Disclaimer

DISCLAIMER
Les contenus proposés sur ce site sont déconseillés aux personnes sensibles et aux mineurs de moins de 12 ans.
Nous encourageons largement les pratiques répréhensibles qui y sont décrites.
Consultez la page À propos pour plus de détails.

Script générateur de phrases

vendredi 1 août 2014

Holy lil Mary

Je sais pas comment commencer ce journal de bord, alors je vais juste vous dire ce qui s'est passé. Pendant que je le peux encore.


Premier jour

Vous savez, je suis pas un saint, je veux dire, personne ne l'est, sinon il ment, mais je suis quand même l'un des pires.

Je vais souvent sur des sites que la Police traque, où vous pouvez trouver des vidéos ou des photos avec des enfants. Oui, je suis un pédophile. Vous savez, je n'ai rien fait. Jamais rien fait. Je n'ai jamais touché à un enfant. JAMAIS ! Vous n'avez rien à me reprocher.

Alors que j'étais sur l'un de mes sites habituels, j'ai téléchargé l'une des nouvelles vidéos du jour. On aime partager. Ce site est bourré de pop-up, c'est pas étonnant, mais j'avais mis Adblock pour ça. Pourtant, ce jour-là une fenêtre pop-up s'est ouverte. Et j'ai vu que c'était pour télécharger une vidéo avec une petite fille. J'ai pris ça pour une arnaque, vous savez, un attrape-couillon. Quand j'ai passé ma souris sur la fenêtre pour la fermer, la vidéo d'exemple s'est mise en route. Vous savez ce qui m'excite avec les enfants ? C'est quand ils crient. Qu'ils demandent de l'aide. Que leur voix geignarde n'acclame que nous, qu'ils crient pour nous... Et cette fillette criait, suppliait son père de la laisser partir. Et plus il la frappait, plus elle criait et pleurait.

C'était beau.

Elle m'appelait.

Je n'avais pas pensé un seul instant à l'histoire que m'avaient racontée mes confrères, pourtant j'aurais dû. Je pensais à une légende urbaine, vous savez. Qu'une fille fantôme ou quoi vienne vous hanter. C'est des légendes tout ça.

Je ne l'avais pas relevé sur le moment, mais la vidéo s'est téléchargée en même pas une seconde. Peut-être était-ce un test, peut-être qu'elle était déjà là.

J'ai mis tout de suite la vidéo en route. Je ne voyais plus que cette vidéo, je n'avais d'yeux que pour le film.

Je ne sais pas si c'était elle, mais quand je me suis essuyé la main, la vidéo mise sur pause a crépité, et je crois avoir vu du coin de l'œil qu'il y avait eu un bug/glitch.

J'ai cliqué sur la croix, mais elle s'est mise en miniature à la place. J'ai cliqué pour la fermer et c'est là que j'aurais dû comprendre.

La vidéo avait changé. Maintenant, il n'y avait plus que le père, couché sur le dos sur le lit. Mes haut-parleurs ont émis un bruit. Un souffle bizarre. J'ai compris quelques secondes plus tard que la vidéo qui était sur « pause » tournait quand même, et que la respiration étouffée dans du liquide était celle de l'homme qui agonisait dans son sang, la gorge tranchée.

Je n'ai pas cherché à comprendre, et j'ai voulu fermer la fenêtre. Encore une fois, elle s'est mise en miniature et en voulant la refermer, elle s'est rouverte, comme avant.

La fillette, qui n'en était pas une (trop grande, trop vieille) était penchée au-dessus du corps de son père qui avait le ventre ouvert, et un
horrible bruit de mastications s'est fait entendre dans mes haut-parleurs.

Cette fois la vidéo a bien voulu se fermer.

J'aurais dû comprendre dans quelle merde j'étais, j'aurais dû comprendre que c'était pas un putain de snuff movie à la con, j'aurais dû comprendre, bordel.

Pourtant, putain, j'ai cru à un mauvais snuff movie.


Deuxième jour

Je recevais ce jour-là. Vous savez, si vous n'avez pas de copine, vous éveillez les soupçons. Je n'ai pas couché avec elle. Elle est moche, elle est trop grande, elle est froide.

Elle s'épile, mais je le sais. Elle a des poils qu'elle tente de me cacher. C'est répugnant. En plus, elle se maquille, elle fait des trucs dans ses cheveux et elle a de longs ongles. Elle a une poitrine opulente que je hais. C'est envahissant, ça ballotte, c'est lourd, c'est moche. Je hais son corps d'adulte moche. Je hais son corps de femme mûre. Je préfère les petites princesses aux belles-mères ridées.

Je fais bonne figure, mais je l'aime pas. C'est difficile vous savez.

Je recevais Anna ce jour-là. J'ai eu la trouille de ma vie quand la voix de la fillette s'est mise à crier son père. J'avais effacé la vidéo putain ! Je suis certain de l'avoir effacée ! Anna a voulu voir, mais je ne pouvais pas. Je pouvais PAS ! J'ai tout de suite su d'où ça venait.

Mon ordinateur s'était allumé, tout comme les haut-parleurs, et la vidéo s'était mise en route.

Heureusement qu'Anna n'avait rien vu. Je veux pas aller en prison pour si peu !

Ça aurait pu s'arrêter là, mais pendant la nuit, la vidéo, l'ordinateur et les haut-parleurs se sont enclenchés. Ça me réveillait à chaque fois et les chiens du quartier se mettaient à hurler, je dors la fenêtre ouverte.

Plus maintenant.

J'ai cru à un bug, à un virus. Mais je ne peux pas aller chez le réparateur. Je peux pas ! Alors j'ai débranché les haut-parleurs pour la nuit. C'était étrange, mais je m'étais convaincu que c'était un virus.


Quatrième jour

C'était hier.

Je n'ai pas dormi.

Les haut-parleurs débranchés, j'entendais quand même la fillette pleurer. Parfois, même quand je réussissais à tomber dans le sommeil, son cri résonnait à côté de moi pour me réveiller.

J'ai voulu bien me réveiller en regardant ma vidéo préférée, ce matin-là.

Mon fond d'écran avait changé, c'était l'une de mes photos. Je n'ai pas besoin de vous dire quel genre de photo.

Cette photo était dans un dossier fermé, caché, verrouillé. Oui, je paniquais. Encore plus après.

Je l'ai changé, vous pensez bien.

J'ai mis ma vidéo en route. Je voulais trop me branler, pour oublier ça.

J'adore cette vidéo, même si la plupart du temps le point de vue est éloigné, parfois le cameraman s'approche pour filmer en détail.

Mon passage préféré, le point culminant de l’œuvre quand il filme tout près l'antre de la fillette se faisant quasi écarteler.


 

Mais quand il a reculé, l'horreur.

La fillette qui était en fait clairement une jeune fille se tenait à côté de l'enfant.

Elle n'avait jamais été là. Je connais assez cette vidéo pour le savoir.

Le point de vue s'est fait alors sur le visage accusateur de cette fille.

Elle me fixait.

Oui, elle me regardait moi.

MOI !

Et elle avait un regard rempli de haine et de dégoût.

J'ai voulu fermer la vidéo pour fuir ce jugement injuste, la vidéo s'est mise en plein écran et son visage prenait tout l'écran.

Et elle continuait de me regarder.

Ça a duré une éternité où je n'avais aucun moyen d'arrêter ça. Ma souris n'apparaissait plus, mon clavier ne servait à rien.

Sa respiration se faisait entendre à travers les haut-parleurs qui refusaient de descendre le son.

J'ai débranché la prise. Ça continuait !

Mes oreilles ont explosé quand de la « neige » est apparue sur la vidéo, qui s'est ensuite fermée comme si de rien n'était.

Je ne pouvais plus éteindre mon ordinateur et je ne pouvais rien faire !

J'ai cru à un virus. Mais je ne peux pas aller chez le réparateur. Je ne peux pas ! Je peux pas, sinon ils vont voir mes vidéos et mes photos et prévenir la Police ! Je peux rien faire ! Je peux pas ! Je VEUX pas ! Je veux pas aller en prison alors que j'ai rien fait de mal ! Je suis juste un voyeur ! Ça fait rien ! C'est pas mal, n'est-ce pas ? Hein ? Je ne suis pas un violeur !

J'ai passé ma tête sous l'eau pour me remettre de mes émotions. Je n'avais jamais débandé aussi vite.

Quand je suis revenu, l'ordinateur semblait normal.
Tout s'était arrêté...


Cinquième jour

Je n'ai pas dormi de la nuit.

Je l'ai passée chez Anna, je ne pouvais juste plus dormir à la maison.

C'est là que j'ai vraiment compris que j'étais dans la merde.

Elle pleurait.

La fillette.

Dans la maison d'Anna.

Bien sûr, on l'a jamais trouvée, mais elle continuait de pleurer comme une enfant. Mais cette fois, ça me faisait pas bander.

En plus Anna ne l'entendait pas, qu'elle disait. Elle disait que ça devait être un voisin. C'est pas le cas, c'est pas possible. C'est elle.

Je ne suis plus sûr de rien, je suis fatigué, j'ai des blancs, mon esprit est embrouillé.

Je suis foutu, je peux rien faire.

Je suis parti tôt ce matin-là, et Anna a insisté pour me raccompagner. Je ne suis pas bien.

J'ai ouvert la porte de ma maison et on est restés coi. La maison était sans dessus-dessous. C'était elle. Comme un enfant perturbateur laissé sans surveillance.

J'ai couru à mon ordinateur.

Il était éteint; mais sur le siège, juste en face du bureau, il y avait un objet qui n'était pas à moi.

Un sac-peluche en forme de dauphin.

Bien que certaines personnes de ma famille aient des enfants, ils ne viennent jamais ici.

Je ne saurais pas voir des enfants qui n'ont d'yeux que pour moi chez moi. J'aurais trop peur de craquer. Je veux pas aller en prison.

Alors je n'ai aucun objet ou jouet pour les enfants chez moi. Ce serait trop louche.

Ce sac-peluche n'est pas à moi. En plus, ce sont des animaux malsains, les dauphins, derrière une image doucereuse.

Anna a voulu que je porte plainte pour harcèlement. MAIS JE PEUX PAS PUTAIN ! Quelle putain DE CONNE. Je peux pas ! Sinon la Police va demander si je sais pourquoi je suis harcelé, et ils vont savoir, ils vont savoir ce que je cache et je vais être arrêté.

Je peux rien faire, je suis foutu.

Alors je l'ai envoyée chier. Elle comprend pas, elle comprend rien, quelle conne. Alors je l'ai envoyée dehors.

La maison est calme aujourd'hui. Peut-être qu'elle a piqué une crise et qu'elle me fout la paix. Peut-être qu'elle est partie.

Mais je ne suis pas tranquille, je me sens épié. J'écris ceci sur mon ordinateur parce que ça s'est calmé. Je me sens pas seul, je suis

Putain, j'ai entendu du bruit.

Il y a quelqu'un dans la maison.

Ça voyage dans la maison.

Je me convaincs que c'est Anna. Pourtant... Ça peut être qu'elle. Ce n'est pas la fille. Après tout, ce n'était que sur l'ordinateur. C'est un virus en fait.

La maison en bordel ce sont des voleurs. C'est ça.

Pourtant, je n'ose pas me lever. Je n'ose pas regarder derrière moi, vers la porte. J'ose pas aller voir si c'est bien Anna. C'est Anna. Hein ?

Putain, ça se rapproche.

J'ose pas me retourner, j'écris, ça va la stopper, ça va s'arrêter, elle va rien me faire si j'écris, hein ? Hein, elle va me laisser écrire, je vais continuer, elle fera rien, elle va pas interrompre, c'est stupide stupide stupide, je suis sûr qu'elle va s'arrêter, je suis foutu.

Je suis foutu, pourquoi ? J'ai rien fait, j'ai jamais rien fait, je fais que fantasmer, je suis innocent ! Je suis innocent             


-------------------------------------------------------------------------


[PRO JUSTITIA]


Le mardi [------------] à [------], moi, Camille R[----], agent, ai reçu un appel signalant de multiples cris d'enfants de type « Je hais papa » venant de la maison située au [-------------] ; maison appartenant à Samuel L[-----], 47 ans, sans enfant.

Sur place, l'officier en chef Dominique K[----] accompagné par [------------] à [---] heure ont constaté que la maison était dans un désordre évident. Nous avons constaté le décès par mort violente de Samuel L.

[------------------------------------------------------------------------------------------------]

Le corps était étendu devant le bureau de l'ordinateur, crâne vers la machine. La chaise était renversée. L'ordinateur était toujours allumé et a été emmené chez les spécialistes après avoir pris une photo de la scène. La dernière note laissée semble avoir été écrite juste avant la mort de la victime, mais elle est incohérente.

Le médecin légiste [-------] a pu noter de multiples coups de couteau de petite dimension ; assénés essentiellement à la gorge, au buste et aux parties génitales. [----------------------------------]. Nous ignorons pour le moment si les coups aux yeux ont été volontaires ou non.

Sa petite amie, Anna D[------], 33 ans, sans enfant ; témoigna que Samuel L. avait un comportement étrange depuis quelques jours. Anna D. expliqua que, quand elle avait laissé son petit copain le jour précédent, la maison était dans l'état actuel. La jeune femme jura qu'elle lui avait demandé de porter plainte pour harcèlement mais qu'il avait vivement refusé et repoussé la jeune femme.

L'alibi d'Anna D. pour l'heure présumée du meurtre (la nuit passée au travail), est vérifié.

[----------------------------------------------------------------------------------------------------------].

L'ordinateur renfermait [----------------] et des fichiers pédophiles ; photos et vidéos.

Notre équipe a pu déterminer que certaines étaient enregistrées depuis plusieurs années.

L'équipe a également noté un fichier vidéo, pris par la webcam de l'ordinateur à l'heure présumée de la mort. La qualité est médiocre, notre équipe y travaille actuellement.

La vidéo montrait bel et bien la mort de Samuel L.

La victime, face à l'écran, dos à la porte ouverte, ne semble pas remarquer que la webcam enregistre et se lève brusquement, faisant tomber la chaise, quand une voix d'enfant, hurlant « je hais papa », retentit ; comme noté dans l'appel reçu. Samuel L. recule, visiblement apeuré.
La vidéo bug pendant quelques secondes. Une jeune fille apparaît dans l'embrasure de la porte.

La victime semble entrer en contact avec la jeune fille et elle se jette sur lui.

La jeune fille est habillée d'une robe rouge et d'un gilet de la même couleur. Cheveux foncés, vraisemblablement bruns et ondulés.

Les deux tombent au sol et la jeune fille semble lui asséner les multiples coups constatés à l'aide d'une arme tranchante (non identifiée), hurlant, elle aussi « Je hais papa ».

La vidéo dure plusieurs minutes avant qu'elle cesse et se jette sur la webcam, main en avant pour se cacher.

[---------------------------------------------------------------------------------------------------------].

La jeune fille répond aux caractéristiques physiques de Maryèce S[-----], 17 ans, atteinte du syndrome de Peter Pan, lors de son exécution ; accusée de cannibalisme sévère et jugée dangereuse pour la société.

[---------------------------------------------------------------------------------------------------------].

Son père, Rémi S[-----], accusé de pédophilie sur sa fille jusqu'à sa mort, aurait pu être condamné s'il n'avait pas été tué dans des circonstances similaires au meurtre de Samuel L [----].


[AFFAIRE CLASSÉE SANS SUITE]



Faites-moi penser à créer un tag "pédophilie".

25 commentaires:

  1. J'aime beaucoup ! ^^ Surtout le côté héros pédophile, ça change du cliché de gamin sage des autres pastas.

    RépondreSupprimer
  2. Oui ça cjange des autres héros qui n'ont rien à se reprocher.

    RépondreSupprimer
  3. Le heros est c*n (oui se masturber sur une video qui à fait des trucs creepy la veille c'est c*n), il est vulgaire/grossier, ul n'assume pas ses "tords" ("j'ai rien fait") et surtout c'est un pédophile répugnant. On a qu'une envie: sa mort (lente et douloureuse évidemment). C'est étrange dans une pasta de vouloir la mort du heros. En plus, étant donné la faible/inexistante population pédophile lisant ce site (sinon je vous trouverez et vous tuerez >_<) le lecteur a peu de chance de s'identifier au heros. En plus (x2) la fin du "j'écris vite dans mon piti journal nintime/ordinateur comment que je suis entrain de me faire tuer par un pas gentil et qu'enfaite les gendarmes on découverts que le pas gentil c'était un fantome qui veut se vanger" c'est plus que cliché. 'fin bon le thème est sureprenant et inhabituel. (sorry pour les fautes, j'ai sommeil).

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Calme toi !
      C'est bon déjà le coup du cliché, fais mieux et on en reparle...
      Et srx c'est une fiction...
      Le pédophile don il est question a bon fond car il fais en sorte de rien faire a un enfant...

      Supprimer
    2. Je répond tres tard car je viens de me rendre compte qu'on m'a repondu. Dejà mon commentaire ne me semble pas aggressif, à part contre le heros mais comme tu la dit c'est une fiction (et de toute façon il est mort). Le principe du "fait mieux puisque ca te plait pas" est stupide: aime-tu tout les plats qui existent? (non) donc d'apres ton raisonnement cela voudrait dire que tu sait cuisiner. En ce qui conserne le fait "qu'il est bon fond" excuse-moi mais s'il n'y avait pas de publique de voyeur pédophile il n'y aurait pas des millier de snuff movies atroces avec des enfants. Désolé pour ce ramassi de fautes aggrémenté de hors-sujet.

      Supprimer
  4. Je ne sais pas trop quoi penser. D'un côté, cette pasta arrive à me mettre mal à l'aise, mais avec du recul, ce n'est pas elle qui me dégoutte, c'est la victime/protagoniste de cette dernière ! A la fin, j'était en train de me dire "Ah ben il est mort, c'est bien fait pour sa tronche !" et j'était plutôt rassuré qu'un mec aussi répugnant disparaisse.
    D'où une question que je me pose: quelqu'un à t'il réussi à s'identifier au personnage ?
    On pourra crier lorsque des protagonistes de pastas sont immaculé de tous vices, mais en réalité, je pense que c'est pour faciliter l'identification car ces vices ne sont pas cités dans ces écrits mais ce n'est pas parce que l'on ne nous dit pas que Machin aime dessiner des cadavres ou que Trucmuche aime écouter du Claude-François à l'envers que l'on ne peut pas l'envisager, combler avec notre imagination les détails non révélés.
    Ici, la vie du personnage, en tous cas c'est comme cela que je l'ai calculé, semble entièrement tourné vers ses penchants sexuels plus que contestables. Il ne parle pratiquement que de ça , ce qui à mon gout décrédibilise complètement le personnage.
    Après, avis purement personnel, vous n'êtes absolument pas obligez de le partager .

    RépondreSupprimer
  5. Ce commentaire a été supprimé par l'auteur.

    RépondreSupprimer
  6. A oui : Petite incohérence aussi : Dès le premier jour il dit :
    "J'aurais dû comprendre dans quelle merde j'étais, j'aurais dû comprendre que c'était pas un putain de snuff movie à la con, j'aurais dû comprendre, bordel."
    Ce qui est illogique: Comment après le premier visionnage peut-il faire référence à la merde dans laquelle il va être quelque jour plus tard ? Comme si prédisait son funeste destin ou comme si il rédigeait l'intégralité son journal le dernier jour (chose improbable à mon sens car la manière d'écriture change avec le temps et la paranoïa du personnage, donc le texte est écrit sur plusieurs jours et non pas d'affilé.).
    De plus, pourquoi un mec qui supprime tous ses dossiers compromettants liés à sa pédophilie, qui fait tous pour ne pas être découvert, décide un jour de relater dans un journal les détails de son côté sombre prenant ainsi le risque d'être découvert ?
    Ce n'est pas logique ou sinon c'est que j'ai loupé quelque chose...

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Très bien observé tout ça, je te rejoins sur tous les points que tu as abordés :)

      Supprimer
  7. J'adore l'esprit un peu malsain et pervert de cette creepy ^w^

    RépondreSupprimer
  8. Il mérite sa mort mais en même temps c'est assez immoral de vouloir la mort de quequ'un ...
    Mais ça change des héros de creepy sois les plus sage du monde soit de véritable monstre sans âme ...
    Mais là le but n'est pas de pouvoir se voir en héros , car je suis OAS sûr qu'il y a beaucoup de Pedro sur CFTC ... mais les morts de creepypasta sont souvent horrible ...

    REAS

    RépondreSupprimer
  9. Je ne comprends pas vraiment pourquoi les gens s'indignent que c'est de la pédophilie. Je veux dire, du moment que le protagoniste ne passe pas à l'acte, je ne peux pas que c'est si grave. "Ils" (Par "ils", j'entends "ceux qui sont pas contents de la pédophilie blablabla") ont aussi des fétichismes ou autres. La plupart des gens regardent des pornos dont je ne citerais pas les genres car je sais qu'il y a beaucoup de jeunes enfants ici, et pourtant, ils s'en indignent pas, et certains sont quand même pire.

    J'ai l'impression que pour vous tout l'esprit de la creepy est parti juste pour ce détail.

    J'ai choisi d'être anonyme et de ne pas signer pour ne pas avoir de problèmes ou autres. Sachez néanmoins que je ne suis ni pédophile, ni foncièrement perverse / adepte des fétichismes / ou autres, pas plus que le reste des gens ici ou ailleurs.
    J'ai du mal à mettre des mots sur ce que je pense, surtout dans ce genre de contexte, alors j'espère que vous comprendrez ce que je dis.

    Cordialement,
    J'ai la flemme de signer et d'écrire mon pseudo.

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Oui, mais en regardant des vidéos d'enfants violés/torturés il encourage ceux qui font ces vidéos, et à donc un part de responsabilité.

      Et je ne crois pas que les fétichistes aiment être comparé à des pédophile, ayant moi même des tendances SM (bonjour, je raconte ma vie sexuelle sur un site de creepypasta) et ayant déjà était traité de perverse et mise au même rang qu'un pédophile (alors que indice : les gens sont majeurs et consentants) je n'ai pas trop appréciés.

      Supprimer
    2. (Je précise que je suis la même anonyme que le post du 5 Août)

      Je n'y avais pas pensé en effet, ce n'est pas totalement faux.

      Je ne les comparais pas à des pédophiles (La pédophilie est plus grave, c'est un acte puni par la loi quand même), je me blâme moi même de ne pas l'avoir dit plus explicitement (Je me blâme également de pas m'être relue plus tôt, * je ne pense pas que c'est si grave *), pardonne moi si tu l'as cru. Ce que je voulais dire, c'est que eux aussi ont leurs défauts et viennent crier que la creepypasta est mal parce que y a un brin de pédophilie. Et c'est compréhensible que tu n'ai pas apprécié, à ta place, je l'aurais plutôt mal pris aussi.

      Supprimer
  10. J'ai lu le début de la pastas et je trouvais l'écriture et la situation assez bizarre mais j'ai quand même continué. Je me suis arreter au milieu parce que je trouvais que c'était derangant, un petit peu vulgaire et surtout ennuyant. Je suis desolé pour l'auteur de la pasta qui a du faire des efforts pour écrire, mais pour ma part j'ai pas aimé. Je prefere des pastas sans vulgarité, et moins derangeante. Donc oui, j'ai pas lu la fin mais je trouvais l'histoire pas assez creepy

    RépondreSupprimer
  11. J'ai honnêtement adoré cette pasta. Beaucoup n'ont pas aimé car c'est ''dérangeant, trash et malsain.'', mais il me semble qu'une creepypasta, c'est dérangeant, trash et malsain, non?

    J'ai beaucoup aimé l'aspect sombre de cette pasta, il n'y a pas ÉNORMÉMENT de gore et de pédophilie intense, juste un petit passage qui mentionne une petite fille qui se fait défoncer (pardonnez moi l'expression pour les plus sensibles, sorry not sorry), et je trouve que c'était assez pour me donner la chair de poule.

    Autre point positif, j'ai eu l'impression que c'est l'arroseur arrosé, même si le héros de l'histoire l'a pas commis de gestes illégaux.

    Seul petit mini rikiki point négatif: la fin. J'ai un peu moins aimé la fin, malgré qu'elle était bonne quand même. J'aurais aimé un peu plus de trucs tordus, mais j'ai été plutôt gâtée en termes de peur et de dégoût.

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Regarder du pr0n pédophile est un geste illégal ;)

      Supprimer
    2. Tout à fait d'accord.
      C'est trash, c'est pas commun, c'est malsain.
      J'ai adhéré, et surtout le dérangement mental du mec (notamment les nombreuses répétitions, quand il flippe ou qu'il dégage sa copine) que je trouve correctement exploité.
      Après... chacun ses goûts, n'est-ce pas ?
      Peace~

      Supprimer
  12. très bonne pasta j'ai même été heureuse que cet ordure crève qu'il passe à l'acte ou pas un pédophile reste pour moi une ordure qui ne mérite pas de vivre...

    RépondreSupprimer
  13. "La jeune fille répond aux caractéristiques physiques de Maryèce S[-----], 17 ans, atteinte du syndrome de Peter Pan, lors de son exécution ; accusée de cannibalisme sévère et jugée dangereuse pour la société. "

    Si j'ai bien compris, elle est morte?

    RépondreSupprimer
  14. d'habitude j'ai tendance à plaindre les héros de creepypasta mais là... C'est quand même bien fait pour sa gueule à ce sale con

    RépondreSupprimer