Disclaimer

DISCLAIMER
Les contenus proposés sur ce site sont déconseillés aux personnes sensibles et aux mineurs de moins de 12 ans.
Nous encourageons largement les pratiques répréhensibles qui y sont décrites.
Consultez la page À propos pour plus de détails.

Script générateur de phrases

samedi 6 février 2016

Le kaléidoscope

Pendant notre lune de miel dans le Maine, ma femme et moi nous étions arrêtés dans cette ville pittoresque qu'est Boothbay, par une journée particulièrement pluvieuse et triste.

Puisqu'il était hors de question de maintenir notre pique-nique, nous avons cherché abri dans un petit magasin d'antiquités délabré près du port.
Pendant que ma femme inspectait les grands coffres et les tables basses près de la porte, j’examinais les outils anciens et les
instruments de navigation, dans une vitrine à l'arrière du magasin. Étant un collectionneur d'objets en rapport avec la marine, j'espérais trouver un sextant ou une longue-vue.
Une pièce particulièrement intéressante a attiré mon attention. Ça ressemblait à une lampe de poche, très lourde, en laiton, portant une patine brune usée mais de conception remarquablement moderne.



J'ai interpellé le vendeur, mais la seule chose qu'il savait était que cet objet avait été trouvé dans le même vieux coffre de marin que plusieurs des boussoles et sextants présents sur le comptoir. Il m'a demandé si je voudrais l'acheter pour cinq dollars, ou peut-être même l'avoir gratuitement.

— "Ça ne me sert à rien. Personne n'en veut".

Alors que je manifestais mon étonnement sur le prix, il a soupiré bruyamment, avant de prendre l'objet sur l'étagère et de me le tendre.

"Tenez, voyez par vous-même".

La conception était admirable : du solide, probablement fait main, peut-être quelque part en Europe. Le lettrage indiquait que l'objet était d'origine allemande, ou peut-être autrichienne. J'ai tourné le boitier de l'ampoule et un bref rai de lumière rouge en a jailli. Le dirigeant vers un coin sombre de la boutique, j'ai été accueilli par de fantastiques tourbillons monotones, se déplaçant et s'entrelaçant les uns les autres comme des anguilles. Tandis que je regardais dans cet étrange projecteur-kaléidoscope, mon imagination débordante inventait des visages macabres et des vrilles noueuses.


Éteignant l'appareil, je me suis tourné vers le vendeur avec enthousiasme :

— "Fantastique ! Il doit y avoir une sorte de filtre d'huile devant la lentille. J’ai deux kaléidoscopes victoriens, mais aucun n'est éclairé de la sorte."

— "Vous ne remarquez rien, hein ? Personne ne le remarque. Tout le monde finit par me rapporter l'objet."

Le vendeur s'est penché sur le comptoir, et je pouvais voir qu'il était en sueur et respirait bruyamment.

"Tout le monde pense que c'est une sorte d'illusion... jusqu’à ce qu'ils commencent à voir la même chose une fois la lumière éteinte.

Ce n'est pas une projection, monsieur. Cette chose maudite, cette lumière, elle ne crée pas ces créatures...





... Elle ne fait que permettre à vos yeux de voir ce qui est déjà là."



  


 Traduction : Kamus

Creepypasta originale ici

jeudi 4 février 2016

Un léger malentendu

Note d'introduction

Ce que vous êtes sur le point de lire est réellement arrivé lors d'un stage au cours de l'automne 2014. Dans le but de protéger leur vie privée, je ne ne mentionne pas les noms de mes amis, le nom de la société qui m'employait à cette époque, ou le nom de mon université. Mais après avoir lu mon compte-rendu, si vous vous sentez sceptique ou que vous avez des questions à propos de mon expérience, n'hésitez pas à m'envoyer un mail à 2453396381@qq.com. Je sais que l'adresse ressemble à celles qui spamment de publicités, mais QQ est en fait un réseau social extrêmement populaire en Chine continentale, vu que Facebook, Twitter, et tout les réseaux occidentaux sont bloqués par le gouvernement chinois. La raison pour le nom d'utilisateur suspect est que votre numéro QQ est généré aléatoirement et vous est assigné lorsque vous créez un compte (ce qui est bien, c'est que votre identité est littéralement réduite à un nombre jusqu'à ce que vous fournissiez des détails personnels sur votre compte)


En automne 2014, j'ai obtenu un boulot en tant que superviseur de 13 professeurs d'anglais bénévoles. J'allais travailler dans une ville chinoise appelée Weihai [prononcé "Way High"] située dans la province du Shandong [shawn doe-ng]. La société qui m'a embauché envoie des professeurs d'anglais au Mexique, en Inde, en Chine, en Russie et en Ukraine chaque semestre. J'étais super excité par cette opportunité parce que non seulement j'allais avoir la chance de vivre de nouveau en Chine (j'étais initialement l'un des bénévoles pour ce même programme plusieurs années auparavant), mais en plus mon université était prête à me valider un semestre de langue chinoise en considérant cette opportunité comme un stage académique. J'allais avoir une bonne expérience du travail, vivre dans un pays que je considère comme ma seconde maison et valider un semestre universitaire, c'était l’automne rêvé !
 


À Weihai, les bénévoles et moi vivions et travaillions dans une prestigieuse école privée internationale. Ils nous ont vraiment bien traités. Un des plus gros avantages était que, en plus d'avoir les même congés que la faculté de l'école qui tombent pendant les vacances nationales de la Chine, nous avons aussi eu une semaine ou deux de vacances supplémentaires. C'est pendant ces vacances que j'ai vécu une des expériences les plus perturbantes de ma vie.


Deux de mes amis du groupe, je vais les appeler Sara et David, ont décidé qu'ils voulaient se rendre dans le sud de la province de Guangdong [gwahng doe-ng] pour le festival des Bateaux-Dragons. J'ai suggéré qu'on visite Yangshuo [yahng sh-whoa] , une ville peu connue et entourée de tous côtés par les magnifiques montagnes de la région. J'y étais allé une autre année et je n'allais pas laisser passer une occasion de la visiter encore. Cherchez sur google image des paysages de Yangshuo et vous comprendrez pourquoi je suis si fou de cet endroit.


Yangshuo n'est pas une grande ville, mais tout de même, si vous prévoyez de tout voir pendant que vous y êtes, vous avez besoin d'un moyen de transport, puisque la plupart des choses à faire sont dans la campagne alentour. Le problème, c'est qu'on avait choisi une période de l'année super animée pour visiter un endroit si touristique. Tout le trafic de la région pendant les 6 jours que nous avons passé sur la route était littéralement une ligne
continue d'embouteillages, alors prendre un taxi ou embaucher un pousse-pousse n'était pas une option. Nous avons bien réfléchi, et nous avons loué des vélos qui nous ont donné la liberté d'aller partout où nous voulions. C'était encore mieux que de compter sur les taxis, car nous étions en mesure de nous rendre dans des lieux inaccessibles en voiture.


Je me suis souvenu de grottes de boue assez profondes que j'avais visitées la dernière fois. C'était à environ une heure de la ville en vélo, donc un gros détour par rapport au chemin prévu, mais leur nature isolée était une des raisons qui en faisait une destination si attrayante. Surtout pendant des vacances si agitées, c'était bien pour faire une pause de tous ces touristes. J'ai convaincu Sara et David de faire le voyage jusqu'aux grottes de boue, en leur expliquant qu'on avait déjà fait tout ce qu'il y avait à faire aux alentours de la ville. Ils ont accepté à contre-coeur, et le matin du 5ème jour, nous avons pris nos vélos et nous sommes partis.


Nous avons roulé pendant une heure. Une heure et demie. Deux heures. La deuxième heure passée, j'ai réalisé que j'avais dû nous perdre. Certes, il s'était écoulé un certain temps depuis que j'étais venu, donc je pense que c'était compréhensible si je ne me rappelais pas parfaitement de l'itinéraire. Mais quand même, je me sentais stupide et coupable. J'avais tant parlé de ces grottes de boue à mes amis et nous n'allions sûrement même pas les atteindre. En plus de ça, nous étions  visiblement dans un coin de campagne complètement perdu. Je parlais la langue, alors retrouver notre chemin pour revenir en ville ne serait pas un problème. À condition que nous trouvions quelqu'un : il semblait que nous étions en plein milieu d'un endroit désert. Je craignais d'avoir gaspillé par inadvertance un de nos derniers jours de vacances.


J'ai expliqué la situation à mes amis qui ont poussé un gémissement. Ils m'en voulaient clairement, mais ils ne m'ont pas blâmé pour avoir ruiné leurs vacances. Ce qui m'a fait me sentir encore plus mal pour mon fiasco. C'était une expérience unique dans une vie, et je savais que perdre une journée de congé n'était pas rien pour eux.


Nous avons arrêté nos vélos et avons commencé à discuter de ce que nous devions faire. Devions-nous continuer de suivre la route qu'on suivait pour peut-être trouver quelqu'un d'autre le long du chemin, devions-nous essayer de faire marche arrière pour tomber sur quelqu'un plus près de la route principale ? Devions-nous juste abandonner notre plan de départ et essayer de trouver quelque chose d'autre à faire dans la région?


Alors que nous en décidions, j'ai remarqué quelques bâtiments, assez vieux en apparence, cachés dans une vallée, dissimulés par l'épaisse végétation accrochée aux pentes raides des montagnes. J'étais soulagé : il devait y avoir des gens à l'intérieur ou près de ces immeubles, et ça ne pouvait pas être à plus de 15 minutes en vélo ! Et blague à part, en Chine, les souvenirs les plus mémorables viennent souvent des situations imprévues. Notre malchance pourrait s'avérer être une bonne chose après tout.


Il était évident que nous étions dans une enclave abandonnée depuis un certain temps. Les bâtiments avaient manifestement fait partie d'une vieille commune de l'ère Maoïste, quand le communisme était en plein essor et que tout le monde était obligé de vivre dans des terrains communaux. Après la mort de  Mao et de Deng Xiaoping [Dung Shyow Ping] a commencé une réforme économique pour chasser le communisme de la Chine. Les gens ont déserté ces communes pour faire leurs vies en ville et poursuivre l'idéal capitaliste. Ce que nous avions trouvé était en fait un témoin d'une période super intéressante de l'histoire de la Chine. 



Nous avons décidé de visiter, d'en faire le tour, prendre quelques photos, etc. L'ensemble du terrain était occupé par un énorme siheyuan [sih huh yuwhen]. En gros, c'est une grande maison entourée de murs qui forment une vaste cour, et qui possède  généralement de petites structures annexes (encore une fois, vous pouvez chercher sur Google pour vous faire une  meilleure idée de ce à quoi ça ressemble). Dans ce cas cependant, ce n'était pas juste une seule famille, c'était toute une propriété collective fortifiée. Les murs eux-même constituaient les quartiers d'habitation et la zone centrale contenait un champ envahi par les hautes herbes où ils devaient garder le bétail. Il semblait que des animaux avaient élu domicile ici depuis que les gens étaient partis ; des chèvres et des vaches broutaient les longues herbes et des poulets gloussaient à leurs pieds. Dispersés autour du périmètre du champ, il y avait quelques bâtiments délabrés, qui je suppose avaient été la salle à manger et des unités de production textile ou alimentaire, en fonction de la spécialisation de l'endroit.


Nous avons inspecté la zone d'habitation et il est aussitôt devenu clair que cet endroit était abandonné depuis plusieurs décennies. Les pièces étaient presque complètement vides, il n'y avait que des meubles et quelques assortiments de biens dépareillés - woks, baguettes, portraits de Mao laissés là, créant une sorte d'atmosphère lugubre au milieu des murs effrités et fissurés.


Nous avons pris quelques photos, enregistré quelques vidéos, et plus généralement capturé l'instant. Nous nous apprêtions à partir, quand j'ai entendu une voix venant de l'autre bout de la propriété. Quelqu'un vivait-il encore ici ? C'était possible. Nous avions bien vu des animaux dans la zone centrale, après tout. J'avais supposé qu'ils étaient sauvages, mais il aurait été logique que quelqu'un soit encore en train de les élever. En fait, c'était même sûrement plus logique car il n'était pas très plausible que des animaux errants aient trouvé leur chemin à l'intérieur d'un endroit fermé comme celui-ci.


Nous nous sommes approchés de l'appartement d'où venait la voix. La porte d'entrée était légèrement entrouverte et une riche odeur d'encens flottait dans l'air. La voix continuait à bourdonner, presque comme un chant.


David a pris la parole. «Tu penses que ce gars-là connaît le chemin pour retourner à Yangshuo? Tu devrais lui demander.»


Je pensais que la personne à l'intérieur était peut-être en train de pratiquer une sorte de cérémonie religieuse, alors j'étais réticent à l'idée de l'interrompre, ce que je lui ai fait savoir.


"On ne sait pas combien de temps il va passer là-dedans. Tu veux sérieusement juste attendre devant la porte pendant des heures, à végéter ? Contente-toi de frapper à la porte, et si il trouvent que ce qu'il fait est tellement important, alors il nous demandera d'attendre et nous indiquera où aller quand il aura fini."


J'étais un peu agacé par David parce qu'il avait tendance à utiliser notre popularité en tant que personnes de couleur blanche pour obtenir un traitement de faveur de la part des chinois. De mon côté, je préférais essayer de me mêler à cette culture du mieux que je pouvais, et j'avais un profond respect pour les coutumes locales, spécialement les coutumes religieuses. Mais il marquait aussi un point - les chinois sont naturellement accueillants et désireux d'aider les autres. Si cette personne était un fidèle Bouddhiste ou Taoïste, alors sa volonté de nous aider serait encore plus grande, et il laisserait probablement tomber ce qu'il était en train de faire à la seconde où il nous verrait.


J'ai donc frappé doucement à la porte. Il n'y a pas eu de réponse. J'ai toqué un peu plus fort, et la personne a continué de murmurer pour elle-même. J'ai légèrement ouvert la porte, et parlé pour l'alerter de notre présence.


“Wei? (Way?) Ni hao! (Knee how!)” Le chant s'est arrêté un moment, presque imperceptiblement mais a ensuite repris comme si rien ne s'était passé. J'ai ouvert complètement la porte et j'ai vu une personne assez âgée, un homme bossu qui errait là, secouant un outil en bois tout en boitillait autour de la pièce, marmonnant son incantation.


Cet homme avait certainement connu l'époque communiste. Sa position voûtée, sa face ridée ainsi que sa peau calleuse révélaient des années de dur labeur. Il faisait pratiquement le double de ma taille et n'avait que quelques fins cheveux blancs sur le sommet de sa tête. Ses vêtements étaient typiquement ceux  portés pendant le communisme ; pantalon gris foncé, avec une chemise boutonnée assortie qui montait jusqu'à sa pomme d'Adam et une casquette à la forme carrée. Il devait prendre grand soin de ses vêtements car ils étaient dans un étonnamment bon état, étant donné qu'ils dataient environ de 1950. Ce n'est pas comme si tout le monde pouvait trouver une réplique de vêtements d'une ère spécifique, surtout 60 ans après les faits.


 Ce qui était encore plus surprenant que son apparence physique cependant, c'était l'état de son appartement. Vu à quel point les autres pièces de la propriété étaient vides, j'étais choqué de voir comment celle-ci était décorée. C'était comme si il avait récupéré tout ce que ses voisins n’avaient pas emporté avec eux quand ils étaient partis. Pas un mur n'était accessible car les tables avaient été poussées contre eux, occupant tout le périmètre de la pièce. Le dessus des tables était entièrement couvert par des bougies, de petites statues de Bouddha dans diverses poses, des fleurs fanées, des bracelets et des colliers de perles, des chaussures d'enfants, des calligraphies faites avec soin sur du papier de riz, et ce qui ressemblait à des effets personnels de proches qui étaient soit morts, soit l'avaient abandonné. Il y avait tout un tas d'autres objets que je ne pouvais même pas identifier.


Je me suis approché de lui et lui ai parlé, lui demandant s'il connaissait la région et était en mesure de nous aider à retrouver le chemin vers la ville. En réponse, il a seulement murmuré une phrase courte.


“Wo shao si ge ren [whoa sh-ow sih guh run].”


Wo Shao si ge ren? "Il me manque 4 personnes ?" Cet homme attendait-il de la visite?


"Excusez-moi?" ai-je demandé en mandarin.


"Wo Shao si ge ren !" a-t-il répété, immédiatement. Il m'a lancé un regard, puis ses yeux se sont dirigés précipitamment vers Sara et David. Il nous fixait tous les trois, répétant cette phrase encore et encore. 

Je me suis senti mal pour lui. Ce pauvre homme devait être sénile. Peut-être que ses amis ou sa famille étaient partis de la commune en lui promettant de revenir et qu'il attendait toujours leur retour. Ou peut-être qu'il était juste vraiment malade et qu'il croyait sincèrement qu'il se préparait à recevoir 4 invités qui n'étaient pas encore arrivés. J'ai réessayé de communiquer avec lui à quelques reprises, mais il continuait juste de murmurer cette phrase énigmatique, en secouant l'objet en bois dans sa main.


J'ai regardé d'un peu plus près et j'ai réalisé que j'avais déjà vu l'objet qu'il tenait. C'était un instrument religieux utilisé pour vénérer les statues de Bouddha. De la même façon que les chrétiens croient que ceux qui participent à l'Eucharistie sont purifiés de leurs péchés, les Bouddhistes utilisent des outils comme celui de cet homme pour asperger les statues de Bouddha avec de l'eau, symbolisant qu'ils se purifient. Ils ont la forme de maracas espagnols et sont parsemés de petits trous qui permettent à une certaine quantité d'eau de s'échapper à chaque secousse. Parfois, les gens font infuser l'eau avec de la lavande ou d'autres herbes pour répandre une odeur agréable. Je ne sais pas ce que cet homme avait mélangé avec l'eau, mais ça dégageait une odeur vraiment immonde.


J'ai ignoré la scène et me suis tourné vers Sara et David.


"Qu'est-ce qu'il dit ?" a demandé Sara.


"Il répète en boucle 'il me manque 4 personnes' ", ai-je répondu.


"Qu'est-ce que ça veut dire?"


"Honnêtement, je n'en ai aucune idée. Mais j'ai l'impression qu'il ne va pas pouvoir nous aider. On devrait peut-être juste essayer de retourner par nous-mêmes vers la route principale, en espérant qu'on croisera quelqu'un qui sera plus apte à nous indiquer le chemin ?"


"Qu'est-ce qu'il fout !?" a hurlé David. Sara et moi nous sommes tournés pour lui faire face.


"Ce vieux vient juste de m'éclabousser !" a-t-il dit d'un ton plaintif, en montrant une tache humide sur sa chemise. J'ai levé les yeux au ciel.


« Laisse-le tranquille" ai-je dit, "Tu vois bien qu'il ne sait pas ce qu'il fait. "Comme pour confirmer mes propos, le vieil homme continuait de marcher dans la pièce en  traînant des pieds, aspergeant d'eau les statues de Bouddha et les autres objets posés sur les tables, tout en murmurant "wo shao si ge ren, wo shao si ge ren".


"Je suis d'accord pour qu'on s'en aille, mais tu devrais au moins lui demander si il a de l'eau. Ma bouteille est complètement vide", a dit Sara. C'était une bonne idée de refaire le plein avant de partir. Il fait affreusement chaud et humide toute l'année à Yangshuo, de sorte que même si nous étions déjà à la fin du mois d'Octobre, j'avais l'impression d'être en plein mois de juillet en Floride. Nous étions tellement en sueur que nous pouvions nous déshydrater rien qu'en nous tenant debout, même sans pédaler sur nos vélos.


"Ouais, c'est une bonne idée" ai-je répondu. J'étais sur le point de me tourner vers l'homme pour une dernière tentative, avec l'espoir de trouver quelque part où nous pourrions nous procurer de l'eau.



Il a secoué violemment l'objet en forme de maracas, répandant de l'eau sur mes chaussures et le sol autour de mes pieds. Il y a même eu quelques gouttes sur mon short.



“Wo shao si ge ren…” a-t-il murmuré encore, mais cette fois, j'ai senti un frisson me traverser le corps. Quelque chose ne tournait pas rond. Je n'arrivais pas à mettre le doigt dessus, mais quelque chose clochait.


“Wo shao si ge ren…”



J'ai fait un pas vers l'homme et j'ai senti mon pied glisser légèrement en touchant le sol. J'ai regardé par terre et j'ai vu la couche anormale de poussière qui s'était accumulée sur le sol. Comment pouvait-il y avoir autant de poussière sur le plancher si quelqu'un vivait ici ?


“Wo shao si ge ren…”


J'étais de plus en plus mal à l'aise et je ressentais le besoin urgent de partir, mais je ne parvenais pas à comprendre pourquoi. J'ai lancé un regard à Sara, voulant parler, quand je me suis aperçu de quelque chose que je n'avais pas remarqué auparavant. Peut-être que ça m'avait échappé à cause du désordre, mais cette pièce était dans un état nettement bien pire que les autres. Les murs avaient des taches noires, le bois du cadre de la fenêtre était noirci et cassé, clairement plus fragile que ceux des autres appartements. On aurait presque dit que cet appartement-là spécifiquement avait survécu à toutes une série d'accidents mais tenait encore miraculeusement debout. Alors pourquoi était-ce la seule pièce encore occupée ?


“Wo shao si ge ren…”


Le vieux fou a secoué à nouveau l'objet, et cette fois j'ai reçu un léger filet d'eau sur le visage. La forte odeur a agressé mes narines. Ce n'était pas une odeur d'eau parfumée. C'était trop fort, trop abrasif. C'était presque comme si c'était... une odeur toxique. Ça m'a donné envie de tousser, de faire partir cette odeur de mon nez et de ma gorge.


“Wo shao si ge ren…”


Un frisson glacé m'a parcouru quand j'ai soudainement eu une prise de conscience.


"Les gars, on doit se tirer, tout de suite." ai-je dit. Je n'ai pas attendu que Sara ou David répondent, je me suis dirigé vers la porte et j'ai couru sans  m'arrêter jusqu'à ce que j'atteigne mon vélo.


"Hé! Qu'est-ce qui se passe?" m'a crié David depuis le milieu de la cour.


"Pourquoi tu nous as abandonnés ?" a demandé Sara. Ils m'ont tous les deux rejoint et sont montés sur leurs vélos, un peu à bout de souffle. Je ne leur ai pas répondu. Nous avons roulé
en silence sur le sentier qui s'est présenté à nous. 


Après seulement une demi-heure à pédaler, nous sommes tombés sur des randonneurs, deux suédois. Ils parlaient l'anglais impeccablement, ce qui était une bonne chose car je n'étais pas d'humeur à faire la conversation, et Sara était contente de s'occuper de  nous trouver le chemin pour rentrer à l'hôtel. Ce n'est que plus tard le soir quand nous y étions enfin que Sara a insisté pour que je leur dise ce qui m'avait fait paniquer à ce point.


"Qu'est-ce qui s'est passé ? C'est depuis que nous sommes allés dans la maison de ce vieux gars flippant que tu as commencé à agir vraiment bizarrement."


Je ne voulais pas leur dire car j’espérais que si je gardais ça pour moi, alors peut-être que ce que ce qui s'était passé serait en quelque sorte moins réel. Peut-être que si je ne le disais pas à voix haute, alors je pourrais croire que ce n'était pas vraiment arrivé. Mais je l'ai dit. Garder le silence sur cette histoire ne changerait rien.


J'ai soupiré.


"Vous savez ce que le gars n'arrêtait pas de répéter?"


"Oui, tu nous as dit que ça signifiait. 'Il me manque 4 personnes'. Ça ne peut pas être ce qui t’embête, quand même..."


"Ce n'est pas ça qu'il disait. J'ai mal entendu."



Vous voyez, le truc avec la langue chinoise c'est que l'intonation fait toute la différence. Par exemple, si vous entendez ge ge (guh guh) ça peut vouloir dire "frère aîné" ou "chacun" en fonction du ton utilisé. Ce que je pensais être " Il me manque 4 personnes" n'était en fait pas ça du tout. C'est quand j'ai réalisé avec quoi il m'avait aspergé que j'ai compris que javais mal entendu l'intonation.


Ce n'était pas de l'eau qu'il aspergeait dans son appartement. C'était de l'essence. Et il ne disait pas "Il me manque 4 personnes". 


Ce qu'il disait vraiment, c'était : "J'ai brûlé tout le monde". 






Note

La romanisation des phrases et leurs traductions chinoises sont listées ci-dessous.

Il me manque 4 personnes :
wǒ shǎo sì ge rén
我少四个人

J'ai brûlé (littéralement dans le sens de tuer) tout le monde :
wǒ shāo sǐ gè rén
我烧死各人






Traduction : Antinotice

Creepypasta originale ici

dimanche 31 janvier 2016

Le garçon qui aimait lire

Il était une fois un garçon qui adorait lire. Il lisait tout ce qui lui tombait sous la main, et aimait par dessus tout se rendre à sa librairie préférée.

Mais un jour, le garçon réalisa qu'il avait déjà lu tous les livres que cette librairie proposait. Il alla donc trouver le libraire, et lui demanda s'il avait quelque chose en stock qu'il n'avait jamais lu. Le libraire lui dit que oui, effectivement, il avait quelque chose qui pourrait l'intéresser, et sortit un livre appelé "Mort". Il accepta de lui vendre le livre au prix d'ami de 50$, lui disant qu'il s'agissait d'une version rare de ce livre, publiée à peu d'exemplaires.

Cependant, il lui laissa un avertissement : celui de ne jamais lire la première page. En effet, il lui indiqua que celle-ci était réputée pour être maudite, et un sort funeste attendrait celui qui la lirait.
Aussi, le garçon retourna chez lui et lut le livre, et il était satisfait. Celui-ci racontait l’expérience de personnes en contact avec la mort, et tout ce qui tourne autour : la vie après, qu'est-ce qu'on ressent au moment de mourir...
Par contre, il se demandait toujours ce qu'il pouvait bien y avoir en première page. Cette question lui hantait l'esprit. Un jour, la tentation fut trop forte pour le garçon, et il feuilleta le livre jusqu'à la première page. C'est alors qu'il laissa tomber le livre, horrifié.




Il était marqué en lettres capitales : "PRIX CONSEILLÉ : 7$99".







 Traduction : Kamus

Texte original ici

vendredi 29 janvier 2016

Travers de porc

Bonsoir,

J’ai décidé de raconter une histoire qui m’est arrivé il y a quelques années et à laquelle je repense encore aujourd’hui quelques fois. J’étais étudiant en kiné et vu le prix des études et mon incapacité à travailler en même temps, j’habitais toujours chez ma mère.

Je me souviens très bien que c’était un jeudi car le lendemain, j’allais avoir cours d’anatomie comparée et c’est pour ça que j’ai accompagné ma mère à la boucherie. Elle a pris des travers de porc qu’elle comptait cuisiner le lendemain soir (le seul soir où on mangeait en famille). Je lui avais piqué une vertèbre. Je me souviens avoir passé une bonne partie de la nuit à bouillir mes os, les mettre dans un bol d’eau de Javel, les limer, bref, plein de petites astuces trouvées sur le net pour les blanchir au mieux.

Le cours d’anatomie comparée est un de mes préférés. On nous donne un os d'un animal et d'un humain pour les comparer et conclure sur l’évolution animale. Et ce soir là j'étais fier, j'amenais pour la première fois ma propre vertèbre en cours.


Pour comprendre ma réaction je dois préciser quelque chose qui peut paraître étrange lorsqu'on ne fait pas d'études avec de l'anatomie : le rapport au corps chez nous n'est pas le même. C'est quelque chose de tout à fait normal de faire cours avec un vrai squelette humain, nous avons des caisses entières d'os dans les amphis et un laboratoire d'anatomie avec de vrais cerveaux et coeurs plastifiés. Pour nous l'homme est une machine que l'on doit étudier comme les garagistes démontent des voitures pour comprendre leurs mécanismes.



On m’a donc donné une de ces vertèbres humaines pour que je puisse faire mon TP en écrivant les différences que je pouvais observer avec la mienne.
Je vous passerai tous les détails techniques mais j’ai comparé, mesuré, observé et noté tout ce que je pouvais voir comme différence entre ces deux vertèbres pendant une bonne partie du cours.


Au bout d'une heure, désespéré, j’ai demandé de l’aide à mon professeur. Il a pris l'os que j'avais entre ses mains sans me regarder pour me dire ce qu'il pensait avant de me laisser pour aller aider un autre élève.
Ces mots-là sont de ceux qu’on oublie jamais.
« Mais oui, bien sûr que tu ne vois pas de différence, ce sont deux thoraciques humaines. Va piocher une vertèbre dans la boîte animale».




Le soir, je n’ai pas osé en parler. Le professeur avait forcément dû se tromper. Ou j’avais mal compris.
Enfin… C’était absurde.
Je n’ai quand même pas touché à mon plat. Mais une chose est sûre, mes parents, eux, se sont régalés.




mardi 26 janvier 2016

Adrahoth

Voici un topic que j'ai trouvé sur un forum d'ésotérisme, il y a au quelques mois. Le topic a depuis été supprimé par la mère de l'auteur.

__________


Le Forum Ésotérique Index du Forum -> Ésotérisme / Paranormal / Occultisme -> Vos Expériences


Profil supprimé

Posté le 16/04/2015 à 19:31:20

Sujet: Objets trouvés (j'ai pas trouvé de meilleur titre...)

Salut à tous ! ^^ Aujourd'hui, je suis tombé sur une petite mine d'or: le magasin éso de ma ville a fermé (faute de clients, c'est une petite ville, et très peu s'intéressent aux sciences occultes), et avant de partir, le vendeur a laissé quelques produits dans un carton, près des poubelles. Du coup, j'ai tout ramené chez moi, et résultat: une pendule, une boule de cristal, un jeu de tarot, quelques runes, des bâtons d'encens et une bouteille en verre avec une étiquette indiquant "Adrahoth." (si quelqu'un sait de quoi il s'agit, je veux bien qu'il m'éclaire, parce que tout ce que j'ai trouvé, c'est le profil d'un gamer ^^). Excepté la bouteille (qui a l'air assez ancienne), tout semble neuf, alors je compte bien tester. Vous pensez que c'est sans danger ?

__________


Haïden

Posté le 16/04/2015 à 19:38:50

Huh, je suis sceptique. Es-tu bien sûr que les objets que tu as trouvé n'ont pas été déjà utilisés ? Sinon il faudra au minimum les purifier. Quant à ton fameux Adrahoth, je sèche.

__________


Profil supprimé

Posté le 16/04/2015 à 19:50:02

Il les a sortis de la réserve, juste sous mon nez (j'étais dans la rue donnant sur son arrière boutique, à ce moment-là), et le carton devait être resté fermé un bout de temps, vu la dose de poussière qu'il y avait dessus.

__________


Attaya

Posté le 16/04/2015 à 19:53:15

À ce moment là, je pense que tu ne risques rien. Tu es vraiment chanceux, quand on voit les prix que coûtent ces objets, on se dit que c'est pas à la portée de tout le monde... Comme l'a dit Haïden, pense quand même à purifier les objets, on sait jamais. Et fais-nous part de tes expériences ! ^^

__________


Profil supprimé

Posté le 16/04/2015 à 20:01:18

Je le ferai ! ^^

__________


Profil supprimé

Posté le 18/04/2015 à 07:40:03

Bon, hier, j'ai purifié tous les objets, et j'ai commencé à essayer la boule de cristal ce matin. Rien de bien concluant...

__________


Haïden

Posté le 18/04/2015 à 11:36:08

Bordel, t'es matinal, pour un samedi ! Moi je viens seulement de me lever. Et pour ta bouteille, toujours rien de nouveau ?

__________


Profil supprimé

Posté le 18/04/2015 à 11:37:10

Haha, ouais, je suis matinal quand j'ai des motivations, sinon je suis un vrai loir x') Et sinon, nope, rien de spécial. Je l'ai ouverte pour la sentir, ça sent assez bon, on dirait un peu de la framboise.

__________
 

Attaya

Posté le 18/04/2015 à 12:11:04

C'est peut-être de la liqueur de framboise ?

__________


Profil supprimé

Posté le 18/04/2015 à 12:13:51

Vu comment la bouteille est ancienne, elle a dû bien macérer, la liqueur x)

__________


Haïden

Posté le 18/04/2015 à 12:15:17

Le seul moyen serait de goûter, mais bon, c'est plutôt risqué. Ta maman a sûrement dû te dire de ne pas boire ou manger ce que tu ne connais pas :3

__________


Profil supprimé

Posté le 18/04/2015 à 12:18:51

J'ai pas envie de m'empoisonner, moi ! XD

__________


Du 18 jusqu'au 28 Avril 2015, Robin a seulement fait part de ses essais infructueux avec sa boule de cristal, en discutant avec les autres membres de recherches qu'ils avaient pu faire sur Adrahoth (qui ne donnaient rien) ce qui n'est pas franchement très intéressant.

__________


Profil supprimé

Posté le 28/04/2015 à 16:28:17

Bordel, faut que je vous raconte x) Aujourd'hui j'ai amené la bouteille d'Adrahoth en cours pour la montrer à Mickaël, un pote de ma classe. Il m'a mis au défi d'en boire, en échange de quoi, lui, il buvait un sachet entier d'huile pimentée (vous savez, les trucs qu'on met sur les pizzas). Je l'ai fait et c'était super bon, on aurait dit du jus de framboise. On s'est fait berner par du bête jus de framboise mis dans une bouteille ancienne. Adrahoth devait probablement être le nom du vendeur, ou alors juste un nom random.

__________


hikaru1705

Posté le 28/04/2015 à 16:31:11

T'as pas fait ça ? --'

__________


Profil supprimé

Posté le 28/04/2015 à 17:00:59

T'inquiète, ça risque rien ^^

__________


Haïden

Posté le 28/04/2015 à 19:36:11

Ça me semble un peu bizarre qu'un magasin ésotérique vende des jus de fruits. Bah, tant que t'es toujours là, c'est que tout va bien. Au pire, tu vas te choper une grosse chiasse et passer ta nuit aux chiottes, et tu te sentiras bien con ^^

__________


Profil supprimé

Posté le 28/04/2015 à 19:39:06

Ouais, je suis encore en vie, donc tout va bien. Je vais aller potasser mon anglais, je vous redis demain si j'ai été malade ^^

__________


Profil supprimé

Posté le 29/04/2015 à 05:01:12

Je suis pas malade, je suis même en pleine forme ^^ Je me suis couché à 2h du mat' et là je viens de me réveiller et je pète le feu ! Je vais aller prendre mon petit dej' (j'ai super faim ><) et aller faire un tour avant d'aller en cours, ça va me faire du bien.

__________


hikaru1705

Posté le 29/04/2015 à 06:34:38

Si ça se trouve, c'était des vitamines, ou autre produit dopant. M'enfin, vaut mieux que ce soit ça plutôt qu'un truc toxique.

__________


Profil supprimé

Posté le 29/04/2015 à 06:41:03

Je sais pas ce que c'était mais en tout cas, ça m'a fait un bien fou ^^

__________


Attaya

Posté le 29/04/2015 à 09:02:19

Tant mieux, si ça a eu des effets bénéfiques, alors =D Mais n'en rebois pas, on sait jamais.

__________


Profil supprimé

Posté le 30/04/2015 à 18:26:28

Il s'est passé un truc bizarre, j'ai l'impression de devenir somnambule. Hier, j'ai pété la forme toute la journée, je me suis même couché assez tard. Mais je ne me souviens pas m'être levé ce matin et pourtant, quand je me suis "réveillé", j'étais en cours de l'aprem. Selon Mickaël, mon comportement était parfaitement normal, j'étais juste un peu endormi, comme d'habitude. Et à la cantine, toujours selon Mickaël, j'ai été me resservir trois fois, alors que je déteste ce qu'ils préparent.
J'ai eu une absence d'une demi journée. J'ai un peu peur, là...

__________


Haïden

Posté le 30/04/2015 à 18:30:11

Vu le peu de temps que t'as dormi hier, pas étonnant que aujourd'hui tu sois comateux ^^

__________


Profil supprimé

Posté le 30/04/2015 à 18:31:03

C'était même pas comateux, je n'ai aucun souvenir, littéralement aucun, de ce qui a pu se passer ce matin et ce midi. AUCUN. J'espère que c'est pas à cause de l'Adrahoth.

__________


Haïden

Posté le 30/04/2015 à 18:33:59

Wow, calme, mec. Il y a sûrement une explication à tout ça, d'accord ? La fatigue, le stress...

__________


Profil supprimé

Posté le 30/04/2015 à 18:35:32

Peut-être, je sais pas. Je vais aller me coucher, je suis crevé, un peu de sommeil me fera du bien.

__________


Profil supprimé

Posté le 01/05/2015 à 00:00:09

Je me suis réveillé avec de la fièvre comme pas possible, et j'ai vomi. Je sais que c'est à cause de l'Adrahoth, j'aurais jamais dû en prendre... Maintenant ça se retourne contre moi.

__________


Profil supprimé

Posté le 01/05/2015 à 01:01:24

J'ai eu un moment d'absence, j'ai dû m'endormir. Quand je me suis réveillé, l'ordi était débranché et j'avais un paquet de steaks, vide, à la main, et un vieux goût de viande crue dans la bouche. Je ne dois pas m'endormir, je veux pas que ça recommence. Je vais programmer une alarme sur mon portable tous les quarts d'heure, et noter sur une feuille l'heure à laquelle j'entendrai chaque alarme.

__________


Profil supprimé

Posté le 01/05/2015 à 02:30:59

Je viens de me réveiller. La feuille était remplie d'heures auxquelles j'avais programmé les alarmes. Sauf que je n'ai rien écrit. Ce n'est même pas mon écriture. La bouteille d'Adrahoth est à côté de moi. Il en manque une sacré quantité. Et j'ai encore envie de vomir.

__________


Profil supprimé

Posté le 02/05/2015 à 02:38:11

Ma mère m'a surpris en train de vomir du sang (sûrement à cause des steaks) dans les chiottes, et a appelé le SAMU. J'essaierai de garder le contact avec mon portable.

__________


Haïden


Posté le 02/05/2015 à 10:01:54

Mec, si c'est une blague, c'est pas drôle. Sincèrement.

__________


Attaya

Posté le 02/05/2015 à 10:37:41

J'espère vraiment que c'est une blague... :/

__________


hikaru1705

Posté le 05/05/2015 à 11:25:19

C'est inquiétant, là. D'habitude, il est présent au moins une fois par jour sur le forum. Si quelqu'un a des nouvelles, qu'il le dise. Attaya, Haïden, venez par MP, ce sera plus facile.

__________


Profil supprimé

Posté le 05/05/2015 à 12:06:03

Je suis à l'hosto, branché de partout. Selon eux, j'ai une inflammation généralisée du système nerveux (central et périphérique) et du tube digestif, un truc super bizarre, une sorte de ver solitaire. Ils ne savent pas à quoi c'est dû (je ne leur ai pas parlé de l'Adrahoth), et essaient d'en savoir plus avant de me faire quoi que ce soit. En attendant, je suis nourri par perfusion, et putain, j'ai tellement faim, j'ai tellement envie de manger de la vraie nourriture.
Je pourrai pas trop répondre à vos messages, car je pompe sur ma co 3G, et elle n'est pas illimitée, malheureusement, mais j'essaierai de vous donner des news régulièrement, promis, alors ne spammez pas ^^

__________


Haïden

Posté le 05/05/2015 à 12:23:09

Depuis le temps qu'on attendait de tes nouvelles ! J'espère qu'ils vont vite te remettre sur pied.

__________


kijaru1705

Posté le 05/05/2015 à 12:30:54

Tu nous a fait une belle frayeur. Parle aux médecins de l'Adrahoth, ils vont l'analyser et tu seras fixé.

__________


Profil supprimé

Posté le 05/05/2015 à 19:06:12

J'ai eu droit à un vrai repas, ce soir. Les médecins voulaient tester. Eh bien mon état s'est amélioré. Par contre, de vilains bleus sont apparus sur mon ventre. Je ne sais pas comment ni pourquoi. C'est sûrement le ver.
Concernant mes moments d'absences, ils sont relativement plus courts, genre une petite demi-heure. J'espère que ça va continuer comme ça.

__________


Profil supprimé

Posté le 07/05/2015 à 06:06:45

Je viens de trouver cette page ouverte sur l'ordinateur de mon fils. Je suppose qu'il est de mon devoir de vous informer que Robin est décédé hier, d'une hémorragie interne provoquée par la morsure du ver. Les médecins n'ont jamais vu un cas pareil. Le ver solitaire qui était logé dans son intestin avait des prolongements dans tout le système nerveux de Robin, un peu comme les branches d'un arbre.
J'ai lu tout le topic, et il semblerait que cette boisson, l'Adrahoth, soit responsable de la mort de mon fils. Je vais la faire analyser, et faire payer le prix fort à celui qui l'a créée.




dimanche 24 janvier 2016

Un rêve

Trouvé sur nauseesreve.blogspot.fr

15 novembre 2015
  
Bonsoir,
Je commence ce blog sans aucune attente, à part peut-être le fol espoir que quelqu’un dans le monde vive la même chose que moi… quelque part. Mais bon, même s'il ou elle existait, je ne crois pas que cette personne puisse lire ce que je vais écrire. Pourquoi aujourd'hui ? J'ai retrouvé dans mes tiroirs un dessin qui date et qui m'a donné envie de parler de ce que je vivais. Je dirais que ça a commencé lorsque j’étais enfant, probablement vers 5 ans. Un rêve. Dans ce rêve, je devais sauver un Peter Pan qui avait des yeux rouges et la peau bleue. Un air malin, malfaisant. Il me disait que je devais le sauver parce qu’il était prisonnier de ce monde, ce que j’ai fait. En même temps, Peter Pan, c’était mon héros à l’époque…
À ce moment-là, il a éclaté de rire. Je me souviendrai toujours de ce rire long, méchant mais en même temps… enfantin.
Il me disait quelque chose comme « Tu m’as libéré, mais je ne suis pas Peter Pan, juste un démon et je t’ai piégée maintenant ».


Bon, d'accord, ce rêve n’est pas intéressant.

Ce qui me perturbe vraiment est la sensation que j’ai ressentie à ce moment-là : un vide dans mon estomac, un putain de shot d’adrénaline, une sorte de plaisir intense. Mieux que le désir, mieux que de tomber amoureux, mieux que la montée d’endorphine au creux des reins quand on vient d’apercevoir son crush dans le couloir. Mieux que la baise.
Et en même temps, il y avait un dégoût énorme, une nausée indescriptible, comme si je me dégoûtais et que ça me plaisait.
Ces deux sentiments couplés l’un à l’autre forment un mélange incroyable !

Je ne demanderai pas à ceux qui ne l’ont jamais vécu de l’imaginer : je pense que ça n’est pas possible.
C’est l’impression que tout ce qui est immoral, interdit comme le meurtre, le mensonge, la douleur est ce qui existe de plus beau dans l’univers.
L’impression d’ouvrir une porte vers un monde parallèle, peut-être moins accueillant que le nôtre mais beaucoup plus intense.
C’est une sensation que, je tiens à le préciser, je n’ai jamais eue dans ma vie « éveillée » !

J’étais jeune mais ce rêve m’a quand même beaucoup troublée. Je me suis nourrie du souvenir de cette sensation pendant plusieurs jours. Voilà même le dessin que j'en ai fait peu de temps après, celui que j'ai retrouvé.



 Je n’ai jamais refait le même rêve mais du haut de mes 22 ans, j’ai régulièrement cette sensation. Je dirais, une à deux fois par an. Et à chaque fois, c’est la même chose : je cultive les fragments de cette sensation que j’ai ressentie la nuit pendant des jours, jusqu’à ce que j’oublie ce à quoi elle ressemblait (ça peut paraître étrange vu l’importance que j’apporte à ces rêves mais essayez de retrouver le sentiment de tomber amoureux tout seul, ça n’est pas vraiment possible…) et je suis nostalgique. J’attends le nouveau rêve, j’essaye de forcer (le destin ? mon cerveau ?) en regardant des films d’horreur car j’ai l’impression que ça aide.

Je ressens cela lorsque je meurs dans mes rêves, et de manière généralement violente.
Poignardée souvent, des balles dans la tête rarement, accueillie à bras ouvert par la mort une fois. Mon cerveau de petite fille n’avait pas accompli ce fantasme, j’avais juste imaginé que j’avais fait quelque chose de « mal » en libérant un démon.

Je me souviens aussi de ce rêve où c’était moi qui tuait quelqu’un mais c’était la peur de me faire chopper qui m’animait (j’avais la main de ma victime dans mon sac et du sang sur les miennes, pourtant je passais une soirée tranquille avec mes amis, et l’idée qu’ils remarquent quoi que ce soit me faisait frissonner de cette « nausée agréable » comme je l’ai appelée).

Je compte utiliser ce blog pour décrire d’autres de mes rêves lorsqu’ils arriveront.


Si jamais, et encore je n’y crois pas, quelqu’un passe ici et reconnaît ce dont je parle, qu’il me contacte via mon mail ou les commentaires du blog.





17 novembre 2015
  
Je ne sais pas si c’est d’avoir couché mes pensées sur un blog mais j’ai refait un de ces rêves cette nuit : je suis dans la maison de mes grands parents à la campagne avec des amis et on sait qu’un tueur est parmi nous. Tout le monde se suspecte, c’est intenable. Une idée folle : et si je tuais un de mes potes, comme ça le tueur me croirait de son côté et je ne mourrais pas. J’attends d’être seule avec une fille et je prépare un immense couteau que je cache derrière moi. Elle me tourne le dos, c’est le moment idéal. En plus tout le monde va croire qu’elle n’a juste pas supporté la pression et qu’elle s’est suicidée. Je ne serai jamais suspectée ! Sauf que son téléphone sonne et elle sort de la pièce. Là, je me retrouve seule, comme une conne avec mon couteau dans la main. Et… on me tape sur l’épaule. Je me retourne : une personne qui ne devrait pas être là. Je le sais car il ne fait pas partie des invités. Il me prend le couteau des mains. Je lui demande « C’est toi depuis le début ? » Il hoche la tête. « Tu vas faire passer ma mort pour un suicide et tuer tout le monde ? » De nouveau il dodeline du chef et sourit. Il m’enfonce l’immense couteau de cuisine droit dans le cœur. La nausée agréable. Ça explose, ça vient de ma poitrine. Je meurs en rigolant. Je me réveille en rigolant.

Elle est encore là, cette nausée.
Je ne veux pas que ça s’arrête. J’essaye de me souvenir ce que j’ai fait de particulier aujourd’hui. Rien. Elle arrive quand ça lui chante.
Je veux de nouveau vivre ça, mais je ne sais pas comment faire.




25 novembre 2015
  
Ça fait une semaine maintenant. Ça a complètement disparu. Je veux la retrouver.




26 novembre 2015
  
J’ai reçu un mail d’un« anonyme ». 

 L’idée me semble logique. Mais bon. De là à me faire du mal pour retrouver cette sensation… mbof.


30 novembre 2015
  
L’idée me trotte de plus en plus dans la tête. Je n’ai pas envie d’attendre un an pour avoir de nouveau ma Nausée.




4 décembre 2015

Bon, je l’ai fait. Je me suis griffée les bras et les poignets avec des ciseaux juste avant de dormir. Je l’ai vite fait entouré d’un bandage pour pas salir mes draps. C’est pas super propre mais bon. Ça passe ou ça casse. Bonne nuit.




5 décembre 2015
  
Ça a marché ! Mon dieu je me sens tellement bien. Je me sens ailleurs. L’explosion dans mon ventre. Comme des sortes de papillon. Nan… Plutôt comme des scarabées. Je viens juste de me réveiller. Pour faire court j’ai rêvé qu’un homme était hypnotisé par un film bizarre, fait par des enfants, avec des images saccadées (mes rêves s’inspirent des films que je regarde). Sous l’influence de ce film, il détruisait ensuite une poupée (vous savez, celles qui ressemblent à des bébés) en découpant avec des ciseaux ses joues et ses lèvres. Sauf que cette soit-disant poupée est en fait un vrai enfant. Moi je le sais, mais lui non, car le film modifie sa vision de la réalité. Mais c’est comme si j’étais dans son hallucination, et je ne vois pas l’enfant mais le jouet qui me regarde avec des yeux implorants. Je sais qu’il est vivant mais je ne vais pas le dire. Je ne veux pas le dire. Je veux l’observer, ressentir sa douleur. Je le vois, impuissant. De ses grands yeux beaucoup trop humains, les pupilles rétrécies par la souffrance. Je détourne le regard quelques secondes. Lorsque je reviens, l’homme a construit une chaise avec la poupée. Il a construit une chaise avec un enfant. Je ne l’ai pas vue dans mon rêve. Mais maintenant j’imagine très bien le meuble fait d’os et le coussin de chair que ça aurait pu être.  Le dessin que j'en ai fait (dessiner m'aide à maintenir la sensation au creux de mes reins) :


Bon bah j’ai une semaine de répit. Une semaine où je vais pouvoir ressentir la Nausée Agréable. Cette dimension qui s’ouvre dans ma poitrine.
Mais je sais que je vais devoir recommencer.
Je crois que je suis devenue accro.





  
13 décembre 2015
8 jours. Je recommence ce soir.

























14 décembre 2015 
  
Ça a de nouveau marché. Rêve trop long. Bon, pour résumer, un homme masqué dans une Kangoo qui me propose de venir avec lui voir l'autre monde. Je vois bien qu'il n'est pas du nôtre. Il m'explique qu'il retourne régulièrement dans le monde des humains pour donner des nouvelles aux familles de ceux qui sont partis avec lui, il distribue ses colis tel un père noël funèbre. Je rentre dans sa voiture. Nous partons ensemble.Malheureusement je me suis réveillée. Je voulais rester là-bas. Mais j’ai retrouvé ma Nausée. Plus aucune sensation n’a d’importance devant elle.




19 décembre 2015 
 
5 jours. Ma mère a vu mes bras quand je suis passée la voir. Son regard effrayé m’a fait comprendre que quelque chose n’allait pas. Je vais essayer d’arrêter. C’est bientôt les vacances en plus. J’ai pas mal de choses prévues, ça va me faire oublier.


26 décembre 2015 
  
7 jours. Je n’oublie pas. Elle a disparu. Ah, il paraît que c'est Noël aussi. Je m'en fiche, je ne vois personne. J'ai reçu quelques appels mais je n'ai pas envie de sortir. Heureusement qu'il fait froid, je peux porter des manches longues





30 décembre 2015 
4 jours. J’ai craqué. Mon bras n’est que lacérations. Je peux tirer les peaux une à une. Je vais devoir trouver un autre membre.

























31 décembre 2015



Le rêve. La nausée. Je veux pas le raconter, je vais le garder pour moi. Je vais tenir plus longtemps cette fois-ci. Je ne recommencerai pas. 








3 janvier 2016 




3 jours. La Nausée a disparu dès le premier. Mais je vais arrêter. Je vais arrêter. C'est fini. Je repense à mes rêves. Je les relis et ça me donne envie de me gratter les bras.  








6 janvier 2016 




4 jours. Je ne peux pas. Pas possible de tenir plus longtemps. Même le souvenir a complètement disparu. Je veux la retrouver. Cette immoralité au fond de ma poitrine. Mon cerveau qui dit merde à mon cœur. Cette course des endorphines contre la voix de la douleur. J’ai presque ouvert mon bras. Mais ça vaut le coup.





7 janvier 2016 




J’ai rêvé que j’étais chez le coiffeur. Assise et attachée à une chaise. Le coiffeur arrive et pose un voile sur le miroir. Il me dit qu’il va me rendre encore plus belle. Il tourne autour de moi avec ses ciseaux. Je le vois. Son visage se transforme en masque de Venise de démon avec des cornes et un long nez. Il tourne autour de moi de plus en plus vite et des gens s’attroupent pour me regarder. À la fin, il me passe un petit miroir. « Vous allez voir, vous allez adorer ». Il n’a pas touché à mes cheveux. Mais…Mon visage est écorché. Comme un masque rouge dégoulinant et des yeux écarquillés. Il commence à rire. Je touche, et ça colle, et c’est chaud, ça palpite sous mes doigts. Je me suis réveillée en tremblant. 
La sensation est plus forte que jamais. Je suis restée allongée pendant un temps indéfini (3 heures, en fait). En fermant les yeux et en profitant de ce que je ressentais. 
Je recommence ce soir. 





7 janvier 2016 



J'ai compris le sens de ce dernier rêve. On m'a dit que je devais m'aider de mes rêves pour retrouver ma Nausée. Et ce que mon cerveau veut me dire me semble assez clair. Le plus dur, c'était de trouver l'outil le plus précis pour faire ce que je devais.  Mais ça valait infiniment le coup. Je touche mon visage, il est beaucoup plus doux, beaucoup plus chaud maintenant. J'ai horriblement mal. Je me sens superbement bien. Je crois que je vais me rendormir maintenant.





vendredi 22 janvier 2016

11B-3-1369

La suite de l'énigme publiée en novembre, 11B-X-1371
Mêmes avertissements que précédemment !


Ma boîte mail et mon compte Twitter ont été inondés par les messages de personnes qui tenaient à m'avertir qu'une nouvelle vidéo venait d'être publiée par PWW (Parker Warner Wright). Merci à tous.

Pour ceux qui ne le sauraient pas, ceci est la seconde partie de la vidéo connue sous le nom de 11B-X-1371 que nous avons reçue par la poste en octobre dernier. PWW a déclaré que cette deuxième partie éclaircirait certaines incertitudes quant au message de la première vidéo.

Elle ressemble beaucoup à la première esthétiquement, cependant ce qui s'y passe est totalement différent. Voyez vous-mêmes :



Alors comme ça c'est reparti...
Ça va être excitant de découvrir ce que ça cache.

Les utilisateurs du tchat IRC travaillent déjà à résoudre l'énigme. L'un d'entre eux m'a contacté pour me dire qu'ils avaient déjà découvert quelques trucs, bien qu'il reste beaucoup à faire.

Je ne sais pas encore si une copie physique de la vidéo m'a été envoyée cette fois-ci, étant donné que je suis à Hawaï pour les vacances. Cependant je vais m'assurer de vous tenir au courant de toute chose étrange dans ma boîte aux lettres dès que je serai rentré en Suède.

Je ferai également de mon mieux pour mettre à jour cet article à mesure que l'enquête progresse, comme la dernière fois.

Donc, voici ce que nous savons déjà :

Un peu plus tôt, PWW a posté sur Facebook une série d'images contenant des coordonnées, qui menaient toutes en Pologne. Certaines personnes ont alors supposé que les lieux indiqués étaient ceux où PWW avait dissimulé le DVD de la nouvelle vidéo, cependant le fait qu'elle ait été mise en ligne publiquement par son auteur suggère que ces coordonnées ont une tout autre signification. Il est possible que les coordonnées données soient cryptées, mais ce n'est pour l'instant pas confirmé.

#11BX1371 La nouvelle vidéo sortira sur la chaîne youtube de Parker Wright dans exactement 1.444 heures métriques.

- Parker Warner Wright (@ParkerWWright), le 31/12/2015
Peu avant la sortie de la vidéo, il y a eu plusieurs posts de PWW sur Twitter et sur Facebook, que j'ai manqués. Ceux qui les ont vus m'affirment qu'il pourrait s'agir d'indices.
Le statut posté sur Facebook en même temps que le tweet ci-dessus indique 1.45 heures métriques.

Les images suivantes ont été extraites de l'audio à l'aide d'un logiciel de spectrographie, comme précédemment. Merci à Ibn Sina de me les avoir envoyées.

"Vous mourez quand personne ne regarde."

 "Ne vous éduquez pas au point de devenir aveugle."



L'un des statuts précédents de PWW sur Facebook :
C'est un peu étrange d'être de retour là où nous nous sommes rencontrés.

Publié par Parker Wright le 31/12/2015
Ceci semble suggérer qu'il est retourné à Zofiówka. Apparemment poussé par la nostalgie, mais il se peut qu'il s'y soit rendu pour dissimuler des indices.



Mise à jour (1)

Il semblerait que les choses évoluent très vite.

La croix sur le troisième spectrographe serait issue de la photo "Piss Christ" d'Andres Serrano.


L'article Wikipédia apporte quelques renseignements intéressants.
Piss Christ est une photographie produite en 1987 par Andres Serrano. Elle dépeint un petit crucifix en plastique immergé dans l'urine de l'artiste. [...] Serrano n'attribua à l'oeuvre aucune portée ouvertement politique, soulignant au contraire son ambiguïté. D'après lui, si l'image n'a pas pour intention de dénoncer la religion, elle fait allusion au sentiment de l'artiste selon lequel les icônes chrétiennes perdent en valeur dans la culture contemporaine à mesure qu'on en fait commerce.
Les usagers de l'IRC travaillent dur pour résoudre les autres problèmes, et leur tâche est bien avancée dans certaines parties de l'énigme.



Mise à jour (2)

Vous trouverez ici un album contenant un code de type "chiffre des francs-maçons". Merci à Dtty, de l'IRC, pour l'avoir constitué. À noter aussi qu'en combinant certaines des textes déjà déchiffrés, on trouve la phrase "je ne parle que pour moi-même", moins le "ême". Plus dans la prochaine mise à jour.



Mise à jour (3)

Le résultat du code mentionné dans la précédente mise à jour :
perectim svdivm nvmqvam mlorivr
Ça n'a pas encore été confirmé, cependant.



Mise à jour (4)

D'après un examen plus rigoureux, il semblerait que la clé utilisée pour le chiffre des francs-maçons ne soit pas la bonne. En dehors de ça, il y a certaines parties de l'énigme qui n'ont été résolues que de manière partielle, notamment de courts fragments de texte qui doivent être reconstitués. Une chose est sûre, les méthodes d'encodage sont plus diversifiées que dans la précédente vidéo.



Mise à jour (5)

Les gens se sont ravisés sur l'IRC : la clé était la bonne. Le message était en latin.
La solution du chiffre des francs-maçons : RUTIROM MAUQMUN MUIDUTS MITCEFREP DA soit à l'envers : AD PERFECTIM STUDIUM NUMQUAM MORITUR, ce qui se traduit par : "l'étude parfaite ne meurt jamais".
Merci à Lukàcs pour en être venu à bout !



Mise à jour (6)

Ces captures d'écran ont été postées sur notre page Facebook.

 Ne le prenez pas comme une attaque, mais permettez-moi de vous demander : pourquoi ce ne sont pas les mêmes ?
-Tout simplement, j'ai détruit l'ancien manteau et j'en ai fabriqué un nouveau. Les gants sont différents car ce sont ceux que j'utilise sous ceux avec la lumière.
-Et pourquoi un deuxième manteau ?
-Parce que le premier était pour ainsi dire bâclé. Je voulais faire mieux que ça.

Celui qui nous a transmis ces screens pense que PWW n'est pas réellement l'auteur de la première vidéo, mais tente de s'en attribuer la paternité en en faisant une deuxième. Cependant cette théorie est en désaccord avec les faits. Ce serait simplement se donner trop de mal de jouer ce rôle pendant si longtemps, et d'inventer des histoires qui correspondent si bien aux preuves disponibles. Sans parler du hack de la chaîne youtube de PWW juste pour y poster la nouvelle vidéo. J'en ai parlé dans un autre article. Il est quasiment certain que PWW est bien l'auteur de cette énigme. Tout ce qu'on peut dire d'après ces affirmations, c'est qu'il investit davantage d'efforts qu'avant dans ces vidéos.

PWW a posté quelques statuts intéressants sur Facebook. Les photos de son équipement en particulier.

Certaines personnes me demandent quel genre de matériel j'utilise. Vous n'en voyez là qu'une partie.

Publié par Parker Wright le 02/01/2016
Il a aussi déclaré qu'il ne se rendrait sur l'IRC que lorsque la plupart des codes seront déchiffrés.
Avec tout le respect que je dois à l'IRC : je ne m'y suis pas rendu, et ne m'y rendrai pas tant qu'une bonne partie des énigmes ne seront pas résolues. N'accordez aucun crédit aux imposteurs.

Publié par Parker Wright le 02/01/2016
PWW a laissé filtré quelques indices au sujet de la femme dans la vidéo. Il ne révèle pas grand-chose, si ce n'est qu'il s'agit vraisemblablement d'une actrice qu'il a embauchée.
-Qui est cette fille dans la vidéo ? C'est ta copine ?
-Non, ce n'est pas ma copine. Juste quelqu'un qui voulait trainer pendant quelques heures dans un bâtiment abandonné par moins de zéro degré, avec rien d'autre à se mettre qu'une chemise de nuit. Je suis assez persuasif quand je m'y mets.
Je souhaiterais ajouter une note personnelle sur l'ensemble. J'ai relevé plusieurs commentaires disant que rien de ceci ne valait l'effort que certains y investissaient, évoquant que ça n'était réellement intéressant que quand il était envisageable que tout ça cache quelque chose de sérieux. Je dois dire qu'à mon sens, cette remarque est parfaitement stupide. Je comprends pourquoi les gens trouvaient ça plus intéressant quand le but de la vidéo était encore inconnu, mais voilà une chose : qu'on m'envoie personnellement une énigme cryptographique, c'est génial. Qu'on m'envoie des menaces de mort, ça, ça l'est un peu moins !



Mise à jour (7)

PWW a révélé ce qu'il fallait s'attendre à trouver aux coordonnées indiquées précédemment.

Ce sont les localisations de copies physiques de la vidéo. Deux d'entre elles contiennent des copies non compressées et une copie compressée dédicacée. Les autres ne contiennent que la copie dédicacée. Le fichier non compressé fait 42 GB.

Merci à Palesz pour m'avoir transmis ce screen !



Mise à jour (8)

Ces commentaires ont été faits sur cet article. Il semblerait que la langue des signes américaine (ASL) soit utilisée ici.

-Qu'est-ce qu'il fait de 0:13 à 0:19 ? On dirait qu'il mime un homme qui conduit une voiture...
-C'est de l'ASL... il utilise les signes pour ROUGE, VERT et BLEU successivement... comme pour le système de couleurs RVB. Concernant le signe dont tu parles, il pourrait s'agir de "contrôle". La femme effectue les signes "nommé" ou "nom", et peut-être aussi un nombre que je n'ai pas compris. Pendant la séquence du code morse, sa main fait le signe pour 8. Puis "en bleu", sans doute en référence au système RVB. La clé est sûrement là.
Merci à Randy pour cette intervention !

Mais le plus important à mentionner est que les gens ont commencé à trouver les copies physiques que PWW a dissimulées à Varsovie et dans les environs.


Apparemment, toutes les copies ont été trouvées par la même personne, et elle a streamé leur ouverture sur Twitch. Vous pouvez voir le stream ici, mais c'est en polonais.



Mise à jour (9)

Parker Wright a été plutôt actif sur Facebook dernièrement. Entre autres choses, il a posté ce selfie où on peut le voir dans le costume de la vidéo 11B-X-1371.


C'était juste après qu'il ait envoyé une photo du costume, vide, en demandant à ceux qui le suivent s'ils voulaient qu'il le remette.

Il a également répondu à certaines questions. Notamment au sujet de la chaîne Youtube AETBX, qui héberge la plus importante copie de 11B-X-1371 en termes de nombre de vues. D'après lui, AETBX a trouvé la vidéo sur un thread de 4chan avant de l'uploader sur Youtube, en contradiction avec la version de l'intéressé qui affirmait l'avoir obtenue d'une femme qui en avait trouvé une copie physique, abandonnée sur un banc dans un parc. Alors qu'il gagnait de la visibilité, il a plus ou moins tenté de réclamer la paternité de la vidéo. Mais il n'avait rien à voir avec PWW, et il s'est tenu tranquille depuis.
FAQ#3 : Êtes-vous (qui est) AETBX ? 
-J'ai semé des graines sur le sol, en espérant cultiver un jardin. Un petit oiseau a trouvé l'une de mes graines, l'a prise dans son bec, et est allé cultiver son propre jardin.

Publié par Parker Wright le 04/01/2016
Le plus excitant reste cependant que PWW a révélé qui était le cameraman. Il s'appelle Brunon Rejewski, vous pouvez consulter sa page Facebook ici.

Voici la page officielle du cameraman de 11B-3-1369. Il s'est également chargé des effets spéciaux. Il y en a peu des comme lui, capables d'une direction artistique d'un tel niveau. Merci Brunon !!

Le statut a été effacé peu de temps après. Merci à Dàniel de m'avoir transmis l'info !

Une nouvelle clé USB aurait également été trouvée d'après ce statut :

Publié par Parker Wright le 04/01/2016
Les gens de l'IRC regroupent leurs trouvailles sur un Google drive. Entre autres choses qu'on peut y trouver, les fichiers qui se trouvaient sur les clés USB.

Le code morse a été partiellement décrypté, bien que la signification en reste obscure.

11B31369 – code morse (son):
– les deux sons qu'on entend dans la vidéo représentent des tirets et des points.

de 0:21 à 0:31 :
code: .. ..- – ….. …. .. – …..
texte: i u t 5 h i t 5

de 0:31 à la fin :
code: ..- -.- – .- – . ….. . …. -.. …. . ….. … … …- …- …- …- … …- …- …- .. … . ….. .. …- …-
texte: u y w e 5 e h d h e 5 s s v v v v s v v v i s e 5 i v v


Mise à jour (10)

On ne peut pas nier que PWW peut être assez drôle à ses heures.

FAQ#8 : Êtes-vous illuminati ?
-Oui, mais généralement pas en dehors des 10 minutes qui suivent un orgasme.
Publié par Parker Wright le 06/01/2016
Cependant, étant donné la quantité de trucs qu'il poste sur Facebook, je ferai le tri à partir de maintenant entre ce qui est pertinent dans le cadre de l'enquête et les simples délires.

Pour finir sur cette mise à jour, il a affirmé il y a peu que sa religion était le "Farisme". Mes recherches sur Google à ce sujet n'apportent que peu de réponses, aussi, il pourrait s'agir d'un indice. Cependant, étant donné le goût du type pour les plaisanteries, il pourrait très bien s'agir d'un clin d'oeil au pastafarianisme.

Une nouvelle clé USB a été trouvée :

Publié par Parker Wright le 06/01/2015
Et il s'est avéré que j'avais raison au sujet de Zofiowka : il y avait bien des indices dissimulés là-bas, en l'occurrence une (ou plusieurs) autre(s) des clés USB. Cependant, il semblerait qu'elles aient été enlevées, sans que personne ne le rapporte. Cela veut dire que PWW est une fois de plus retourné sur les lieux.
Les clés USB ne sont plus à Zofiowka. Personne n'est venu les chercher, aussi leur sort est incertain. 
Publié par Parker Wright le 06/01/2016
L'avancée majeure dans cette mise à jour est que quelqu'un a trouvé le lieu de tournage de la vidéo.


Aucune indication quant à l'histoire du lieu, probablement moins sinistre que celle de Zofiowka. Cependant les graffitis donnent l'impression assez désagréable d'avoir été faits avec du sang, bien que ce ne soit pas confirmé.

Traduction du texte inscrit sur le mur :
"Je ne parle que de moi-même, je ne cherche pas à convaincre ; je ne suis pas en droit de précipiter les autres dans ma rivière, je n'oblige personne à me suivre et chacun peut pratiquer son art de la manière qui lui plait."



Mise à jour (11)

Assez peu de nouvelles découvertes depuis ma précédente mise à jour. Au sujet d'un des messages dissimulés dans le spectrogramme : "VOUS MOUREZ QUAND PERSONNE NE REGARDE", est un extrait des paroles d'une chanson de Marilyn Manson, Lamb of God.

Une voix humaine a également été identifiée dans certaines parties de l'audio, elle reste à analyser.

Une personne qui s'est rendue sur le lieu de tournage a pu noter que le message inscrit sur le mur est plus long que ce qui est visible dans la vidéo. La source de ce texte a ainsi pu être trouvée : il s'agit d'un extrait du manifeste Dada, écrit par Tristan Tzara :
Je ne parle que de moi-même, je ne cherche pas à convaincre ; je ne suis pas en droit de précipiter les autres dans ma rivière, je n'oblige personne à me suivre et chacun peut pratiquer son art de la manière qui lui plait, aussi longtemps qu'il connait la joie qui le traverse comme des flèches dans les étendues célestes, ou cette autre joie qui descend dans les mines des fleurs-cadavres et des spasmes fertiles.
L'un des codes morses vient également d'être résolu :
"LA FINALITÉ DE MA VIE EST DE RENVERSER LA MONARCHIE." Cette citation est de Karl Liebknecht. Pendant la séquence où le code est transmis, le personnage exécute ce qui semble être le signe "8" avec sa main gauche.


Mise à jour (12)

Une partie de la voix humaine a été décodée. Vous pouvez l'entendre ici.
Grâce aux efforts de PsychNerD [S.G.], de l'IRC,  cette séquence - qui s'est avérée être issue d'une modulation FM avec une fréquence porteuse d'environ 1870 Hz - a été isolée avec succès, pour révéler ce poème :

Je l'ai amenée à la rivière
Elle éclaira le chemin avec sa torche
Sa couronne d'épines
Jetant une ombre sur mon visage
Je l'ai amenée sous le pont
Je  l'ai amenée
Mais elle ne le voulait pas
Elle saigna
Je le fis avec du verre brisé
Je ne l'entendis pas crier
Tandis qu'elle tombait dans la rivière.
Son corps tel une coquille.






Traduction : Tripoda

Texte original ici.