Au milieu des articles de sports, des affaires de célébrités et des événements politiques, une page attire brusquement ton attention. Il s'agit apparemment d'un extrait provenant d'un singulier journal.

        Je ne me souviens pas vraiment de la manière dont cela a débuté. Je veux dire, le commencement de ce cauchemar sans fin qui est devenu mon quotidien, il y a... trois ans ? Quatre ans ? Plus ? J'ai perdu le compte des jours. Je ne peux même plus faire la différence entre le jour et la nuit. Oh, je ne peux pas me plaindre. Contrairement à beaucoup d'autres, je n'ai pas laissé mes instincts me mener à ma perte. J'ai réfléchi, et j'ai survécu. D'autres n'ont pas eu cette chance.
        Mon nom importe peu, dans cette histoire. Tout comme ses protagonistes, ou même le lieu où elle se déroule. Ce qui importe, ce sont les faits. Et c'est ce que je veux que l'on retienne. La folie des êtres vivants, cette lente et suffocante agonie qui est la nôtre, les détails les plus insignifiants comme les plus morbides de mon existence.
J'avais, je pense, environ neuf ans lorsqu'ils m'ont arraché à la quiétude de mon enfance. Ce souvenir est toujours gravé en moi, et c'est le seul qui me reste de mon ancienne vie. Je me souviens de ma silhouette pétillante d'énergie, jouant et courant sous un bienfaisant soleil printanier. Mon petit frère est à mes côtés, nous jouons au ballon. Avec le temps, ses traits se sont effacés, mais sa voix, son rire sont toujours profondément ancrés dans mon âme. Il avait un rire magnifique, mon petit frère...
        La suite demeure confuse. Des voix sourdes, des ombres inquiétantes, des mains immenses qui me saisirent brusquement. Le monde qui s'évanouit lentement dans les ténèbres. Un voyage en camionnette, une incompréhension naïve qui provoqua en moi un remous de questions sans réponses. Mais surtout, cette terrible peur, qui me serrait le ventre. C'était la première fois que j’expérimentais une peur réelle, fondée... Et ce n'était que le début.
Je n'étais pas la première. Quelques autres enfants étaient déjà dans le véhicule, les bras serrés autour de leur corps tremblants, des larmes coulant sur leurs visages agités de sanglots. Aucun d'entre nous n'osait parler, de peur d'attirer l'attention de nos ravisseurs. Nous nous contentions de trouver un coin où nous asseoir, en évitant les regards des autres, et nos pleurs amers se mêlaient et se perdaient dans le silence.
Mes souvenirs s'arrêtent là, à ce point précis où le macabre se mêle à l'horreur. Je vis dans un bâtiment que je sais isolé, au fond d'une cave humide et sale, avec une trentaine d'autres enfants de tous âges. La seule voie de sortie est une porte au deuxième étage, à laquelle on accède grâce à un ascenseur mécanique dont le bouton doit se trouver quelque part dans l'usine, en dehors du souterrain. Il y a également une trappe par laquelle arrive de la nourriture tous les jours, ainsi qu'un réseau de ventilation situé au plafond, hors de portée. Enfin, une grille est solidement fixée au-dessus d'un trou au sol, menant à l'eau usée des égouts. Avec du fil et un crochet en fil de fer, on peut espérer pêcher des objets, ou même des cadavres d'animaux de temps en temps.
        Je pourrais également vous parler de l'immense vitre noire située à côté de la porte, qui est sans nul doute la seule surface toujours propre de la cave. Je pourrais mentionner les lueurs qui, parfois, apparaissent derrière cette fenêtre. Je pourrais vous expliquer que je suis convaincue que, si nous ne pouvons pas voir à travers le verre, nos kidnappeurs, eux, le peuvent. Que c'est de l'autre côté de cette glace qu'ils nous observent, nous examinent, nous choisissent, avec une parfaite et méticuleuse froideur.
Mais je préfère vous dire que, lorsque les lumières illuminent le verre, toute activité au sein de la cave s'arrête. Nous sommes des enfants : malgré l'emprisonnement, nous avons toujours des rêves, de l'espoir, de l'énergie. Nous inventons des jeux, nous inventons des chansons et des mélodies. Nous ressentons les uns pour les autres ce qui se rapproche fortement d'une amitié timide.
Je ne dois pas fonctionner comme les autres, car, bien que je n'échappe pas à ce lien qui nous unit tous, je ne cherche pas à me mêler à eux. Je sais que tôt ou tard, nous sommes tous choisis, et que je serais triste et affligée de voir mes amis partir les uns après les autres. Jusqu'à ce que vienne mon tour. Je n'ai pas voulu faire partie de ce cercle vicieux.
       Deux personnes font exception à cette règle : Marcus, un adolescent surdoué qui s'entête à donner des leçons de grammaire aux autres. Je lui en suis reconnaissante : c'est grâce à cela que je peux tenir ce journal, avancer, supporter le quotidien. Depuis mon arrivée, quatre enfants ont déjà tenté de mettre fin à leurs jours, et les plus anciens ont laissé entendre que c'était courant, même si les Autres n'aiment pas gâcher de la viande.
Et Tiffany. Tiffany, c'est un rayon de soleil dans l'obscurité la plus profonde. Tiffany, c'est une petite fille de sept ans, qui est arrivé dans ma vie depuis maintenant deux ans, et qui a illuminé notre existence. Tout le monde l'aime, la protège. Elle a droit au meilleur coin pour dormir, aux objets que l'on pêche parfois dans les égouts. Mais surtout, elle a droit à toute la nourriture qu'elle souhaite.
        Tiffany est gourmande. Cela m'alarme, me fait peur. C'est toujours les plus gros qui partent en premier, et tout le monde sait, ou suppose, que l'endroit où ils vont atterrir n'a rien de plaisant. Quand quelqu'un part, on entends des cris de souffrances un peu plus tard, des gémissements... Ce n'est pas par hasard qu'ils nous donnent seulement des denrées grasses et nourrissantes. Personne ne se fait d'illusions. Un jour ou l'autre, nous sommes tous choisis. La stratégie adéquate est de trouver un équilibre. Ne pas grossir plus qu'il ne le faut, sans se priver de manière mortelle. Mais Tiffany mange ce qu'elle veut, sans se préoccuper de ce qu'il adviendra. Sacrée Tiffany...


        Marcus est inquiet. Il m'a dit qu'il va bientôt atteindre ses quinze ans et cent-soixante-treize jours. Je n'ai pas fait attention aux secondes. Il a raison d'avoir peur : jusque là, il était sauf, car un peu maigrelet. Mais, lorsqu'un enfant devient adulte, qu'il grandit en taille, en force et en appétit, les Autres le prennent systématiquement, peu importe son épaisseur. Je pense qu'ils ont peur qu'un jour un adolescent ne cause des dégâts. C'est peut être même déjà arrivé. Je pense aussi qu'ils ne veulent pas gaspiller de la nourriture. Après tout, ils nous élèvent juste pour notre viande, pourquoi dépenser plus qu'il n'en faut ?
C'est fou, mais j'ai beau être plus jeune que lui, j'assume quand même le rôle de protecteur. J'agis comme si rien n'allait se passer, comme s'il resterait sauf, dans la cave. Je sais que ça calme ses angoisses. Mais je sens l'égarement gagner du terrain sur ma résolution.


         Il me parle souvent. Il a peur. Il dit que les lumières derrière la vitre le guettent, que bientôt elles viendront le chercher. Il a un regard fou, si éloigné de sa vivacité habituelle. Comme s'il n'était plus pareil. Il pleure éveillé, gémit dans son sommeil. Je le rassure la majorité du temps, mais je ne peux m'empêcher de parfois, faire comme si je ne l'entendais pas lorsqu'il me confesse ses frayeurs. Parce que dans ces moments, ses yeux retrouvent cette intelligence, cette condescendance qu'il avait envers moi, alors qu'il me dit tout bas que c'est inutile de faire semblant, qu'il connaît la vérité.


         Il ne vient même plus me parler. Il se contente d'attendre, adossé contre un mur. Tiffany vient parfois lui chuchoter quelques mots apaisants.


        Je l'ai regardé tenter de se déchirer les veines avec l'hameçon de pêche. Sans rien dire. Cela n'a pas marché, alors il est retourné dans son coin. Toute la peine du monde était contenue dans ses yeux. Il a arrêté de se cogner la tête contre le mur quand Tiffany le lui a demandé.
J'aurais dû faire quelque chose. Je n'ai rien fait.


         L'écriture est tremblotante. Ils l'ont pris. Les Autres ont emmené Marcus. Il s'est débattu, a pleuré, supplié. Il a même arraché l'une des capes noires de l'un d'entre Eux. Je n'ai pas vu son visage, je me suis couvert les yeux avec mes mains. Je ne voulais pas connaître leur apparence.
J'ai décidé que je ne parlerais plus à personne. Pas même à Tiffany. C'est trop dur, douloureux, de voir un ami se diriger vers sa mort.
Elle se dirige vers moi actuellement. Je pense qu'elle veux pleurer avec moi. Qu'elle veux que je la prenne dans mes bras, tandis que nous écoutons les cris de Marcus se faisant déchiqueter, peut-être même dévorer vivant. Ce sera difficile, mais il faut que je sois forte. Que je lui dise non.


        Tiffany ne me comprend pas. Elle crie, elle hurle, mais je n'entends pas. Je sais que ça lui fait du mal, mais c'est mieux pour nous deux si nous nous ignorons. J'ignore qui partira la première, mais quelqu'un souffrira, de toute façon. Autant abréger maintenant cette amitié qui nous coûtera tant. Régulièrement, elle me regarde, m'offre de la nourriture, des cadeaux, avec ses grands yeux implorants. Je l'ignore.


           Je me demande si... Non, je ne dois pas. Je fais ça pour elle. Pour moi. Pour nous.


          Des taches circulaires et humides parsèment la feuille. Quelqu'un a pleuré au-dessus de cette page, tout en écrivant. Je l'avais avertie. Je l'avais prévenue. Pas trop de biscuits, pas trop de gâteaux ou de chocolat. Pas les aliments les plus gras. Les barres énergétiques, et les quelques fruits qu'on trouve parfois sont les meilleurs. Pas de gourmandise, attention aux kilos en trop.
Elle n'écoutait jamais. Sacrée Tiffany...
Elle ne s'est même pas débattue. Elle m'a juste lancé un regard perdu, esseulé, avant de saisir un pan de manteau noir et de suivre les Autres.
Et ça m'a fait mal. Terriblement. Comme si c'était ma faute.
J'ai tout fait pour éviter ça ! Je l'ai conseillée, je l'ai aidée, je l'ai aimée.
Je l'ai abandonnée.


        Faites-les cesser... Ces cris... Quand je les entends, je me souviens... L'écriture devient incompréhensible. Manifestement, celle les ayant écrit venait de sombrer dans la folie.


        L'écriture est mince, plus serrée, moins soignée. Les signes semblent tracés à la hâte. Je vais bientôt atteindre l'âge fatidique. Je le sais, en constatant chaque matin que je mange un peu plus, que mon corps se modifie. Peu importe mes efforts, ma maigreur, ils m'auront, tout comme ils ont eu Marcus. Tout comme ils ont tué Tifanny...
Je dois faire vite. Je n'ai plus beaucoup de temps. Les lumières me cherchent, me guettent, me traquent. Je sais que, derrière la vitre noire, les Autres m'observent avec intérêt. Ils m'ont surpris écrire, je le sais. Ils ont surpris les regards de haine que je lance vers la porte. Ils voient la chair sur mes os, et ils salivent.
Jack, par un moyen ou un autre, a réussi à pêcher une boîte en fer solide, suffisamment grande pour contenir mon carnet et, mieux encore, étanche. Je vais confier mes écrits aux courants et aux égouts, en espérant que quelqu'un les trouve. J'ignore pourquoi je le fais. Peut être pour que l'on ne m'oublie pas ? Pour que subsiste une trace de mon être à l'extérieur de la cave, tandis que mon esprit se fondra dans le néant, bercé par mes cris de souffrance et d'horreur.
Il faut être forte.
J'ai si peur...
Adieu, journal. Je m'en vais retrouver Marcus et Tifanny. Et m'excuser auprès d'eux du mal que j'ai fait.


        Le journal se finit ici. En dessous de ces extraits se trouve un autre texte.
« Le démantèlement de l'affreux réseau de cannibalisme d'enfants s'est effectué vendredi dernier, par une équipe d'élite du gouvernement. Une vingtaine d'adultes environ enlevaient au hasard des enfants dans les rues, avant de les enfermer et de les engraisser. Puis, ils étaient mis à mort et découpés en morceaux, avant d'être acheminés aux quatre coins du monde sur la demande de particuliers, cela pour être consommés.
Lorsque la police a interrogé les enfants rescapés au sujet de l'auteur de ce carnet, l'un d'entre eux, nommé Jack, a répondu : « Sheila ? Elle a a été emmenée quelques jours avant notre libération. »
Le chef de la police a avoué qu'un livre de comptes avait été retrouvé dans l'abattoir, et qu'il permettrait de remonter jusqu'aux clients de cet odieux trafic. »


        Tu laisses tomber le journal de saisissement, devant l'horreur de la situation. Rapidement, toutefois, tu reprends tes esprits, et comprends qu'il te faut bouger, migrer. Tu attrapes ton manteau et te diriges d'un pas pressant vers ton véhicule. Lorsque tu tournes les clés de voiture, une seule pensée monopolise ton esprit : dans ton frigo, entre les œufs et la salade, repose un paquet de viande dont tu connais très bien la provenance....

 


11 commentaires:

  1. C'est sale aaaaaaaaaaaaaaah
    Mais super bravo!
    (Mais j'ai pas eu peur trololo)

    RépondreSupprimer
  2. Bonne pasta bien que pas effrayante ^^ et faites plus attention à ce que vous mangez la prochaine fois:p

    RépondreSupprimer
  3. c'est bien quand le héros principale n'en est pas un est n'est qu'un ****** je trouve que sa change

    RépondreSupprimer
  4. Génial j'adore ! Pour une fois qu'on s'attache aux héros d'une creepypasta

    RépondreSupprimer
  5. etonnement c'est la deuxieme pasta à me laisser un sentiment de tristesse et de malaise ...
    une superbe pasta

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. J'ai ressentis la même chose mais avec une grande haine envers les ravisseurs.

      Supprimer
  6. Je n'ai pas vraiment ressenti de peur, mais cette pasta est tellement puissante! La haine, la tristesse, le dégoût, tous ces sentiments se mélangent dans mon esprit. Bordel, quelle bonne pasta!

    RépondreSupprimer
  7. J'ai bien aimé cette pasta. Elle est pas ennuyeuse comme certaines pastas longue que j'ai lu. Et puis c'est pas gore donc c'est mieux à lire.

    RépondreSupprimer
  8. c'est vrai que j'ai des tendances cannibales... super idée de faire de nous le méchant j'adore!
    une creepypasta digne d'être classée dans les meilleures (bien que pas très effrayante mais ça reste une super histoire!)

    RépondreSupprimer
  9. C'est pas à proprement parler une creepypasta... dommage :(

    RépondreSupprimer